Navigation – Plan du site
Modalités de qualification et de gestion des ressources naturelles (2/2)

Qualifier la gestion de l’eau, se positionner par rapport au conflit : les cas de l’usine de dessalement dans la bande de Gaza et du canal entre la mer Rouge et la mer Morte

Water management and conflict: the desalination plant in the Gaza strip and the Red-Dead canal
Klervi Fustec

Résumés

Les grands projets d’infrastructure sont l’objet de dynamiques de politisation ou, au contraire, de technicisation. C’est le cas du projet de construction d’une usine de dessalement dans la bande de Gaza comme de celui du canal entre la mer Rouge et la mer Morte. À travers ces deux exemples, cet article analyse les relations entre l’Autorité palestinienne et les bailleurs de fonds d’un côté, et la société civile de l’autre. Il étudie et compare la manière dont plusieurs acteurs qualifient les problèmes de gestion de l’eau et proposent différentes solutions pour y répondre, et démontre, dans ce contexte, que les représentations de l’eau et du conflit israélo-palestinien sont conjointement construites.

Haut de page

Texte intégral

1En 2014, la Cisjordanie et la bande de Gaza sont la huitième entité au monde recevant le plus d’aide publique au développement1. Les financements sont destinés aussi bien à des projets de réformes institutionnelles qu’à des projets d’infrastructures. Un des objectifs affichés est de promouvoir la paix au Moyen-Orient et de construire l’État palestinien. Dans ce contexte, l’eau (l’accès, le partage et la gestion) est un enjeu majeur2 indissociable du contexte de conflit. Les eaux de surface (le Jourdain alimenté par le Dan, le Banyas, le Hasbani et le Yarmouk) et les aquifères (carte 1) sont l’objet de multiples conflits. Le Jourdain qui coule vers le lac de Tibériade et la mer Morte est détourné par les acteurs situés en amont, notamment par les Israéliens via l’Aqueduc national israélien. En Cisjordanie, les précipitations sont inégalement réparties. Néanmoins, sur la ligne de crête dont les sommets peuvent culminer à 900 mètres, elles peuvent atteindre entre 600 à 700 mm/an. Elles participent au rechargement des trois aquifères (oriental, nord et occidental) pour lesquels la Cisjordanie se situe en amont d’Israël. L’aquifère de Gaza est relié au grand aquifère côtier partagé avec Israël.

Carte 1. Ressources en eau dans l’espace israélo-palestinien

Carte 1. Ressources en eau dans l’espace israélo-palestinien

© S. Coursière, ART-Dev, UMR 5281/2012, d’après Palestinian Academic Society for the Study of International Affairs (PASSIA).

  • 3 Accord d’Oslo, 1995, Annexe III, art. 40.1. Les traductions des textes des accords d'Oslo provienne (...)
  • 4 36% selon la Palestinian Water Authority, Water supply report 2010, March 2012.

2Cet article se focalise sur deux projets financés par des bailleurs de fonds internationaux. Ces derniers agissent dans le cadre des accords d’Oslo (1993-1995) qui ont notamment établi le partage des ressources en eau entre Israël et la Palestine. Ils stipulent qu’« Israël reconnaît le droit à l’eau des Palestiniens en Cisjordanie3 ». Ils devaient être discutés lors des négociations relatives au statut permanent qui n’ont pas abouti à ce jour. Les accords d’Oslo mettent également en place le Comité mixte de l’eau (Joint Water Committee). Composé pour moitié d’Israéliens et pour moitié de Palestiniens, il accorde de fait un droit de veto aux Israéliens qui contrôlent donc les décisions concernant l’eau dans les Territoires palestiniens. Par ailleurs, Mekorot, la compagnie nationale israélienne, fournit entre 30 % et 40 % de l’eau distribuée en Cisjordanie4. Les accords d’Oslo qui devaient être transitoires laissent ainsi la question de l’eau non résolue. Elle est qualifiée par les bailleurs de fonds comme un objet technique potentiellement coopératif se traduisant par la mise en œuvre de grands projets d’infrastructure.

  • 5 Nous employons ce terme pour désigner les acteurs non gouvernementaux impliqués dans le secteur de (...)
  • 6 Nous employons l'adjectif « environnementales », car toutes les ONG étudiées n'ont pas une vocation (...)

3Ces derniers se sont fortement développés depuis la fin du xixe siècle jusque dans les années 1970 où les mobilisations contre ce type de projets se multiplient. Paradoxalement, cela ne remet pas en cause leur augmentation et spécifiquement celle des barrages (Bethemont, 2012) ou des usines de dessalement. Dans le contexte israélo-palestinien, le projet de canal entre la mer Rouge et la mer Morte est présenté comme la solution à la disparition de cette dernière, tandis que le projet d’usine de dessalement dans la bande de Gaza est promu comme l’unique solution pour répondre à une situation d’urgence humanitaire concernant l’accès et la qualité de l’eau potable. Pourtant, s’ils sont présentés comme incontournables, ces projets ne font pas l’unanimité dans les Territoires palestiniens. Ainsi, la société civile5 palestinienne, et particulièrement les ONG environnementales6 s’opposent à ces projets et proposent des solutions alternatives. Cet article analyse les relations entre l’Autorité palestinienne (AP) et les bailleurs de fonds d’un côté, et la société civile de l’autre, en interrogeant les processus de construction des problèmes publics de gestion de l’eau et des solutions associées. En fonction de leurs représentations de la nature et de la société, les acteurs proposent des modalités de gestion différentes.

  • 7 Nous utilisons les qualificatifs « nord » et « sud » à la fois pour signaler que les termes ne corr (...)
  • 8 Le terme « nature » a longtemps été utilisé dans le cadre de l'opposition entre nature et culture, (...)

4L’état des connaissances détermine, du moins en partie, les problèmes environnementaux auxquels les pays du « nord7 » accordent de l’attention et la manière de les traiter. Certaines idées sur l’environnement sont considérées comme des faits, alors qu’elles contiennent des incertitudes ou qu’elles ont des tendances généralisatrices, ce sont des « orthodoxies environnementales » (Forsyth, 2003). Les discours sur l’environnement sont construits en partie sur la base des connaissances scientifiques devenues des « orthodoxies environnementales ». Plusieurs political ecologists ont étudié les impacts de ces discours dans les pays du « sud ». Par exemple, Leach et Mearns (1996), à partir de l’étude des feux de bois en Afrique, montrent comment les politiques de développement sont basées sur des idées reçues sur les changements environnementaux et soulignent que le cadrage du problème influence les solutions mises en place. Selon les auteurs, le problème est compris en dehors de son contexte géographique et historique, il n’y a pas un problème à grande échelle, mais « des » problèmes. Dans les pays en développement, ces solutions sont financées par les acteurs du « nord » et mises en œuvre dans des contextes socio-politiques particuliers généralement sous-estimés ou peu pris en compte. Les oppositions viennent souvent de la société civile. Ses relations avec l’État, saisies à travers l’analyse des oppositions à des projets nationaux, ont fait l’objet de nombreuses études en political ecology (Espeland, 1998 ; Forsyth, 2003 ; Linton, 2010), concluant de façon nuancée que les relations peuvent être conflictuelles et/ou coopératives (Bailey et Bryant, 1997). Dans cet article, nous étudions les relations entre la société civile et l’AP afin de comprendre les divergences de leurs représentations de l’ordre naturel et de l’ordre social. Ces relations ne se jouent pas uniquement autour de l’accès et la gestion des ressources naturelles, mais s’inscrivent dans les luttes pour la définition de l’État palestinien. Nous analysons la co-construction des représentations de l’environnement8, et notamment de l’eau, et du conflit israélo-palestinien, à travers l’analyse des discours concernant deux grands projets hydrauliques. Les acteurs définissent conjointement ce qu’est l’eau et ce que devrait être le gouvernement, ici leurs représentations du conflit israélo-palestinien.

  • 9 Octobre-juin 2011 et décembre 2012.

5Cet article est issu de notre thèse de doctorat (Fustec, 2014). Cette dernière se base sur la méthode hypothético-déductive, tout en incorporant certains éléments de la grounded theory ou théorie ancrée (Glaser., Strauss, 1967) qui suggère que l’épistémologie émerge progressivement du travail de terrain. L’échantillonnage est théorique et non pas statistique. Les cas d’étude choisis pour cet article ne sont donc pas représentatifs ; ils servent à améliorer le cadre théorique qui nous permet de comprendre la réalité. L’objectif de cet article est d’analyser, à partir de deux controverses concernant l’eau dans l’espace israélo-palestinien, comment les représentations de l’eau et du conflit s’imbriquent. Il ne s’agit donc pas d’étudier ces deux projets d’infrastructures en détail, mais les discours et les représentations des acteurs qui participent à ces controverses. Concrètement, cet article se fonde sur une série d’entretiens, sur l’étude de la littérature grise sur le sujet et sur de nombreuses observations participantes réalisées lors de deux séjours en Territoires palestiniens9 en 2011 et 2012.

6Cet article propose tout d’abord d’analyser la manière dont les bailleurs de fonds construisent l’eau comme un enjeu technique et coopératif. Ensuite, il étudie l’opposition de la société civile et les propositions qu’elle formule. Enfin, il présente les co-constructions des représentations de l’eau et du conflit des différents acteurs.

1. Définir l’eau comme un enjeu technique, potentiellement coopératif et promouvoir les grands projets hydrauliques

  • 10 Plusieurs raisons peuvent expliquer le soutien de l’AP à ces grands projets d’infrastructure. En ef (...)

7Actuellement, deux grands projets d’infrastructure soutenus par des bailleurs de fonds, par l’AP10 et par le gouvernement israélien marquent le secteur de la gestion de l’eau dans les Territoires palestiniens : l’usine de dessalement dans la bande de Gaza et le canal entre la mer Rouge et la mer Morte (carte 2).

© S. Coursière – ART Dev – UMR 5281 – CNRS/2014
Source : Atlas Nathan.

  • 11 Union for the Mediterranean, Environment and Water Division, 14/05/2011 Gaza Desalination Project, (...)
  • 12 Ibid.

8Le premier projet vise à la réalisation d’une usine de dessalement de l’eau de mer dans la bande de Gaza et d’un réseau de distribution d’eau potable aux Gazaouis dans un contexte où l’eau est polluée et salée. C’est le premier projet labellisé « Union pour la Méditerranée », approuvé par l’ensemble de ses 43 membres, y compris Israël, le 22 juin 2011. Le coût estimé de l’usine de dessalement est de 230 millions de dollars, le coût de l’ensemble du projet est évalué à 455 millions de dollars11. L’étude de faisabilité a été financée par la Banque européenne d’investissement (BEI) (des travaux avaient été réalisés en amont par l’Agence des États-Unis pour le développement international et la coopération norvégienne), l’étude d’impact environnemental a été produite par le Programme des Nations unies pour l’environnement. La BEI, la Banque mondiale (BM) et la Banque islamique de développement se coordonnent pour gérer les fonds destinés à la réalisation du projet12. Plusieurs engagements ont été pris lors de la Conférence sur la reconstruction de Gaza en mars 2009 à Sharm El Sheikh en Égypte. Les pays arabes se sont engagés à financer la moitié du projet, tandis que la France a promis un soutien à hauteur de 10 millions d’euros.

  • 13 Pour un historique du projet, voir Boussois (2012).
  • 14 World Bank, January 2013, Red Sea – Dead Sea Water Conveyance Study Program, Overview.

9Le deuxième projet13, soutenu et financé par la BM a trois objectifs affichés : sauver la mer Morte des dégradations environnementales ; produire de l’eau potable et de l’électricité à des prix abordables pour la Jordanie, Israël et l’AP ; construire un symbole de la paix et de la coopération au Moyen-Orient14. Les trois parties ont annoncé leur accord en mai 2005. Le coût total du projet est estimé à 650 millions de dollars. Les études de faisabilité ont été réalisées par le cabinet français d’ingénieurs Coyne et Bellier. Des études d’impact environnemental et social et d’analyse des stratégies alternatives potentielles ont également été réalisées. En décembre 2013, la Jordanie, Israël et l’AP ont signé à Washington un accord tripartite qui prévoit l’achèvement du projet en 2020.

10Les deux projets sont différents, ils ne sont pas soutenus exactement par les mêmes acteurs et ne sont pas destinés aux mêmes bénéficiaires. Néanmoins, pour les besoins de cet article, une certaine homogénéisation des acteurs, à la fois des bailleurs de fonds et des acteurs de la société civile, est réalisée. En effet, ces deux projets ont en commun l’ampleur financière des montants engagés, l’utilisation de la technologie du dessalement, les transformations du territoire, de l’environnement et de la société qu’ils sont susceptibles d’entraîner, et l’urgence énoncée de leur mise en œuvre. Nous analyserons tout d’abord la manière dont les bailleurs de fonds associent « construction étatique, paix et projets hydrauliques », puis nous étudierons comment le dessalement permet d’envisager l’eau comme une ressource équivalente, interchangeable et infinie.

1.1. Construction étatique, paix et projets hydrauliques

  • 15 Précisons que, au-delà de la promotion de la solution à deux États comme solution à la paix, les ba (...)

11Les bailleurs de fonds, en fournissant une aide financière, transmettent leurs représentations de l’environnement et de sa gestion (Fustec, 2012). L’un des objectifs affichés15 des bailleurs depuis la signature des accords d’Oslo est la construction de l’État palestinien à partir de l’AP. Ces derniers associent la construction étatique palestinienne à l’établissement de la paix au Moyen-Orient. La solution à deux États est présentée comme la solution au conflit. Cette représentation rejoint la vision fonctionnaliste de la paix, défendue notamment par S. Peres (1993), président d’Israël, dans The New Middle East. Cette position considère que la coopération et le développement économique doivent favoriser la paix. La critique principale adressée à cette approche est l’oubli de la dimension politique de l’économie (Bouillon, 2004). La Déclaration de principes de 1993 s’inscrit dans cette veine liant coopération économique, développement et prospérité (Aggestam et Sundell-Eklund, 2014). L’interdépendance entre le développement économique, la construction étatique et la paix est donc posée. Cette idée est commune à la fois à certains acteurs politiques israéliens, palestiniens et aux bailleurs de fonds.

12Les analyses fonctionnalistes concernant la coopération sont issues des théories des relations internationales sur l’intégration européenne. Dans ce cadre, la coopération sur des politiques techniques doit générer la confiance et permettre ensuite de développer des coopérations sur des politiques plus sensibles. La place accordée aux savoirs scientifiques, à l’expertise et aux technologies est importante, et répond à des représentations universalistes et rationalistes de l’environnement (Aggestam et Sundell-Eklund, 2014). Les contextes locaux sont peu pris en compte.

13Suite aux accords d’Oslo, les projets de coopération entre Israéliens et Palestiniens dans le secteur de la gestion de l’eau ont reçu un soutien important de la part des bailleurs de fonds. Ils s’inscrivent dans ce cadre où le conflit est dépolitisé et les relations de pouvoir asymétriques sous-estimées. Les accords d’Oslo privilégient des solutions techniques et ne prennent pas en compte le contexte dans lequel ils s’insèrent (Trottier et Brooks, 2013). Les projets dans le secteur de l’eau sont présentés comme des solutions techniques par leurs promoteurs, situés en dehors des contingences politiques.

14Ainsi, les grands projets tripartites (Israël, AP, Jordanie) sont généralement présentés comme des moyens de coopération économique et de développement de la paix. Peu de projets aboutissent et, néanmoins, ils sont toujours perçus comme des outils de stabilité régionale.

1.2. Le dessalement : définir l’eau comme une ressource équivalente, interchangeable et infinie, et développer une technologie maîtrisée par Israël

15Les projets et les discours des bailleurs de fonds concernant l’environnement se basent sur les connaissances scientifiques. Ils véhiculent des représentations particulières de l’eau qui correspondent à l'« eau moderne ». Elle peut être définie comme la façon dominante de penser l’eau, développée en Europe occidentale et en Amérique du Nord à la fin du xxe siècle (Linton, 2010). C’est une abstraction, elle est isomorphique, mesurable, quantifiable : H2O. Sa principale caractéristique est de transformer l’eau en une formule mathématico-chimique et de constituer deux espaces distincts et clos entre l’eau et la société (Linton, 2010). Selon nous, le qualificatif « moderne » correspond à la situation décrite par Bauman (2007) dans laquelle les intellectuels, sur la base du savoir qu’ils détiennent, sont les plus à même de définir quel est le meilleur ordre social, exerçant alors une forme de pouvoir sur l’ensemble de la société, ainsi qu’à la définition de la modernité selon Latour (1991), caractérisée par le processus de purification qui décrit la manière dont les faits scientifiques sont isolés de la société qui les produit (Fustec et Trottier, 2016).

16L’eau représentée comme une ressource est illustratrice du lien entre l’État moderne centralisateur et l'« eau moderne ». La politique des États-Unis dans les années 1930 en matière de gestion de l’eau reflète cette relation entre l’État, les hydrologues et l'« eau moderne » (Trottier, 2012a). Reisner (1986) fait référence au « triangle de fer » pour décrire la collusion entre les intérêts des administrations, de la bureaucratie hydraulique et des acteurs privés. Ces coalitions d’intérêts ont évolué. Ce « triangle d’intérêts » se serait transformé en un « carré », incluant les organisations internationales (Molle et al., 2009). Ces dernières vont promouvoir et diffuser cette représentation de l’eau qui va se traduire par des dispositifs techniques.

17La prise de conscience d’une dégradation de l’environnement à l’échelle de la planète dans les années 1980 passe par la diffusion de discours sur la rareté ou la raréfaction des ressources en eau, dont plusieurs auteurs ont mis en lumière le caractère construit notamment dans l’espace israélo-palestinien (Alatout 2008, 2009 ; Trottier, 2008). La notion de rareté est associée au concept d’efficacité économique, caractéristique de la commercialisation et privatisation de la gestion de l’eau (Bakker, 2004). La marchandisation de l’eau, promue par les organisations internationales, la conférence de Dublin, etc., serait la solution pour mieux gérer la rareté. Dans ce contexte, la technologie du dessalement d’eau de mer répond et résout la question de la rareté ; la ressource en eau devient illimitée.

18Feitelson et Rosenthal (2012) analysent les changements de la géographie de l’eau apportés par le développement de la technologie du dessalement en Israël. Selon eux, cette nouveauté pourrait ébranler les relations de pouvoir existant dans le secteur de l’eau de trois manières. Elle met fin au monopole de Mekorot (l’entreprise nationale israélienne) par la participation des capitaux privés à la construction des usines. Elle pose de nouvelles questions quant au prix de l’eau et à l’attribution de subventions. Enfin, elle soulève des interrogations concernant le conflit israélo-palestinien. Les auteurs considèrent que lorsqu’il y a des situations conflictuelles, le dessalement peut être une option à somme positive. S’ils montrent bien comment l’entreprise nationale Mekorot perd son monopole, leur analyse du conflit israélo-palestinien examine peu les recompositions des relations de pouvoir. Pourtant, le développement des usines de dessalement est politique. Il permet, par la création d’une ressource potentiellement infinie, de maintenir le statu quo, de ne pas discuter des accords d’Oslo, de poursuivre la vente d’eau de Mekorot à l’AP et de développer l’expertise israélienne en la matière et, ainsi, de renforcer la dépendance de l’AP.

19Dans les années 1990, Israël aurait craint que le développement du dessalement ne réduise ses capacités de négociations concernant les ressources en eau (Allan, 2002). C’est à la fin des années 1990 et au début des années 2000 qu’Israël développe les usines de dessalement. Le développement des technologies de dessalement de l’eau de mer et de réutilisation des eaux usées n’a pas réduit l’intensité du conflit autour des ressources (Zeitoun, 2008). Par ailleurs, on ne peut que constater qu’il n’y a pas eu de modifications dans l’allocation des ressources en eau entre Israël et l’AP, et que les quantités d’eau vendues par Mekorot à l’AP devraient augmenter. En effet, selon les termes du Memorandum of Understanding signé le 9 décembre 2013, une usine de dessalement va être construite à Aqaba en Jordanie pour alimenter la mer Morte ; Israël va augmenter les décharges d’eau du lac de Tibériade vers la Jordanie ; Mekorot va vendre entre 20 et 30 millions de mètres cube d’eau par an à l’Autorité palestinienne de l’eau (APE) pour alimenter la Cisjordanie. Ainsi, si Feitelson et Rosenthal (2012) notent une perte de pouvoir de Mekorot, ce constat est à nuancer puisqu’elle gagne de nouveaux marchés palestiniens. Par ailleurs, l’usine de dessalement de la bande de Gaza devrait fonctionner grâce à l’énergie produite par Israël. Au-delà de la question du pouvoir de l’entreprise Mekorot, le développement du dessalement ne semble pas conduire à un rééquilibrage des relations de pouvoir entre Israéliens et Palestiniens concernant l’eau.

  • 16 Les « droits à l’eau » correspondent au respect des accords d’Oslo (et à la réévaluation des alloca (...)

20Dans les projets étudiés, il y a un désaccord quant aux origines des problèmes et aux solutions à mettre en œuvre pour les résoudre. Les projets répondent à une politique d’augmentation de l’offre, les ressources en eau de la mer sont perçues comme infinies. L’adoption de la technologie du dessalement représente un changement de régime : la fin de la rareté des ressources en eau écarte toute autre solution (préservation des ressources, collecte des eaux de pluie, réutilisation des eaux domestiques, etc.). Ce nouveau régime permet un déplacement du conflit israélo-palestinien concernant les droits à l’eau16 vers une question plus technique (Teschner, Garb et Paavola, 2013). La promotion d’une solution technique où les quantités d’eau disponible sont, en théorie, infinies permet de ne pas résoudre la question du partage des ressources en eau entre Palestiniens et Israéliens. Ce paradigme est également celui dans lequel s’inscrivent l’AP et les bailleurs de fonds.

21Ainsi, le dessalement d’eau de mer permet de qualifier l’eau comme une ressource équivalente, interchangeable et infinie. Pourtant, par exemple, l’eau de la mer Morte est unique de par sa composition minérale. Ferguson (1990) a montré que, dans le cas des politiques de développement au Lesotho, les discours technicistes dépolitisaient les enjeux socio-politiques. Dans le cas présent, la question de l’eau est dépolitisée. Or, nous avons montré qu’elle favorise certains acteurs. La technicisation des enjeux permet de passer sous silence les relations de pouvoir.

2. Oppositions de la société civile et propositions alternatives : repolitisation des enjeux

  • 17 Il n’est pas évident de dresser un état de lieu des ONG environnementales palestiniennes. Néanmoins (...)

22Garb (2004) décrit la construction de l’inévitabilité du projet d’autoroute trans-israélienne. Selon lui, celle-ci est intrinsèque à tout grand projet. Plus spécifiquement concernant les barrages, le potentiel bénéfice qu’ils apportent en termes d’hydroélectricité, d’irrigation et d’eau potable a contribué à ce qu’ils acquièrent une dimension incontournable et nécessaire (Adams, 2009). Les deux exemples qui nous intéressent sont de grands projets, décrits par les acteurs qui les soutiennent comme inévitables afin de répondre à des situations d’urgence. En revanche, les ONG environnementales palestiniennes17 s’opposent majoritairement au projet d’usine de dessalement pour la bande de Gaza comme à celui de canal entre la mer Rouge et la mer Morte. Elles mettent en lumière la dimension politique de ces projets d’infrastructure. Elles participent à la politisation des enjeux définie comme « […] une requalification des activités sociales les plus diverses, requalification qui résulte d’un accord pratique entre des agents sociaux enclins, pour de multiples raisons, à transgresser ou à remettre en cause la différenciation des espaces d’activités » (Lagroye, 2003 : 360-361). Elles définissent les questions liées à la gestion de l’eau comme des problèmes politiques et non comme des problèmes techniques, permettant ainsi une remise en cause des solutions proposées et la formulation de nouvelles solutions.

2.1. De l’usine de dessalement dans la bande de Gaza au transfert d’eau entre la Cisjordanie et la bande de Gaza

  • 18 Entretien réalisé le 04/04/2012 à Ramallah.

23Le directeur de l’ONG Palestinian Hydrology Group18 s’oppose au projet pour plusieurs raisons. La première est la gestion de l’usine de dessalement. Qui va être responsable de la gestion de l’usine : le secteur privé, les municipalités, le gouvernement ? La seconde préoccupation concerne l’environnement et l’impact sur la biodiversité et sur les activités de pêche. Ensuite, il dénonce le manque de compétences palestiniennes concernant le dessalement et s’interroge sur le coût du projet. Il met en exergue les raisons politiques de son opposition. Il considère que l’usine de dessalement ne peut être construite alors qu’Israël « vole » l’eau des Palestiniens. Ces derniers pourraient récupérer leurs quotas sur le Jourdain par exemple. Le problème est une question d’accès aux ressources, il n’est pas strictement quantitatif. Tant que les négociations avec Israël sont au point mort, les Palestiniens n’ont pas accès aux ressources en eau qui leur reviennent. Il considère qu’il serait préférable de transférer de l’eau depuis la Cisjordanie vers la bande de Gaza, car cela participerait à l’intégration des deux territoires.

  • 19 Entretien réalisé le 19/05/2012 à Bethléem.

24Le directeur de l’ONG Applied Research Institute of Jerusalem (ARIJ) explique19 que le projet soulève plusieurs problèmes : Quelle énergie va être utilisée pour faire fonctionner l’usine de dessalement ? Comment vont être gérés les déchets générés ? Et surtout, il évoque le coût trop élevé du projet. Selon lui, la meilleure solution serait un système dual (pour l’eau potable et pour les autres usages) qui serait moins cher et plus soutenable. Ensuite, il évoque un projet alternatif de l’ingénieur-architecte français, Marc Mimram. Il propose de construire un pont entre la bande de Gaza et la Cisjordanie qui transporterait de l’eau, des véhicules, etc. Son projet vise à répondre à la fois au problème d’accès à l’eau potable dans la bande de Gaza et de disparition de la mer Morte. Ainsi, le pont transporterait de l’eau potable de la Cisjordanie vers la bande de Gaza, et de l’eau salée de la bande de Gaza vers la mer Morte.

25Nous pouvons émettre l’hypothèse que les ONG s’opposent à ce projet également pour des raisons politiques et stratégiques. En l’état, le projet ne leur laisse que peu de place. L’adoption d’un autre projet pourrait leur assurer un développement économique ainsi qu’une certaine légitimité.

  • 20 EWASH, 09/03/2014, Position Paper, Seawater Desalination for Gaza: Implications and Challenges.
  • 21 Ibid.

26Emergency Water Sanitation and Hygiene (EWASH)20 qui regroupe plusieurs organisations intervenant dans le secteur considère que le dessalement est peut-être la solution la plus appropriée pour répondre à l’urgence humanitaire, mais que le projet soulève de fortes préoccupations. Les membres d’EWASH sont inquiets du risque que le projet participe à l’inscription dans la durée du statu quo et donc de l’occupation, qu’il contribue à l’isolement de la bande de Gaza et qu’il permette à Israël d’ignorer ses obligations envers les Gazaouis. Ils considèrent que le projet risque d’augmenter la vulnérabilité des populations civiles gazaouies, car il nécessite de l’électricité que la bande de Gaza ne peut pas produire. Enfin, l’impact sur l’environnement est souligné. Ils défendent une vision où le respect des droits à l’eau des Palestiniens est une solution aux problèmes de gestion de l’eau en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. Ainsi, trois hypothèses sont envisagées21 : l’acheminement de l’eau potable pourrait se faire soit grâce au National Water Carrier, soit par le transfert d’eau entre la Cisjordanie et la bande de Gaza, ou encore en achetant de l’eau à Mekorot (carte 3).

© S. Coursière – ART Dev – UMR 5281 – CNRS/2014
Source : Atlas Nathan.

27Les ONG dénoncent un projet politique qui se base sur la situation actuelle en la prenant comme situation de référence, alors que les accords d’Oslo prévoient des négociations et une augmentation des quantités d’eau disponibles pour les Palestiniens. Selon elles, les Territoires palestiniens représentent une unité ; les ressources en eau disponibles en Cisjordanie devraient donc pouvoir alimenter la bande de Gaza. En résumé, l’opposition au projet d’usine de dessalement dans la bande de Gaza se traduit à la fois par la dénonciation de ses dimensions politiques qui seraient « cachées » par ses promoteurs et de ses impacts environnementaux. Elles proposent des solutions diverses et considèrent que la première étape est politique c’est-à-dire que les droits à l’eau des Palestiniens devraient être respectés.

2.2. Du canal entre la mer Rouge et la mer Morte à la réhabilitation du Jourdain

28Concernant le projet de canal entre la mer Rouge et la mer Morte, les ONG adoptent deux positions distinctes. Une partie d’entre elles développe une conception environnementaliste du problème et des solutions à apporter tandis que l’autre propose une approche technique.

  • 22 Site Internet de FOEME : http://foeme.org/www/?module=projects&record_id=51, consulté le 08/04/2014
  • 23 FOEME, February, 2013, Comments of EcoPeace/Friends of the Earth Middle East to World Bank Public H (...)
  • 24 Ma'an Development Center, 2011, Destructive environmentalism. The impacts of the proposed environme (...)

29L’ONG Friends of the Earth Middle East (FOEME) qui regroupe des environnementalistes palestiniens, israéliens et jordaniens a conduit une étude indépendante sur les impacts socio-économiques et environnementaux du projet. Elle soulève un certain nombre de questions (Quels seront les impacts des prélèvements sur le golfe d’Aqaba ? De nouveaux micro-organismes vont-ils se développer du fait du mélange entre les eaux de la mer Rouge et de la mer Morte ? La gestion de la production d’eau dessalée sera-t-elle confiée à des acteurs privés ? Les décisions concernant le projet seront-elles prises en concertation avec les ONG, les communautés locales et les experts ?22). Le coût financier comme les impacts environnementaux et économiques sont dénoncés23. L’ONG promeut la réhabilitation du Jourdain en amont, qui permettrait de stabiliser le niveau de la mer Morte. La position de FOEME est environnementaliste au sens où elle défend la préservation de l’environnement. Celle de l’ONG Ma’an Development Center est proche24. Elle soulève diverses questions comme le risque de contamination par l’eau salée des ressources en eau des aquifères, les impacts sur la biodiversité de la mer Rouge, les conséquences du mélange des deux types d’eau salée, les risques sismiques, etc. Elle considère que le projet pour sauver la mer Morte doit également avoir pour objectif la réhabilitation du Jourdain. Elle pense que le projet est « contre nature » et qu’il ne s’attache pas aux causes du problème, à savoir les politiques de l’eau israéliennes, jordaniennes et syriennes. La solution de l’ONG est décrite comme durable et protectrice de l’environnement, elle vise à restaurer un état qui serait « naturel ».

30Une employée de l’ONG Center for Environmental Diplomacy in Palestine (CED)25, explique que son chef a proposé un projet intitulé Med-Dead qui relirait la mer Méditerranée à la mer Morte26, faisant écho au projet de l’ingénieur-architecte M. Mimram. Ce projet prévoit une usine de dessalement et une usine hydroélectrique. Le principal avantage évoqué est le tracé plus court et sans dénivelé. Au contraire, les points négatifs du projet de canal entre la mer Rouge et mer Morte sont soulevés. Tout d’abord, les craintes portent sur les effets non connus de la réaction chimique que va entraîner la rencontre entre les deux eaux : de la mer Rouge et de la mer Morte. Ensuite, le projet est étiqueté « projet pour la paix », or il ne bénéficierait pas aux Territoires palestiniens, mais à Israël et à la Jordanie. Enfin, le coût du projet est également dénoncé. De son côté, l’enquêtée se décrit comme « environnementaliste ». Elle pense que la meilleure solution serait de réhabiliter le Jourdain en amont et de réduire les quantités d’eau prélevées notamment par Israël. Le projet de désalinisation produit trop de déchets et pose des problèmes environnementaux. Elle ajoute que la mise en place de ce type de projet peut prendre des années. Elle préfère les projets à plus petite échelle, plus réalisables. Au final, trois solutions sont donc envisagées (carte 4).

© S. Coursière – ART Dev – UMR 5281 – CNRS/2014
Source : Atlas Nathan.

  • 27 D’après la « ligne verte » qui désigne aujourd’hui la ligne de séparation entre la Cisjordanie et I (...)

31Nous percevons ici deux positions différentes : la première, techniciste, considère que les problèmes environnementaux peuvent être résolus par la mise en œuvre de grands projets techniques et la seconde, environnementaliste, estime que les problèmes environnementaux peuvent être réglés par une modification des politiques responsables des dégradations. Les ONG dénoncent ici aussi la dimension politique du projet. Présenté comme un projet favorisant la paix, celui-ci conférerait plus de pouvoir à Israël sur la mer Morte et renforcerait l’occupation27. Selon les acteurs de la société civile, le problème est environnemental et politique. Les politiques de gestion de l’eau des États riverains en amont de la mer Morte sont responsables de sa dégradation. L’eau est ici une « eau milieu ». Celle-ci est alors considérée comme un patrimoine à protéger et transmettre (Ghiotti, 2006). Ainsi, pour protéger la mer Morte, les ONG s’opposent à l’apport d’eau dessalée qui modifierait sa composition. La préservation de cette « eau milieu » passerait par une restauration du fleuve en amont de la mer Morte. Par contre, les propositions alternatives au canal entre la mer Rouge et la mer Morte de l’ingénieur-architecte M. Mimram et du directeur de l’ONG CED ne peuvent être associées aux positions des ONG. Ce sont des propositions individuelles qui illustrent le désir d’individus de participer à la résolution du conflit au Moyen-Orient. Les différentes positions entre les ONG et l’AP reflètent leurs relations concurrentielles.

3. L’Autorité palestinienne, les ONG et l’eau

32Le contexte palestinien est particulier par rapport à celui des autres États arabes au sens où le secteur associatif a un rôle majeur depuis les années 1980 (Abu-Sada, 2007). En l’absence d’État, les associations sont chargées d’aider la population. Avec les accords d’Oslo et la création de l’AP, le rôle des ONG change et la concurrence entre l’AP et les ONG est importante. Elle reflète et met en lumière des représentations différentes, à la fois de la société et de la nature.

3.1. Relations concurrentielles entre les ONG et l’AP et création d’arènes de discussion

33Pour comprendre les relations entre les ONG et l’AP ou, au départ, avec l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) il faut revenir rapidement sur l’histoire du développement des ONG palestiniennes depuis la première Intifada. C’est une mobilisation à la fois contre l’occupation, mais également contre les élites palestiniennes traditionnelles (Robinson, 1997). La mobilisation se déploie en dehors du contrôle de l’OLP. Celle-ci marginalise les élites de la première intifada afin de consolider le pouvoir de l’AP. Les ONG créées durant cette période sont perçues comme des concurrentes. Par ailleurs, notons que la compétition existe aussi entre les ONG.

  • 28 Entretien réalisé le 19/05/2012 à Bethléem.
  • 29 Entretien réalisé le 14/05/2012 à Ramallah.

34Dans le secteur de la gestion de l’eau, le directeur de l’ONG ARIJ28, explique qu’au moment du processus de paix, ARIJ était le « focal point » pour les questions de gestion de l’eau et que le poste de ministre de l’Environnement lui aurait été proposé, mais qu’il l’aurait refusé. Ce récit n’est pas exempt de l'« illusion biographique » (Bourdieu, 1986) au sens où l’enquêté n’est pas neutre lorsqu’il raconte les événements passés, et dans la mesure où il recherche une logique dans la description de son parcours. L’interviewé explique a posteriori l’histoire et s’érige en figure incontournable du secteur environnemental. Affirmer qu’il a refusé le poste de ministre de l’Environnement lui permet d’expliquer ses désaccords avec l’AP et de mettre en avant les spécificités de la société civile. Par ailleurs, il explique que, lors de la création de l’AP, son ONG, créée dans les années 1990, a partagé ses informations et ses données avec l’AP. Dans le même ordre d’idée, une employée de l’ONG Palestinian Hydrology Group29 explique que l’APE n’a pas de capacité d’action et de contrôle, que les ONG sont plus structurées, qu’elles détiennent les informations et les bases de données. Elle rappelle que les ONG « étaient là avant » le gouvernement. L’antériorité des ONG est donc constamment rappelée.

  • 30 Entretien réalisé le 30/01/2012 à Ramallah.
  • 31 Notons néanmoins que le fonctionnement des ONG dépend, à des degrés divers, des financements qu’ell (...)

35Les relations entre les ONG et l’AP sont marquées par une concurrence de légitimité et de captation de la rente du développement. Le président par intérim du ministère des Affaires environnementales au moment de l’enquête30 dénonce l’action des ONG qui n’est, selon lui, pas coordonnée. Il souhaite les contrôler. De leur côté, les ONG, défendent leur particularité, leur connaissance du terrain et la richesse des informations qu’elles détiennent. Au nom de leur ONG ou à titre individuel, les acteurs de la société civile sont plus libres de s’exprimer au sujet de l’ordre social établi conjointement par les bailleurs de fonds et l’AP. Ils sont donc plus critiques quant aux politiques mises en œuvre, au fonctionnement de l’AP et à la solution à deux États pour résoudre le conflit31.

  • 32 Entretien réalisé le 02/05/2012 à Hébron.
  • 33 Entretien réalisé le 20/05/2012 à Naplouse.
  • 34 Entretien réalisé le 10/12/2012 à Birzeit.
  • 35 Le 29/11/2012.
  • 36 Entretien réalisé le 19/05/2012 à Bethléem.

36Ainsi, un employé de l’ONG Land Research Center32 pense que la solution à deux États n’est pas plausible, que les Palestiniens ne sont pas dupes vis-à-vis des accords d’Oslo et qu’ils savent que le gouvernement est un intermédiaire d’Israël. Un chercheur de l’université de Naplouse, docteur en génie civil et environnemental travaillant sur l’eau33, explique qu’il est pour la solution à un État, puisque les Israéliens comme les Palestiniens « ne vont pas partir », il faut vivre ensemble pour la paix. Il poursuit et explique que pour avoir un État, il faut les piliers d’un État, or ils n’existent pas. Son explication pose la question de ce que sont les piliers de l’État. Pour compenser l’absence d’État sur le terrain, l’AP a insisté dès la fin des années 1980 et surtout après les accords d’Oslo, et du fait de ceux-ci, sur les éléments symboliques de la souveraineté étatique : drapeaux, timbres, passeports, documents administratifs à en-tête officiel, personnalités politiques qui obtiennent des titres officiels, etc. (Radi, 2002). Mais l’AP ne dispose toujours pas d’une monnaie propre, ne contrôle pas les frontières, ne gère pas la sécurité, ne garantit pas la libre circulation de ses ressortissants. Nous pouvons supposer que l’enquêté fait référence à ce fossé entre les attributs symboliques de la souveraineté et la souveraineté telle que définie traditionnellement en relations internationales, comme le contrôle par l’État de son territoire. Un autre chercheur de l’université de Birzeit, docteur en génie de l’eau et de l’environnement34, explique qu’il considère que la reconnaissance de la Palestine comme État non membre de l’ONU35 ne changera rien sur le terrain. Sa position fait également état d’un décalage entre ce qui correspondrait à un État symbolique et un État sur le terrain. Le directeur de l’ONG ARIJ36 a un avis moins tranché. Il est en faveur de la solution à deux États avec les frontières de 1967. En définitive, les positions des enquêtés vis-à-vis de la création de l’État palestinien sont diverses. Néanmoins, aucune ne correspond ou n’approuve la proposition que constitue le processus d’étatisation actuel de l’AP.

37Les ONG sont analysées simultanément comme des contre-pouvoirs, des laboratoires du développement d’une contre-société ou des acteurs de la démocratisation ou bien, à l’inverse, elles sont perçues comme un instrument de l’État ou des bailleurs pour promouvoir leurs politiques (Abu-Sada et Challand, 2011). Dans un autre contexte, en Thaïlande, Forsyth (2007) pose la question : « Les ONG dans les pays en développement sont-elles un signe de démocratisation ? » Un indicateur important, selon lui, est la participation aux mobilisations des classes sociales les moins favorisées. Il conclut que les mouvements environnementaux ont été une force de démocratisation à la fois par la création d’arènes où l’on peut critiquer l’État et en se diversifiant de manière à devenir plus inclusives sans toutefois revendiquer dépasser les intérêts de classe. Si les ONG environnementales palestiniennes participent à une démocratisation de la société palestinienne, c’est effectivement par la création d’arènes de discussions où elles critiquent les projets soutenus par l’AP et peu par la participation de toutes les classes sociales aux mobilisations. Néanmoins, concernant les deux projets étudiés, notons que leur mobilisation a des conséquences marginales. En critiquant les grands projets hydrauliques, elles critiquent l’ordre social et naturel constitué par l’AP et les bailleurs.

3.2. Représentations de l’eau et du conflit

38Le tableau suivant synthétise les représentations des différents acteurs en présence. Il fait état des représentations des bailleurs de fonds et de l’AP et des ONG concernant l’eau et le conflit. Les représentations de l’eau regroupent de façon plus large les représentations des enjeux environnementaux, l’origine des problèmes, les solutions proposées, les ressources en eau envisagées et les représentations de l’eau. Les représentations du conflit israélo-palestinien regroupent les représentations des Territoires palestiniens, du conflit et des accords d’Oslo et de la solution à deux États. Précisons que ces résultats sont une typologie, les discours des acteurs peuvent emprunter à plusieurs des discours types.

Tableau 1. Co-constructions des représentations de l’eau et du conflit dans les Territoires palestiniens à travers l’analyse des discours concernant deux grands projets hydrauliques

Tableau 1. Co-constructions des représentations de l’eau et du conflit dans les Territoires palestiniens à travers l’analyse des discours concernant deux grands projets hydrauliques

39En synthétisant, nous pouvons considérer que pour les bailleurs de fonds et l’AP l’environnement est un enjeu technique. L’eau est une ressource, les problèmes concernant sa gestion sont techniques et peuvent être résolus par le développement du dessalement d’eau de mer. Ces projets sont décrits comme favorisant la paix, la résolution du conflit passant par l’établissement d’un État palestinien sur les bases de l’AP. Pourtant, sur le long terme, ces politiques tendraient à déconnecter la Cisjordanie de la bande de Gaza, elles renforceraient le statu quo et consolideraient la construction étatique de l’AP. De l’autre côté, la gestion de l’eau est une question environnementale ou technique pour les ONG. Elles considèrent que les problèmes de gestion sont politiques et proposent des solutions environnementales, techniques et/ou politiques. L’eau à laquelle elles font référence est alors soit une « eau ressource », soit une « eau milieu ». Les ONG se représentent la Cisjordanie et la bande de Gaza comme une unité, elles demandent le respect des accords d’Oslo et sont critiques vis-à-vis du processus d’étatisation actuel.

Conclusion

40Le développement de la technologie du dessalement et son imposition comme une solution incontournable permettent d’évacuer certains enjeux politiques relatifs au conflit. La question de la quantité des ressources en eau disponible devient caduque, les ressources en eau étant décrites comme illimitées. Les divergences autour des deux projets étudiés (l’usine de dessalement dans la bande de Gaza et le canal entre la mer Rouge et la mer Morte) donnent à voir différents processus de qualification des modalités de gestion de l’eau. Elle est présentée alternativement comme un enjeu technique ou politique, comme une ressource ou un milieu à protéger. Ces différences illustrent les relations concurrentielles entre l’AP et les ONG. Les choix technologiques ne sont pas neutres, ils reflètent à la fois les représentations de l’environnement et de la société, ainsi que les enjeux politiques. Les acteurs co-construisent l’ordre social et l’ordre naturel en élaborant les problèmes et les solutions associés à la gestion de l’eau et en se positionnant par rapport au conflit. Les grands projets mobilisant la technologie du dessalement d’eau de mer modifient donc à la fois les ressources en eau, les représentations de celle-ci, ainsi que les relations de pouvoir entre les acteurs.

41Cet article a montré que, dans le cas du conflit israélo-palestinien, une coalition d’acteurs (membres de l’AP, bailleurs de fonds, acteurs politiques israéliens) qualifie l’eau comme un enjeu coopératif et technique, et promeut ces grands projets en les présentant comme incontournables. Au contraire, les acteurs de la société civile se saisissent de ces enjeux en mettant en avant leurs dimensions politiques et proposent des solutions alternatives dont les retombées sont néanmoins marginales. Au final, le développement de ces projets consolide la position dominante d’Israël tout en permettant le renforcement de l’AP.

Haut de page

Bibliographie

Abu-Sada C., 2007, ONG palestiniennes et construction étatique : l’expérience de Palestinian Agricultural Relief Committees (PARC) dans les Territoires occupés palestiniens, 1983-2005, Beyrouth, Presses de l’IFPO.

Abu-Sada C., Challand B. (dir.), 2011, Le développement, une affaire d’ONG Associations, États et bailleurs dans le monde arabe, Paris, Karthala Éditions.

Adams B., 2009, Green Development : Environment and Sustainability in a Developing World, 3rd Edition, London/New York, Routledge.

Aggestam et Sundell-Eklund, 2014, « Situating water in peacebuilding : revisiting the Middle East peace process », Water International, vol. 39, n° 1, p. 10-20.

Alatout S., 2008, « “State” of scarcity : water, space, and identity politics in Israel », Environment and Planning D : Society and Space, vol. 26, n° 6, p. 959-982.

Alatout S., 2009, « Bringing abundance back into environmental politics: Constructing a Zionist Network of Abundance, Immigration, and Colonization, 1918-1948 », Social Studies of Science, vol. 39, n° 3, p. 363-394.

Allan T., 2002, The Middle East Water Question : Hydropolitics and the Global Economy, London, I. B. Tauris.

Bailey S., Bryant R., 1997, Third World Political Ecology : An Introduction, London/New York, Routledge.

Bakker K.J., 2004, An Uncooperative Commodity : Privatizing Water in England and Wales, Oxford/New York, Oxford University Press.

Bauman Z., 2007, La décadence des intellectuels. Des législateurs aux interprètes, Arles, Éditions Jacqueline Chambon.

Bethemont J., 2012, « Les grands projets hydrauliques et leurs dérives », Géocarrefour, vol. 84, n° 1-2, p. 5‑9.

Bouillon M.E., 2004, The peace business : money and power in the palestinian-israeli conflict, London, I. B. Tauris.

Bourdieu P., 1986, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociale, n° 62-63, p. 69-72.

Boussois S., 2012, Sauver la mer Morte. Un enjeu pour la paix au Proche-Orient, Paris, Armand Colin.

Espeland W., 1998, The struggle for water. Politics, Rationality and Identity in the American Southwest, Chicago/London, The University of Chicago Press.

Feitelson E., Rosenthal G., 2012, « Desalination, space and power : The ramifications of Israel’s changing water geography », Geoforum, vol. 43, n° 2, p. 272‑284.

Ferguson J., 1990, The Anti-politics Machine : « Development », Depoliticization, and Bureaucratic Power in Lesotho, Cambridge, Cambridge University Press.

Forsyth T., 2003, Critical political ecology : the politics of environmental science, New York/London, Routledge.

Forsyth T., 2007, « Are Environmental Social Movements Socially Exclusive ? An Historical Study from Thailand », World Development, vol. 35, n° 12, p. 2110-2130.

Fustec K., 2012, « Les territoires occupés palestiniens : le rôle de l’Union européenne dans la construction politique et territoriale des enjeux de l’eau », Méditerranée, vol. 119, n° 2, p. 83-90.

Fustec K., 2014, Processus multi-échelle, enjeux environnementaux et construction étatique. Le cas de l’Autorité palestinienne, des politiques de gestion de l’eau et du changement climatique, thèse de doctorat, géographie, université Paul-Valéry, Montpellier, 584 p.

Fustec K., Trottier J., 2016, « Quelle contribution des SHS dans la production des savoirs sur l’eau et le changement climatique ? Le cas des projets de recherche financés par l’Union européenne », Sciences de la société, vol. 96, p. 103-118.

Garb Y., 2004, « Constructing the Trans-Israel Highway’s Inevitability », Israel Studies, vol. 9, n° 2, p. 180-217.

Teschner, N., Garb, Y. and Paavola, J., 2013, « The Role of Technology in Policy Dynamics: The Case of Desalination in Israel », Environmental Policy and Governance, vol. 23, n° 2, p. 91-103.

Ghiotti S., 2006, « Les Territoires de l’eau et la décentralisation : la gouvernance de bassin versant ou les limites d’une évidence », Développement durable et territoires, en ligne, dossier n° 6, http://developpementdurable.revues.org/1742, consulté le 06/02/2015.

Glaser B.G., Strauss A.L., 1967, The discovery of grounded theory : strategies for qualitative research, Chicago, Aldine, 271 p.

Lagroye J., 2003, « Les processus de politisation », in Lagroye J. (dir.), La politisation, Paris, Belin, p. 359-371.

Jasanoff S., 2004, States of Knowledge. The Co-Production of Science and Social Order, Londres/New York, Routledge.

Latour B., 1991, Nous n’avons jamais été modernes-essai d’anthropologie symétrique, Paris, La Découverte, 205 p.

Leach M., Mearns R., 1996, « Environmental change and policy », in Leach M., Mearns R. (dir.), The lie of the land: challenging received wisdom on the African environment, Oxford, James Currey, p. 1-33.

Linton J., 2010, What is water? The history of a modern abstraction, Vancouver, University of British Columbia Press.

Molle F., Mollinga P.P., Wester P., 2009, « Hydraulic bureaucraties and the hydraulic mission: flows of water, flows of power », Water Alternatives, vol. 2, n° 3, p. 328‑349.

Peres S., 1993, The New Middle East, New York, Henry Hotls and Co.

Radi L., 2002, « La crise de la territorialisation du nationalisme diasporique palestinien : une gouvernance transnationale inachevée », in Dieckhoff A., Kastoryano R., Nationalismes en mutation en Méditerranée orientale, Paris, CNRS Éditions, nouvelle édition http://books.openedition.org/editionscnrs/2373, consulté le 06/02/2015.

Reisner M., 1986, Cadillac Desert : The American West and Its Disappearing Water, New York, Viking Press, 582 p.

Robinson G. E., 1997, Building a Palestinian State: the incomplete revolution, Bloomington, Indiana University Press, 248 p.

Trottier J., 2008, « Water crises : political construction or physical reality ? », Contemporary Politics, vol. 14, n° 2, p. 197-214.

Trottier J., 2012a, « L’avènement de la gestion intégrée des ressources en eau », in Lasserre F., Brun A. (dirs.), Gestion de l’eau : approche territoriale et institutionnelle, Québec, Presses universitaires du Québec, p. 179-195.

Trottier J., 2012b, « Water », dans Peters J., Newman D. (dir.), The Routledge Handbook on the Israeli-Palestinian Conflict, Londres, Routledge, p. 145-153.

Trottier J., Brooks D.B., 2013, « Academic Tribes and Transboundary Water Management: Water in the Israeli-Palestinian Peace Process », Science and Diplomacy, vol. 2, n° 2, p. 60-80.

Zeitoun M., 2008, Power and Water in the Middle East: The Hidden Politics of the Palestinian-Israeli Water Conflict, London/New York, I. B. Tauris.

Haut de page

Notes

1 Site Internet de la Banque mondiale : http://donnees.banquemondiale.org/indicateur/DT.ODA.ODAT.PC.ZS?year_high_desc=true, consulté le 18/04/2017.

2 Voir la synthèse rédigée par Trottier (2012b) pour une perspective historique.

3 Accord d’Oslo, 1995, Annexe III, art. 40.1. Les traductions des textes des accords d'Oslo proviennent de la Digithèque de matériaux juridiques et politiques (MJP) de l'université de Perpignan. Site Internet : http://mjp.univ-perp.fr/apropos.htm#p, consulté le 16/09/2014.

4 36% selon la Palestinian Water Authority, Water supply report 2010, March 2012.

5 Nous employons ce terme pour désigner les acteurs non gouvernementaux impliqués dans le secteur de la gestion de l'eau, à l'exception des journalistes et des acteurs politiques.

6 Nous employons l'adjectif « environnementales », car toutes les ONG étudiées n'ont pas une vocation environnementaliste, c'est-à-dire de promotion du respect de l'environnement. Dans le secteur de la gestion de l'eau, beaucoup d'ONG sont au départ des ONG de développement visant à améliorer l'accès des populations à l'eau et à l'assainissement.

7 Nous utilisons les qualificatifs « nord » et « sud » à la fois pour signaler que les termes ne correspondent pas aux Sud et Nord géographiques et pour nuancer la dimension englobante et réductrice de ces terminologies.

8 Le terme « nature » a longtemps été utilisé dans le cadre de l'opposition entre nature et culture, le terme « environnement » désigne ce qui est autour des sociétés. Jusque dans les années 1980, il a été entendu essentiellement comme « environnement naturel », à la différence de l'« environnement construit ». Aujourd’hui, il englobe l'ensemble des éléments matériels, naturels, les activités, les institutions, etc. qui environnent les sociétés. Les apports des Science and Technology Studies et de la notion de co-construction permettent de dépasser l'idée de la séparation entre la nature ou l'environnement et la société. Ainsi, la nature n'environne pas la société, elle ne lui est pas extérieure, la nature et la société se co-construisent. Jasanoff (2004) a défini la notion co-construction : les savoirs scientifiques sont imbriqués à la fois dans les identités sociales, les institutions, les représentations et les discours, et vice versa.

9 Octobre-juin 2011 et décembre 2012.

10 Plusieurs raisons peuvent expliquer le soutien de l’AP à ces grands projets d’infrastructure. En effet, l’un des objectifs des bailleurs de fonds depuis les accords d’Oslo est de construire l’État palestinien à partir de l’AP. Les apports financiers sont importants et les interconnaissances entre les acteurs du développement et des élites palestiniennes très développées. Par ailleurs, la suite de l’article présente les relations concurrentielles que l’AP entretient avec les ONG. De futures recherches pourraient également se pencher sur la dimension symbolique des grands projets d’infrastructure dans le processus de construction étatique de l’AP. Dans le cadre de cet article et de la réalisation d’une typologie concernant les représentations de l’eau et du conflit, nous lions les représentations des bailleurs de fonds et de l’AP qui soutiennent les deux projets d’infrastructure en question.

11 Union for the Mediterranean, Environment and Water Division, 14/05/2011 Gaza Desalination Project, « The Largest Single Facility to be built in Gaza ».

12 Ibid.

13 Pour un historique du projet, voir Boussois (2012).

14 World Bank, January 2013, Red Sea – Dead Sea Water Conveyance Study Program, Overview.

15 Précisons que, au-delà de la promotion de la solution à deux États comme solution à la paix, les bailleurs ont également des intérêts financiers, en termes de légitimité, de diplomatie, de politique étrangère, etc., à intervenir.

16 Les « droits à l’eau » correspondent au respect des accords d’Oslo (et à la réévaluation des allocations entre Palestiniens et Israéliens), voir introduction.

17 Il n’est pas évident de dresser un état de lieu des ONG environnementales palestiniennes. Néanmoins, le réseau Palestinian Environmental NGO’s Network regroupe 16 membres. Selon le rapport Mapping of Environmental Actors in the Palestnian Civil Society Sector, October 2012, préparé par Nada Majdalani Azzeh pour Heinrich Böll Stifung, 101 p., 64 organisations incluant des organisations de la société civile, des institutions académiques et des sociétés privées travaillent dans le secteur environnemental dans les Territoires palestiniens. Nous estimons qu’il y a environ une dizaine d’ONG en Cisjordanie qui sont actives dans le secteur de la gestion de l’eau. Pour cet article, nous avons recueilli les discours de six d’entre elles et de EWASH, réseau regroupant à la fois des ONG internationales et nationales qui interviennent dans le secteur de la gestion de l’eau et de l’assainissement.

18 Entretien réalisé le 04/04/2012 à Ramallah.

19 Entretien réalisé le 19/05/2012 à Bethléem.

20 EWASH, 09/03/2014, Position Paper, Seawater Desalination for Gaza: Implications and Challenges.

21 Ibid.

22 Site Internet de FOEME : http://foeme.org/www/?module=projects&record_id=51, consulté le 08/04/2014.

23 FOEME, February, 2013, Comments of EcoPeace/Friends of the Earth Middle East to World Bank Public Hearings concerning Red Dead Conduit Project.

24 Ma'an Development Center, 2011, Destructive environmentalism. The impacts of the proposed environmental initiatives regarding the Dead Sea.

25 Entretien réalisé le 06/12/2012 à Ramallah.

26 Site Internet du projet Med-Dead : http://meddead.org/MedDead_Project.html, consulté le 31/03/2014.

27 D’après la « ligne verte » qui désigne aujourd’hui la ligne de séparation entre la Cisjordanie et Israël, une partie de de la mer Morte est située en Cisjordanie. Or, de fait, l’armée israélienne empêche les Palestiniens d’accéder à cette partie de la mer Morte.

28 Entretien réalisé le 19/05/2012 à Bethléem.

29 Entretien réalisé le 14/05/2012 à Ramallah.

30 Entretien réalisé le 30/01/2012 à Ramallah.

31 Notons néanmoins que le fonctionnement des ONG dépend, à des degrés divers, des financements qu’elles obtiennent auprès des bailleurs de fonds internationaux notamment.

32 Entretien réalisé le 02/05/2012 à Hébron.

33 Entretien réalisé le 20/05/2012 à Naplouse.

34 Entretien réalisé le 10/12/2012 à Birzeit.

35 Le 29/11/2012.

36 Entretien réalisé le 19/05/2012 à Bethléem.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1. Ressources en eau dans l’espace israélo-palestinien
Crédits © S. Coursière, ART-Dev, UMR 5281/2012, d’après Palestinian Academic Society for the Study of International Affairs (PASSIA).
URL http://developpementdurable.revues.org/docannexe/image/11677/img-1.png
Fichier image/png, 115k
Crédits © S. Coursière – ART Dev – UMR 5281 – CNRS/2014Source : Atlas Nathan.
URL http://developpementdurable.revues.org/docannexe/image/11677/img-2.png
Fichier image/png, 4,2M
Crédits © S. Coursière – ART Dev – UMR 5281 – CNRS/2014Source : Atlas Nathan.
URL http://developpementdurable.revues.org/docannexe/image/11677/img-3.png
Fichier image/png, 666k
Crédits © S. Coursière – ART Dev – UMR 5281 – CNRS/2014Source : Atlas Nathan.
URL http://developpementdurable.revues.org/docannexe/image/11677/img-4.png
Fichier image/png, 823k
Titre Tableau 1. Co-constructions des représentations de l’eau et du conflit dans les Territoires palestiniens à travers l’analyse des discours concernant deux grands projets hydrauliques
URL http://developpementdurable.revues.org/docannexe/image/11677/img-5.png
Fichier image/png, 66k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Klervi Fustec, « Qualifier la gestion de l’eau, se positionner par rapport au conflit : les cas de l’usine de dessalement dans la bande de Gaza et du canal entre la mer Rouge et la mer Morte », Développement durable et territoires [En ligne], Vol. 8, n°1 | Avril 2017, mis en ligne le 30 avril 2017, consulté le 24 mai 2017. URL : http://developpementdurable.revues.org/11677 ; DOI : 10.4000/developpementdurable.11677

Haut de page

Auteur

Klervi Fustec

Fustec Klervi est docteure en géographie, ingénieure de recherche CNRS à l’UMR ART-Dev 5281. Ses recherches portent sur les interactions entre la nature et la société, et plus particulièrement sur les savoirs et les enjeux de pouvoir concernant l’environnement, klervi.fustec@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille1
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • Revues.org