Navigation – Plan du site
Publications de 2005

A. Torre et M. Filippi (coord.), 2005, Proximités et changements socio-économiques dans les mondes ruraux, Inra Editions, Paris

Christophe Beaurain

Texte intégral

1Les mutations récentes du monde rural, pourtant nombreuses depuis quelques années, n’ont pas encore fait, à ce jour, l’objet d’une abondante littérature de portée analytique. La théorie économique abordant l’évolution des choix de localisation des activités économiques et des populations ne s’est que très marginalement intéressée au monde rural, préférant se focaliser sur les espaces urbains. Fruit d’une approche pluridisciplinaire, cet ouvrage vient très heureusement combler cette insuffisance en nous proposant une analyse très pénétrante des mutations de l’espace rural et des activités économiques qui y sont associées. Les coordinateurs sont tous deux membres du groupe « Dynamiques de proximité » et l’on ne s’étonnera donc pas que l’ouvrage, qui fait suite au 3ème colloque de la proximité (décembre 2001), mobilise largement la grille de lecture proposée depuis quelques années par ce groupe. Toutefois l’intérêt de l’ouvrage réside précisément dans le fait que la plupart des articles recensés ne se contente pas d’une simple application de la grille de lecture de la proximité au monde rural, mais prend au contraire le parti de mettre en évidence l’intérêt d’une lecture complexe des mutations de l’espace rural pour la compréhension des tentatives de maîtrise de l’organisation d’une économie mondialisée par les acteurs socio-économiques. C’est bien évidemment aux dimensions environnementales, patrimoniales et identitaires de l’espace rural que nous faisons ici référence en évoquant ces spécificités et en soulignant l’intérêt de leur analyse dans le cadre des mutations à l’œuvre depuis quelques années. La complexité des mondes ruraux, à laquelle les différents auteurs nous invitent à réfléchir, pourrait ainsi se lire en définitive comme le creuset d’une réflexion des acteurs socio-économiques sur l’importance actuelle des territoires dans la concurrence économique mondialisée, ce qui serait une manière de dire que le rural a toujours son mot à dire, en dépit du poids croissant de l’urbain, dans l’évolution actuelle des sociétés humaines, ne serait-ce que par un renouvellement du rapport des hommes à la nature qu’il suggère.

2Le texte introductif, rédigé par les deux coordinateurs de l’ouvrage, rappelle de manière très synthétique les multiples transformations qui ont touché les mondes ruraux depuis quelques années, tant en ce qui concerne le secteur agricole et agroalimentaire (modes de production et de consommation, organisation des acteurs…) qu’en ce qui concerne la gouvernance globale des espaces ruraux. Dans ces domaines, la contribution des deux auteurs met bien en évidence, d’une part, l’articulation global-local qui sous-tend les transformations à l’œuvre et qui renvoie à une situation radicalement nouvelle, et l’importance des comportements d’acteurs dans la réponse apportée par les mondes ruraux à la mondialisation de l’économie, ce qui renvoie au poids croissant des territoires et des dispositifs locaux de coordination entre acteurs dans la construction de ces réponses. En ce sens, la grille de lecture offerte par l’analyse théorique des proximités entre acteurs constitue sans nul doute un outil précieux au service de la compréhension de ces mutations des mondes ruraux. Elle met bien en lumière en effet, l’influence réciproque existant entre les processus de construction de partenariats et d’organisation d’acteurs et les espaces au sein desquels ils se déroulent. Sur la base de ce fil conducteur rappelé en introduction, l’ouvrage décline, à travers quatre grandes parties (les mutations de l’offre des biens agroalimentaires ; les modes d’organisation du secteur agroalimentaire ; la gouvernance des espaces ruraux ; coordinations et environnement), les formes de proximité que l’on peut saisir dans les comportements caractéristiques des mondes ruraux actuels. Il n’est évidemment pas aisé de rendre compte de la qualité scientifique d’un ouvrage composé d’un ensemble d’articles ayant fait l’objet au préalable de communications à un colloque. J’insisterai ici simplement sur quelques articles, ce choix ne préjugeant pas néanmoins de l’intérêt que l’on peut prendre à la lecture de l’ensemble des contributions de l’ouvrage.

3On lira avec intérêt par exemple la contribution d’A. Mollard, B. Pecqueur et M. Moalla, qui met en lumière les ressources apportées par le territoire dans le processus de différenciation des produits issus de l’activité rurale, en insistant plus particulièrement sur le caractère combiné (produits-services) de l’offre ainsi territorialisée. Ce faisant, cette contribution éclaire très utilement le lecteur sur le rôle des coordinations entre acteurs et l’importance du rapport de l’économie aux caractéristiques environnementales du territoire. Dans un autre domaine, la contribution de M. Filippi propose une analyse très intéressante, à partir de la grille de lecture en termes de proximités, des modèles d’organisation des sociétés coopératives, dont on connaît le rôle essentiel dans le monde rural. Elle insiste en particulier sur les capacités de certaines formes de sociétés coopératives à faire émerger des compétences et partenariats spécifiques susceptibles d’alimenter une dynamique de création d’avantages spécifiques, creuset d’une réponse territorialisée à la concurrence mondiale dans le secteur agricole. Dans la troisième partie, consacrée à l’analyse de la gouvernance des espaces ruraux, on retiendra plus particulièrement la contribution de F. Goffette-Nagot et B. Schmitt, d’une part, et celle de P. Moquay, S. Lardon, E. Marcelpoil et V. Piveteau, d’autre part. La première apporte un éclairage intéressant sur la spécificité des proximités rurales vis-à-vis des proximités urbaines. La seconde rappelle utilement l’importance de l’inscription des acteurs dans des démarches communes de projet dans le processus de révélation des proximités, et le rôle crucial joué par les représentations spatiales dans cette convergence collective des projets individuels. Ces représentations se situent en effet, selon les auteurs, au cœur de la capacité des acteurs d’un territoire à s’engager dans un processus de confrontation et de reconnaissance des valeurs partagées. Enfin, le moindre des intérêts de l’ouvrage ici présenté dans cette rubrique de la revue Développement Durable et Territoires n’est pas, on s’en doute, le thème abordé dans la quatrième partie, à savoir « coordinations et environnement ». Le fil conducteur des différentes contributions recensées dans cette partie est indiscutablement la mise en évidence du rôle des conflits d’usage dans le processus de révélation et de valorisation des aménités environnementales liées au « rural ». Ce thème constitue, à n’en pas douter, l’une des pistes de recherche les plus prometteuses dans les tentatives, déjà exposées dans cette revue, d’analyser le développement durable à l’aune de la grille de lecture en termes de proximité. Dans cette orientation, la contribution de T. Kirat, en critiquant l’approche économique standard, insiste sur le rôle des institutions juridiques dans l’émergence des formes de coordinations susceptibles de résoudre les conflits d’usage. L’article très intéressant de S. Dubuisson-Quellier, en s’appuyant sur l’exemple d’une activité mytilicole, rend compte d’une démarche d’acteurs-producteurs en faveur de l’amélioration de la qualité de l’eau qui, en mettant en évidence les interdépendances économiques à l’origine de la dégradation de cette qualité, invite à la construction de coordinations porteuses d’une action collective en faveur de cette qualité. La contribution d’A. Avilès Benitez et O. Roque rappelle le lien consubstantiel entre les caractéristiques environnementales du territoire et le développement de l’activité agricole. Et la contribution d’A. Caron et A. Torre, essentielle pour le développement futur de cette piste de recherche, pose les bases d’une approche théorique des conflits d’usage au sein des espaces ruraux, en mettant l’accent, d’une part, sur l’importance des proximités géographiques subies dans la révélation de ces conflits et, d’autre part, sur le rôle décisif des proximités organisées entre acteurs pour la résolution de ces conflits.

4Au total, on le voit, on peut considérer qu’il s’agit là d’un ouvrage qui fera date dans l’analyse théorique et empirique des transformations des mondes ruraux. On regrettera simplement que la plupart des contributions n’aborde que très sommairement la question, qui a pris beaucoup d’importance depuis les dernières évolutions de « l’école de la proximité », du rôle des institutions, et de la « proximité institutionnelle » qui y est associée, dans les diverses formes de coordinations entre acteurs et dans les dynamiques territoriales qui les accompagnent. Bon nombre de contributions, qui insistent sur l’importance des valeurs partagées et sur le rôle de l’action collective, auraient ainsi pu profiter de la lecture critique que la notion de proximité institutionnelle offre de l’approche duale de la proximité opposant proximité géographique et proximité organisée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Beaurain, « A. Torre et M. Filippi (coord.), 2005, Proximités et changements socio-économiques dans les mondes ruraux, Inra Editions, Paris », Développement durable et territoires [En ligne], Lectures (2002-2010), Publications de 2005, mis en ligne le 23 février 2007, consulté le 21 août 2017. URL : http://developpementdurable.revues.org/3336

Haut de page

Auteur

Christophe Beaurain

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille1
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • Revues.org