Navigation – Plan du site
Publications de 2005

Daniel Bley (dir.), 2005, Cadre de vie et travail. Les dimensions d’une qualité de vie au quotidien, Aix-en-Provence, Edisud, Ecologie Humaine

François-Xavier Devetter

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif regroupe des textes issus d’un colloque organisé en 2002 par la Société d’Ecologie Humaine. La diversité des thèmes et des approches peut donner une impression de « patchwork » mais cette diversité est assumée par le coordinateur qui espère au contraire « qu’elle obligera le lecteur à formuler des questionnements croisés » sur un thème qui peut en effet n’être que très large : la qualité de vie. Après un premier chapitre cherchant à mieux cerner cette notion polysémique, trois thèmes principaux sont abordés : le cadre de vie, le travail et la santé.

2Daniel Bley et Nicole Vernazza-Licht tentent ainsi de définir l’actualité et les enjeux du concept de qualité de vie. Ils insistent tout d’abord sur l’importance de prendre en compte l'ensemble des pays du globe et non de limiter l'étude aux seuls pays développés. Reconnaissant qu’il s’agit d’un concept récent (les années 1960) et faisant l’objet de définitions diverses (notamment issues du monde médical), les auteurs soulignent les liens qui relient les notions de « développement durable » et de « qualité de vie », celles-ci appartenant « au même registre ». L’utilisation du terme dans des domaines très différents (environnement, santé, politique publique, publicité, etc.) en complique encore la définition mais souligne l’intérêt d’une démarche pluridisciplinaire. Les auteurs estiment ainsi que l’étude de la qualité de vie doit obligatoirement intégrer des éléments qui peuvent apparaître contradictoires ou séparés : la santé ne doit pas être isolée de l’étude de l’environnement et de ses impacts, les tentatives de mesure et de quantification doivent dialoguer avec des approches qualitatives axées sur la perception subjective, enfin la qualité de vie doit être intégrée dans un cadre collectif et ne pas reposer exclusivement sur une approche individualiste.    

3La première partie aborde ensuite la qualité de vie sous l’angle du « cadre de vie ». Cette première approche regroupe d’abord quatre études appliquées à des territoires spécifiques. Paulo Henrique Battaglin Machado s’intéresse ainsi à Curitiba (ville « écologique » du sud du Brésil), Natalia Barbino-Saulnier à la ville de Lyon, René Joly Assako Assako au quartier « Bois des Singes » à Douala (Cameroun), enfin André Langlois et Anne Gilbert appliquent leurs indicateurs à des communes québécoises. Les auteurs visent chaque fois à construire des indicateurs permettant la mesure de la qualité de vie à l’échelle d’un territoire en interrogeant les liens entre des critères objectifs (pollution, caractéristiques les logements, qualité des transports, équipements publics, etc.) et les perceptions subjectives des habitants. Ils ont ainsi en commun de présenter de manière assez rigoureuse les hypothèses qu’ils ont retenues et la méthodologie appliquée (permettant parfois une éventuelle réutilisation pour d’autres territoires). Par exemple, André Langlois et Anne Gilbert construisent d’abord un indicateur de qualité de vie sur la base de critères objectifs faisant intervenir le capital humain (scolarité, revenu et bilinguisme), le capital social (taille du ménage et statut de migrant) et ce qu’ils nomment le « capital résidentiel » (âge, entretien et taille du logement) des individus. Un second indicateur « subjectif » est ensuite élaboré à partir des déclarations des habitants sur la satisfaction qu’ils éprouvent et l’importance qu’ils accordent à chaque critère. Une étude empirique réalisée dans des villes québécoises illustre la méthode et souligne le rôle prépondérant du capital résidentiel.  

4Francis Ribeyre se démarque des articles précédents en centrant son analyse non plus sur un territoire mais sur le cadre familial, « l’écologie familiale » apparaissant selon lui comme un concept particulièrement opérationnel pour permettre un développement plus soutenable.

5La seconde partie regroupe six articles autour de la notion de « Travail ». Ces textes sont cependant plus hétérogènes que ceux de la première partie. Dans un premier temps, le travail et son organisation au sein des pays développés apparaissent comme des obstacles à la qualité de vie du fait de la croissance de la flexibilité et de la « pauvreté temporelle » des individus. Manfred Garhammer dresse ainsi ce constat à partir d’une opposition entre modèles nationaux inspirés des travaux d’Esping-Andersen tandis que Laurence Thomsin s’intéresse, dans le cas de la Belgique, à la qualité de vie gagnée par les travailleurs à domicile grâce à la flexibilité de leurs lieux et temps de travail.  Le « télétravail » y apparaît comme un véritable outil de « qualité de vie ».

6Valérie Moller, dans le cas des jeunes d’une ville Sud-Africaine insiste, quant à elle, sur l’importance d’obtenir un emploi dans la perception de la qualité de vie tandis que Sylvie Malsan, à partir d’une étude sur les salariés ayant vécu un licenciement collectif souligne l’importance de l’existence d’un « projet individuel » de reconversion.

7Les deux derniers textes s’intéressent davantage aux espaces concrets de travail et au rôle des conditions de travail. Partant du constat que les lieux de travail voient souvent se mêler des activités proprement professionnelles et des activités liées au hors-travail (manger, bricoler, faire la fête, etc.), Anne Monjaret  s’interroge sur la façon dont les salariés des ateliers techniques à l’hôpital s’approprient (« privatisent ») leur lieu de travail (objets personnels, usages de surnom, etc). Enfin, Séverin Cécile Abéga, Nicole Vernezza-Licht et Daniel Bley s’intéressent aux interactions entre santé et travail dans le cadre de plantations au Sud-Cameroun où l’entreprise apparaît à la fois comme un lieu d’exposition aux dangers et un lieu de prise en charge médicale.

8La dernière partie s’arrête sur les questions de santé et de prévention au travail. A partir de l'exemple des entreprises publiques privatisées ou en voie de l'être, Dominique Decèze souligne le changement de nature des effets des mauvaises conditions de travail : de physiques et mesurables elles seraient devenues davantage psychiques et indirectes. Les quatre derniers textes s'interrogent sur les réponses apportées à ces nouvelles formes de souffrance au travail : le difficultés des médecins généralistes face à ces questions (Dominique Huez), le rôle de la législation sur le harcèlement moral (Pascal Steichen) mais surtout le rôle de la prévention (Vincent Grosjean et Dominique Pécaud).

9Finalement, la diversité des textes présentés dans l’ouvrage, au-delà de l’intérêt spécifique à un thème de recherche que chacun représente, souligne la richesse de la notion de qualité de vie et illustre comment celle-ci peut aider à renouveler les analyses des différents cadres de vie (habitat, lieux de travail) et des différents temps de vie. En ce sens l'ouvrage constitue une source de réflexions intéressantes et une incitation à poursuivre les recherches sur la notion de "qualité de vie" qui semble bien compléter au niveau "micro" les réflexions "macro" sur les nouveaux indicateurs de richesse.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://developpementdurable.revues.org/docannexe/image/2811/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François-Xavier Devetter, « Daniel Bley (dir.), 2005, Cadre de vie et travail. Les dimensions d’une qualité de vie au quotidien, Aix-en-Provence, Edisud, Ecologie Humaine », Développement durable et territoires [En ligne], Lectures (2002-2010), Publications de 2005, mis en ligne le 06 juillet 2006, consulté le 18 août 2017. URL : http://developpementdurable.revues.org/2811

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille1
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • Revues.org