Navigation – Plan du site
Publications de 2005

Franck-Dominique Vivien, 2005, Le développement soutenable, Paris, La Découverte, collection Repères

Bertrand Zuindeau

Texte intégral

Le développement soutenabledessiner un paysage intellectuel des principales théories économiques relatives au développement soutenable 

1Au lieu de chercher à établir une synthèse uniformisante qui décèlerait les constantes dans les discours et une espèce de « noyau dur » dans les principes d’action, l’auteur nous invite plutôt à considérer la richesse des contributions et les contradictions qu’elles entretiennent les unes face aux autres. De là, déjà, résulte le choix du terme « soutenable » au lieu de « durable », et ce, en dépit de la domination incontestable et probablement définitive du second : « le terme ‘durable’ a tendance à renvoyer à la durée du phénomène auquel il s’applique, comme si le problème se résumait à vouloir faire durer le développement. Or la notion de soutenabilité permet de mettre l’accent sur d’autres questions relatives à la répartition des richesses entre les générations et à l’intérieur de chacune des générations » (p. 4).

2La variété du paysage intellectuel du développement soutenable va conduire l’auteur à proposer quatre chapitres dans son ouvrage.

3Le premier précise les conditions d’émergence institutionnelle du développement soutenable – conformons-nous à ce choix sémantique, puisque c’est celui de l’auteur. « Le développement soutenable, estime F.-D. Vivien apparaît d’abord comme une notion politique » (p. 7). Les références institutionnelles sont alors passées en revue : le Club de Rome, la Conférence de Stockholm, l’écodéveloppement, la stratégie mondiale de conservation, le rapport Brundtland, le Sommet de Rio – « véritable lancement médiatique de la notion » (p. 23), le Sommet de Johannesburg… A ce premier niveau, et donc avant même de mobiliser les corps d’exégèse théorique, l’auteur montre bien comment la notion émerge et se conforte, non pas suivant un cheminement linéaire, mais au travers d’un véritable débat politique. Il explique comment la notion de développement soutenable marginalise celle d’écodéveloppement, pourtant voisine sur le fond, mais porteuse de connotations jugées déplaisantes par la diplomatie américaine. Il présente la manière dont le rapport Brundtland qui appelle de ses vœux une nouvelle ère de croissance s’oppose, même s’il la prolonge aussi dans une certaine mesure, à la Stratégie mondiale de conservation (1980), elle qui indique explicitement que la « notion de ‘croissance durable’ est contradictoire dans les termes » (pp. 17-18). Ce processus institutionnel illustre bien une hypothèse de l’auteur, indiquée dès l’introduction générale, selon laquelle « plutôt qu’une solution, le développement soutenable apparaît avant tout comme un problème » (p. 5).

4Avec les trois chapitres suivants, le « problème », loin de se résorber, va s’amplifier de la pluralité des vues économiques à son endroit. En effet, ce à quoi convie F.-D. Vivien, c’est à « une lecture des principales façons de concevoir ce problème dans le domaine de la discipline économique » (p. 29). Trois ensembles conceptuels sont distingués par l’auteur : la théorie économique standard, l’économie écologique, et un ensemble plus disparate appelant à un autre, voire à un après-développement.

5Avec la théorie standard – alias néoclassique –, exposée dans le chapitre 2, ce qui prédomine, c’est l’idée d’une « confiance » dans la possibilité d’une croissance durable. La confiance vaut pour la croissance économique en général, mais aussi plus précisément pour le progrès technique, le commerce international, la régulation par les prix. L’auteur insiste tout particulièrement sur ce dernier point, montrant comment les économistes néoclassiques s’avèrent favorables à « une extension du domaine de la régulation marchande » (p. 49), pour contrer les externalités et assurer plus de durabilité.

6Il se fait l’écho de Nordhaus pour dire que le discours standard sur la soutenabilité n’a guère évolué pendant 40 ans : « on ne fait que retrouver là le vieil adage disant qu’ ‘il ne faut pas manger son capital’, si ce n’est que désormais la nature est considérée comme tel » (p. 55). Il résume ainsi la démarche standard : « C’est le progrès technique et la substituabilité qu’il permet qui restent la clef de cette conception du développement soutenable, avec des prises de relais censées être assurées par le mouvement des prix » (p. 55). Il pointe alors une contradiction entre l’appel à l’autorégulation marchande et la nécessité de recourir à des modèles de planification, « ce qui cadre assez mal avec la défense du capitalisme » (p. 55). Que ce soit pour attribuer et faire respecter les droits de propriété, ou pour décider et appliquer des taxes environnementales, le rôle de l’État s’avère incontournable. Certes, l’autorégulation marchande est belle et bien une fiction. Pour autant, nous ne sommes pas si sûr que, depuis The Economics of Welfare de Pigou, l’héritage interventionniste soit si difficile à assumer par la majorité des néoclassiques, ni d’ailleurs par le capitalisme dans son envie de perdurer…

7Le chapitre III s’intitule « Le développement soutenable grâce à une économie écologique ? ». Il a trait à un autre corps de travaux dont les analyses ont pour point de départ la reconnaissance du substrat biophysique des activités économiques. Une distinction est effectuée. Une première approche a pour objet est « de bâtir des institutions publiques susceptibles de faire respecter des limites à l’exploitation de la nature » (pp. 58-59) – on pourrait parler d’économie écologique stricto sensu étant donné que l’économie écologique désignera ensuite ce courant particulier mais sert de référence au chapitre d’ensemble. Une deuxième approche met en avant le rôle des entreprises pour élaborer les normes nécessaires. Ce deuxième courant est celui de l’écologie industrielle, dont le voisinage avec l’économie écologique, pourra surprendre le lecteur, mais que F.-D. Vivien parvient très bien à justifier.

8L’économie écologique stricto sensu est un ensemble assez composite, influencé par divers courants de pensée, en particulier l’approche thermodynamique de Nicholas Georgescu-Roegen. En reprenant la notion d’entropie, elle a pour fondement l’idée que c’est « la logique même de l’activité économique (…) de transformer la nature » (p. 63). En cela, elle se différencie radicalement de l’approche standard selon laquelle l’externalité environnementale constitue une anormalité au regard de la norme qu’est le cadre marchand. Du coup, l’internalisation des effets externes comme tentative malgré tout d’assurer la régulation marchande est rejetée au profit d’autres formes normatives : quotas, conventions, ou alors « gestion normative sous contrainte » de René Passet.

9C’est le même soubassement biophysique qui permet à l’auteur de rapprocher l’écologie industrielle de l’économie écologique. En s’inspirant de notions empruntées à l’écologie (écosystèmes, métabolisme…), l’écologie industrielle se propose d’analyser « le métabolisme industriel des systèmes socio-économiques » (p. 76) et s’assigne un certain nombre d’objectifs : optimiser l’usage de l’énergie et des matières premières, minimiser les émissions polluantes et favoriser le bouclage des flux, dématérialiser les activités économiques, réduire la dépendance vis-à-vis des sources énergétiques non renouvelables (p. 76). Une caractéristique importante des expériences d’écologie industrielle et de la littérature qui en rend compte ou en fait la promotion, est la place de l’auto-organisation. Les entreprises qui recourent à l’écologie industrielle sont aussi favorables à l’autoréglementation (normes privées, labels, reporting…). Comme le dit l’auteur, « la main invisible est verte » (p. 77). Il en résulte que si l’écologie industrielle partage des fondements communs avec l’économie écologique, elle est bien plus proche du courant standard quant à l’attachement au marché et au rôle premier de l’entreprise.

10Le chapitre IV, « le développement soutenable : un autre développement ou l’après-développement ? » a trait a l’analyse d’« un troisième ensemble de travaux économiques [mettant] résolument l’accent sur les questions sociales soulevées par la problématique du développement soutenable » (p. 83). Cette partie de l’ouvrage est donc particulièrement opportune, car les questions sociales, notamment relatives aux inégalités, demeurent, encore aujourd’hui, trop souvent négligées dans la littérature se réclamant du développement durable. F.-D. Vivien passe en revue trois courants : l’écodéveloppement, le courant de la « répartition environnementale », et un ensemble de travaux se reconnaissant dans la notion de décroissance.

11L’écodéveloppement est assurément l’antécédent conceptuel dont le développement soutenable s’est le plus fidèlement inspiré. On y retrouve des éléments de définition et l’affirmation de principes d’action qui paraissent du développement soutenable d’avant la lettre : l’équité sociale, la prudence écologique, la démocratisation des processus de décisions – que les auteurs actuels appelleront plus volontiers « gouvernance ». S’il fallait peut-être malgré tout relever une différence entre les deux courants, on pourrait remarquer qu’à l’origine, l’écodéveloppement se caractérise par « une grande attention au développement local » (p. 87), alors que le développement soutenable constitue plutôt une problématique globale, en réponse à des enjeux globaux. Il est vrai, au fil du temps, chaque courant effectuant, en quelque sorte, le chemin en sens inverse, cette différence s’est progressivement estompée pour disparaître totalement.

12Avec la présentation du courant de la « répartition environnementale », F.-D. Vivien nous présente notamment les travaux – sans doute fâcheusement méconnus en France – du barcelonais Joan Martinez-Alier, qui met l’accent sur les enjeux redistributifs des questions environnementales et développe l’idée d’un « échange écologiquement inégal » entre le Nord et le Sud, élargissant ainsi la perspective ouverte, il y a plus de trente ans, par Arghiri Emmanuel puis par Samir Amin. Précisons, toutefois, que Martinez-Alier aurait pu être présenté dans le chapitre sur l’économie écologique, lui qui représente la composante de l’ « économie écologique institutionnaliste » et qui vient d’accéder à la présidence de l’International society for ecological economics…

13Finalement l’ouvrage de F.-D. Vivien consacre un nombre significatif de pages aux contributions relatives à la décroissance (Georgescu-Roegen, Latouche, mais aussi Gorz), ainsi qu’à la convivialité selon Illich. Sans doute, nous trouvons nous ici aux marges du développement durable, puisque par définition la décroissance récuse l’objectif de croissance, prôné par exemple par le rapport Brundtland (1987). Un auteur tel que Serge Latouche est même un contempteur intarissable du développement durable. Il n’empêche, ces auteurs n’en sont pas moins porteurs de propositions d’une décroissance… durable et conviviale, ce qui justifie pour le moins l’initiative de Vivien d’en intégrer la référence dans son propre ouvrage.

14Franck-Dominique Vivien estime que son livre a moins apporté de réponses qu’il n’a cherché à identifier les questions que suscitait la problématique du développement soutenable. Et ces questions sont nombreuses : le développement soutenable réinterroge l’ensemble des catégories de l’économie politique, oblige à « revisiter l’histoire de la pensée économique » (p. 108), appelle à reconsidérer les liens entre l’économie et la politique, de même que les liens entre l’économie et les autres disciplines (sciences de la nature, sciences de l’ingénieur, sciences sociales). Il s’agissait pour l’auteur de « construire l’espace de la discussion qui porte sur cette notion politique qu’est le développement soutenable » (p. 107). Incontestablement, cette ambition est atteinte.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://developpementdurable.revues.org/docannexe/image/1538/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,8k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bertrand Zuindeau, « Franck-Dominique Vivien, 2005, Le développement soutenable, Paris, La Découverte, collection Repères », Développement durable et territoires [En ligne], Lectures (2002-2010), Publications de 2005, mis en ligne le 27 novembre 2005, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://developpementdurable.revues.org/1538

Haut de page

Auteur

Bertrand Zuindeau

Bertrand Zuindeau est maître de conférences en économie, Clersé, Lille 1. Il est directeur de la revue Développement durable et territoire. Bertrand.Zuindeau@univ-lille1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille1
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • Revues.org