Navigation – Plan du site
Publications de 2003

Tatiana Muxart, Franck-Dominique Vivien, Bruno Villalba, Joëlle Burnouf (eds), 2003, Des milieux et des hommes: fragments d’histoires croisées, Paris, Elsevier, collection environnement

Bertrand Zuindeau

Texte intégral

1Le PEVS a vécu et, dans une certaine mesure, l’ouvrage Des milieux et des hommes prend des allures de testament philosophique1.

2Ce livre est «un premier bilan de l’appel d’offres ‘Histoire des interactions sociétés-milieux’» (p.15) et réunit, pour ce faire, un nombre important de collaborateurs: 110! Il articule une introduction générale et treize contributions monographiques, correspondant aux opérations de recherche retenues dans le cadre de l’appel d’offres. Il rappelle aussi utilement en annexe le texte de l’appel d’offres en question.

3Difficile de rendre compte de la pluralité des «terrains» abordés. Les recherches empiriques mettent en lumière la diversité des espaces et des temps. Si bon nombre d’opérations de recherche ont trait à des territoires français (Bassin parisien, Jura, bassin versant de la Loire, littoral languedocien, Hautes-Alpes, causse Méjean, bocages armoricains, bassin de la Seine), des territoires «lointains» sont également examinés: Anatolie, Guatemala, Nord-Cameroun, Népal occidental, Brésil… La perspective temporelle, quant à elle, nous fait passer de l’Holocène à l’histoire la plus récente. Dans tous les cas, les monographies nous invitent à suivre les processus interactifs entre les systèmes naturels et les sociétés humaines.

4Plus qu’un cadrage préalable, le chapitre introductif, écrit par un chargé de mission du PEVS (F. D. Vivien) et trois membres du Comité scientifique «Sociétés, environnement et développement durable» (SEDD), constitue en réalité une synthèse des développements empiriques; une véritable «synthèse théorique». En effet, ce texte liminaire précise les éléments communs des modes cognitifs privilégiés dans les diverses opérations de recherche en leur conférant un niveau de généralité conceptuelle qui rend adéquate l’expression de «théorique». Si des spécificités, voire des désaccords, demeurent entre les diverses investigations, il n’en reste pas moins qu’un fonds théorique peut être repéré, rapprochant les différentes analyses empiriques, mais aussi et surtout, apportant au travail collectif mené dans le cadre du PEVS une consistance scientifique singulière. Au fil du temps, depuis 25 ans en l’occurrence, avec la mise en œuvre des programmes successifs du CNRS relatifs aux liens sociétés/milieux2, avec aussi les publications de la revue Natures Sciences Sociétés, avec des apports tels que ceux de Marcel Jollivet, Alain Pavé, Christian Lévêque, bien d’autres encore, c’est plus qu’une problématique, mais bel et bien un positionnement théorique qui s’est progressivement constitué ; un positionnement qui permet d’identifier «théoriquement» le PEVS.

5L’introduction générale met en lumière les caractéristiques fortes de cette spécification.

    Un concept générique, d’abord: celui d’«anthroposystème» (p.18 sqq.). Celui-ci est défini «comme étant un système interactif entre deux ensembles constitués par un (ou des) sociosystème(s) et un (ou des) écosystème(s) naturel(s) et/ou artificialisé(s) s’inscrivant dans un espace géographique donné et évoluant dans le temps» (p.18)3. Peut-être, par le terme employé, ce concept connote-t-il une forme d’anthropocentrisme, mais la définition restitue bien le jeu des interactions entre ce qui relève des sociétés humaines et ce qui relève des milieux naturels, insistant aussi sur les éléments de différenciation spatiale et historique.

  • Une vision des causalités entre le social et l’écosystémique, non pas tant équilibrée que dialectique, rejetant en tout cas le déterminisme strict. «(…)[L’]opposition entre causalités naturelles et causalités sociales est de l’ordre du mythe. À l’évidence, on observe au contraire leur imbrication et leur succession à la fois dans le temps, l’espace, et au sein même du fonctionnement des niveaux d’organisation emboîtés structurant le système» (p. 2).

  • La conviction que la compréhension des situations mêlant social et environnemental requiert le temps long. L’histoire est constamment convoquée. Des notions telles que les «mémoires» (p.25), les «héritages» (p.23) sont ainsi prégnantes et servent de lien, non seulement avec le présent, mais aussi avec les futurs (p. 25).

  • Une place essentielle offerte à l’interdisciplinarité. Privilégiant un objet scientifique complexe, ou encore «hybride», au sens de Bruno Latour (p.17-18), l’approche théorique sous-jacente au PEVS ne saurait s’accommoder de lectures disciplinaires exclusives ou cloisonnées. De fait, la pratique inhérente au PEVS s’est fondée sur la mise en réseau de scientifiques relevant de très nombreuses disciplines: biogéographes, géomorphologues, archéologues, historiens, géographes humains, écologues, palynologues, géologues, hydrologues… (p.16-17). Elle juge aussi indispensable une plus grande ouverture «vers d’autres communautés de chercheurs davantage tournées vers la prise de décision (…): sciences politiques, sociologie, économie, droit, etc.» (p.27).

6Certes, cette posture théorique ne saurait s’identifier à une construction achevée. Jamais, d’ailleurs, les auteurs ne disent l’ambitionner. Au contraire, les divergences conceptuelles sont reconnues entre opérations de recherche. Par exemple, la notion de résilience est loin de faire l’unanimité au sein des équipes (p. 19). C’est vrai aussi qu’entre un concept très globalisant –l’anthroposystème– et les analyses empiriques, manque-t-il probablement des «concepts intermédiaires» qui permettraient de rapprocher plus encore les démarches.

7En somme, le programme de recherche est aussi un programme théorique. À cet égard, Des milieux et des hommes marque un important point d’étape. Affinant les concepts et mobilisant les études de cas empiriques, il doit se lire comme une contribution majeure à ce programme théorique. Un programme théorique, encore loin de son terme, et dont on souhaite vivement la poursuite...

Haut de page

Notes

1 À noter qu’à peu près simultanément, est paru un autre bel ouvrage Quelles natures voulons-nous? Pour une approche socio-écologique du champ de l’environnement , par Christian Lévêque, Sander van der Leeuw (éd.), Elsevier. Ce livre restitue, quant à lui, les communications présentées lors des Journées du PEVS à Lille en novembre 2001.
2 Le PIREN, puis le PIREVS et enfin le PEVS.
3 En fait, la définition est reprise de l’ouvrage Quelles natures voulons-nous?. Celle-ci résulte d'un travail antérieur réalisé par C. Lévèque, T. Muxart, Sanders Van der Leeuw, entre autres.
Haut de page

Table des illustrations

URL http://developpementdurable.revues.org/docannexe/image/1275/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,8k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bertrand Zuindeau, « Tatiana Muxart, Franck-Dominique Vivien, Bruno Villalba, Joëlle Burnouf (eds), 2003, Des milieux et des hommes: fragments d’histoires croisées, Paris, Elsevier, collection environnement », Développement durable et territoires [En ligne], Lectures (2002-2010), Publications de 2003, mis en ligne le 27 septembre 2004, consulté le 23 juin 2017. URL : http://developpementdurable.revues.org/1275

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille1
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • Revues.org