Navigation – Plan du site
Publications de 2003

Rodary E., C. Castellanet et G. Rossi (Eds), 2003, Conservation de la nature et développement : l’intégration impossible ?, Paris, Karthala, Collection « Economie et développement », 308 p.

Philippe Méral

Texte intégral

Conservation de la nature et développement : l’intégration impossible ? Dynamiques sociales et environnement : pour un dialogue entre chercheurs, opérateurs et bailleurs de fonds

1L’ouvrage de 308 pages se décompose en deux parties comprenant chacune sept contributions qui offrent une palette d’expériences et de points de vue sur la prise en compte des objectifs de développement dans les actions de conservation de la nature. Ces articles sont encadrés par une longue introduction et une conclusion qui permettent au lecteur de se faire une idée assez complète des caractéristiques et des limites de ces actions de conservation de la nature.

2Un des points forts de l’introduction est de proposer une lecture historique et analytique de l’évolution de la conservation. Les auteurs distinguent trois périodes : la première marque la naissance de la conservation, mouvement qui se construit progressivement par autonomie vis-à-vis des approches dites « ressourcistes » qui prennent de l’ampleur au moment de la révolution industrielle et au début de l’ère coloniale. La deuxième période qui trouve son apogée durant l’époque coloniale est qualifiée d’excluante, c'est-à-dire que les politiques de conservation, notamment à travers la création des aires naturelles protégées, se fondent sur le maintien d’une opposition entre la nature à préserver et les activités humaines. Cette vision évolue progressivement au moment de la décolonisation pour laisser place, à partir des années 1970, à la troisième période marquée par la conservation intégrée. On notera aussi une analyse comparée des termes préservation, conservation et protection.

3La première partie du livre propose une série d’articles portant sur des expériences retraçant le passage d’une conservation excluante à une conservation intégrée. A l’issue du texte de G. Rossi qui appelle à une évolution des approches Homme/Nature, encore trop fortement marquées par le mythe de l’Eden traduisant une conception très occidentale de la nature, G. Davies revient sur l’évolution du mouvement de la conservation depuis le début des années 1970. L’auteur montre comment durant la période marquée par la Conférence de Rio et plus spécifiquement par l’élaboration de la Convention sur la Diversité Biologique en 1992, les différentes parties ont cherché à mettre l’accent sur l’articulation entre conservation et développement. Cette démarche se traduit aujourd’hui par une meilleure prise en compte des objectifs de la conservation dans les politiques d’aide au développement, en témoigne la stratégie de l’OCDE définie en 1996.

4Après un article fort intéressant de M. Benoit portant sur la pertinence des aires protégées en Afrique de l’Ouest notamment en tant qu’espace de production et territoire engendrant des processus spécifiques biologiques, économiques et culturels, D. Chartier et B. Sellato s’appuient sur l’expérience du WWF dans la gestion du Parc national de Kayan Mentrarang en Indonésie pour dénoncer l’attitude des ONG de conservation. Le texte revient d’abord sur les évolutions au sein des institutions internationales conduisant à l’intégration des droits des capacités autochtones et des connaissances locales dans les programmes de conservation. Ces explications permettent de bien comprendre comment et pourquoi l’approche par le local est instrumentalisée par les ONG de conservation en vue d’asseoir leur légitimité plus que de véritablement prendre en considération lesdites populations locales. Les erreurs d’interprétation du WWF quant aux rapports que les populations entretiennent avec leur environnement (vertueux selon l’ONG, plus complexes et stratégiques selon les auteurs) traduisent de toute évidence un discours préalablement construit à des fins de captation de financements internationaux et d’accès aux médias. Les auteurs invitent alors à s’intéresser aux mécanismes de « transformation d’un capital symbolique d’une population autochtone en capital économique d’une ONG internationale d’environnement » (p. 102).

5La question de la complexité des rapports Homme/Nature et de la perception simpliste des acteurs de la conservation intégrée est également au cœur de l’article de H. Rakoto Ramiarantsoa. L’auteur illustre son point de vue en analysant le décalage entre les objectifs de valorisation économique de la forêt par les communautés locales et le fonctionnement réel des sociétés en milieu rural malgache.

6La critique de la conservation intégrée est également le fil conducteur de l’article d’E. Rodary qui porte sur la gestion communautaire en Afrique. Sur la base de deux expériences en Zambie (programme Admade) et au Zimbabwe (programme Campfire), l’auteur montre notamment que les deux composantes majeures de la conservation intégrée, la valorisation économique de la biodiversité (par le tourisme dans le cas présent) et la gestion participative, constituent des leurres ; économique pour la première et politique pour la seconde.

7Le dernier article de cette partie, écrit par M. Cunha dos Santos et I. Salgado, plus nuancé que les trois précédents, propose un bilan des actions menées dans la gestion durable des ressources forestières de l’Amazonie. Dans un premier temps, les auteurs expliquent précisément les raisons pour lesquelles l’aménagement forestier est peu développé malgré l’existence du cadre juridique le favorisant. Parmi les raisons évoquées, on trouve l’absence d’intérêt économique à court terme par rapport à l’exploitation irraisonnée, l’absence de processus de contrôle de la loi et la lourdeur administrative ; autant d’éléments que l’on retrouve d’ailleurs dans de nombreux pays. C’est dans ce contexte que les auteurs ont contribué à la mise en place de deux dispositifs de gestion participative des forêts. Au-delà de la description très intéressante et détaillée de ces deux projets de recherche-action menés avec et pour les agriculteurs, l’intérêt de l’article est sans conteste les éléments de réflexion mentionnés à la fin de l’article qui traitent des conditions de réussite des projets de gestion communautaire des forêts. De nombreux aspects mentionnés, comme la formation, la connaissance de la filière et la valorisation des savoirs locaux sont d’ailleurs suffisamment génériques pour être placés dans un contexte plus large que celui de l’Amazonie brésilienne.

8La seconde partie de l’ouvrage qui analyse plus spécifiquement les caractéristiques de la conservation intégrée, débute par une contribution d’A. Karsenty sur les modes d’accès à la terre en Afrique. Non directement relié à la problématique de la conservation intégrée, cet article met néanmoins l’accent sur la complexité des relations Homme/Nature en milieu rural, étudiée sous l’angle du foncier. La typologie proposée par l’auteur et les problématiques suggérées à la fin de l’article, comme la question de la transmission des droits sur la terre par exemple, invitent le lecteur à s’interroger sur la prise en considération (ou plutôt l’absence) de ces enjeux fonciers dans les dispositifs de conservation de la nature tels qu’ils sont décrits par ailleurs. L’ouvrage se poursuit par deux textes très différents mais qui plaident pour une gestion multi-acteurs de l’environnement. Le premier des deux, rédigé par F. Falloux, propose à partir d’une approche très macroscopique de rompre avec la gestion étatique de l’environnement pour laisser place à une gestion concertée entre l’Etat, la société civile et le secteur privé. Le texte se termine par une série de recommandations intéressantes comme « l’assistance au secteur bancaire local pour qu’il développe sa capacité environnementale » (p. 194). L’article d’A. Bertrand aborde également la question de la gestion publique/privée, mais en prenant appui sur la gestion décentralisée des ressources. Selon l’auteur, « la valorisation des ressources naturelles constitue l’une des conditions préliminaires à cette gestion décentralisée et contractuelle des ressources renouvelables » (p. 196). Pour autant, l’introduction d’éléments marchands dans la gestion des ressources ne peut être interprétée comme une privatisation de l’environnement. Il est préférable de parler « d’arrangements institutionnels complexes impliquant les acteurs privés, l’Etat et les communautés autour de la gestion communautaire » (p. 197). L’article propose alors une série de questions tout à fait pertinentes qui font écho au plaidoyer de l’auteur pour une gestion pluraliste (ou multi-acteurs) des ressources.

9Avec l’article co-écrit par A. Laouly, P. Montagne, A.M. Laminou et M. Hamadou, le livre ramène le lecteur sur des expériences de terrain, en l’occurrence la gestion communautaire des forêts en vue de l’approvisionnement en bois-énergie de la ville de Niamey au Niger. L’expérience relatée porte sur la combinaison d’actions visant une régulation du marché bois-énergie et l’établissement d’un schéma de développement. L’approvisionnement est assuré par des structures locales de gestion ; les taxes perçues sur le transport du bois permettant alors à la communauté de financer ses actions de développement. Le bilan retiré par les auteurs apparaît positif puisque non seulement la ressource est exploitée plus durablement (respect des quotas et des modes de coupes), mais encore les taxes perçues ont permis de développer les infrastructures communautaires (écoles, pharmacie, ouvrages hydrauliques…). Les auteurs, tout en recommandant la poursuite de ce type de démarche, reconnaissent la fragilité du dispositif en raison de la perte de pouvoir de certains acteurs de la filière induite par le projet.

10Avec l’article d’E. Ballan puis celui de G. Kleitz, c’est la dimension politique des approches participatives qui est mise en avant. Si le premier prend appui sur le fonctionnement d’un dispositif de conservation intégrée dans la vallée du Zambèze et le second sur la planification négociée au Zimbabwe avec comme spécificité une réflexion très intéressante sur l’usage des SIG dans les processus de décision, les deux articles ont en commun l’examen critique des démarches participatives au niveau local. L’idée qui devient familière au lecteur à ce stade de l’ouvrage, est que les institutions étrangères qui soutiennent ces projets ont une vision très réductrice, souvent naïve, de la participation des acteurs locaux, ne percevant que trop rarement l’enchevêtrement des niveaux de décision que les acteurs locaux mobilisent afin de parvenir à leurs objectifs.

11Le dernier article écrit par L. Granchamp Florentino réintroduit la gestion forestière en Amazonie, déjà abordée par une précédente contribution. L’apport de cet article est de montrer les limites de la gestion durable de la forêt par les entreprises privées et l’intérêt de l’approche communautaire, jugée plus flexible et multifonctionnelle. L’auteur ne se limite pas à décrire l’expérience de foresterie communautaire menée au Brésil ; elle analyse finement les processus sous-jacents, à savoir « le niveau d’organisation locale et l’origine de l’initiative, la rationalité des organismes médiateurs et leur légitimité et la construction de l’identité collective » (p. 273).

12L’ouvrage se termine par une conclusion qui se structure autour d’une idée force : la conservation intégrée telle qu’elle est menée aujourd’hui traduit une tendance néo-libérale tant au niveau politique via la participation des acteurs locaux qu’économique à travers la valorisation. Cette conclusion, par son côté très critique qui tranche d’ailleurs avec un sentiment plus nuancé à la lecture de l’ouvrage, appelle de toute évidence à poursuivre le débat sur ces questions.

13Au bout du compte, cet ouvrage, compte tenu de l’engouement actuel pour les réflexions interdisciplinaires sur ces questions et plus largement sur la nécessité de dialogue entre les chercheurs et les décideurs et la société civile, apporte un éclairage très intéressant.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://developpementdurable.revues.org/docannexe/image/1461/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Méral, « Rodary E., C. Castellanet et G. Rossi (Eds), 2003, Conservation de la nature et développement : l’intégration impossible ?, Paris, Karthala, Collection « Economie et développement », 308 p. », Développement durable et territoires [En ligne], Lectures, Publications de 2003, mis en ligne le 22 octobre 2005, consulté le 24 avril 2017. URL : http://developpementdurable.revues.org/1461

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille1
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • Revues.org