Navigation – Plan du site
Publications de 2006

Questions internationales, Dossier sur « Les catastrophes naturelles », n°19, mai-juin 2006, Paris, La Documentation française, 128 p.

Stéphane Callens

Texte intégral

1La collection de dossiers de la Documentation française consacrés aux « Questions internationales » propose un numéro dédié aux catastrophes naturelles. Le même éditeur avait proposé une livraison sur « Les risques naturels et technologiques » dans la collection des « Problèmes politiques et sociaux » (n°908, janvier 2005).

2Le dossier sur les catastrophes naturelles se compose de 8 articles. Un article de Philippe Ryfman sur « les ONG, acteurs controversés des relations internationales » vient utilement le compléter. Serge Sur a pris en charge la présentation générale du dossier. Yvette Veyret évoque « les risques et la prévention ». Michel Mathien et Gérard Arboit précisent « La construction médiatique des catastrophes ». Yves Lacoste revient dans un entretien sur les perceptions récentes des phénomènes longs. Gabriel Wackermann plaide pour une approche commune des « catastrophes naturelles » considérées comme des « catastrophes anthropiques ». Eric Chevallier introduit la dimension politique dans les catastrophes naturelles. François Rubio indique l’histoire du droit attaché à « La solidarité internationale ». Enfin, François-Xavier Albouy donne un cadrage pour une « économie des catastrophes ».

3Ne cachons pas une certaine déception devant ces réalisations éditoriales. La série des « Questions internationales » possède une présentation soignée et des articles originaux, ce qui constitue deux avantages indéniables sur l’austère compilation d’extraits de textes publiés, principe éditorial de la série des « Problèmes politiques et sociaux ». Cependant, chaque événement de grande ampleur est déjà documenté sur Internet. Les liens avec les sites concernés auraient dû être systématiquement indiqués. Prenons par exemple, le traitement de la dévastation de la ville de la Nouvelle Orléans par le cyclone Katrina. Le numéro des « Questions internationales » ne va pas au-delà d’un résumé très succinct des erreurs commises lors de la gestion de cette crise, alors qu’il aurait été beaucoup plus intéressant d’avoir les liens avec les principaux rapports d’expertise réalisés, tous disponibles sur Internet. D’autre part, on était en droit d’attendre une véritable synthèse de ces travaux. Or, rien ne va dans ce sens. Pour l’analyse de Katrina, il est rappelé à la suite des journaux que le mélange institutionnel entre contre-terrorisme et sécurité civile a été une erreur. Ceci dit, le numéro des « Questions internationales » ne va pas plus loin, et le lecteur aurait été en droit d’attendre des arguments venant expliquer les erreurs commises.

4Le numéro de « Questions internationales » est décevant pour le debriefing des questions d’actualité, alors que cela constitue le genre même des études académiques sur les catastrophes, les Disaster Studies. Il propose quelques utiles mises en perspective, comme celle de François Rubio sur l’organisation de la solidarité internationale. Rubio rappelle que le paysage institutionnel de cette solidarité s’est mis en place, avec une dualité problématique entre l’intergouvernemental (l’ONU) et le caritatif de statut privé (les ONG). On peut considérer qu’un système opérationnel existe aujourd’hui à cause de la réforme partielle de ce système dual intervenue en 1988, mettant en place un principe de libre accès aux victimes, et une Agence mondiale de coordination, l’OCHA (Office for the Coordination of Humanitarian Affairs). L’insuffisance constatée de ce système (de sécurité dite tertiaire) réside dans les carences dans la mitigation des risques majeurs : les catastrophes mobilisent les secours, mais l’effort de diminution a priori des conséquences est insuffisant.

5Une catastrophe n’est pas une affaire étrangère. L’enregistrement des catastrophes se fait sur des bases de données mondiales, et c’est en quelque sorte, cet enregistrement qui leur donne la pleine reconnaissance en tant que catastrophe. Dans le cas le plus courant, la catastrophe ne touche qu’une région à l’intérieur d’un seul pays, ou successivement plusieurs pays, comme dans les cas des inondations de grands fleuves ou les passages de cyclones. Seules quelques catastrophes particulièrement exceptionnelles, comme le tsunami du 26 décembre 2004, touchent plusieurs pays simultanément. Il se produit, en moyenne, un peu moins d’une catastrophe par jour sur la planète, si bien que cette situation est favorable à des formes de mutualisation globale ou régionale (au sens international, c’est à dire par régions du globe). Ces formes de mutualisation ne sont pas nouvelles, puisqu’elles remontent aux pionniers de l’humanitaire au dix-neuvième siècle : Florence Nightindale et Henri Dunant. La solution employée est celles de mandats confiés à des organisations, soit de façon durable comme la Croix Rouge, soit pour une opération ponctuelle, comme dans le cas d’ECHO, l’agence européenne qui finance les projets humanitaires.

6La place des catastrophes dans les relations internationales dépend de la nature des relations internationales, et de l’efficacité locale dans l’usage des secours. Deux documents illustrent clairement ces assertions. Un texte de l’historien Polybe1 soulignait le dynamisme économique des habitants de Rhodes, suite à la générosité des autres cités lorsqu’un séisme a détruit le Colosse en 227 av. J.-C. Et le même texte indique une fluctuation constatée dès l’Antiquité entre ladrerie et générosité dans l’aide internationale. Un document diplomatique (cité page 112) indique une position moderne : un gouvernement refuse l’aide officielle, et n’accepte que des dons d’organismes privés à un comité de secours. La stratégie de non-coopération entre pays est si fondamentale que même la situation d’extrême urgence de secours dans un séisme ne peut la remettre en cause.

7Le dossier sur les catastrophes naturelles des « Questions internationales » ne s’appuie pas sur une véritable grille d’analyse des relations internationales et de la gouvernance locale en cas de catastrophe. Si des éléments d’information sont fournis, il est difficile pour le lecteur d’avancer plus avant. Ainsi, aussi bien sur le fond que sur la forme, une marge importante de progrès nous semble exister pour ce type de projet éditorial.

Haut de page

Notes

1 Polybe, Histoires, Livre V, chapitre IIII
Haut de page

Table des illustrations

URL http://developpementdurable.revues.org/docannexe/image/2955/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Callens, « Questions internationales, Dossier sur « Les catastrophes naturelles », n°19, mai-juin 2006, Paris, La Documentation française, 128 p. », Développement durable et territoires [En ligne], Lectures (2002-2010), Publications de 2006, mis en ligne le 17 septembre 2006, consulté le 26 juin 2017. URL : http://developpementdurable.revues.org/2955

Haut de page

Auteur

Stéphane Callens

Professeur des universités en sciences économiques à l'Université d'Artois (responsable du master éco-gestion-Administration), S. Callens est membre du comité de lecture de la revue Développement durable et territoires. stephane.callens@univ-artois.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille1
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • Revues.org