Navigation – Plan du site
Publications de 2003

Anne-Marie Sacquet, 2003, Atlas mondial du développement durable, Paris, éditions Autrement

Bertrand Zuindeau

Texte intégral

1Anne-Marie Sacquet, directrice générale du Comité 211, est l’auteur de cet Atlas, mais le travail d’élaboration s’est avéré collectif avec une coordination scientifique et un comité éditorial, placé sous le patronage du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) et dans lequel on retrouve l’IFEN, le WWF, l’OCDE, l’Agence européenne de l’environnement…

2Loin des recueils statistiques ventripotents et rébarbatifs, l’ouvrage a privilégié la concision et l’accès pédagogique: 80 pages seulement (+ 8 de supplément pour le cas français), un thème pour chaque double page, une base de cartes déclinée pour les différents sujets, des tableaux et graphiques adaptés, des mots-clés, des formules chocs… La lecture est aisée et, si ce n’était la gravité des problèmes abordés, l’on pourrait dire, agréable…

3En effet, l’inventaire des thèmes traités2 et les informations dispensées ne mènent guère à l’optimisme: «un tiers des terres émergées dans le monde sont touchées par la désertification» (p.39), «plus de 11.000 espèces de plantes et d’animaux sont menacées d’extinction à court terme» (p.43), «les impacts écologiques des activités humaines dépassent de 30% les capacités de la planète à se renouveler et à absorber les pollutions» (p.51), «150 millions d’enfants africains vivent au-dessous du seuil de pauvreté» (p.67), «depuis dix ans, l’aide publique au développement a chuté de 29%» (p.73), pour ne citer ici que quelques exemples… À dire vrai, par le sombre tableau dépeint, cet ouvrage pourrait plus justement s’intituler «Atlas mondial du développement non durable»…Non qu’il ait une volonté délibérée de noircir le tableau. Certains points positifs ou améliorations sont soulignés: par exemple la diminution de l’usage des CFC, les progrès accomplis dans le domaine des déchets… Mais une très large majorité des indicateurs utilisés sont préoccupants, voire tout à fait alarmants. L’amer constat n’est pas nouveau et l’Atlas vient confirmer les résultats fournis par d’autres rapports plus ou moins récents, et notamment bon nombre de publications entourant le Sommet de Johannesburg3. On est ici aux antipodes du propos apaisant d’un Lomborg dont on vient de traduire en français le polémique Skeptical environmentalist

4Les dernières pages de l’ouvrage tentent, cependant, d’esquisser des réponses. Après le pessimisme de l’intelligence, l’optimisme de la volonté (comme dirait Gramsci). L’auteur croit déceler «quelques signes qui commencent à jalonner la sortie du tunnel» (p.74): le renforcement des contre-pouvoirs citoyens et des réseaux indépendants d’information et d’expertise, le renforcement des autorités locales et leur proximité avec les enjeux sociaux, économiques, environnementaux, (avec dans ce cadre l’essor des Agendas 21 locaux), le développement de la notation sociétale des entreprises et des investissements socialement responsables («fonds éthiques»)… S’agissant de la France, en particulier, il est fait état d’une «impulsion politique forte» (p.I) en faveur du développement durable, avec «la mise en œuvre d’une stratégie nationale de développement durable et le projet d’adosser une Charte de l’environnement à la Constitution française» (p.I).

5Soit. La diffusion de la notion de développement durable gagne du terrain. Un rapport du Conseil économique et social des Nations Unies, préalable à Johannesburg, l’observait déjà en 20024. Mais ce même rapport ajoute que les pratiques tardaient dramatiquement à s’améliorer: modes de production et de consommation très largement inchangés, logiques d’investissement foncièrement non durables, manque d’intégration des politiques, moyens dévolus au développement durable globalement faibles…

6Convaincu par le constat, on demeure perplexe face aux réponses. Le reproche, évidemment, ne s’adresse pas à l’ouvrage, mais aux actions mises en œuvre, qui ne sont pas à la hauteur des enjeux du développement durable.

7L’Atlas, quant à lui, aide à prendre la mesure des enjeux en question. En cela, et notamment par la pédagogie dont il est porteur, il constitue un outil précieux pour l’affirmation d’une culture sur le développement durable.

8Voir le site des éditions autrement : http://www.autrement.com/​

Haut de page

Notes

1 Dans le paysage des associations œuvrant en faveur du développement durable, en France, le Comité 21 – Comité français pour le développement durable – occupe une place prééminente. Créé en 1994, dans la droite ligne des engagements français à Rio, le Comité 21 réunit près de 300 adhérents, répartis en quatre collèges représentatifs de la société civile: entreprises, collectivités territoriales, associations, établissements publics. Il a pour mission d’élaborer et de diffuser des recommandations en faveur du développement durable et relatifs aux agendas 21 locaux, aux rapports développement durable des entreprises, à la coopération internationale, etc. adresse web: http://www.comite21.org/index.php
2 À savoir: démographie, accès à l’eau, malnutrition, accès à la santé, accès à l’éducation, statut des femmes, liberté de la presse, mal-être social, conflits, catastrophes naturelles, pollutions et catastrophes industrielles, mers et océans, désertification, forêts, biodiversité, changements climatiques, déchets, environnement urbain, empreinte écologique, prélèvements d’eau, consommation et production énergétiques, agriculture, transports, communications, inégalités et pauvreté, dépendances, corruption, solidarités internationales…
3 Par exemple le rapport du PNUE sur l’avenir de l’environnement mondial (GEO-3) en mai 2002 ou Les perspectives de l’environnement de l’OCDE en 2001…
4 rapport référencé E/CN.17/2002/PC.2/7
Haut de page

Table des illustrations

URL http://developpementdurable.revues.org/docannexe/image/1290/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bertrand Zuindeau, « Anne-Marie Sacquet, 2003, Atlas mondial du développement durable, Paris, éditions Autrement », Développement durable et territoires [En ligne], Lectures (2002-2010), Publications de 2003, mis en ligne le 27 septembre 2004, consulté le 28 juin 2017. URL : http://developpementdurable.revues.org/1290

Haut de page

Auteur

Bertrand Zuindeau

Bertrand Zuindeau est Maître de conférence en économie, à l'Université de Lille 1. Il est directeur de la publication Développement durable et territoires.Bertrand.Zuindeau@univ-lille1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille1
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • Revues.org