Navigation – Plan du site
Publications de 2004

René Ducroux et Philippe Jean-Baptiste, 2004, L’effet de serre, Réalité, conséquences et solutions, Paris, CNRS Editions, 95 p.

Sandrine Rousseau

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage a pour ambition de faire une synthèse claire et concise, à destination d’un public non averti, du phénomène de réchauffement climatique. Il est organisé en sortes de fiches elles-mêmes rassemblées en six grandes parties :

2Présentation du climat actuel et passé

  • Le principe de l’effet de serre

  • Ses conséquences

  • Les responsables

  • Les remèdes et enfin

  • L’organisation internationale autour de cette question.

3Chaque fiche se présente sous la forme d’une double page. Le texte est très court et a pour but, dans la plupart des cas, d’illustrer les tableaux, graphes et images. Ces illustrations sont au cœur de la présentation, le texte, quelques phrases, est une sorte d’informations ponctuelles (« Les Etats-Unis, premier pollueur au monde, représentent 25% de l’économie mondiale » (p. 40) ou encore « Les périodes chaudes étant plus longues, la végétation va accroître sa durée de pollinisation, avec un développement des allergies » (p. 28)).

4Disons dès à présent que l’ouvrage est intéressant : les illustrations sont claires et explicatives, le choix des thèmes abordés est pertinent, les graphiques sont pour la plupart d’une compréhension immédiate. Les auteurs prennent soin de se contenter des connaissances scientifiques et n’extrapolent que rarement sur les phénomènes pouvant survenir. Par contre ils ont un avis précis sur les solutions et choix à mettre en œuvre, nous le verrons plus loin. Dans tous les cas ils évitent l’écueil des prévisions aléatoires ou des cartes de montée des eaux par exemple qui sont par trop incertaines. En cela, l’ouvrage permet de se faire une idée des débats actuels sur le réchauffement climatique et de l’état des connaissances.

5Les trois premières parties présentent les conséquences dans plusieurs domaines différents : écologique, économique et social notamment. La quatrième partie s’attarde sur les pollueurs. Très courte, elle montre les secteurs et les pays responsables des principales émissions de gaz à effet de serre. La partie sur les solutions évoque brièvement (trop brièvement) les enjeux de la maîtrise de l’énergie, pour s’attarder plus longuement sur les puits de carbone, la capture, le stockage, l’utilisation et le recyclage possible de celui-ci. Les énergies renouvelables sont aussi rapidement évoquées : bioénergies, éolien, solaire, hydraulique ou encore la géothermie. L’énergie nucléaire et la fusion thermonucléaire sont quant à elles présentées comme des solutions ‘indiscutables’ dans le contexte de réchauffement climatique (seules capables de produire en grande quantité avec la grande hydraulique mais les fleuves non exploités deviennent rares, contrairement à l’énergie nucléaire).

6La dernière partie concernant l’organisation internationale est sans doute un peu moins bien traitée car trop rapide. En effet, sont abordés en quatre fiches des problèmes aussi différents que les négociations, les accords signés, les positions stratégiques de certains États développés et des pays en voie de développement, les objectifs de chacun et la situation particulière de la France.

7Tout irait donc très bien si… les auteurs étaient un peu plus nuancés sur la question du nucléaire. Tous les deux sont en effet proches du CEA (Commissariat à l’Energie Atomique). René Ducroux a d’abord été chercheur au CEA avant de rejoindre AREVA. Philippe Jean-Baptiste quant à lui, dirige un groupe de recherche au sein d’un laboratoire mixte CNRS-CEA. Les choses sont dites dès l’introduction : « Pour les fortes puissances, les seules énergies efficaces et non émettrices de CO2 sont la grande hydraulique et le nucléaire. Tous ceux qui voudraient faire croire le contraire ne le feraient ni dans l’intérêt d’une société de progrès, ni pour l’amélioration des conditions de vie du plus grand nombre, mais plutôt pour des raisons dogmatiques et politiciennes ». Et l’argument revient, lancinant, parfois il prend une page entière (p. 42) et aboutit à la conclusion en rouge : « A partir de 2010, le choix français du renouvellement de l’énergie nucléaire deviendra vital ». Ce qui a toujours manqué sur la question du nucléaire c’est le débat et ce n’est pas ce livre qui en sera l’occasion.

8Par ailleurs, on regrettera aussi le manque d’ambition des auteurs dans la remise en cause de notre mode de vie. Ainsi, on l’a remarqué, les solutions d’économie d’énergie sont rapidement envisagées et chacun appréciera page 40, le sous-titre de la fiche intitulée « Les pays pollueurs dans le monde » : « Les pays industrialisés sont les pays les plus pollueurs mais ils sont producteurs de biens et de richesses », comme si finalement ceci excusait cela et surtout comme si nos richesses étaient aussi partagées que nos pollutions…

Haut de page

Table des illustrations

URL http://developpementdurable.revues.org/docannexe/image/1713/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandrine Rousseau, « René Ducroux et Philippe Jean-Baptiste, 2004, L’effet de serre, Réalité, conséquences et solutions, Paris, CNRS Editions, 95 p. », Développement durable et territoires [En ligne], Lectures (2002-2010), Publications de 2004, mis en ligne le 23 janvier 2006, consulté le 21 août 2017. URL : http://developpementdurable.revues.org/1713

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille1
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • Revues.org