Skip to navigation – Site map
Publications de 2004

Sylvie Brunel, 2004, Le développement durable, Paris, PUF, collection Que-sais-je?

Bertrand Zuindeau

Full text

1Pourtant – disons-le d’emblée – le qualificatif de «précis» ne convient guère ici et ce nouvel ouvrage est plutôt à ranger dans la catégorie «études critiques», et prend même fréquemment des allures de pamphlet. Ce n’est pas un problème. Il y a dans l’esprit sous-jacent au développement durable, une invitation à la discussion – à «l’éthique de la discussion» pourrait-on dire en citant Habermas – à laquelle la contribution de Sylvie Brunel répond avec enthousiasme et vigueur.

2Évidemment, et pour le moins, ce livre expose ce qu’est le développement durable et surtout insiste sur sa généalogie. La définition du rapport Brundtland est bien sûr rappelée. Les diverses étapes de la diffusion de la notion et de son appropriation institutionnelle sont, elles aussi, précisées. En revanche, un certain nombre de thèmes ou de principes, qui participent pourtant très directement de la problématique du développement durable, ne sont pas présentés. Rien sur la précaution (Pour être plus juste, reconnaissons une seule et unique petite mention p. 85…) ; rien sur le principe d’intégration ; rien sur le principe pollueur-payeur: on pourrait donner d’autres exemples… De même, il faut attendre la page 74 (sur 123 !), pour bénéficier d’un exposé sur les «principaux axes d’action du développement durable». Mais – une fois encore – précisons que l’ouvrage, loin d’apparaître comme une synthèse neutre des différentes conceptions sur le développement durable, constitue une contribution engagée – d’ailleurs pleinement assumée par l’auteur – prenant appui sur cette problématique. En l’occurrence, le livre traite du développement durable face au développement ; une formule qui, d’ailleurs, aurait apporté un titre plus fidèle à son contenu. Mais laissons l’auteur lui-même préciser, dans son introduction, le sens de son ouvrage (p. 7): «[Le livre] se donne pour but d’analyser l’origine [du] concept [de développement durable], d’expliquer les raisons de son apparition et de son succès dans les relations internationales, de tenter de définir ce qu’est le développement durable aujourd’hui. Pourquoi cette notion de développement durable est-elle apparue dans le jargon des agences d’aide au moment même où le concept de développement tout court paraissait soudain obsolète, voire pernicieux?».

3Deux thèses principales, tout à fait complémentaires, sont en fait repérables:

4• La première est positive: ainsi que le laisse entendre la dernière phrase de la citation, le développement durable aurait participé à la critique du développement et se serait progressivement substitué à ce dernier.

5• La seconde thèse est davantage normative: selon l’auteur, le développement durable ne saurait se faire contre le développement. À la page 90 du livre, Sylvie Brunel enfonce ainsi le clou: «Pour que le développement soit durable, encore faut-il qu’il y ait développement».

6La première thèse oblige l’auteur à revenir très en amont du développement durable et à traiter de l’émergence du développement lui-même. Sylvie Brunel en rappelle l’origine: les années d’après-guerre parallèlement à la mise en œuvre de la décolonisation. La nécessité d’une aide financière aux pays «sous-développés» est, pour la première fois, exprimée dans la Discours sur l’état de l’Union du président des Etats-Unis, Harry Truman, (janvier 1949). Au-delà des raisons morales, le souci américain est d’éviter un basculement des pays pauvres vers le communisme. «Le concept de développement est donc bien un produit de la guerre froide» (p. 27). Les formes successives de la conception du développement sont ensuite présentées: grands projets, approche fondée sur les «basic needs», ajustement structurel… Au seuil des années 1990, la chute du communisme va priver l’aide au développement de son principal ressort. Le capitalisme régnant sans partage, la crainte n’existe plus de voir se tourner les pays pauvres vers un autre modèle. Conséquence patente: le montant de l’aide publique au développement, loin d’atteindre la référence de 0,7% du PIB, diminue drastiquement: de 0,33% du PIB à la fin de la guerre froide jusque 0,22% en 2002. Fait intriguant, comme le montre Sylvie Brunel: cette forte diminution de l’aide publique au développement coïncide aussi avec la montée d’analyses et de discours contestant, parfois de manière très radicale, le développement. Dans les rangs des critiques, on trouve bien placés, les mouvements écologistes et, bientôt, les adeptes du développement durable.

7Sylvie Brunel s’emploie alors à démontrer que le développement durable, bien que fondé en théorie sur le triptyque économie – social – environnement, s’avère rapidement un «trépied déséquilibré» (p. 52). Notamment sous l’influence des ONG écologistes, le pilier environnemental s’imposerait, contribuant alors à mieux désavouer l’idéologie de la croissance économique. L’auteur fonde son propos sur la capacité à mettre au titre de priorités, des objectifs écologiques (préserver la biodiversité, veiller à la sécurité sanitaire des aliments, lutter contre la déforestation, réduire l’usage de ressources fossiles, etc.) ; «priorités légitimes, qui découlent de l’intérêt général de l’humanité, mais qui peuvent, dans certains cas, les empêcher de prendre en considération d’autres impératifs, tels que ceux du développement immédiat des pays émergents» (p. 54). On sera d’accord avec l’auteur pour dire qu’en effet, très fréquemment, les interprétations du développement durable sont de type «environnementaliste» ; que les entreprises, par exemple, lorsqu’elles mettent en avant une prétendue politique de développement durable, en restent encore, bien souvent, à la question d’une limitation de leurs effets négatifs de l’environnement, oubliant d’autres volets tels que l’équité dans l’entreprise ou la participation des salariés.

8Nous sommes, en revanche, assez circonspect lorsque Sylvie Brunel développe la thèse, bien plus radicale, selon laquelle «la planète évince l’humanité» (chapitre IV). Elle se demande si «dans l’esprit [des] thuriféraires [du développement durable], le devenir de la planète n’est pas plus important que celui de l’humanité» (p. 68). Il est vrai, que de nombreux auteurs, et un courant entier, celui de «l’écologie profonde», accordent une primauté à la nature qui, dans leurs analyses et leurs propositions, s’accompagne fréquemment de prises de position, dont on peut craindre le penchant anti-humaniste (Ferry, 1992). En revanche, dans la conception dominante du développement durable, la défense de l’intégrité de l’environnement est toujours encadrée par l’intention première de mettre «Les êtres humains (…) au centre des préoccupations» (Principe 1er de la Déclaration de Rio). On comprend mal pourquoi cette attention privilégiée à l’environnement – cette conception environnementaliste dont on parlait à l’instant – desservirait forcément l’homme. D’ailleurs, les arguments manquent dans le livre pour fonder cette éventuelle causalité. On trouve bien rapportée une succession d’événements insistant sur la dimension écologique, mais une fois encore, on ne voit pas pourquoi ces derniers traduiraient un quelconque oubli de l’homme. En cherchant bien, il paraît n’y avoir que l’attribution du prix Nobel de la Paix à Wangari Maathai, défenseuse de la préservation de la forêt tropicale, pour servir d’argument au fait que «la communauté internationale privilégie désormais la planète à l’humanité» (p. 81). Un peu mince… De manière connexe, lorsque l’auteur s’emploie à atténuer l’acuité des préoccupations environnementales, on reste sur sa faim. Elle écrit, en effet: «Pourtant de nombreux experts relativisent l’ampleur des dégradations, montrant qu’elles sont rarement irrémédiables et que la planète ne se porte pas aussi mal que l’énumération des seules menaces pourrait laisser à penser». De quels experts s’agit-il? De Lomborg, «l’écologiste sceptique» (2004), dont les analyses ont suscité des réactions vigoureuses, à la mesure de sa propre fougue critique? (1) Les précisions font défaut ici. Lorsqu’on voit, par ailleurs, s’accumuler les rapports les plus sérieux (2), pointant le renforcement de la plupart des problèmes environnementaux, il conviendrait de mobiliser plus de matériaux pour fonder la «thèse de la relativisation»…

9La deuxième idée maîtresse du livre est que le développement durable doit se fonder nécessairement sur le développement. Le risque existant d’un oubli de la dimension de développement économique, au profit de la seule durabilité écologique, cette prescription, loin d’être une tautologie, est un rappel utile. Sylvie Brunel, à partir du chapitre 5, va alors s’employer à montrer que le développement est une réalité indéniable ainsi qu’un but à renforcer. Les progrès dans le domaine sanitaire, certaines avancées économiques, sont mis en avant. L’exposé se veut objectif, ne cherche pas à gommer les insuffisances criantes qui subsistent, notamment le caractère désarticulé de certaines économies ou l’ampleur des contrastes internes. Le développement constitue ainsi une réalité, mais une réalité à conforter, et ce, au travers du développement durable, un développement durable assumant alors parfaitement sa dimension de progrès économique. C’est ce qu’envisage la dernière section du chapitre VI: «Mettre en œuvre des contrats de développement durable» (p. 115 sqq.). L’auteur en appelle à des contrats «qui uniraient tous les opérateurs d’aide autour d’objectifs communs, reconnus pour leur effet multiplicateur sur le développement: l’accès à l’eau potable, à l’électricité, à l’alimentation (…), à l’éducation et à la santé (…). Ces contrats de développement doivent être concrets, reposer sur des objectifs chiffrés et échelonnés dans le temps, associer à leur réalisation tous les opérateurs d’aide (…)» (p. 116).

10Tout cela est bien, mais en quoi ces propositions diffèrent-elles de celles qui sont généralement avancées par les institutions internationales œuvrant dans le domaine du développement durable, et par exemple, celles qui ont résulté du Sommet de Johannesburg? Ainsi, l’objectif de faire accéder l’ensemble des populations à l’eau potable est la première priorité affichée dans ce cadre. Est-ce l’ajout du terme «concret» qui rendrait les propositions en question plus… concrètes. Là aussi, il faudrait davantage de précisions pour s’assurer que ces suggestions accèdent réellement à la nouveauté et échappent au discours général sur le développement durable.

11L’analyse tourne court lorsqu’il s’agit d’expliquer pourquoi les orientations qui ont été définies depuis 1992 n’ont pas conduit à des résultats réellement significatifs. L’auteur, en définitive, invoque principalement le manque de volonté. «Ce ne sont ni l’argent ni les moyens qui manquent, mais une volonté concertée» (p. 116) ou «Manque juste la volonté collective de mettre en œuvre les chantiers d’un développement planétaire» (p. 118-119). Les hommes seraient-ils assez mauvais pour ne pas avoir cette volonté nécessaire? À se rabattre vers de telles catégories idéalistes, l’on passe à côté de la question-clé des probables contradictions entre la logique économique sous-jacente au système capitaliste et la logique du développement durable. Il faudrait réinterroger le fameux principe win-win (gagnant sur le plan économique, gagnant sur le plan écologique) et en montrer les limites dans un contexte de libéralisme économique.

12Le livre de Sylvie Brunel a le grand mérite d’examiner la problématique du développement durable face à celle plus large du ou des développements. En cela, c’est une réaction salutaire à certaines déviances oublieuses de la dimension économique, et au-delà de la place centrale de l’homme dans le développement durable. L’ouvrage est riche d’informations nombreuses et d’éléments d’analyse pertinents, mis en relief par des formules parfois percutantes. On déplorera certaines outrances. Parler du marché des quotas négociables dans le cadre de la lutte contre le changement climatique comme de «marchandages de chiffonniers» est, pour le moins, superficiel. Le zèle déployé par l’auteur pour attaquer les ONG écologistes est aussi un motif d’étonnement: de mettre, par exemple, sur le même plan les conditions de travail des populations pauvres du Sud et le recours par les ONG à des bénévoles dans des conditions jugées «peu satisfaisantes» (p. 73) paraît quelque peu excessif…

13Les réserves et les interrogations sont donc nombreuses à l’issue de la lecture de ce livre. Mais probablement le style employé par l’auteur invite-t-il à la réaction. Ouvrage polémique, il prête lui-même le flanc à la discussion. En cela, on y verra une contribution stimulante à l’échange nécessaire sur le développement durable…

Top of page

Bibliography

Ferry L., 1992, Le nouvel ordre écologique, Paris, Grasset.

Godard O., 2003, Bjørn Lomborg ou Tintin au pays de l’écologie?, Chaire Développement durable, École polytechnique – EDF, Cahier n° 2003-002, janvier, adresse internet http://ceco.polytechnique.fr/CDD/PDF/2003-002.pdf

Lomborg B., 2004, L’écologiste sceptique – Le véritable état de la planète, Le Cherche Midi.

Zaccaï E., Goor F., Kestemont B., 2004, Quelle importance a l’environnement? Enseignements du cas Lomborg, Natures Sciences Sociétés, 12, p. 42-49.

Top of page

References

Electronic reference

Bertrand Zuindeau, « Sylvie Brunel, 2004, Le développement durable, Paris, PUF, collection Que-sais-je? », Développement durable et territoires [Online], Lectures (2002-2010), Publications de 2004, Online since 28 January 2005, connection on 24 November 2017. URL : http://developpementdurable.revues.org/1231

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille1
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • Revues.org