Navigation – Plan du site
Publications de 2003

Editions du Comité 21, Comité Français pour l’Environnement et le Développement Durable, «Entreprises et Développement Durable», Tome 2, Paris, 2003, 15 € TTC.

Sandrine Rousseau

Texte intégral

http://www.comite21.org

1Après une préface exposant différents points de vue d’institutionnels ou d’ONG sur le développement durable, il comporte trois parties d’inégales importances:

2Des portraits, qui sont des monographies de 22 entreprises ayant eu une action et une réflexion sur le thème du développement durable. Ces portraits sont accompagnés d’entretiens avec certains responsables de l’entreprise qui expliquent les motivations et/ou le processus interne qui les a conduit à s’inscrire dans un développement plus durable, parfois, les difficultés rencontrées. Cette partie constitue l’essentiel de l’ouvrage.

3Dans une deuxième partie, le guide met en exergue des expériences innovantes, soit parce que très novatrices, soit parce que peu développées dans les secteurs concernés.

4Enfin dans une dernière partie, le guide présente des expériences de cabinets de conseil travaillant sur le thème du développement durable.

La Préface

5La préface présente successivement différents points de vue d’institutionnels et d’une association. Chacun évoque alors succinctement la manière dont il envisage le rôle de son institution dans la mise en place du développement durable :

6Ainsi, le PNUE (Programme des Nations Unies pour l’Environnement), par la voix de Monique Barbut (en charge de la division Technologie, Industrie et Economie) s’interroge-t-il sur le rôle et l’efficacité du marché et des comptes nationaux en matière de gestion de l’environnement avant de regretter que l’action de la communauté internationale trouve ses limites dans le manque de volonté et de dynamisme des pays.

7Le président de l’assemblée des CCI (Chambres de Commerce et d’Industrie) se réjouit pour sa part de la demande émanant des PME/PMI au sujet du développement durable. De son point de vue, en effet, ces entreprises sont en attente de clarifications et de formations que les CCI ont d’ores et déjà commencé à leur fournir.

8Selon le président de l’Association des Maires de France, Jean-Marie Bockel, une entreprise ne peut s’inscrire dans une démarche de développement durable sans un appui des collectivités locales au premier plan desquelles les villes qui lui offrent le cadre de son activité mais qui peuvent aussi agir en tant qu’acteur économique à part entière.

9Enfin WWF présente la notion «d’empreinte écologique» et replace le débat dans le contexte international d’une croissance non durable dans un exposé clair et concis de la situation actuelle vue au travers de cet indicateur.

Les portraits

10Ils concernent des entreprises pour la plupart connues et issues de tous les secteurs d’activité :

11Aéroports de Paris, Burgéap, Calcia, Carrefour, Dexia, EDF, GDF, Ikea, L’Oréal, Lafarge, Monoprix, RATP, Renault, Rhodia, Schneider, Seche, Shell, STMicroelectronics, Suez, Triselec, Veolia, Voies Navigables de France. Toutes sont adhérentes au Comité 21.

12La présentation de l’action entreprise se fait sous la forme d’un exposé rapide, suivi de l’entretien d’un ou deux responsables ou parfois, plus rarement, des associations avec lesquelles ces entreprises ont mis en place des partenariats.

13Sans faire l’exposé détaillé de chacune des interventions, il est important de noter quelques grandes tendances:

14Tout d’abord le développement durable est plus souvent compris et accepté sous l’angle de l’environnement. L’aspect social est fréquemment occulté par les entreprises. Ou lorsqu’il est évoqué, c’est du côté des clients (EDF par exemple qui fournit l’électricité à toute personne sur tout le territoire et au même prix), ou du côté des fournisseurs (Carrefour réalise un audit social chez ses fournisseurs ou encore Ikea). Mais des aspects comme la précarité au sein des salariés de l’entreprise elle-même ne sont que plus rarement évoqués (à l’exception notable de Triselec). De la même manière, plusieurs entreprises insistent sur les efforts de tri de leurs déchets mais aucune n’évoque des efforts sur les emballages qu’elle-même génère(cf. l’Oréal).

15Ensuite, le développement durable est compris comme une stratégie visant à rendre l’entreprise pérenne. Certains témoignages évoquent ce point de manière explicite, mais le plus souvent, le discours est implicite. Les ciments Galcia ou Aéroport de Paris évoquent des difficultés avec les populations proches des sites qui, à terme, auraient pu mettre en péril l’existence même du site. D’où la nécessité d’entendre leurs plaintes pour ne pas que leurs protestations empêche l’entreprise de continuer son activité. Séché Environnement, évoque sa stratégie de développement durable (désormais DD) au moment de convaincre les investisseurs que l’entreprise est pérenne.

16Certaines entreprises misent aussi sur le développement durable comme marché. C’est le cas de Monoprix qui s’est fixé comme objectif d’être un des leaders dans l’offre de produits équitables, de Gaz de France avec le fourniture de gaz aux transports en commun notamment ou encore de Dexia qui se définit comme «la banque du DD». Burgéap, quant à lui, en fait son cœur de métier tout comme Triselec. Les voies Navigables de France comptent sur la montée du concept dans les esprits pour déplacer une partie du transport routier vers le fluvial.

17Au sujet des motivations qui ont conduit à s’intéresser au DD, les réponses varient énormément : de la personnalité du chef d’entreprise (pour Séché Environnement, STMicroelectronics), à la confrontation avec des ONG pour Shell ou Ikea, en passant par la volonté d’intégrer le Down Jones Sustainability Index — indice boursier de valeurs présentées comme éthiques— (Carrefour, Lafarge ou STMicroelectronics). Certains évoquent aussi des normes comme déclencheurs ou des protocoles sur les émissions de CO2 (pour les cimentiers notamment).

18L’évaluation des actions mises en oeuvre varie aussi beaucoup selon les entreprises. Certaines recourent à des indicateurs internes, d’autres « s’engagent » parfois dans une « charte » ou un « rapport » mais ne mettent pas en place d’indicateurs spécifiques. Une dernière catégorie (peu fournie), fait appel à des organismes extérieurs (des ONG souvent) pour évaluer leurs efforts : c’est le cas des Ciments Galcia, de Lafarge ou Ikea… Enfin, pour rendre lisible leur action, une partie importante a recours à la certification ISO 14000 (Ciments Galcia, Dexia, EDF, la RATP, Renault, Schneider Electric, Séché Environnement, STMicroelectronic, Triselec, Voies Navigables de France…).

19En fait, à la lecture de cet ouvrage, il est possible de distinguer trois grandes catégories d’entreprises:

20Les premières adaptent leur activité aux exigences d’un développement plus durable. Elles modifient à la marge (même si le résultat final obtenu peut être important) leurs système de production, en mettant par exemple en place un tri des déchets ou des filtres à particules.

21Les secondes remettent en cause leur système interne de production et d’organisation de manière à être plus en adéquation avec les exigences du DD. Elles pourront dans ce sens, revoir leurs modes de transport (pour opter pour le ferroutage) et leur mode de production (en limitant les objets de bois exotique par exemple) (Ikea). D’autres pourront transformer de manière sensible leurs modes de livraison et d’approvisionnement (Monoprix).

22La troisième catégorie est composée d’entreprises qui appartiennent en quelque sorte au secteur du DD (Triselec, Dexia, Séché Environnement, …) et qui donc contribuent à faire progresser cette vision auprès d’autres acteurs.

Innovations

23Dans cette partie sont évoquées de manière rapide des expériences originales d’entreprises comme:

24La formation des salariés aux problématiques du DD pour l’aéroport de Lyon

25Des bilans pour l’industrie papetière

26Une initiative en faveur de la sécurité alimentaire pour Fleury Michon

27Le lancement d’une nouvelle gamme de papier recyclé etc.

28Cette partie est intéressante en ce qu’elle montre que l’innovation est importante dans la mise en place du DD mais la rapidité de la présentation (une page) nuit à leur compréhension. On comprend mal le contexte dans lequel cela s’est fait, selon quelles procédures d’appropriation ou encore quelles ont été les difficultés rencontrées.

29Expertises

30Cette partie est annoncée comme exposant des retours d’expériences de cabinets de conseil. C’est sans doute une partie utile pour des entreprises désireuses de s’entourer d’experts pour mettre en place une politique de développement durable. Ca l’est moins pour des chercheurs parce que la méthodologie n’est pas très détaillée, les expériences sont présentées sous un jour favorable vantant un peu les mérites du cabinet qui en avait la charge.

31On y apprend par exemple comment BMJ a mobilisé les cadres d’Auchan sur cette problématique. Il s’agit du seul cas où l’entreprise n’est pas présentée dans la partie ‘portraits’ de l’ouvrage. Ou encore que les salariés d’EDF ont à disposition un catalogue de produits équitables etc.

32En conclusion, c’est un ouvrage à lire pour qui s’intéresse à la manière dont les entreprises s’approprient progressivement le DD. Il est enrichissant pour ce qu’il expose mais aussi pour ce qu’il ne dit pas. Les aspects implicites ou rapidement évoqués sont aussi révélateurs du degré d’appropriation du concept.

33 [© Rousseau - Revue Développement durable et territoire - novembre 2003]

Haut de page

Table des illustrations

URL http://developpementdurable.revues.org/docannexe/image/1305/img-1.png
Fichier image/png, 8,3k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandrine Rousseau, « Editions du Comité 21, Comité Français pour l’Environnement et le Développement Durable, «Entreprises et Développement Durable», Tome 2, Paris, 2003, 15 € TTC. », Développement durable et territoires [En ligne], Lectures (2002-2010), Publications de 2003, mis en ligne le 01 novembre 2003, consulté le 25 mai 2017. URL : http://developpementdurable.revues.org/1305

Haut de page

Auteur

Sandrine Rousseau

Sandrine Rousseau est Maître de conférence en économie, à l' Université de Lille 1, Centre Lillois d’Etudes et de Recherches Sociologiques et Economiques Sandrine.Rousseau@univ-lille1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille1
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • Revues.org