Navigation – Plan du site
Publications de 2001

Marianne Cohen et Ghislaine Duqué, 2001, Les deux visages du Sertão. Stratégies paysannes face aux sécheresses (Nordeste, brésil), Paris, IRD Editions, Collection « À travers champs », 388 p.

Sandrine Rousseau

Texte intégral

1Ce livre retrace une recherche interdisciplinaire dans une zone du Brésil, le Sertão, soumise à des aléas climatiques et organisée selon une structure sociale particulière.

Une recherche interdisciplinaire menée par une équipe pluridisciplinaire

2Les auteures commencent le livre par la description des tâtonnements, tensions, difficultés liées à la volonté de faire une étude véritablement pluridisciplinaire. Evidemment aujourd’hui l’affirmation de réunir plusieurs disciplines autour d’un même sujet d’étude est souvent mise en avant par les équipes de recherche. Toutefois, ce qui différencie ce travail de beaucoup d’autres est d’avoir réussi (après plusieurs tentatives non abouties ou décevantes) à réaliser l’unité de lieux et de temps. Ainsi l’équipe a travaillé sur les mêmes sites, avec les mêmes acteurs, sur une durée d’étude équivalente et même en s’entendant sur le vocabulaire. Saluons ce premier résultat car il s’agit bien là d’un premier résultat de recherche. L’équipe regroupait donc des chercheurs issus des disciplines suivantes : sociologie, anthropologie, agronomie et biogéographie.

La région du Sertão

3C’est une région agricole (44% des hommes étaient occupés dans ce secteur au début de l’étude), mais les conditions de culture y sont difficiles. La région est soumise à des phénomènes de sécheresse réguliers qui poussent de petits paysans à migrer vers les grandes villes du pays. L’organisation sociale fait apparaître d’un côté de petits agriculteurs, propriétaires par héritage de terres, souvent morcelées du fait des transmissions de générations en générations. D’un autre, on trouve de grands propriétaires, investissant dans une logique d’agriculture intensive et d’irrigation aidée notamment par les pouvoirs publics.   

4Sans surprise, l’étude met en exergue deux logiques différentes d’utilisation des ressources naturelles correspondant à deux organisations sociales différentes.

5Dans un premier cas, les recherches se sont portées sur un petit groupe familial possédant une série de terres morcelées. Il apparaît que l’exploitation des terres à des fins de culture et d’élevage répond à une logique sociale très ordonnée mettant en œuvre des us et coutumes toujours justifiés par les acteurs au nom de la tradition ou d’une logique qui peut parfois être déroutante. Ainsi, la viande de chevreau ou d’agneau est déconsidérée socialement, ne trouve pas d’acquéreur sur le marché, elle est donc conservée à des fins d’autoconsommation tandis que la viande bovine, beaucoup plus cotée, est elle vendue. Posséder un cheptel bovin permet à ces petits producteurs de s’identifier aux gros propriétaires utilisant les techniques intensives. Le bœuf apparaît donc comme un élément de ségrégation sociale.

6Je ne m’étendrai pas ici sur les descriptions très complètes des espèces végétales cultivées et de leurs qualités de rendements et de résistance. Je m’attarderai par contre davantage sur un aspect socio-économique très intéressant de l’étude : le morcellement des terres, son impact et le développement économique qui en résulte (ou pas).

7En effet, à la lecture de cette première partie de l’ouvrage, un élément ressort : la ressemblance avec l’histoire connue et souvent relatée du développement de l’agriculture en Europe. Même si ce point n’est pas du tout abordé dans l’ouvrage, le parallèle avec notre propre organisation sociale passée se remarque.

Un autre mouvement d’enclosures

8Le mouvement des enclosures en Europe et principalement en Grande Bretagne est souvent mobilisé pour expliquer, au moins en partie, la mise en place d’un système de propriété privée de la terre et le démarrage de la révolution industrielle. Ce qui marque en lisant le livre de Marianne Cohen et Ghislaine Duqué est la complexité et l’enchevêtrement des forces qui conduisent à clôturer les champs dans le Sertaõ.

9Il y a d’abord un premier mouvement de morcellement de la terre rendant la propriété partagée en de nombreux petits propriétaires qui ont du mal à survivre avec le bout de parcelle qui leur appartient. Ensuite, les pouvoirs publics en accordant des avantages fiscaux à l’achat de la terre ont aussi encouragé certains urbains à avoir un troupeau. Enfin il s’est mis en place une sorte de cercle vicieux : plus les champs étaient clôturés, moins il restait de place pour paître et… plus il devenait nécessaire de clôturer à son tour pour protéger la parcelle devenue à peine suffisante pour assurer la nourriture de son propre troupeau.

10Mais le mouvement n’est pas encore complètement terminé et les auteurs nous montrent dans l’ouvrage les modes de résistance locale à l’œuvre. Les petits producteurs ont une stratégie de survie qui passe par un refus de la marchandisation et du capitalisme. Ainsi ils n’achètent pas de produits phytosanitaires, font de la polyculture, ne consomment que la nourriture produite par leurs soins et préfèrent ne pas vendre ce qu’ils peuvent manger. Le troupeau sert d’épargne en cas de sécheresse et les modes d’organisation familiaux respectent un certain type de solidarité. Bref la première vertu n’est pas de s’enrichir, elle est d’abord de vivre. Alors que les rapports entre ouvriers agricoles et propriétaires semblent durs au Brésil, les petits producteurs au contraire, ne pouvant pas rémunérer les ouvriers agricoles au salaire moyen tentent de compenser par des relations plus humaines fondées sur la fidélité.

Parallèlement, d’autres stratégies sont à l’œuvre

11A Ribeira, un autre village, la culture de l’ail a supplanté la polyculture traditionnelle, grâce notamment à un grand projet de développement de l’ail irrigué et au prêtre de l’Eglise. Sous l’effet des investissements hydrauliques, les rendements de l’ail ont été multipliés par 4, poussant à abandonner les cultures traditionnelles (maïs – haricots). La manne liée à l’irrigation a motivé d’autres agriculteurs à irriguer. Aussi, le débit de la rivière a progressivement diminué jusqu’à s’assécher. Pourtant, la salinisation et l’assèchement n’ont pas dissuadé les agriculteurs de produire de l’ail. La polyculture étant abandonnée, il n’y a plus d’autres moyens de recours et donc si l’ail va mal, on produit encore plus d’ail. Contrairement au premier cas et grâce à une action forte du prêtre qui a « pris en charge » le développement de cette région, les petits producteurs ont été initiés aux techniques agricoles intensives : engrais, produits phytosanitaires. Le marché étant par ailleurs fluctuant, il est nécessaire parfois de spéculer en attendant la hausse du prix de l’ail pour le mettre sur le marché, même les enfants semblent initiés à cette spéculation. Mais la fluctuation des cours a attiré la convoitise de grossistes qui achètent aux producteurs locaux en grande quantité et réservent l’ail en attendant que les cours montent, faisant ainsi des producteurs, les premiers maillons d’une chaîne assez longue de commercialisation. Les producteurs étant souvent endettés, notamment pour avoir acheté les terres et les techniques d’irrigation, et pour survivre durant la pousse de l’ail, ils sont soumis aux échéances des prêts et donc doivent vendre à des dates précises. Les prêteurs sont parfois des banques, souvent les grossistes…

12L’ouvrage de Marianne Cohen et Ghislaine Duqué nous conduit ainsi à nous interroger sur les modalités de cultures et leurs conséquences écologiques, économiques et sociales. Loin d’étudier un seul aspect, elles s’emploient à nous faire découvrir la complexité et la multiplicité des tendances à l’œuvre pour tenter de se développer voire de survivre. L’agriculture n’est ainsi pas comprise comme un secteur d’activité, encore moins comme un métier, mais comme la résultante d’une organisation sociale complexe, fragile. Elles mettent aussi l’accent sur les dangers de politiques volontaristes de développement qui ignoreraient les données à long terme du système écologique. C’est un ouvrage intéressant pour qui veut comprendre les liens entre nature et hommes sous un angle particulier mais qui devrait être dominant : celui de la survie du second grâce à une utilisation clairvoyante de la première.

13Consulter aussi une autre fiche : http://www.bresilbresils.org/​actualites/​index.php?id=70
Le site de IRD éditions

Haut de page

Table des illustrations

URL http://developpementdurable.revues.org/docannexe/image/1694/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 8,6k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandrine Rousseau, « Marianne Cohen et Ghislaine Duqué, 2001, Les deux visages du Sertão. Stratégies paysannes face aux sécheresses (Nordeste, brésil), Paris, IRD Editions, Collection « À travers champs », 388 p. », Développement durable et territoires [En ligne], Lectures (2002-2010), Publications de 2001, mis en ligne le 05 janvier 2006, consulté le 19 août 2017. URL : http://developpementdurable.revues.org/1694

Haut de page

Auteur

Sandrine Rousseau

Maître de conférences, économie, Lille 1, Clerse, USTL - Sc. Eco. Soc. SH2 Cité Scientifique -59 655 Villeneuve d’Ascq Cedex. Sandrine.Rousseau@univ-lille1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille1
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • Revues.org