Navigation – Plan du site
Publications de 2006

Catherine Aubertin et Franck-Dominique Vivien (dir.), 2006, Le développement durable. Enjeux politiques, économiques et sociaux, Etudes de la documentation française, La documentation française, IRD éditions, 143 p.

Marion Amalric

Texte intégral

1L’ouvrage dirigé par Catherine Aubertin et Franck-Dominique Vivien présente une grande diversité dans les approches du développement durable en même temps qu’un grand sens de la pédagogie. Les premiers chapitres exposent les fondements théoriques de la notion, tandis que les derniers sont consacrés aux acteurs du développement durable. L’ouvrage a le mérite de la clarté. S’il peut paraître « simpliste » aux plus avertis, il est en réalité d’une grande aide pour refonder une réflexion sur les applications de cette notion, en France et dans le monde.

2Dans le premier chapitre, les auteurs (Boisvert et Vivien) s’attachent à expliquer longuement les grandes théories économiques qui sous-tendent la notion de développement durable. Ils le font de manière très didactique, aidant le lecteur avec des encadrés succincts qui reprennent exemples et chronologie. Le développement durable est ainsi présenté, de façon vulgarisée mais complète, comme étant issu de controverses économiques. Cet éclairage guide le novice ou le non-économiste entre les différents modèles économiques et les nombreuses notions qui accompagnent le débat sur le développement durable (croissance et décroissance, développement, équité sociale…).

3Deux exemples de convention, celle sur le climat et celle sur la diversité biologique (Sommet de la terre, Rio, 1992) permettent de comprendre quels instruments politiques ont été mis au service du développement durable. Outre le cours erratique de la construction, de la négociation et de l’acceptation de ces conventions, le chapitre 2 (Aubertin, Hourcade, Vivien) montre à quel point une démarche qui se basait sur l’expertise scientifique était en réalité porteuse d’enjeux politiques. En effet, au-delà du débat sur la marchandisation de l’environnement, illustré par la création d’un marché de permis d’émission de gaz à effet de serre et d’un marché des ressources génétiques, ce sont les questions de l’interventionnisme de l’Etat et des rapports Nord-Sud qui sont posées.

4Le chapitre suivant aborde le cas particulier de la France pour insister sur la dimension politique du développement durable. En effet, les orientations données sont politiques, les conventions sont signées par le corps politique et c’est le corps législatif qui assure l’application des mesures de développement durable. L’auteur (Martin) aborde les exemples des Agendas 21, de la Charte de l’environnement et du Plan climat pour en souligner les faiblesses. Les politiques publiques restent « inabouties » (p. 90) et proviennent d’un « recyclage de l’ancien » (p. 90). L’auteur conclut que, pour être véritablement instituées, les politiques d’environnement et de développement durable « impliqueraient une intégration au sommet, une autorité supra-ministérielle qui ne se démente pas, un modèle pérenne de politique publique transcendant les différentes cultures administratives et exprimant de véritables choix sociétaux » (p. 90).

5Le rôle des organisations non gouvernementales (ONG) est indissociable de l’histoire de la notion de développement durable et de sa mise en place. Le chapitre 4 (Chartier, Ollitrault) y revient en insistant sur l’histoire de la notion et de sa codification, en étroite relation avec les ONG (WWF et UICN par exemple). Cette partie de l’ouvrage insiste sur le fait que la notion de développement durable a aussi offert aux ONG une occasion de se développer et de s’insérer dans la vie politique nationale et internationale. Les auteurs reviennent notamment sur le pouvoir d’agitateurs d’opinion de certaines d’entre elles, mais aussi sur le rôle qu’elles remplissent au sujet de la défense des intérêts dans les rapports Nord-Sud. Le bilan reste cependant mitigé : les auteurs se demandent si les ONG, séduites par l’importance qu’elles peuvent avoir dans le nouvel espace politique, ne sont pas conduites à accepter des versions « allégées » du développement durable.

6Après les ONG, ce sont les entreprises qui sont envisagées dans leurs relations avec la notion de développement durable. Elles ne sont entrées que tardivement dans le débat et dans l’action : l’accumulation d’accidents et de catastrophes se poursuit jusque dans les années 1980 avant que le « monde des affaires » ne réagisse. Ce sont les multinationales qui sont principalement traitées dans ce chapitre. Elles réagissent les premières, acceptant leur responsabilité sociale et environnementale et intégrant cette dimension dans leurs préoccupations, notamment en termes de stratégie de communication. Elles y voient également des opportunités économiques (nouveaux marchés et meilleure productivité). L’auteur du chapitre 5 (Lefèvre) montre finalement que le tour de force de ces multinationales a été de « faire de l’industrie la solution des problèmes d’environnement qu’elle a générés » (p. 133).

7C. Aubertin et F-D. Vivien concluent l’ouvrage en reprenant clairement les différents points abordés. Ils insistent enfin sur le manque d’investissement politique dont souffre le développement durable. Les modalités de décisions politiques ne sont pas mises en place, les partis politiques ne s’emparent pas du développement durable dans le débat électoral alors que les indicateurs économiques, sociaux et environnementaux décrivent une situation « alarmante » (p. 137).

8L’ouvrage présenté ici est une mise en perspective efficace et intéressante de la notion de développement durable, sous sa dimension politique. Il ne se contente pas de définir cette notion ou de la magnifier. Il en décrit la constitution et les faiblesses, en présente les différents acteurs et les manipulations dont ils peuvent faire l’objet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Amalric, « Catherine Aubertin et Franck-Dominique Vivien (dir.), 2006, Le développement durable. Enjeux politiques, économiques et sociaux, Etudes de la documentation française, La documentation française, IRD éditions, 143 p. », Développement durable et territoires [En ligne], Lectures (2002-2010), Publications de 2006, mis en ligne le 24 mai 2007, consulté le 26 mai 2017. URL : http://developpementdurable.revues.org/3551

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille1
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • Revues.org