Navigation – Plan du site
Lectures

Gisèle Vianey, Mélanie Requier-Desjardins, et Jean-Christophe Paoli J (Ed.), 2015, Accaparement, action publique, stratégies individuelles et ressources naturelles : regards croisés sur la course aux terres et à l’eau en contextes méditerranéens, Montpellier, CIHEAM, 368 pages (Options méditerranéennes, série B, n°72).

Arnaud Buchs

Texte intégral

1Le numéro spécial de la revue Options méditerranéennes intitulé Accaparement, action publique, stratégies individuelles et ressources naturelles : regards croisés sur la course aux terres et à l’eau en contextes méditerranéens regroupe les contributions présentées dans le cadre du réseau Foncimed (Foncier en Méditerranée), notamment lors des séminaires de Cargèse (2011) et de Montpellier (2013). Néanmoins, cette parution est plus qu’une compilation d’articles sous forme d’actes. Ce résultat est le fruit d’un travail éditorial soigné (surtout du point de vue de la mise en cohérence), dont nous retenons quatre caractéristiques.

2La somme des 24 articles est structurée en quatre thèmes qui permettent d’illustrer la diversité des expériences d’appropriation et d’accaparement des ressources naturelles en Méditerranée et, plus généralement, la diversité des configurations institutionnelles et des registres d’action collective. L’évolution des modalités d’action publique pour la gestion du foncier et des ressources naturelles est mise en discussion au regard des bouleversements que connaissent les sociétés agraires (thème 1). En parallèle, est retracée l’apparition de nouveaux acteurs investisseurs privés, parfois allochtones et souvent non agricoles, qui accompagne et entretient les phénomènes de spéculation foncière, d’accaparement et de prédation, et participe de la déstructuration des systèmes agraires existants (thème 2). Ces évolutions, notamment liées à la privatisation officielle ou informelle des terres collectives et publiques contraignent les ressources naturelles, notamment la terre et l’eau. Elles remettent en question la pérennité et la reproduction des sociétés agraires et conduisent à transformer radicalement les systèmes de production agricole. Les analyser permet d’illustrer la relation dynamique entre les aspects sociaux et environnementaux de la problématique de l’appropriation des ressources (thème 3). Face à ces dynamiques, des « innovations sous contraintes » concrétisent des formes de revendications foncières et de résistances. Elles conduisent notamment à réinvestir les marges, que ce soient les zones de friches, les zones menacées par la pression urbaine ou encore les zones lésées par les politiques de développement. Le potentiel catalyseur de ces initiatives pour l’émergence de modèles de développement territorial alternatifs est discuté (thème 4). Aussi, la première caractéristique que nous retenons relève de la grande diversité des terrains, près d’une dizaine au total, investis de part et d’autre de la Méditerranée : Albanie, Algérie, Cameroun, Espagne, France métropolitaine et Corse, Grèce, Maroc, Tunisie. Ils permettent de révéler les dénominateurs communs et les particularités qui s’y expriment.

  • 1 Notamment l’approche en radical geography de David Harvey.

3Outre la finesse des données empiriques, la deuxième caractéristique relève de la dimension historique de plusieurs contributions. C’est le cas notamment des articles de Ménouba Hamani et d’Ahmed Benmihoub, tous deux à propos d’exemples algériens, ou encore de l’article de Gisèle Vianey pour les régions françaises Rhône-Alpes et PACA. Dans le premier article, l’auteur présente une analyse généalogique de l’évolution du foncier algérien depuis 1830, en détaillant l’impact majeur de la colonisation (elle-même spécifiée en différents types) sur l’évolution des différents statuts fonciers. Le deuxième article présente les sept grandes réformes du foncier agricole conduites depuis l’indépendance. Elles illustrent la succession, au cours de ces 50 dernières années, de deux périodes qui se distinguent notamment par la reconfiguration du rapport de l’État vis-à-vis des producteurs pour la captation de la rente agricole : la première marquée par la nationalisation et la collectivisation des terres agricoles ; la seconde, au contraire, marquée par la privatisation et l’individualisation. Dans le troisième article, est analysée l’évolution de la relation entre les politiques d’aménagement et les volets fonciers des politiques agricoles adoptées depuis les années 1950 en France. L’approche en géographie sociale1 permet d’étayer le constat d’un échec relatif pour infléchir la tendance à la consommation d’espace agricole et de constitution de sociétés agricoles.

4La troisième caractéristique de l’ouvrage particulièrement appréciée relève de l’accent mis sur le pluralisme des configurations institutionnelles liées à la maîtrise du foncier. Cela est particulièrement manifeste dans les contributions de Claire Bernard et al. à propos de l’Albanie, de Jihane Bejbouji et al. à propos de l’arganeraie marocaine, ainsi que de l’article coécrit par Hichem Amichi, Sami Bouarfa et Marcel Kuper pour le cas de l’Algérie. Dans ces trois articles, les auteurs proposent des typologies qui permettent d’appréhender la diversité des configurations rencontrées. Dans le premier, on retrouve l’approche en termes de faisceaux de droits mobilisés d’une manière originale, et croisée avec les différents niveaux de collectifs. Au final, neuf modalités de maîtrise foncière sont détaillées et conduisent à rejeter la possibilité d’une gestion uniforme au profit d’une approche privilégiant la compréhension fine des territoires. Dans le deuxième article, les auteurs présentent de manière transparente la méthodologie pour l’élaboration des typologies fonctionnelle et structurelle mobilisées. Elles visent la compréhension de l’articulation entre, d’une part, les différents types de patrimoines détenus par les ménages et, d’autre part, les différents types de stratégies de ces mêmes ménages, composants élémentaires de l’organisation de l’arganeraie. Dans le troisième article, la diversité institutionnelle est accrue par la prise en compte des arrangements informels pour l’accès et l’allocation des facteurs de production dans l’agriculture irriguée. Entre contournement des règles étatiques (parfois défaillantes) et production de nouvelles modalités de régulation, ces arrangements informels ne sont pas sans poser des questions quant à leurs conséquences environnementales et socio-économiques et conduisent l’État à se repositionner comme régulateur du foncier.

5La quatrième caractéristique retenue tient à la présence de quelques éléments à visée plus conceptuelle offrant des perspectives pour une remontée en généricité. Outre l’introduction, c’est notamment le cas de l’article de Thierry Kirat qui ouvre le numéro spécial et revient sur les apories de l’approche économique en termes de droits de propriété pour appréhender les régimes juridiques fonciers réels. L’auteur pose les catégories canoniques d’analyse des droits de propriété (notamment celles qui composent les faisceaux de droits selon différents auteurs) et distingue deux régimes juridiques qui traduisent deux visions alternatives de la propriété : comme droit réel dans une perspective individualiste (maîtrise de la chose) et comme droit personnel dans une perspective sociale de la propriété (rapports d’obligations réciproques). Enfin, l’auteur montre comment la perspective conséquentialiste de la théorie économique des droits de propriété, notamment via l’enregistrement, véhicule un modèle normatif d’individualisation des droits fonciers qui disqualifie les formes de propriété non individuelles (communes) pourtant socialement efficaces dans un grand nombre de situations. Cette thèse énoncée dans l’article d’ouverture de l’ouvrage permet de faire le lien entre les nombreux articles suivants qui dénoncent la tendance à poser l’exclusion comme la pierre angulaire de la propriété.

6Pour conclure, la lecture de ce numéro spécial offre des pistes pour appréhender l’articulation des dimensions foncières et ressourcielles, les premières n’étant pas seulement le support des secondes, dans une perspective diachronique et interdisciplinaire. Le caractère conflictuel des dynamiques à l’œuvre est bien restitué (voir par exemple les articles de Marie François et Gisèle Vianey pour le cas de la région de Murcie en Espagne et de Meknès au Maroc, ou encore de celui d’Orestes Kolokouris pour celui de la Grèce). Néanmoins, les différentes contributions de ce numéro spécial consacré à l’accaparement se gardent bien de buter sur l’un des deux écueils diamétralement opposés : d’une part, celui du pessimisme et de la résignation ; d’autre part, celui du militantisme candide.

Haut de page

Notes

1 Notamment l’approche en radical geography de David Harvey.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://developpementdurable.revues.org/docannexe/image/11316/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arnaud Buchs, « Gisèle Vianey, Mélanie Requier-Desjardins, et Jean-Christophe Paoli J (Ed.), 2015, Accaparement, action publique, stratégies individuelles et ressources naturelles : regards croisés sur la course aux terres et à l’eau en contextes méditerranéens, Montpellier, CIHEAM, 368 pages (Options méditerranéennes, série B, n°72). », Développement durable et territoires [En ligne], Vol. 7, n°2 | Juillet 2016, mis en ligne le 22 juillet 2016, consulté le 26 avril 2017. URL : http://developpementdurable.revues.org/11316

Haut de page

Auteur

Arnaud Buchs

Arnaud Buchs est maître de conférences en économie à l’université Toulouse Jean Jaurès et conduit ses recherches au sein de l’équipe Dynamiques Rurales du Laboratoire Interdisciplinaire Solidarités Sociétés Territoires (UMR LISST-DR, CNRS-EHESS-ENFA), arnaud.buchs@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille1
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • Revues.org