Navigation – Plan du site
Publications de 2004

Jean-Baptiste Narcy, 2004, Pour une gestion spatiale de l’eau. Comment sortir du tuyau ?, Bruxelles, p.i.e – Peter Lang, Collection, Ecoplis n° 4, 342 p.

Stéphane Ghiotti

Texte intégral

1L’ouvrage que nous donne à lire l’auteur est issu de son travail de thèse soutenue à l’engref au sein du groupe de Recherche en Gestion sur les Territoires et l’Environnement (rgte) constitué autour de Laurent Mermet.

2Comment sortir la politique de l’eau en France de la logique « du tuyau », telle est l’interrogation soutenue par l’auteur dans ce livre. Sortir du tuyau, mais pourquoi et pour aller où ? L’auteur justifie ce questionnement à partir d’une analyse de l’évolution de la politique de l’eau en France qui passe notamment par la recherche d’une meilleure articulation entre eau et aménagement du territoire.

3Les enjeux liés à la gestion de l’eau (inondations, pollutions diffuses, alimentation en eau potable…) conjugués aux nouvelles approches de ces problématiques (espaces de liberté, espaces tampons, bassins versants) conduisent le « monde de l’eau » à vouloir sortir d’une seule gestion des flux d’eau et de pollution. Pour l’auteur, il s’agit donc d’intervenir le plus en amont possible des problématiques, sur les espaces d’où proviennent ces flux et ces pollutions. Cette approche nécessite donc de dépasser la logique interne à « l’eau » pour se confronter aux filières de gestion des espaces (urbanisme, agriculture, tourisme…) afin d’essayer d’infléchir leurs pratiques et leurs modes d’organisation. L’auteur appelle ainsi de ses vœux l’émergence d’une gestion spatiale de l’eau, cette dernière se différenciant de la gestion fluxiale de l’eau largement dominante aujourd’hui. Quelles sont alors les stratégies à mettre en œuvre face à des rapports de force inégaux ? L’argumentaire se décline en quatre parties et les exemples des politiques menées dans les domaines des zones humides et des inondations servent de fil conducteur et illustrent la démonstration.

4La première partie consiste à mettre en perspective sur un plan historique et spatial les rapports tissés entre gestion de l’eau et filière de gestion des espaces. Le premier chemin emprunté par l’auteur est d’abord interne à la question de l’eau. Il étudie ainsi la place occupée par la gestion fluxiale (centrée sur les flux d’eau et de pollutions) dans la gestion de l’eau. L’idée est de savoir si la situation actuelle, où les deux se confondent, est un invariant où s’il a existé d’autres formes de gestion. En s’appuyant sur les travaux de jean-paul billaud sur le Marais poitevin et d’andré guillerme sur les villes du Nord de la France, jean-baptiste narcy démontre que la gestion des flux est un mode de gestion de l’eau parmi d’autres dans l’histoire. Elle n’est synonyme de gestion de l’eau que dans des contextes très particuliers et indépendamment de la seule évolution des techniques. Cette distinction opérée permet de replacer l’eau en cœur des relations Homme-Nature par la mise en lumière des dynamiques sociales, politiques, économiques et spatiales liées à son appropriation.

5La dimension spatiale constitue la seconde piste explorée. En insistant sur cette dernière dimension, l’auteur montre à travers l’exemple du Rhin et de la Saône, comment la gestion de l’eau tente de concilier usages de l’eau et usages des espaces mais avec des résultats ou postures (une gestion de l’eau soumise, conquérante, opportuniste, gênante) différentes selon les rapports de force. L’antagonisme entre une gestion de l’eau porteuse de changements et des filières de gestion des espaces préexistantes, s’inscrit donc dans une opposition non seulement entre différents niveaux de pouvoir, mais aussi entre différents projets politiques appliqués aux territoires. Il est d’ailleurs dommage qu’une analyse cartographique des dynamiques territoriales à l’œuvre ne vienne pas compléter la démonstration. Afin de s’imposer et d’orienter les usages des espaces, la gestion spatiale de l’eau doit être un levier de pouvoir politique. Elle doit s’appuyer sur des modes de « justifications » forts susceptibles de remettre en cause les filières en place tout en étant capable d’élaborer des compromis avec elles.

6Mais selon l’auteur, l’ensemble des dynamiques territoriales ne suffisent pas à expliquer la difficile émergence de la gestion spatiale de l’eau par rapport à la gestion fluxiale. En se référant aux travaux de Luc Boltansky et Laurent Thévenot sur les cités, complétés par ceux de Raphaël et Catherine Larrère, il explique la prédominance actuelle des modes de gestion comme relevant de rapports différents vis-à-vis de la nature. La première relevant de la natura naturans serait occultée par la seconde relevant, elle, de la natura naturata conformément à une vision moderne de la nature, où cette dernière serait totalement maîtrisée.

7L’enjeu pour la gestion spatiale de l’eau est donc de gérer deux antagonismes potentiels :

  1. entre, la gestion de l’eau et les filières de gestion des espaces d’une part

  2. entre la gestion spatiale et la gestion fluxiale de l’eau d’autre part.

8La seconde partie de l’ouvrage analyse la place occupée par la gestion spatiale de l’eau au sein des Agences de l’eau, en s’appuyant sur l’exemple des zones humides. L’auteur examine en fait s’il s’opère une compatibilité entre ce qu’il appelle « le monde » des Agences et son système de « justification » et les fondements qui déterminent la politique de gestion des zones humides. Après avoir finement décortiqué le fonctionnement des Agences et rappelé de manière critique les limites du système, il rappelle que contrairement aux idées reçues, les actions financées par les Agences relèvent largement de la gestion fluxiale de l’eau. Ainsi, bien que récente et encore marginale au sein des Agences, la gestion des zones humides se situe à la limite de la politique d’intervention de l’Agence et donc de sa légitimité. De plus, en favorisant une gestion fluxiale de l’eau déconnectée de sa dimension spatiale, les Agences pourraient faire face à un antagonisme interne à leur propre politique. L’auteur rappelle que le risque est effectivement grand pour la cohérence « du monde » des Agences suivant l’intégration ou non des zones humides dans la politique des Agences. De plus, en privilégiant la dimension écologique par rapport à la dimension fonctionnelle, faute d’évaluation suffisamment solide, la politique des Agences peut financer des actions éloignées de la gestion de l’eau et perdre son autonomie face aux filières de gestion des espaces. En effet, la politique des zones humides se trouverait en face d’autres acteurs, gestionnaires des espaces, (PNR, Conservatoire du littoral…) tout aussi légitimes sur cette problématique. La mise en œuvre d’une politique de gestion spatiale de l’eau au sein des Agences place donc leur politique à la croisée des chemins.

9La mise en évidence des enjeux et des antagonismes ne suffisant pas aux gestionnaires de l’eau, la troisième partie, à l’instar de la partie précédente, apporte des éléments de justification permettant à la gestion spatiale de l’eau de ne pas être occultée par la gestion fluxiale. L’exemple choisi concerne la gestion des inondations via l’outil des Plans de Prévention des Risques d’Inondation (PPRi), compris comme étant une forme de gestion spatiale de l’eau. Il témoigne des rapports de force entre gestion de l’eau et filière de gestion des espaces dans la mesure où l’exploitation du jeu d’acteurs place la question de l’inondation au cœur des problématiques de développement et d’aménagement du territoire. L’auteur montre cependant comment face à un même objectif, s’opèrent des antagonismes entre les PPRi et les autres instruments de la politique de lutte contre les inondations. L’opposition se cristallise notamment autour de la prise en compte (ou non) des travaux hydrauliques et de leurs conséquences dans l’élaboration des zonages des PPRi. Malgré le recours à l’expertise, la politique réglementaire de l’Etat n’arrive pas à dépasser l’antagonisme entre une réduction de la vulnérabilité, témoin d’une situation « hors contrôle » et une maîtrise des crues, relevant d’une situation « sous contrôle ». Cette situation témoigne de cultures technique et scientifique différentes et d’une incapacité à intégrer l’incertitude et la complémentarité entre la natura naturata et la natura naturans. Dans ce cas précis, l’auteur souligne que la gestion spatiale de l’eau ne manque pas forcement de niveaux de pouvoir, ni de registres de justification reconnus comme légitimes pour être promue. Mais il remarque que dans cette situation, l’antagonisme opposant gestion spatiale et gestion fluxiale de l’eau se trouve en amont même de celui opposant gestion spatiale de l’eau et filières de gestion des espaces.

10A la lumière de ces multiples éclairages, la quatrième partie nous livre, dans un souci d’opérationnalité, des recommandations générales pour que la gestion spatiale de l’eau échappe à une posture soumise face aux filières des espaces. L’auteur rappelle qu’il est nécessaire de passer d’une situation de symbiose et de coordination entre gestion de l’eau et filière de gestion des espaces, à la reconnaissance d’un double antagonisme à gérer avec les filières, mais aussi au sein même du « monde » de l’eau. Rappelant la méthode à suivre, identifier et définir les postures et les antagonismes potentiels et examiner les actions menées ou envisagées et leur énoncé théorique, l’auteur conclut que l’enjeu est bien de faire de la gestion spatiale de l’eau un enjeu de transformation politique du territoire. Il ajoute également qu’il est nécessaire de ne plus opposer une nature passive et maîtrisée (natura naturata) à la protection d’une nature vivante coupée de l’homme (natura naturans) mais également d’intégrer les pratiques humaines en tant que participantes des processus naturels. Sortir du tuyau, c’est sortir d’une sphère purement technique pour s’ouvrir au politique, pour penser la protection et la gestion des milieux aquatiques comme partie prenante à niveau égal des logiques d’aménagement du territoire.

11Jean-Baptiste Narcy nous propose un ouvrage riche, illustré d’exemples précis et les processus territoriaux à l’œuvre parfaitement décortiqués montrent combien les méandres de la politique de l’eau sont bien plus administratifs et politiques qu’hydrologiques. Bien qu’une mise en perspective de ses réflexions avec la mise en œuvre de la Directive Cadre Européenne sur l’Eau (DCE) aurait apporté un éclairage complet à la problématique traitée, à l’heure de la réforme de la loi sur l’eau, de l’acte ii de la décentralisation, cet ouvrage est à coup sûr une lecture indispensable pour comprendre les dynamiques et les enjeux aujourd’hui à l’œuvre autour des politiques de l’eau.

12Voir les éditions Peter Lang : http://www.peterlang.net/​

Haut de page

Table des illustrations

URL http://developpementdurable.revues.org/docannexe/image/1532/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Ghiotti, « Jean-Baptiste Narcy, 2004, Pour une gestion spatiale de l’eau. Comment sortir du tuyau ?, Bruxelles, p.i.e – Peter Lang, Collection, Ecoplis n° 4, 342 p. », Développement durable et territoires [En ligne], Lectures (2002-2010), Publications de 2004, mis en ligne le 03 septembre 2005, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://developpementdurable.revues.org/1532

Haut de page

Auteur

Stéphane Ghiotti

Stéphane Ghiotti est chargé de recherches au cnrs, au Laboratoire Mutations des Territoires en Europe cnrs – umr 5045, Université Paul Valéry – Montpellier III, Route de Mende, 34199 Montpellier cedex 5. Mél. : stephane.ghiotti@univ-montp3.fr et site : http://alor.univ-montp3.fr/MTE/themesrech/ghiotti/

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille1
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • Revues.org