Navigation – Plan du site
Publications de 2003

Palmis Production, 2003, Encyclopédie Palmis du Management. Le développement durable, 140€, cédérom PC-MAC

Bruno Villalba

Texte intégral

1Autour de 37 sujets abordés, 28 jeux interactifs et 17 fiches techniques (dont un kit de présentation), le cédérom de Palmis présente une animation graphique d’un réel confort, alliant dessin animé (dont on appréciera la sobriété, basée sur le fusain et les couleurs sépia) et voix off (utilisant le mode du dialogue, instaurant ainsi une vision plus dynamique des connaissances). L’objectif présenté par Palmis est d’offrir un support multimédia qui permette à «chacun de découvrir ou d’approfondir ses connaissances dans le domaine du développement durable». Précisons d’entrée que les spécialistes de cette notion ne trouveront guère de quoi alimenter leur insatiable soif de savoir… Mais ce cédérom répond aux exigences professionnelles qui sont les siennes. Il est davantage destiné à un public de chefs de projet et de managers («qui veulent comprendre comment ce type de démarche peut fonctionner et ce que cela peut changer dans leur mode de management»). La conception pédagogique d’ensemble est incontestablement une réussite (ceci résulte du travail de Bernard Dumont et Loïc Vatard). L’ensemble a été suivi par deux experts (Guy Bardin et Françoise Sabard ; mais on n’en saura guère plus…). L’interface graphique offre un grand confort d’utilisation, et celle-ci n’a pas sous-estimé les besoins concrets des utilisateurs (comme la possibilité d’imprimer certains documents techniques). Le glossaire (dont les définitions sont parfois un peu rapides) et les icônes «aide» et «navigation» accentuent l’accessibilité des contenus.

2L’ensemble se présente sous trois rubriques centrales; «Connaître», « Pratiquer », « Appliquer».

3«Connaître»

4Sous la rubrique «Connaître», les auteurs présentent une vue d’ensemble de la notion de développement durable. S’il est concevable qu’on ne puisse pas tout dire de l’approche historique, il aurait été important d’insister sur l’ancienneté de ce concept de DD, ou tout au moins sur ses origines théoriques (comme la critique du modèle technicien des années 1960-70, ou bien encore l’éco-développement). Si la figure de René Dumont est légitimement invoquée, on aurait apprécié de voir citées les figures d’Ignacy Sachs ou Ivan Illich par exemple (en lieu et place d’un Le Corbusier, dont on peut réellement s’interroger sur la pertinence de l’approche écologique…). De même, le discours de la voix off a tendance à donner une vision un peu trop déterministe à l’approche technique pour comprendre l’évolution de nos sociétés et de nos problèmes écologiques actuels. Notons au passage certaines imprécisions dans les références utilisées (des rapports dont on ne connaît pas la date, ce qui nuit à l’appréciation de l’urgence actuelle par exemple —même regret en ce qui concerne la bibliographie finale).

5L’histoire plus récente, notamment dans la période 1980-90 ne fait, hélas, pas l’objet d’un traitement aussi approfondie. De même, on regrettera que la rubrique «Et en France?» ne débute qu’en 2003… Sans vouloir forcer le trait, il existe depuis 1995, une certaine tradition ministérielle dans le traitement de cette question. Cette même rubrique «Connaître» présente les piliers traditionnels du DD; soulignons l’importance accordée à la notion d’équité sociale, souvent le parent pauvre des présentations «professionnelles» du DD.

6« Pratiquer »

7«Pratiquer» présente longuement (deux heures environ si l’on suit pas à pas la procédure…) un cas pratique (le cas d’une entreprise de chimie). Par rapport à la rubrique précédente, on s’aperçoit que l’on rentre soudain dans une logique de filières, au détriment d’une approche décloisonnée pourtant valorisée dans la première partie. L’important est pourtant d’assister à la mise en place d’un projet de développement durable à l’échelle d’une structure professionnelle. Et l’étude est à la fois intéressante et frustrante ; l’intérêt principal réside dans l’approche pragmatique et concrète : nous sommes, heureusement, loin d’une vision idéale de la pratique du DD: ici, on sent poindre l’ennuie du responsable chargé de mettre en place —la consigne vient de la direction...— une stratégie de DD. Comment se convaincre et convaincre, comment gérer, appliquer…? Il est dommage que ce programme soit par contre trop contraignant dans la gestion du «jeu interactif»: c’est le logiciel qui dicte la marche à suivre, au point qu’il faut recommencer tant que l’on ne répond pas aux objectifs centraux. Or, l’application d’une stratégie de DD est, en fait, davantage faite de tâtonnements, hésitations, et erreurs (et c’est même souhaitable…). Cela laisse supposer qu’il existe une «bonne pratique», au détriment d’une vision nettement plus collaborative…

8Néanmoins, l’animation permet de «sauter» la logique trop directive; à noter aussi l’important soutien pédagogique qui accompagne chacune de ces étapes (en la personne d’un très joli corbeau!). Si la phase de mise en place du projet est importante, la phase de l’évaluation est moins présente; c’est pourtant une question centrale dans les procédures concernées par le DD.

9« Appliquer »

10La troisième partie de ce cédérom, intitulée «appliquer» rentre, sans ambages, dans la mise en situation; à l’aide d’un support technique très pratique et d’exemples précis, les auteurs amènent progressivement le lecteur en situation d’acteur. Bien sûr, la situation est résolument centrée sur une présentation simplifiée de la réalité (comment faire autrement…). Mais elle donne, un peu trop, l’illusion d’une approche linéaire et mono-rationnelle de la procédure de mise en chantier d’un projet de développement durable. Certes, l’explication abonde en situations qui illustrent la difficulté d’une réalisation pratique d’un tel projet ; cependant, les phases semblent s’enchaîner avec un peu trop de régularités. Enfin, l’environnement extérieur au monde de l’entreprise concernée est par trop absent (que pèse une politique d’entreprise, seule, au milieu d’un contexte concurrentiel par exemple?). Mais, l’outil offre incontestablement de réelles perspectives d’acquisition de connaissances générales, et surtout, de connaissances pratiques pour construire son propre investissement dans un projet de développement durable.

11Sans doute, les nombreuses remarques formulées ci-dessus révèlent-elles le tropisme de l’auteur de cette note, soucieux de légitimer l’approche plus «scientifique» de cette notion de DD et souhaitant insister sur la complexité de la mise en place de ce concept et les tensions qu’il suscite, tant au niveau de l’effort de définition que des procédures d’applications. Le regard porté sur ce support pédagogique —et commercial— s’est construit en essayant d’apprécier la manière dont on construit, grâce à ce type d’outil, une vision pratique du développement durable. Ainsi, la navigation d’ensemble permet à chacun de se constituer son propre cheminement, et ainsi de mieux construire son rapport individuel au DD (signalons toutefois quelques liens défectueux). Cette même navigation permet de constater l’intérêt d’utiliser ce principe dans le cadre d’un développement économique intégré aux préoccupations économiques, écologiques et sociales de notre période actuelle.

12On regrettera que les «liens» soient dispersés suivant les rubriques traitées. Ainsi, parfois, les liens renvoient quasi-exclusivement à des sites plus ou moins institutionnels (ADEME, Ministère de l’Industrie…) ou professionnels (sites de consultants..), tandis que d’autres sont exclusivement consacrés aux associations. Notons qu’assez peu de liens présentent les secteurs associatifs critiques vis-à-vis de ce concept (cela participe à une logique de légitimation parfaitement compréhensible au regard du public concerné). Dans l’optique d’une approche controversée, au cœur même de la procédure démocratique du DD, cela aurait pu constituer une source d’enrichissement indéniable pour les « lecteurs ».

13Regarder l’animation du cédérom nous renseigne considérablement sur les procédures de professionnalisation de cette notion, sur la manière dont elle commence à être codifiée dans des formations professionnelles, et finalement, banalisée.

14Le site de Palmis production offre une démonstration —gratuite— de son logiciel. http://www.palmis.fr Contact: contact@palmis.fr

15 [© B.Villalba - Revue Développement durable et territoire - déc. 2003]

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Villalba, « Palmis Production, 2003, Encyclopédie Palmis du Management. Le développement durable, 140€, cédérom PC-MAC », Développement durable et territoires [En ligne], Lectures (2002-2010), Publications de 2003, mis en ligne le 01 décembre 2003, consulté le 29 avril 2017. URL : http://developpementdurable.revues.org/1303

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille1
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • Revues.org