Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Voici quelques mois, l’un de mes amis postait sur un fameux réseau social la maxime : « Mon réveil a une fâcheuse tendance à sonner à des moments inopportuns, notamment quand je dors ». Au-delà de la boutade et de l’aspect anecdotique de cet aphorisme, n’y aurait-il pas matière à réflexion ?

2En effet, lequel d’entre nous ne déclare-t-il pas régulièrement : « je n’ai pas le temps », « je suis si fatigué », « je suis stressé », « vivement les vacances ! » ? Nul n’osera nier l’impression irrépressible de l’accélération de la fuite du temps entre nos doigts au fur à et mesure du développement d’outils numériques censés nous rendre la vie plus douce. À telle enseigne que quatre types de littérature se développent de façon exponentielle, du plus sérieux au plus futile :

3- les travaux scientifiques. Ils mettent, notamment, en lumière, les dégradations du lien social engendrées , par exemple, par des horaires de travail atypiques et l’augmentation de la précarité ;
- les travaux syndicaux. Ils alertent sur la hausse rapide de la prévalence des souffrances psychiques, mentales engendrées par la souffrance au travail. La nécessité pour un grand nombre de salariés de produire toujours plus avec des moyens de plus en plus limités au détriment de la qualité du produit, de la dégradation du service rendu, d’une relation humaine chaleureuse et épanouissante ;
- les livres, caracolant souvent en tête des classements des meilleures ventes, des ouvrages sur les techniques permettant, du moins théoriquement, de parvenir au bonheur, à l’épanouissement personnel, de rependre le contrôle de sa propre existence ;
- les magazines de toutes sortes, qui à l’approche de l’été, mettent à leur une les marronniers indiquant comment maigrir sans effort, suivre une « cure de détox », se reposer…

4Ce modèle de société, écartelé entre deux injonctions antinomiques (être performant sans affiche de failles et nécessité de prendre soin de sa personne) s’avère absolument terrifiant. Qui pourrait expliquer cette frénésie de plus en plus prégnante ? À quoi cela nous sert-il de vouloir aller de plus en plus vite, d’accumuler de plus en plus « d’expériences vécues », d’adopter, au nom de ce productivisme insidieux, sans consacrer quelques instants pour y penser, des habitudes harassantes et délétères ?

5Et si le premier pas d’un développement véritablement durable résidait dans la réaffirmation vigoureuse et sans faille que l’économie et l’organisation de la société doivent viscéralement concourir à l’émancipation de l’être humain ? Si écouter ses rythmes biologiques, les messages envoyés par nos corps et nos esprits constituait une étape absolument cruciale de toute tentative plus élaborée de développement ?

6« Quelle naïveté ! C’est impossible ! Nous revoici ramenés aux temps des utopies socialistes ! Tout ceci est vrai mais comment y parvenir ? » Pas besoin d’être grand clerc pour entendre toutes les critiques que susciteront, à n’en pas douter, ces quelques lignes. Qu’y répondre ? De nombreux articles publiés dans Développement Durable et Territoires, depuis sa création, tentent de répondre, plus ou moins directement, à ces questions. N’hésitez pas à les lire ou à les relire. En voici deux exemples :
- « Revenir vers les habitants, revenir sur les territoires »
- « L’innovation sociale, outil de renouvellement de la production de services de mobilité »

7Néanmoins, utopique ou non, pourquoi ne pas se laisser aller à rêver à une société idéale dont l’unique valeur cardinale serait le bien-être physique, psychique et mental de chacun de ses membres ?

8Vous trouverez, par ailleurs, en fin de numéro la rubrique « Appels à contribution » qui inclut deux appels à article pour des dossiers thématiques :
- « Le paysage comme instrument de gouvernance territoriale : entre expérimentation, critique et capacités institutionnelles »
- « Transformations du foncier rural et stratégies collectives en Méditerranée : entre conflits et résilience territoriale »

9Le comité de rédaction de Développement Durable et Territoires souhaite à ses fidèles lecteurs un bel été, de bonnes vacances, de stimulantes lectures à commencer par le dossier de ce numéro intitulé : « Lutte contre le changement climatique et maîtrise de la demande d’énergie » et dont voici l’introduction.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Chavy, « Ôde à la lenteur », Développement durable et territoires [En ligne], Vol. 8, n°2 | Juillet 2017, mis en ligne le 28 juillet 2017, consulté le 17 août 2017. URL : http://developpementdurable.revues.org/11707

Haut de page

Auteur

Frédéric Chavy

Frédéric Chavy est ingénieur d’études CNRS au Clersé (UMR 8019). Il est le secrétaire de rédaction de Développement Durable et Territoires et de la Revue Française de Socio-Économie, frederic.chavy@univ-lille1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille1
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • Revues.org