Navigation – Plan du site
Publications de 2003

Edward O.Wilson, L’Avenir de la vie, Seuil, Paris, 2003.

Stéphane Callens

Texte intégral

1La notion de biodiversité a été introduite par un biologiste d’Oxford, Norman Myers. Edward O.Wilson avait écrit en 1992 l’ouvrage devenu un classique de la question, The Diversity of Life (ouvrage publié en traduction française : Edward O. Wilson, La diversité de la vie, Paris : Odile Jacob, 1993). Ce nouvel ouvrage, The Future of Life en v.o., ou L’Avenir de la vie en édition française, fait donc le point dix ans après le sommet de Rio qui a introduit la notion de biodiversité à l’échelle planétaire.

2 Edward O.Wilson avait écrit The Diversity of Life alors qu’il avait vécu de l’intérieur la transformation du WWF (sigle qui recouvre deux organismes, le World Life Fund for Nature, dont le siège est à Gland en Suisse, et le World Wildlife Fund, son affilié aux Etats-Unis). Au début des années 1980, le WWF se concentrait sur la préservation de la mégafaune charismatique : tout le monde connaît le panda géant qui sert de logo à l’ONG. « La motivation était principalement esthétique », dit Wilson. Pour cette conservation, le WWF crée des partenariats avec la population locale et s’aperçoit qu’il faut surtout protéger les habitats de l’espèce en voie de disparition. Cette période est celle de la mise en place des thèmes du développement durable, qui accompagne cette mutation des pratiques de conservation. Edward O.Wilson s’occupe aujourd’hui de l’ONG Conservation International, spécialisée dans la protection des biotopes tropicaux, dont le porte parole est l’acteur Harrison Ford. Il s’agit pour lui de récolter des fonds au Nord, pour réaliser des investissements ciblés sur la protection des sites les plus riches en biodiversité. Ceux-ci se situent la plupart du temps au Sud. Cet « activisme financier » de Wilson reçoit son explication dans l’analyse qu’il dresse dans L’Avenir de la vie.

3L’ouvrage ici fait le point sur les dix années de travaux récents autour des phénomènes d’extinction d’espèces. Il est aussi profondément marqué par la radicalisation du débat sur les thèmes environnementaux aux Etats-Unis: l’ouvrage est un plaidoyer pour l’écologie aux Etats-Unis, avec des références à la littérature américaine du dix-neuvième siècle, particulièrement l’ouvrage « Walden ou la Vie dans les bois » d’Henry Thoreau (1854). L’ouvrage présente deux faces : un état de la question de la responsabilité humaine sur la grande extinction quaternaire (chapitres 2 à 4) , et un programme positif de sauvegarde des biotopes « points chauds » gros concentrés de la biodiversité (chapitre 5 à 7).

4Un premier chapitre est consacré aux formes extrêmes de la vie découvertes dans les années 1990. La vie se manifeste des sols les plus froids de l’Antarctique jusqu’à des températures supérieures à l’ébullition, à toute pression, sous tout niveau de rayonnement, et jusqu’à des profondeurs souterraines de plusieurs kilomètres. Même une collision avec des astéroïdes de taille bien supérieure à celui qui a probablement mis fin aux dinosaures il y a 65 millions d’années ne pourrait mettre fin à la vie sur Terre. Aucune menace sur la vie en elle-même n’est donc imaginable. Ce n’est pas la vie qui est menacée, mais sa diversité, qui n’est acquise que très lentement. La diversité de la vie, qui est maximale avec une stabilité climatique, une absence de gel, une variété des sols, un fort ensoleillement, est dramatiquement réduite aujourd’hui : « l’économie naturelle, faite de ces échanges entre une grande diversité d’espèces, s’effondre sous nos pieds affairés. Nous sommes restés trop longtemps centrés sur nous mêmes pour envisager les conséquences à long terme de nos actes » (p.25). Pour pallier à cette insouciance du long terme, Hans Jonas réclamait un régime politique musclé. La pensée de l’extrême chez Jonas emprunte les formes traditionnelles du discours apocalyptique. Celle de la biologie des années 1990, qui réalise le recensement des formes de vie dans les situations les plus extrêmes, ne permet pas d’envisager d’interruption pour l’avenir de la vie. Wilson fait appel à un choix moral individuel de prise en compte à la fois du court et du long terme. Il s’agit « d’associer ces deux visions pour créer une éthique environnementale universelle » (p.70). Celle-ci permettrait, selon Wilson, de sortir de la « mauvaise passe » dans laquelle se trouve aujourd’hui, « l’humanité et le reste de la vie ».

5La mise en cause du météore humain dans les grandes extinctions de l’ère quaternaire n’est pas nouvelle. Un ouvrage du début des années 1990 (par exemple, L. de Bonis, Evolution et extinction dans le règne animal, Paris, Masson, 1991) mettait en cause surtout l’instabilité climatique et les grandes glaciations quaternaires, et d’un autre côté, ne pouvait pas exclure un rôle spécifique des grandes chasses paléolithiques pour la réduction de la diversité de la faune des mammifères de taille moyenne.

6Dix années de recherches sur les extinctions d’espèces permettent de tracer un tableau plus précis de la part des hommes dans les grandes extinctions quaternaires. Wilson distingue trois scénarios : le premier, le prélèvement excessif par la chasse joue un rôle quasi exclusif avant la néolithisation. Il était le seul scénario envisagé par l’ouvrage cité de 1991. Ces grandes chasses ont pu être réalisées par des petits groupes de chasseurs s’introduisant dans des territoires nouveaux pour la présence humaine. Sur ces colonisations premières très destructrices pour la mégafaune, les colonisations postérieures, celles de la globalisation, sont surtout marqués par des phénomènes d’invasion d’espèces allogènes. « Plus la vague d’extinction induite par l’homme est précoce, plus le taux d’extinction actuel est faible » (p.130). Le maximum d’extinctions est souvent loin derrière notre époque, au moment de la première colonisation, puis de la néolithisation. Cette dernière fait passer la destruction de l’habitat au statut de première cause d’extinction. Ces dix années de recherches ont pu mettre en évidence les modalités d’action qui mènent à une chute dramatique de la diversité biologique. La météore humaine a un impact majeur avec l’arrivée d’un groupe de quelques chasseurs en éclaireur suivant de la grande destruction des habitats par la néolithisation. En fin de séquence, des espèces invasives ont un impact plus limité.

7En conséquence d’une meilleure compréhension des trois scénarios principaux (chasse de première colonisation humaine, destruction de l’habitat par néolithisation, espèces invasives) des extinctions de causalité humaine, une stratégie de préservation est détaillée dans la suite de l’ouvrage. Les « points chauds » à préserver en priori sont ceux où l’introduction humaine est la plus récente. Cet ensemble limité de « points chauds » peut faire l’objet d’une politique ciblée, dont le coût global reste relativement modeste à l’échelle planétaire. Le nombre d’espèces sauvegardées pourrait être important. Wilson cite le cas des îles Juan Fernandez, célèbres pour avoir été l’asile involontaire du marin personnifié en 1719 sous les traits de Robinson Crusoé par Daniel Defoe. Ces îles détiennent aujourd’hui le record de dangers d’extinctions concentrés sur un même endroit, avec 125 espèces menacés, dont 20 avec moins de 25 individus. Comme Robinson est arrivé il y a peu de temps, le risque de perte de biodiversité est maximum. Il est pour bonne partie maîtrisable, selon Wilson. Il est encore temps de sauver l’île de Robinson.

8 [© Callens - Revue Développement durable et territoire - mai 2003]

Haut de page

Table des illustrations

URL http://developpementdurable.revues.org/docannexe/image/1313/img-1.png
Fichier image/png, 172k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Callens, « Edward O.Wilson, L’Avenir de la vie, Seuil, Paris, 2003. », Développement durable et territoires [En ligne], Lectures (2002-2010), Publications de 2003, mis en ligne le 01 mai 2003, consulté le 26 avril 2017. URL : http://developpementdurable.revues.org/1313

Haut de page

Auteur

Stéphane Callens

Stéphane Callens est Professeur d'économie, à l' Université de Bretagne callens@univ-lille1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille1
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • Revues.org