Navigation – Plan du site
Publications de 2006

Christian Comeliau, 2006, La Croissance ou le progrès ? Croissance, décroissance, développement durable, Seuil.

Luc Semal

Texte intégral

1

2Dans La Croissance ou le progrès ? Croissance, décroissance, développement durable, l’économiste Christian Comeliau tente de distinguer les concepts de croissance, de développement et de progrès. S’opposer à l’un ne signifie pas nécessairement s’opposer aux autres : c’est l’erreur que font, selon lui, de nombreux partisans de la décroissance et un bon nombre de ses opposants.

3En effet, Christian Comeliau s’oppose à la croissance comme objectif évident et implicite de toute action humaine, mais sans s’opposer systématiquement à la croissance en tant que telle. Selon lui, nous devons aujourd’hui nous poser trois questions, énoncées dès l’introduction de ce livre :

4- la croissance globale est-elle significative de bien-être ?

5- la croissance globale est-elle souhaitable ?

6- la croissance globale est-elle indéfiniment possible ?

7Il apporte alors ses réponses : la croissance globale est souvent significative de bien-être, mais ne l’est pas toujours, et elle s’accompagne toujours de conséquences néfastes plus ou moins importantes. Elle peut donc être souhaitable, mais ne l’est pas nécessairement. Enfin, elle n’est pas indéfiniment possible.

8L’ouvrage s’articule en deux parties, dont la première s’intitule « ambiguïtés et coûts de la croissance » En effet, la croissance n’est, selon l’auteur, ni un bienfait indiscutable, ni la cause de tous nos maux : elle peut avoir des conséquences positives, mais elle a aussi des conséquences négatives, tant sur le plan social que sur le plan environnemental. De cette position apparemment très consensuelle, Christian Comeliau tire pourtant des conclusions plus hardies : poser les questions économiques en termes de croissance est une erreur, car la croissance économique n’est qu’un outil, parfois approprié, mais parfois inapproprié. Selon l’auteur, sans rechercher systématiquement la croissance zéro ou la décroissance, nous devons apprendre à envisager ces possibilités et à les appliquer, à condition qu’elles nous aident à remplir les objectifs que nous nous sommes fixés.

9La seconde partie du livre, intitulée « vers une autre conception de la croissance et du développement », en appelle à une redéfinition de ces deux concepts. Christian Comeliau replace ainsi la notion de « choix politique » au cœur de la question économique : la croissance ne doit pas être un but universel qui s’impose implicitement. D’une part, la croissance indéfinie n’est pas possible ; d’autre part, elle n’est pas nécessairement synonyme de bien-être. Le but de la politique ne doit donc pas être la croissance, mais le « progrès social » tel que la société le définit. En effet, le progrès social n’est pas nécessairement synonyme de progrès technique : il ne s’impose pas à nous comme une évidence objective. Le progrès social est ce qu’une société a choisi de désigner comme tel, et il désigne l’accomplissement des objectifs qu’elle s’est fixés. La définition du progrès social n’est donc pas une définition objective et universelle, mais un choix politique cohérent avec le contexte dans lequel il a été formulé.

10Ce souci de prendre en compte le contexte géographique, politique et humain dans la définition du progrès permet de mieux respecter la diversité des territoires et leurs besoins respectifs. Quel est le rôle de la croissance économique ? Tout dépend de son utilité dans la poursuite des objectifs de progrès social politiquement définis. Si elle peut aider à remplir ces objectifs, une croissance temporaire et réfléchie peut être envisagée. La croissance d’un secteur ou d’une région du monde peut aussi être favorisée, indépendamment des autres, si cela aide à poursuivre ces objectifs. Mais la croissance zéro ou la décroissance peuvent tout aussi légitimement être envisagées si elles semblent plus appropriées aux objectifs fixés.

11Cet essai de Christian Comeliau a donc l’avantage d’expliciter la notion de décroissance, souvent mal comprise par de nombreux lecteurs. Comme le dit Serge Latouche, la décroissance n’est pas synonyme de « croissance systématiquement négative », mais doit plutôt être comprise comme une « a-croissance » proche de l’athéisme : la croissance n’est pas un Dieu qui résoudra tous les problèmes de la Terre et des Hommes.

12Christian Comeliau ne se définit pas lui-même comme un apôtre de la décroissance, mais il rejoint sur un point les théories de Serge Latouche : nous devons abandonner la certitude fausse et aveuglante selon laquelle « croissance = développement = progrès social » pour réintroduire dans ces questions la notion de choix politique. En revanche, contrairement à certains partisans de la décroissance, il ne renonce pas aux concepts de progrès et de développement : il se contente de rappeler que leurs définitions ne sont pas des vérités universelles, et qu’elles doivent sans cesse être réévaluées par un questionnement politique sur ce que nous voulons faire de nos vies et de notre environnement. En conclusion, le point central de ce questionnement permanent devra être : « quelle croissance pour quel développement ? » (p. 290)

13Cette analyse ne parvient pas à résoudre tous les paradoxes de la croissance, et tel n’était pas l’enjeu du livre, qui se présente comme un apport à une réflexion globale et collective. L’auteur reconnaît que le progrès social, dans une grande partie du monde et pendant encore longtemps, demandera nécessairement une forte croissance économique ; et cela malgré l’augmentation des coûts sociaux et environnementaux que la croissance continue à engendrer. Mais en réaffirmant 1) la place centrale du choix politique dans la définition du progrès social, et 2) le caractère purement utilitaire d’une croissance qui ne pourra jamais être indéfinie et qui ne sera jamais purement bénéfique, Christian Comeliau ouvre néanmoins la voie à une réflexion économique pertinente sur les compatibilités et les incompatibilités entre développement durable et décroissance.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://developpementdurable.revues.org/docannexe/image/3490/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Semal, « Christian Comeliau, 2006, La Croissance ou le progrès ? Croissance, décroissance, développement durable, Seuil. », Développement durable et territoires [En ligne], Lectures (2002-2010), Publications de 2006, mis en ligne le 11 avril 2007, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://developpementdurable.revues.org/3490

Haut de page

Auteur

Luc Semal

Luc Semal est diplômé de l’IEP de Lille, section « Politiques territoriales du développement durable. » Dans le cadre d’un Master intitulé « Socio-anthropologie des techniques », il travaille actuellement sur les conséquences politiques des crises énergétiques.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille1
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • Revues.org