Navigation – Plan du site
Publications de 2004

Bruno Riondet, 2004, Clés pour une éducation au développement durable, Paris, Edition Hachette Livre, Collection « Ressources Formation », Préface de Michel Mousel, 143 pages.

Sandy Goll

Texte intégral

1Clés pour une éducation au développement durable constitue une nouvelle édition d’un précédent ouvrage de Bruno Riondet1 : L’Education au développement. Et il est possible de se demander si l’ajout « au développement durable » n’est pas un simple prétexte à la réédition ?

2Ce livre est essentiellement destiné à un public d’enseignants, de professionnels de l’éducation et aux acteurs de l’éducation à l’environnement et au développement durable.

3Etant donné le langage académique utilisé par l’auteur, le grand public ou le simple citoyen pourra éprouver quelques difficultés à la lecture. Il ne s’agit donc pas ici, d’un ouvrage de vulgarisation. Pourtant, l’objectif principal de l’auteur est de donner des pistes et des initiatives concrètes pour monter un projet éducatif. « Quelles sont, aujourd’hui, les initiatives marquantes de l’éducation au développement durable ? Quelles en sont les priorités ? Comment et à quel niveau peut-on s’engager ? ». Telles sont les questions auxquelles l’auteur tente de répondre. Chacun des 8 chapitres de cet ouvrage se termine par une page « Pour aller plus loin » composée d’éléments bibliographiques par thématique, ce qui a un certain intérêt dans le cadre de recherches par exemple.

4On pourrait cependant organiser la présentation de ce livre en 3 grandes parties :

Partie 1 : « Le développement durable, définition et origines »

5Dans le premier chapitre, l’auteur rappelle les différentes définitions et représentations du développement durable (rapport Brundtland, schéma sous la forme d’une fleur de Mireille Moscati…) et propose un rappel historico-étymologique du concept… On apprend ainsi que la réflexion sur les rapports qu’entretiennent les hommes avec leur écosystème ne date pas d’aujourd’hui, elle avait déjà commencé dans l’Antiquité Grecque et Romaine. On découvre aussi que le terme même de développement durable, d’un point de vue linguistique, a son origine dans la sylviculture prussienne du 18ème siècle. Plus tard, en 1895, l’effet de serre est identifié par Arrhenius et l’on craint déjà un épuisement des ressources non renouvelables. Bien qu’il prenne appui sur des idées anciennes, le développement durable constitue une idée neuve, trop souvent restée enfermée dans un cercle d’économistes ou de scientifiques. Il faudra attendre les années 1980, pour que le public prenne conscience des dérèglements planétaires (trou dans la couche d’ozone, pluies acides…) sur le plan environnemental.

6Le deuxième chapitre est consacré au concept plus spécifique de développement, ses origines, son histoire, ses définitions. On y aborde aussi la dimension économique du développement durable.

7Sa définition a évolué au fil du temps, d’abord scientifique (sens biologique) ; son caractère économique apparaît à la fin du 19ème siècle (parallèlement aux théories évolutionnistes de Darwin) : « Les théories économiques se construisent sur des schémas biologiques ou physiques : (…) schéma de circulation des flux économiques, schéma de centralité ou gravitation des forces économiques… » (p. 28). Le terme de développement n’apparaîtra dans les dictionnaires économiques qu’en 1968. Deux notions clés encadrent étroitement le mot « développement » à son origine : « l’idée de croissance en quantité (biologie, mathématiques) et l’idée d’achèvement en structure identifiable, permettant d’inscrire le produit obtenu dans une forme ou un modèle reconnaissables. » (p. 28).

Partie 2 : « Eduquer au développement »

8Cette partie plus « pratique » que « théorique » aurait dû être la pièce maîtresse de l’ouvrage, qui rappelons-le s’intitule « Clés pour une éducation au développement DURABLE ». Mis à part un bref rappel de l’entrée de l’éducation à l’environnement à l’école, il ne s’agit ici que d’éducation au développement. D’ailleurs, le caractère social (voire solidaire) est omniprésent. Cette dimension est souvent négligée dans les ouvrages traitant de développement durable, mais cette fois, l’auteur semble avoir quelque peu oublié que le développement durable s’articule autour de trois pôles.

9Dans cette perspective, le chapitre 3 (qui traite des appuis institutionnels) nous renseigne sur la manière dont le concept d’éducation au développement est entré à l’école, parallèlement au mouvement « tiers-mondiste » amorcé par les ONG dans les années 1980. Puis, « L’environnement fait sa place » (sous-titre du chapitre), enfin ! Seules deux pages sont consacrées à l’éducation à l’environnement…

10Le chapitre 4 (Des initiatives à l’école) relate divers projets (principalement d’éducation au développement) menés par des enseignants motivés mais a priori « isolés » et pas toujours soutenus par les institutions. L’auteur nous offre un panel d’initiatives dans l’enseignement agricole, les écoles primaires, et à l’Université : des idées de projets et des pistes pour ceux qui souhaitent en monter.

11Le chapitre suivant (Des partenaires pour l’action éducative) propose un début de méthodologie pour mettre en place un projet éducatif ainsi que des adresses utiles et des dispositifs déjà existants en matière d’éducation au développement (Associations, Agendas 21 locaux, organismes internationaux…).

12Eduquer au développement demande à l’enseignant une capacité à s’adapter et à se remettre en question. Le concept même de développement évolue encore aujourd’hui, c’est pourquoi la formation des enseignants, thème du sixième chapitre, est primordiale. L’auteur - enseignant lui-même - nous donne quelques outils pour y parvenir. Après un tour d’horizon complet des formations existantes (diplômantes ou non, académiques ou non), B. Riondet souligne qu’il n’existe pas de véritable formation au développement durable mais plutôt des formations dans des domaines précis comme l’humanitaire, l’environnement ou bien le développement, avec parfois des extensions ou options « développement durable ». Organisme consultatif indépendant placé auprès du Premier Ministre, la Commission Française du Développement Durable (CFDD) a d’ailleurs réalisé dès 1998 un inventaire des ressources en formation pour le développement durable.

13Sur un plan plus concret, l’auteur cite à nouveau Mireille Moscati et sa notion de « compétence d’acteurs » : « En formation pour le développement durable, explique t-elle, il importe plus encore que dans tout autre type de formation de mettre en cohérence la pratique pédagogique avec les objectifs d’apprentissage affichés (…) ». Pour y arriver, et évaluer ses objectifs de départ, une « fiche action » nous est proposée p. 96.

Partie 3 : « Epilogue »

14« De quel développement parlons-nous ? Parlons nous du modèle de développement néolibéral qui fait que 17 personnes meurent de faim chaque minute ? Est ce soutenable ou insoutenable ? ». Le chapitre 7 reprend cette citation d’Hugo Chavez et pose la problématique du développement avec, en filigrane, un débat sur la croissance, la décroissance et la recherche d’un mode de développement alternatif, tout en s’appuyant sur des éléments historiques intéressants, mais disparates. Il discute de nouveaux indicateurs de mesure du développement, le PIB/hab (Produit Intérieur Brut par habitant) n’étant pas suffisant puisqu’il oublie les facteurs environnementaux et sociaux. En fonction du PIB/hab, les Etats-Unis sont à la 1ère place, mais si on utilise l’IDI (Indice des Inégalités intégrant l’égalité sociale, le respect de l’environnement…) ils se retrouvent derrière l’Ukraine et le Burundi ! Le dernier chapitre place enfin l’éducation sur un plan international.

15Normalement enrichie, en rapport avec l’actualité de l’Education Nationale (l’EEDD entre à l’école, BO Juillet 2004), il ne s’agit pourtant ici (presque) que d’éducation au développement… Et il est possible de se demander si le rajout « au développement durable » n’est pas un simple prétexte à une réédition de l’ouvrage ?

16Nous aurions répondu par l’affirmative si le titre n’avait pas commencé par « Clés pour… », car il s’agit bien ici de pistes pour aller plus loin.

17Nous préfèrerons alors cette suggestion proposée par Michel Mousel (président de l’association 4D) dans sa préface : « L’éducation, clé pour un développement durable ». En effet l’éducation est bien au centre (voire à l’initiative) de la démarche de développement durable.

18Malgré tout, les objectifs de l’auteur en terme d’éducation au développement sont atteints, l’enseignant/éducateur en quête d’(in)formation y trouvera des éléments intéressants et des pistes pour le montage de projets. Finissons sur une note positive : beaucoup d’ouvrages sur le développement durable ne prennent en compte que le facteur environnemental en dépit des autres domaines…Ici c’est le pôle socio-économique qui l’emporte !

Haut de page

Notes

1 Bruno Riondet est professeur certifié de Sciences de la vie et de la Terre, il enseigne au Lycée Bois-d’Amour de Poitiers. Il est également titulaire d’un DEA d’histoire des relations internationales et se passionne pour les implications sociales ou éthiques des recherches scientifiques.
Haut de page

Table des illustrations

URL http://developpementdurable.revues.org/docannexe/image/1868/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandy Goll, « Bruno Riondet, 2004, Clés pour une éducation au développement durable, Paris, Edition Hachette Livre, Collection « Ressources Formation », Préface de Michel Mousel, 143 pages. », Développement durable et territoires [En ligne], Lectures (2002-2010), Publications de 2004, mis en ligne le 22 février 2006, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://developpementdurable.revues.org/1868

Haut de page

Auteur

Sandy Goll

Animatrice environnement. GRAINE Centre, Réseau Régional d’Education à l’Environnement de la Région Centre. Site Internet : www.grainecentre.org

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille1
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • Revues.org