Navigation – Plan du site
Publications de 2004

Ministère de l’écologie et du développement durable, 2004,  « Indicateurs nationaux du développement durable : lesquels retenir ? », Paris, La documentation Française, Coll. Réponses Environnement

Rapport du groupe de travail interministériel sur les indicateurs (rapporteurs : Alain Ayong Le Kama, Christine Lagarenne, Philippe Le Lourd) Commission des comptes et de l’économie de l’environnement Ed.
Christophe Beaurain

Texte intégral

1Répondre à cette question n’est évidemment pas chose facile, et on peut considérer que les auteurs du rapport, en définitive, se sortent plutôt bien de ce difficile exercice.

2Quoique structuré en deux parties, l’ouvrage se déroule en fait en trois temps. Une longue introduction sert de prétexte à la présentation d’une « vue d’ensemble » des enjeux pour la société française de l’inscription des comportements dans la problématique du développement durable. Si cette introduction n’apporte rien d’original en ce qui concerne la présentation des enjeux du développement durable, elle a le mérite néanmoins de nous rappeler quelques points de repère majeurs dans l’évolution de la situation en France dans les trois domaines constitutifs du développement durable. Dans le prolongement de cette introduction, les auteurs rappellent, dans une première partie, l’importance de cette question des indicateurs pour la mise en oeuvre du développement durable, et explicitent les choix méthodologiques ayant présidé à la sélection des indicateurs retenus. Un tableau de la situation existante au regard des différents indicateurs est en outre brossé à gros traits, et se conclue par un examen critique des choix effectués. Dans la deuxième partie, chaque indicateur, classé selon son appartenance à l’un des trois piliers du développement durable (économie ; socio-sanitaire ; environnement), est repris individuellement et analysé selon une grille de lecture commune. Celle-ci est constituée de trois items : une définition de l’indicateur ; sa pertinence au regard de la problématique du développement durable ; son évolution récente. 

3L’ouvrage offre une vue assez synthétique des indicateurs opérationnels et de la situation de la France dans les différents domaines abordés par ces indicateurs. A ce titre, il se présente tout autant comme une base de réflexion sur les choix d’indicateurs que comme un diagnostic initial destiné à éclairer les politiques publiques futures et à faciliter la comparaison de la situation avec celle des autres pays de l’OCDE. Ce travail d’identification des indicateurs s’inscrit dans la continuité des travaux les plus récents sur cette question, qui tendent à limiter le nombre d’indicateurs, dans le but de faciliter leur utilisation par les praticiens, au risque parfois d’écarter des indicateurs que certains, pourtant, pourraient juger pertinents.

4Mais ce n’est pas là le défaut principal de cet ouvrage. Si celui-ci a le mérite, en effet, de chercher à dépasser les analyses économiques traditionnelles du développement en termes de production de richesses et de produit intérieur brut, en tentant de croiser notamment des critères économiques avec des critères environnementaux et socio-sanitaires, le travail a parfois du mal à se démarquer d’une lecture « classique » du développement durable, dans laquelle les critères sont essentiellement juxtaposés, plutôt que confrontés les uns aux autres.

5On pointera principalement deux lacunes de la réflexion, dont les auteurs semblent d’ailleurs avoir conscience en évoquant les limites de leur analyse.

6En premier lieu, on peut regretter que l’ouvrage n’ouvre aucune véritable piste de recherche sur la mesure, au travers d’indicateurs ad hoc, de l’intégration des trois piliers du développement durable. C’est pourtant l’un des problèmes majeurs auxquels se trouvent confrontées les démarches visant à mettre en oeuvre le développement durable, et c’est l’un des enjeux majeurs de la recherche pluridisciplinaire sur cette question du développement durable. Cela contribue à minorer dans l’ouvrage la place donnée à la transversalité dans l’approche des indicateurs. En outre, la territorialisation des indicateurs, clé d’entrée majeure pour défricher ce terrain complexe de la transversalité, est trop rapidement traitée : la question de l’engagement des acteurs au sein d’un territoire comme celle de leur rapport « au monde extérieur » mériterait un traitement plus approfondi. La dimension spatiale des indicateurs apparaît en effet comme l’une des dimensions essentielles de la transversalité dans l’approche du développement durable, et elle concerne tout autant la question des solidarités inter-territoriales que celle des solidarités inter-temporelles.

7En second lieu, on pourra regretter une lecture parfois un peu rapide du caractère durable des évolutions de certains indicateurs. A titre d’exemple, l’évolution à la hausse du taux d’épargne est présenté comme un signe de durabilité de l’économie : si cela n’est pas contestable du point de vue de la dimension inter-générationnelle, cela est plus discutable du point de vue de la politique économique menée et de son efficacité en termes d’emplois créés. La même critique peut être faite par exemple pour l’évolution des déficits publics. En outre, les indicateurs présentés, et notamment ceux relatifs à la recherche et à l’innovation technologique ne tranchent pas la question pourtant cruciale de la substituabilité possible des ressources environnementales (soutenabilité faible vs soutenabilité forte). Or toute politique publique dans ce domaine, s’appuyant sur des indicateurs, ne pourra pas faire l’économie dans les années à venir d’une réflexion sur les objectifs réels de l’innovation.

8Au total, malgré ces lacunes, l’ouvrage constitue une base de travail de référence pour une réflexion théorique sur les indicateurs du développement durable, et un outil pertinent pour la mise en oeuvre des politiques publiques du développement durable.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://developpementdurable.revues.org/docannexe/image/1403/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Beaurain, « Ministère de l’écologie et du développement durable, 2004,  « Indicateurs nationaux du développement durable : lesquels retenir ? », Paris, La documentation Française, Coll. Réponses Environnement », Développement durable et territoires [En ligne], Lectures (2002-2010), Publications de 2004, mis en ligne le 07 octobre 2005, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://developpementdurable.revues.org/1403

Haut de page

Auteur

Christophe Beaurain

Christophe Beaurain, Maître de conférences en économie (Ulco), est membre du comité de lecture de la revue Développement durable et territoire.c.beaurain@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille1
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • Revues.org