Navigation – Plan du site
Publications de 2005

Jean-Pierre Dupuy, Petite métaphysique des tsunamis, Paris, Editions du Seuil, 2005, 107 p.

Stéphane Callens

Texte intégral

1Dans ce petit ouvrage, Petite métaphysique des tsunamis, Jean-Pierre Dupuy revient sur ses propositions visant à formuler théoriquement une position « catastrophiste ». Ce courant « catastrophiste » est présenté comme une alternative à la notion de Développement Durable, jugée trop compromise avec une approche gestionnaire, selon Jean-Pierre Dupuy.

2Il existe deux positions théoriques pour la décision dans l’incertain. La plus traditionnelle est de considérer que la fonction de décision est linéaire en probabilité. Il s’agit de la théorie de l’utilité espérée. Dans ce cadre théorique, pour une catastrophe future, l’agent perçoit correctement la petite probabilité de l’événement mais effectue une déformation psychologique de la perte subie. Une théorie duale a été développée, désignée sous l’appellation de la théorie de l’utilité non espérée. Dans ce cadre, l’agent déforme psychologiquement et non linéairement la valeur de la probabilité. Par exemple, l’optimiste diminue psychologiquement la probabilité de la catastrophe, tandis que le pessimiste l’augmente. Le catastrophisme est le pessimisme extrême : il est certain que le pire arrive. Dupuy estime donc qu’une approche de Développement durable n’est pas assez pessimiste.

3Le tsunami du 26 décembre 2004 a été d’une ampleur qui n’est pas sans rappeler un autre tsunami, celui qui a détruit la ville de Lisbonne en 1755. L’ouvrage de Dupuy rappelle le débat philosophique que ce tsunami de 1755 avait créé entre Rousseau et Voltaire. Dupuy se reconnaît mieux dans Rousseau, au moins pour une priorité qui est donnée à la politique sur la gestion, priorité affirmée par Rousseau.

4L’ouvrage est organisé en courts chapitres, développant une idée principale de condamnation morale du courant d’entraide que le tsunami du 26 décembre 2004 a déclenché dans le monde : il s’agirait d’une « dégoulinade de bons sentiments ». La très grande catastrophe déclenche un phénomène d’entraide planétaire, l’ensemble des donateurs représenterait environ un pour cent de la population mondiale. Dupuy y voit malice : il y aurait eu dans ce concert global, une volonté de faire passer du côté de la Nature les grandes tragédies de l’Histoire.

5Les positions du « catastrophisme » sont précisées à l’occasion de cet événement. Pour Dupuy, le mal est systémique, une sorte de péché originel, et l’erreur commise par une démarche telle que celle induite par les notions de développement durable et de principe de précaution est de «  se persuader que le salut du monde est entre nos mains » (p. 9), alors que pour Dupuy, seul un Dieu peut sauver (citation en allemand de la page 7: Nur ein Gott kann uns retten, le salut ne peut venir que de Dieu). Une même condamnation des « œuvres », les actions positives qui avaient entraîné les foudres d’un rigorisme moral au seizième siècle, vaut pour le courant de générosité lors du tsunami du 26 décembre 2004 et des notions telles que le développement durable ou le principe de précaution .

6Dupuy se réclame des thèses de l’apologétiste chrétien René Girard : son propos reste apologétique, il s’agit d’affirmer la supériorité d’une attitude religieuse ou métaphysique sur toute autre attitude.

7Le texte de Dupuy – un procès en prodigalité fait à la planète tout entière – permet d’apporter des précisions sur la définition du « catastrophisme » (§1), son rapport à la grande catastrophe (§2) et son économie politique (§3).

81/ Le « catastrophisme » est défini par Dupuy comme une déformation psychologique de la très petite probabilité d’une menace majeure. La valeur psychologique volontairement choisie est celle de 1, la certitude. Il ne s’agit pas, comme dans la théorie de Rawls, de l’idée d’un contrat social fondé sur l’aversion partagée devant les très grands risques. Une telle théorie pourrait conduire à des propositions positives, par exemple d’assurance universelle contre les grandes catastrophes, ce qui est explicitement écarté par Dupuy (par exemple, p.106, « le catastrophisme n’est pas un programme »). Le catastrophisme peut donc fournir un exemple d’une fonction d’utilité non espérée, qui donne pour valeur à une loterie risquée comprenant d’un côté une forte somme d’argent avec une probabilité presque certaine, et de l’autre un aléa de très petite probabilité, la perte issue de cet aléa.

92/ Dupuy oppose la grande catastrophe du tsunami et les grandes tragédies comme les camps de concentration, les explosions nucléaires ou les attentats de New York. Ces grandes tragédies sont les « bons » évènements pour le « catastrophisme »: ils opèrent un partage manichéen entre des bons et des méchants. La littérature apocalyptique est traditionnellement une littérature manichéenne avec un grand Satan, un Enfer, et des démons accessoires. L’aléa géologique est à la base des plus grandes catastrophes connues, les extinctions de masse enregistrées comme césure entre les ères géologiques. Au lieu d’un combat entre le Bien et le Mal, il n’y a qu’une valeur extrême prise par un phénomène naturel. Le discours « catastrophiste » est moralisateur, appelant à une grande fermeté dans l’adversité, alors qu’en cas de tsunami, la seule stratégie qui vaille est de prendre les jambes à son cou et de fuir sur une hauteur. Le « catastrophiste » se réfère à un environnement où tous les phénomènes doivent faire sens, s’inscrire dans une vision politique ou religieuse. Tous ces aspects font qu’une grande catastrophe scandalise le « catastrophiste » : « il faut en finir avec la figure du tsunami comme modèle universel de la catastrophe » (p. 103).

103/ Que peut proposer le « catastrophisme » ? Dupuy conclut que celui-ci n’a « ni recette, ni programme » (p. 106). Il opère tout de même quelque chose : il vise à transformer une probabilité très petite en une certitude. On ne fait rien, sauf changer un chiffre. Ces modifications ne peuvent pas ne pas avoir de conséquence en matière d’allocation de ressources. Le principe de précaution demande de se débrouiller avec des connaissances incertaines. Dans un cadre « catastrophiste », la vérité est donnée dès le départ, le chercheur est inutile et remplacé par un spécialiste de la communication politique chargé de manipuler les croyances de l’opinion.

11Le rôle positif des croyances réside du côté de l’allongement des horizons de décision. Les croyances devraient éviter de se faire piéger par des stratégies opportunistes de court terme. Le rôle positif des croyances est perçu par Jean-Pierre Dupuy. Cependant, sa position « catastrophiste » ne fait qu’encourager les possibilités de manipulation politique opportuniste. L’ouvrage de Dupuy fournit ainsi sans doute involontairement des clefs pour la compréhension du présent : une opposition radicale à toute forme de gestion des risques majeurs existe, la multiplication d’échecs retentissant en la matière illustre un temps où il est fait parfois l’éloge de ceux qui ne s’encombrent ni d’approximation incertaine, ni de compassion ou de générosité.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://developpementdurable.revues.org/docannexe/image/2124/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Callens, « Jean-Pierre Dupuy, Petite métaphysique des tsunamis, Paris, Editions du Seuil, 2005, 107 p. », Développement durable et territoires [En ligne], Lectures (2002-2010), Publications de 2005, mis en ligne le 09 avril 2006, consulté le 25 mai 2017. URL : http://developpementdurable.revues.org/2124

Haut de page

Auteur

Stéphane Callens

Professeur des universités en sciences économiques à l'Université d'Artois (responsable du master éco-gestion-Administration et directeur du Centre EREIA), S. Callens est membre du comité de lecture de la revue Développement durable et territoires. E-Mail : Stephane.Callens@tele2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille1
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • Revues.org