Navigation – Plan du site
Publications de 2004

Jean-Claude Bolay et Magali Schmid (dir), 2004, Coopération et développement durable- vers un partenariat scientifique Nord-Sud, Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, Lausanne, Collection « Logiques territoriales », 183 p.

Christian Castellanet

Texte intégral

1Cet ouvrage présente les résultats d’un programme international de coopération scientifique pour le développement, mené de 1999 à 2002 par quatre équipes de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) et des institutions scientifiques et techniques de divers pays en voie de développement (PVD), en l’occurrence le Sénégal, le Maroc, Cuba, l’Argentine et la Bolivie. Ce programme a été appuyé par la Direction du Développement de la Coopération Suisse. Il avait pour ambition d’expérimenter une autre approche de la coopération scientifique, évitant les écueils constatés lors de coopérations internationales précédentes : d’une part, des travaux considérés par les scientifiques du Nord comme trop modestes, trop tournés vers l’expérimentation appliquée, trop difficiles à mener sur le plan administratif et financier, insuffisamment liés aux grands débats scientifiques actuels. De l’autre, ces mêmes échanges sont critiqués par les agences de coopération et les ONG comme insuffisamment appliqués, trop tournés vers des objectifs académiques, dominés par les équipes du Nord, ne prenant pas suffisamment en compte les besoins effectifs des PVD en matière de lutte contre la pauvreté, de protection des ressources naturelles et de l’environnement, de lutte contre les grandes pandémies, etc. Ce constat a amené la Coopération Suisse à formuler en 1998 quelques principes de base pour ces projets de coopération scientifique pour le développement : confiance mutuelle, transparence dans l’échange d’informations, partage des décisions et des budgets, partage des profits scientifiques et industriels résultant des recherches. Le programme élaboré par l’Ecole Polytechnique a suivi ces principes et il se fixait en outre des objectifs d’interdisciplinarité et de participation effective des acteurs du développement dans les recherches entreprises, dans le but d’assurer effectivement le lien entre une production scientifique de qualité et le développement, dans un cadre qui devient celui de la recherche-action.

2Après un premier chapitre de réflexion sur le rôle de la coopération scientifique dans le cadre de la globalisation, de l’émergence du concept de développement durable et des nombreuses interrogations sur notre avenir commun, les quatre expériences de coopération sont présentées.

  • A Thiès (Sénégal), il s’agissait de la mise en place d’un système de « monitoring » pour la gestion participative de la ville, associant l’EPFL, l’Ecole Polytechnique de Thiès, l’ONG Enda-Tiers Monde, et les autorités locales.

3Cette action partait de l’hypothèse suivante : les ressources au demeurant fort limitées, de la Mairie de Thiès, étaient utilisée de manière souvent peu efficaces, du fait de la faiblesse ou de l’absence d’une planification du développement urbain, reposant sur des données actualisées et intégrant la participation des différents groupes sociaux et administrations intéressés. De plus, du fait de l’absence de communication entre la mairie et ses administrés, les décisions administratives et les règlements urbains sont méconnus, ce qui aggrave les conflits sur le terrain ou mine l’efficacité des efforts municipaux.  

4L’action proposée est basée sur la mise en place simultanée d’un espace de concertation entre les différents acteurs concernés (élus locaux, services techniques communaux, autres administrations, représentants des quartiers, des villages, associations locales et ONG), et d’un Système d’Information Géographique (désormais SIG) alimenté par les informations disponibles mais aussi par les acteurs eux-mêmes, grâce à des exercices de cartographie participative.  

5L’article décrit de manière détaillée et convaincante les méthodes qui ont été utilisées, le contenu du SIG et les différentes étapes permettant d’identifier les priorités, de mettre en place une planification participative évolutive.    

6On reste cependant sur sa faim en matière de résultats concrets. Au delà des affirmations sur l’utilité de l’outil et son appropriation par les différents acteurs concernés, ainsi que sur l’importance de la communication et de la participation effective des différentes parties prenantes, on ne trouve pas d’exemple concret montrant sur quoi a débouché cette planification participative, quelle valeur ajoutée elle a apporté par rapport à une méthode plus traditionnelle et descendante, et surtout dans quelle mesure elle a eu des résultats plus durables et adaptés en terme d’investissements publics et de réglementation.

7La question de la durabilité de l’outil mis en place est également posée par les auteurs, compte tenu de son coût de fonctionnement certes modeste, mais non négligeable au vu des ressources très faibles de la municipalité. Enfin, ils abordent rapidement et allusivement les questions de conflits de pouvoir liés à ce nouvel instrument, et le fait que la démarche « reste tributaire, même en cas de volonté politique marquée  de l’inertie du système, des oppositions aux changements et des difficultés d’intégrer ces nouveaux instruments » (p. 67). Il est dommage que cette question ne soit pas traitée avec plus de profondeur, dans une perspective sociologique et politique, puisque l’on sait bien qu’information et pouvoir sont intimement liés, et qu’il ne suffit pas de mettre en place des instruments de traitement et de circulation de l’information pour promouvoir la démocratie locale, la bonne gouvernance ou la participation.

8En fin de compte, on peut penser que l’expérience a été trop courte pour pouvoir valider les hypothèses de départ et approfondir cette analyse, qui supposerait sans doute au demeurant une équipe probablement plus interdisciplinaire que celle du projet (les deux auteurs de l’article sont ingénieurs du génie rural).

  • Dans le cas de Cuba, le programme présenté porte sur des applications industrielles de procédés biotechnologiques, dans le domaine de l’industrie sucrière, du traitement de l’eau et de l’industrie pharmaceutique.

9Il a associé, dans une perspective très appliquée, les biochimistes de l’EPFL, une PME suisse (non identifiée), et quatre centres de recherches cubains. Ce programme a débouché sur la mise en place d’une unité pilote de production de floculants utilisables dans l’industrie sucrière destinés au raffinage du sucre et à l’utilisation des produits secondaires (sous-produits de la fabrication du sucre). Apparemment (l’article manque singulièrement de clarté sur ces points, tout en étant assez répétitif), ces floculants sont eux-mêmes produits à partir de produits locaux, algues ramassées sur les plages notamment. Cette production locale de floculants permet une économie en devises importante puisqu’ils étaient jusque là importés des Etats-Unis.  Le projet a permis également la mise au point d’une nouvelle technologie d’encapsulage de médicaments à partir d’alginates traités par radiation. Un brevet a apparemment été déposé, mais l’article ne dit pas qui en est le propriétaire. Il propose de développer les coopérations industrielles, sur la base d’une « joint venture » à constituer, mais se plaint du manque de capitaux disponibles. Le rôle respectif et l’intérêt des différentes structures concernées ; privées et publiques, restent très flous. En bref, on a l’impression dans ce cas que la coopération a été essentiellement basée sur un transfert de technologie, avec des intérêts économiques importants mais qui ne sont pas explicités. On est semble-t-il à la limite de la science et du « business ».

10Au Maroc, l’action a porté sur la mise en place d’un système décentralisé de production d’électricité à partir des énergies renouvelables, dans une vallée du Haut Atlas. Elle a associé l’EPFL, l’Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II et une ONG locale « Targa Aide ». Après avoir décrit la stratégie nationale marocaine d’électrification rurale, qui semble très cohérente, l’article énonce les hypothèses sur lesquelles ce projet pilote a été construit. Tout d’abord, il s’agit de s’assurer que l’électrification rurale peut effectivement stimuler le développement économique local, ce qui n’est pas toujours le cas à la lumière des expériences passées. On comprend par ailleurs (bien que cela ne soit pas explicitement formulé) que les deux autres hypothèses sont que 1) une combinaison de sources d’énergies renouvelables diverses et adaptées à chaque situation est préférable au recours à une source unique - en l’occurrence le photovoltaïque dans la stratégie gouvernementale. 2) La participation des populations à la conception et à la gestion des réseaux améliorera la durabilité du système.

11L’article décrit ensuite de manière détaillée les caractéristiques socio-économiques de la vallée de l’Ounéine, caractérisée par son enclavement, son faible niveau de développement économique, et sa dépendance à l’égard de l’émigration. Le système énergétique proposé combine hydro-électricité, éolien  et photovoltaïque, et prend en compte les besoins actuels et futurs des habitants. Les besoins dans l’immédiat sont surtout centrés sur l’éclairage et la télévision, auxquels s’ajoutent ceux des marchés locaux, et ceux liés au chauffage de l’eau pour l’hygiène (hammams). Les retombées économiques escomptées sont loin d’être assurées, et  les sommes que les populations peuvent consacrer à l’électricité réduites. Quant aux retombées sociales, elles sont considérées comme positives, surtout par les femmes, mais l’impact de la télévision sur les jeunes est en partie négatif, au niveau du temps de sommeil et d’étude.

12En fin de compte, on est assez frustré car l’article ne répond pas aux questions qu’il avait posées au départ. Il ne traite ni de la viabilité économique de l’électrification (sauf pour plaider pour un système de crédit spécifique à l’installation), ni de ses retombées économiques, ni en fin de compte de l’intérêt comparatif de la démarche proposée par rapport à celle de la politique nationale. Quant à la gestion déléguée du réseau par une association d’usagers, elle constitue une innovation importante, susceptible de favoriser le développement local et de réduire les coûts de gestion centralisés, mais elle n’est pas encore effective.   

  • Le dernier cas présenté est celui de l’innovation technique en matière d’environnement urbain. Il s’agit en fait d’une étude comparative de trois processus innovants en matière de gestion urbaine dans trois villes d’Amérique du Sud et des Caraïbes, en l’occurrence Buenos Aires, La Paz et Cuba.

13Cette étude a été menée par l’EPFL, en partenariat avec la faculté d’architecture de Buenos Aires, l’ONG Pro-habitat à la Paz et l’ONG Habitat Cuba (suspendue ensuite par le régime cubain en 2001). Contrairement aux articles précédents, il s’agit là d’une étude plus classique et académique, qui ne semble pas couplée avec des actions concrètes de développement, sauf peut être dans le cas cubain puisque le sujet étudié à Cuba est justement le développement d’un programme d’auto-construction populaire qui a été lancé par Habitat Cuba. Les deux autres cas concernent la délégation de la gestion de l’eau à Buenos Aires (sous forme de concession) à Suez par l’Etat Argentin, et le recours à des petites entreprises communautaires pour le ramassage des ordures dans les quartiers populaires (inaccessibles aux camions poubelles, ce qui rend nécessaire une collecte manuelle ou faiblement mécanisée des ordures) par la municipalité de La Paz. Les contextes sont bien évidemment très différents, et les thématiques également, ce qui rend la comparaison assez hasardeuse. On en retient qu’à Buenos Aires, l’amélioration de la qualité de la desserte en eau potable pour les habitants aisés s’est également traduite par une détérioration pour les plus pauvres, incapables de payer leurs factures. A La Paz, malgré un cadre de démocratie participative avancé, le service aux quartiers les plus pauvres, autrefois inexistant,  reste inférieur à celui des quartiers aisés, qui lui est donné en concession à une entreprise nationale proche du pouvoir municipal et très bien rémunérée. Enfin à Cuba, l’expérimentation de systèmes de type coopératif d’auto construction dans lequel les futurs habitants fournissent leur travail, et donnent leur avis sur l’agencement de leur futur logement, et dans lequel des matériaux locaux adaptés sont employés est très positive sur le plan de la qualité de l’habitat, tout en étant moins coûteuse que les HLM produits en masse par le régime. Mais cette initiative en fin de compte a sans doute heurté trop d’intérêts et fait preuve de trop d’autonomie, puisqu’elle est condamnée par le régime.

14Il semble bien difficile de tirer des conclusions transversales de ces différents cas, sinon pour dénoncer une tendance actuelle à la technicisation et à la dépolitisation des enjeux urbains, allant de pair avec le libéralisme ambiant et la privatisation des services publics, qui aboutit dans de nombreux cas à améliorer le service pour les plus aisés, tout en marginalisant les plus pauvres. La question posée est : doit-on, au nom de la défense de l’environnement, abandonner toute ambition sociale et accepter de creuser les inégalités sociales ? On courre alors le risque qu’elles se retraduisent ensuite par de nouveaux problèmes d’environnement, non pas en tant que pollution ou destruction de ressources naturelles, mais en tant que crise sociale, violence urbaine et perte du lien social..). Sujet d’actualité s’il en est !

15Il faut en fin de compte observer que la nature des approches et des partenariats présentés dans les quatre cas cités sont assez différents : les approches vont de la recherche–action proprement dite, de laquelle se rapprochent les cas du Sénégal et du Maroc,  à la recherche comparative portant sur des processus portés par des acteurs locaux ou agences publiques indépendantes de la recherche (Buenos Aires, La Paz), en passant par du transfert de technologie et de la R&D industrielle (cas de Cuba).  Les partenariats également sont variés, la participation et le rôle effectif des équipes de recherche du Sud n’étant pas très apparent dans les cas présentés, malgré la pétition de principe méritoire signalée au départ. L’interdisciplinarité souhaitée reste également relativement limitée dans la pratique (en tout cas au niveau des auteurs des différents articles/ chapitres), ce qui est dommage en terme d’analyse et de compréhension des processus à l’œuvre dans ces différentes interventions. Enfin, il est évident que la question de la durée des programmes entrepris est cruciale, et qu’un délai de 3 ou 4 ans est très insuffisant pour  tirer les leçons d’un processus de recherche action. Il est dommage que ce point n’ait pas été plus discuté par les auteurs.  Il est vrai que ce programme était en cours de renouvellement lors de la sortie du livre, on peut donc espérer que les résultats de la prochaine phase permettront de répondre à certaines des questions restées en suspens.

16En conclusion, nous voudrions souligner à quel point la démarche défendue par la Coopération Suisse et l’EPFL dans ce programme est très intéressante et mérite d’être encouragée et poursuivie. Il faut bien reconnaître en effet que la coopération scientifique reste dans l’ensemble coupée de la coopération au développement, et que la tendance générale est plutôt à l’accroissement de ce fossé qu’à sa réduction. Pour ne prendre qu’un exemple récent, la décision de l’Union Européenne de mettre fin au programme INCO (qui avait précisément ce caractère d’appui à des recherches partenariales finalisées sur des questions de développement), et au contraire de renforcer les programmes de coopération scientifique « d’excellence » élimine clairement la plupart des institutions scientifiques des PMA de la course. On a donc d’un côté un énorme programme scientifique, le PCRD, qui ne s’intéresse absolument pas à la question de la coopération internationale au développement, et de l’autre des fonds importants gérés par le FED (Fonds Européen de Développement) et secondairement par les ONG (ligne B7-6000) qui excluent toute action de recherche dans les activités qu’ils peuvent financer. On pourrait multiplier les exemples dans la plupart des pays de l’UE (la France ne faisant malheureusement pas exception). Le débat « comment mettre la recherche au service du développement international » est donc plus d’actualité que jamais, et mériterait d’être posé au niveau international, en associant les organismes qui financent la recherche et ceux qui financent la coopération au développement.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://developpementdurable.revues.org/docannexe/image/1541/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Castellanet, « Jean-Claude Bolay et Magali Schmid (dir), 2004, Coopération et développement durable- vers un partenariat scientifique Nord-Sud, Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, Lausanne, Collection « Logiques territoriales », 183 p. », Développement durable et territoires [En ligne], Lectures (2002-2010), Publications de 2004, mis en ligne le 27 novembre 2005, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://developpementdurable.revues.org/1541

Haut de page

Auteur

Christian Castellanet

Christian Castellanet est Professeur Associé au C3ED – Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, et responsable de programmes au GRET

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille1
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • Revues.org