Navigation – Plan du site
Appel à communication du dossier

Appel à contribution n°9 pour la Revue DD&T : « Inégalités écologiques, inégalités sociales : interfaces, interactions, discontinuités ? »

Bruno Villalba, Edwin Zaccai et Helga-Jane Scarwell

Nos sociétés productivistes ont longtemps dissocié les enjeux sociaux et environnementaux, accordant une priorité théorique et d’action aux premiers. Face à la prééminence socio-économique — notamment autour des thématiques du travail, de la redistribution, des conditions matérielles et juridiques de l’égalité, etc. —, l’environnement n’a guère réussi à s’imposer comme un vecteur d’interrogation théorique et pratique pleinement accepté. Les enjeux environnementaux ont souvent été relégués comme des secondaires dans l’élaboration de meilleures conditions d’égalités entre les individus, principalement centrées autour des questions de bien-être, de développement, de croissance, ou, plus matériellement, de pouvoir d’achat. Ainsi, les conditions pratiques d'une justice en relation avec un développement durable semblent avoir été moins étudiées que la volonté de réconcilier écologie et économie. De fait, les multiples facettes de la crise écologique (détérioration des ressources, défis énergétiques et climatiques, pressions démographiques) invitent à reconsidérer les relations hiérarchiques traditionnelles construites entre les dimensions sociales et environnementales.

Dans ces conditions, comment définir une « inégalité écologique » ? Derrière cette dénomination, on peut retrouver des situations qualifiées d’injustes ou d’iniques, qui révèlent des perceptions divergentes d'acteurs sociaux. En outre, peut-on considérer que toute inégalité écologique serait ipso facto injuste ? Sur un plan descriptif, on peut repérer des différences écologiques qui peuvent conduire à une évaluation en termes d’inégalités (comme l’accès différencié à telle ressource naturelle sur un territoire déterminé). Sur un plan normatif, il y a toutefois des cas où les inégalités ne sont pas nécessairement défavorables, ni même injustes.

Comment réduire certaines de ces « inégalités écologiques » ? Le développement durable, dans son principe général, se présente comme une réponse opérationnelle à la prise en compte simultanée des interactions entre sphère sociale et environnementale. Pour autant, lorsqu’on le soumet à un examen critique, il est aisé de constater que ce principe est loin d’aboutir à une reformulation des modalités concrètes de la gestion entre les priorités économiques, sociales et/ou environnementales, ainsi qu’à une nouvelle élaboration de normes décisionnelles permettant d’installer de nouvelles régulations, pour tenir compte de façon plus juste des différents facteurs évoqués. De telles questions devraient activer, sur des questions écologiques, des débats existant sur les figures de l'égalité, de la justice ou bien encore de l'équité.

Le présent appel à publication souhaite approfondir la compréhension théorique des « inégalités écologiques », en la soumettant à une confrontation avec les pratiques des acteurs et les observations de terrain. Comment, dans un même mouvement théorique, associé à une vision programmatique, faire se rencontrer les questions sociales (pauvreté, précarité, chômage, vulnérabilité de certaines populations, exclusion, mais aussi différenciation sociale, inégalités socio-économiques, etc) avec des questions environnementales ? Ces questions sont inséparables d’une vision politique et de ses transcriptions sur le plan spatial, avec toutes les interrogations en termes de gouvernance et de subsidiarité que cela suppose.

L’analyse des disparités écologiques est susceptible de porter sur différents thèmes environnementaux (exposition au risque industriel, pollutions atmosphériques urbaines ou autres, exposition aux pollutions phoniques, bénéfice d’aménités environnementales, aspect redistributif ou non de politiques de l’environnement…). La prise en compte de ces disparités devrait en principe se réaliser en tenant compte de priorités sociales, et il faudrait vérifier dans quelle mesure cela se réalise. Ainsi, des actions menées au titre de la qualité environnementale n’ont-elles pas pour effet « pervers » d’accroître certaines inégalités en excluant de cette approche qualitative tous ceux qui n’ont pas les moyens d’investir dans une qualité durable ? Comment l’action publique peut-elle intervenir pour permettre d’offrir à tous des alternatives respectueuses de l’environnement ? Pour le dire autrement, y a-t-il des domaines, des problématiques, pour lesquelles la  recherche de qualité environnementale se révèle une source d’inégalité ?

Nous souhaitons favoriser une approche pragmatique, qui révèle, mais aussi essaie d'articuler, les tensions suscitées par ce qui peut apparaître comme une triple contrainte : gérer, dans un même temps —et parfois sur un même espace—, les urgences écologiques, économiques et sociales.

Trois approches seront privilégiées :

1) Comment qualifier cette interface entre inégalité sociale et inégalité écologique ? La perception sociale des inégalités fait l’objet d’une histoire multiséculaire, à la fois politique ou théorique (question de l’égalité et de la justice sociale), d’une importante politique de représentation institutionnelle (de la logique représentative jusqu’à la constitution de partis politiques tribuniciens, chargés de mener prioritairement le combat sur la question de l’équité), et d’une extension de son domaine (de l’inégalité des conditions du travail à la question des minorités, etc.). Face à cela, la question des inégalités écologiques reste encore floue : à la fois dans son domaine de délimitation (peut-on réduire cette dimension à la seule accessibilité à un meilleur environnement, à un cadre de vie optimisé ? Par exemple, les inégalités sanitaires sont elles des questions sociales ou environnementales), de légitimité (la question de l’écologie reste secondaire face aux priorités en termes d’accessibilité à l’emploi par exemple) et de contenu (l’environnement comme milieu naturel ou milieu artificiel —urbain par exemple—diversifié) ? A un niveau plus philosophique et politique, comment définir les principes d'égalité pertinents pour ces problématiques, et peut-on parler d'éventuels renouvellements de ces questions par l'écologie politique ou encore par le développement durable ?

2) Comment analyser les impacts des politiques publiques environnementales sur les nouvelles formes (qu’il reste à délimiter, préciser et localiser) de ségrégation sociale et de partition spatiale ? Une telle appréciation doit s’entendre dans une double dimension : temporelle —dans la mesure ou l’inégalité écologique résulte d’une construction historique — mais aussi spatiale —puisque la diversité des situations écologiques peut engendrer des relations diversifiées à son milieu (par exemple face à un écosystème plus ou moins étendu). Cela suppose de s’interroger sur les mécanismes de construction des disparités écologiques territoriales (ségrégation urbaine, périurbanisation, étalement géographique de l’habitat, désertification de certaines zones, etc.) et, plus globalement, sur les processus de valorisation équitable des territoires (comment construire une politique équitable de l’aménagement du territoire, qui répartisse les contraintes ?). Pourtant, deux motifs importants pourraient en justifier la prise en compte :

  1. un motif proprement heuristique, avec l’examen de la question d’un éventuel cumul spatial des disparités (socio-économiques, mais aussi justement écologiques) ;

  2. un motif de politique publique : en l’occurrence, il s’agit de mieux appréhender à la fois les conséquences environnementales de certaines politiques publiques et les conséquences sociales de politiques environnementales.

3) Quelles propositions prospectives formuler ? Face à la multiplication des attentes des milieux naturels (ou artificiels), comment concilier la compatibilité de la lutte contre les inégalités sociales en préservant une diversité des situations écologiques ? Comment concilier la préservation de la biodiversité et d'autres ressources et services naturels avec la gestion d’une pression démographique territoriale ? Comment répondre aux impératifs de gestion des problématiques socio-économiques —chômage, richesse, etc— avec les temps des cycles écologiques ? Dans cette optique, une attention toute particulière sera accordée aux réflexions sur la question des indicateurs du développement durable (caractéristiques socio-environnementales des territoires par des descripteurs synthétiques). La dimension technique (de la notion, d’inégalité écologique) renvoie à ce qui est objectivement caractérisable non pas de l’ensemble de l’environnement, mais d’un certain nombre de segments de l’environnement à travers de multiples indicateurs de diverse nature (en matière d’air, d’eau, de déchets, de pratiques, etc). Il convient donc de s’interroger sur les mécanismes de construction de ces indicateurs (démarche d’élaboration, significations, usages…) en tenant compte des cadres cultures et sociaux qui définissent notre manière d’appréhender ces indicateurs et de les utiliser. Dans une perspective prospectiviste, il serait alors intéressant d’apprécier l’impact de ces indicateurs dans la manière de concevoir de nouveaux dispositifs de circulation généralisée des informations, permettant de meilleurs mécanismes d’appropriation et instaurant un plus grand décloisonnement entre les questions sociales et écologiques.  

L’analyse des axes de recherche envisagés dans le programme peut relever de plusieurs disciplines scientifiques, en particulier des branches de la sociologie, de l’économie, de la géographie, de la science politique, de l’histoire, de la philosophie, du droit, des sciences naturelles, de l’urbanisme et de l’aménagement et des sciences de l’ingénieur. L’accent sera mis sur un questionnement interdisciplinaire des problématiques de recherche, sans toutefois exclure des analyses disciplinaires. Les réflexions et travaux théoriques devront, dans la mesure du possible, s'appuyer sur des pratiques et des exemples empiriques.

Démarche et calendrier proposés :

1. Envoi d’une proposition sous forme de résumé d’une page pour 15 avril 2006 ;

2. Réponse de la revue Développement Durable & Territoires à cette proposition pour le 10 mai

3. Demande du texte complet pour le 1er septembre – les conditions éditoriales sont précisées sur le site de la revue http://developpementdurable.revues.org/document1269.html (Nous vous prions de bien suivre les recommandations !).

4. Réponse définitive de la revue 1er novembre.

5. Mise en ligne pour 10 janvier 2007.

Les propositions (résumés et textes complets) sont à adresser par courrier électronique aux trois coordinateurs du dossier :

bvillalba@univ-lille2.fr

ezaccai@ulb.ac.be

HScarwell@aol.com

L'élaboration de ce dossier thématique fait l'objet d'un soutien financier du Conseil régional Nord - Pas de Calais, de la DRIRE-DIREN Nord - Pas de Calais et de l'ADEME Nord - Pas de Calais.

  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille1
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • Revues.org