Navigation – Plan du site
Publications de 2003

Christian de Perthuis, 2003, La génération future a-t-elle un avenir?, Paris , Editions Belin, collection Ulysse

Sandrine Rousseau

Texte intégral

1Le but de l’ouvrage consiste à présenter des pistes, des solutions, pour atteindre ou, à défaut, se rapprocher d’un développement durable. D’où le titre «La génération future a-t-elle un avenir?» qui pose la question de savoir si nos sociétés actuelles sont viables à long terme ou non.

2L’auteur commence par présenter sa vision du développement durable comprise comme la valorisation simultanée de trois types de capital: un capital économique, un capital d’équité sociale et un capital environnemental. Ces trois dimensions sont, selon lui, partiellement substituables et partiellement complémentaires. Elles doivent être valorisées sur le long terme. Or, comment intégrer les générations futures (par nature inexistantes) au processus de décision actuel? Les effets différés de notre mode de développement sur l’environnement compliquent les processus de prise de décision. Ce phénomène est illustré par de multiples conflits délicats à régler: de la question du DDT qui lutte contre la malaria mais provoque des cancers à long terme, aux cas de Metalleurop et Feuerstein, deux entreprises aux antipodes quant à leur mode de gestion mais dont une (Feuerstein) a été contrainte de se déclarer en faillite, tandis que l’autre se porte économiquement bien.

3A partir de ces questions, l’auteur analyse les rôles d’une série d’acteurs qu’il considère comme incontournables dans le processus de développement durable.

4L’ONU d’abord est vue comme l’acteur institutionnel à même de mener à bien une harmonisation mondiale des modes de développement, de mettre en présence des acteurs a priori opposés, de diriger des négociations, des médiations et d’insuffler le développement durable au plan international. Car la principale solution, selon l’auteur, à l’absence des générations futures dans le débat est de multiplier les consultations d’acteurs. Comme aujourd’hui l’économie est mondiale, l’ONU est tout indiqué pour remplir ce rôle de médiateur. On notera que pour Christian de Perthuis, les pollutions, inégalités sociales et autres manifestations d’un développement non durable sont qualifiées de «ratés de la mondialisation» (p.42). Outre les processus de négociations comme celui du protocole de Kyoto, l’ONU pourrait se doter d’indicateurs de développement durable qui lui manquent actuellement et pourrait même, en sa qualité d’acteur internationale, participer à la mise en place des marchés de droits à polluer.

5Les entreprises ensuite, qualifiées de durables quand elles «restituent plus de valeur qu’elles n’en ont consommées en achetant les facteurs de production» (p. 78). L’auteur mise sur la puissance des contre-pouvoirs pour influer sur les choix effectuer par les entreprises. L’exemple de Shell et de sa plateforme pétrolière qui n’a pas été immergée grâce à l’action de Greenpeace est cité à l’appui de la thèse. L’auteur distingue aussi les entreprises suiveuses et les pionnières et imagine que l’augmentation du prix des assurances ainsi que le risque de réputation suffiront à conduire les dirigeants à orienter leurs firmes vers le développement durable. La voie trouvée de diffusion au sein des entreprises est le management censé sensibiliser les collaborateurs aux enjeux du développement durable.

6La sphère financière quant à elle, via la cotation des entreprises en Bourse, peut aussi selon Christian de Perthuis jouer un rôle actif dans le processus de développement durable. Outre la croyance dans les vertus des notations éthiques, on notera une proposition au premier abord étonnante, de la part de l’auteur, qui consiste à développer les marchés financiers dans les pays du sud pour augmenter le poids des actionnaires, potentiels contre-pouvoirs.

7Reste l’Etat qui par ses dépenses, ses investissements et son rôle dans la mise en place de taxes ou de règlements est incontournable lorsque l’on traite de développement durable. Il doit organiser au plan national les concertations, les arbitrer sans attendre de consensus qui nuirait au processus de prise de décision parce qu’impossible à obtenir dans certains cas. Le rôle de la R&D est lui aussi pointé comme levier, les budgets consacrés sont jugés insuffisants en Europe. Une voie d’amélioration de l’action publique serait, selon l’auteur, de faire plus souvent qu’à l’accoutumée des associations de fonds publics et privés ce qui permettrait une plus grande efficacité.

8Cet ouvrage a le mérite de balayer un champ très large d’acteurs et d’institutions pouvant jouer un rôle dans l’institutionnalisation du développement durable. Il fourmille d’exemples ce qui le rend accessible et instructif. Toutefois, les solutions et les moyens envisagés semblent parfois un peu faibles et ne remettent pas en cause le système de développement. Par exemple, l’auteur ne s’interroge pas sur la croissance, il déplore une diminution de la croissance économique mondiale sans se poser le problème du contenu de la croissance ni de son calcul. On notera certains aspects pouvant sembler contradictoires comme le rôle important accordé à la recherche mais le regret que cette recherche ne soit pas davantage associée au secteur privé (notamment en France). Or la question du long terme se pose ici comme ailleurs, peut-on faire de la recherche fondamentale donc inscrite dans le long ou le très long terme, en répondant à des demandes d’entreprises privées? De la même manière, une entreprise est qualifiée de durable quand elle crée plus de valeur qu’elle n’en détruit. On s’étonnera que Carrefour soit ensuite citée comme entreprise ayant fait un effort de développement durable tant nous sommes envahis de prospectus, tant elle utilise un travail précaire et tant qu’elle ne lance de programme de réduction massif des emballages par exemple alors qu’elle en aurait le pouvoir. Dans ces conditions quelle est la valeur créée par l’entreprise? Enfin, le rôle important accordé aux actionnaires et agences de notation apparaît parfois un peu utopique quand on sait les conséquences environnementales de la rentabilité exigée par les actionnaires sur les marchés financiers.

9En conclusion, le lecteur reste sur sa faim, surtout s’il attendait une réponse à la question posée en titre: «La génération future a-t-elle un avenir?» qui semble davantage être une accroche qu’une annonce de la problématique du livre.

10Lire la chronique d'Alternatives Economiques : http://www.alternatives-economiques.fr/​lectures/​L221/​NL221_017.html

11Voir le site de Belin : http://www.editions-belin.com/​csl/​master.asp

Haut de page

Table des illustrations

URL http://developpementdurable.revues.org/docannexe/image/1272/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandrine Rousseau, « Christian de Perthuis, 2003, La génération future a-t-elle un avenir?, Paris , Editions Belin, collection Ulysse », Développement durable et territoires [En ligne], Lectures (2002-2010), Publications de 2003, mis en ligne le 12 octobre 2004, consulté le 19 août 2017. URL : http://developpementdurable.revues.org/1272

Haut de page

Auteur

Sandrine Rousseau

Sandrine Rousseau est Maître de conférence en économie, à l'Université de Lille 1, Clerse, USTL - Sc. Eco. Soc. SH2 Cité Scientifique -59 655 Villeneuve d’Ascq Cedex Co-responsable de la rubrique "lecture" Sandrine.Rousseau@univ-lille1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille1
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • Revues.org