Navigation – Plan du site
Publications de 2006

Adel Selmi, 2006, Administrer la nature. Le parc national de la Vanoise, Paris, Eds. de la MSH / Eds. Quae, 487 p.

Hélène Melin

Texte intégral

1Cet ouvrage est issu d'une thèse en anthropologie sociale et ethnologie. L'anthropologie de la nature est un des premiers domaines de recherche de la discipline. On trouve ici une approche renouvelée de la réflexion, à travers l'étude et l'analyse de la mise en place et du fonctionnement du premier Parc National de France, celui de la Vanoise, créé en 1963. L'auteur adopte une démarche à la fois anthropologique, historique et naturaliste. Elle lui permet de cerner les différents rouages de la création d'un tel espace, dont les enjeux s'avèrent multiples et souvent concurrentiels, une concurrence amplifiée par les conflits d'usage qui émergent à tous les stades de l'histoire du parc.

2Le travail mené par l’auteur alimente une réflexion pluridisciplinaire sur l'évolution du rapport de l'Homme à la Nature. Comment repenser la gestion d’un milieu naturel, jusqu'à présent soumis à la volonté humaine ? Peut-on rétablir un équilibre entre les activités humaines et la préservation d'un environnement naturel, "sauvage" ? Le parti pris par A. Selmi est d'étudier les structures institutionnelles mises en place pour réglementer le rapport à l'environnement naturel et ainsi le protéger de l'action humaine. Il apparaît rapidement que cette façon de "gouverner" la nature, de la définir et de la délimiter, n'est qu'une façon parmi d'autres d'appréhender ce qu'est vraiment l'espace naturel. L’ouvrage soulève également des interrogations majeures : quelle place accorder à la nature dans le devenir humain ; quelles relations doivent être instaurées entre le milieu humain et le non humain ? En effet, une première approche, qui cherche à légiférer et à définir un cadre strict d'activité, se heurte à d'autres représentations locales : écologiques ; politiques ; sociales ou économiques. Il en ressort qu'il n'existe pas une mais bien plusieurs façons d'appréhender la nature et que l'"administration" de celle-ci (puisque c'est le titre choisi par l'auteur et qu’il reflète une certaine conception du rapport nature/culture) ne peut se faire sans concertation, ni être envisagée comme la seule solution possible pour préserver ce qui constitue désormais pour nous un "patrimoine naturel".

3A. Selmi a divisé son ouvrage en six parties.

4Les trois premières retracent la constitution du parc : il y apparaît que trente ans de discussions et de projets inachevés ont été nécessaires pour que le "PNV" (Parc National de la Vanoise) voit le jour. La description que fait A. Selmi des débats et des confrontations entre "deux conceptions de la protection de la nature et des sites, l'une naturaliste et cynégétique, l'autre culturelle et humaniste" (Selmi, 2006 : 25), montre l'évolution d'un territoire, de ses acteurs, des représentations de chacun et de leurs interactions. Les larges extraits d'entretiens fournis par l'auteur font clairement apparaître les enjeux de la gouvernance de la nature. Par ailleurs, l’ouvrage relate la difficile application sur le terrain d'une norme unique d'utilisation de l'espace. La partie consacrée à "la remise en cause d'un choix d'aménagement et d'équipement du territoire" décrit à la fois les difficultés de l'institution "parc" à faire respecter les règles édictées lors de sa création, les besoins et pratiques contradictoires des autochtones et des usagers extérieurs et la remise en cause constante des "frontières" de cet espace protégé. Il apparaît ici que l'administration de la nature ne peut se faire comme celle d'une entreprise. La réalité du terrain, physique et sociologique, contraint à adopter une vision plus large et à tenter de réunir les différentes visions du monde en présence. Mais quel équilibre possible entre les partisans de la préservation d'espaces sauvages sans présence humaine marquée et les promoteurs de sports d'hiver nécessitant équipement et façonnement du paysage ?

5Dans les deux parties suivantes, l'auteur analyse les savoirs et savoir-faire naturalistes qui se sont progressivement constitués. Il tente ainsi de comprendre le rôle de chacun dans la gestion des ressources du parc. Il distingue, de manière détaillée, quatre types de savoirs : scientifiques, naturalistes amateurs, gestionnaires et alpagistes. Ces savoirs, complémentaires, ont souvent été mobilisés pour défendre l'une ou l'autre idée d'aménagement et d'utilisation du parc. A. Selmi décrit les multiples missions du parc, son rôle possible à la fois dans la gestion de l'environnement et dans la création d'un nouveau rapport à la nature. Cela passe par la connaissance des milieux, la diffusion de l'information, la pédagogie, sans oublier le plus difficile : la concertation des acteurs. Selon A. Selmi sur ce dernier point,  les savoirs naturalistes, loin de créer un lien, peuvent conduire à de nouvelles difficultés dues à la compréhension de la nomenclature.

6Le dernier chapitre revient sur la confrontation de deux logiques : l’une de gestion, de protection et de connaissance ; l’autre d'aménagement et de développement. L'auteur conclut sur la difficulté à mutualiser les connaissances, à harmoniser les besoins et à définir clairement le rôle des agents du parc, pris entre des missions parfois contradictoires. La (courte) conclusion générale, intitulée "une mise en réseau imposée aux acteurs et un projet de parc inachevé" insiste sur les difficultés à réussir une "administration" de la nature. Elle invite à s’interroger sur la pertinence même d'une telle opération. Vouloir à tout prix gouverner la nature et l'institutionnaliser ne relève-t-il pas de l'utopie ?

7Un des intérêts majeurs de cet ouvrage est de réfléchir aux orientations prises par les politiques de protection et de gestion de la nature ces dernières décennies. Il nous questionne sur l'avenir des actions engagées, dans un contexte de mondialisation de la problématique environnementale et d'implication accrue des acteurs locaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Melin, « Adel Selmi, 2006, Administrer la nature. Le parc national de la Vanoise, Paris, Eds. de la MSH / Eds. Quae, 487 p. », Développement durable et territoires [En ligne], Lectures (2002-2010), Publications de 2006, mis en ligne le 21 septembre 2007, consulté le 20 août 2017. URL : http://developpementdurable.revues.org/4452

Haut de page

Auteur

Hélène Melin

Hélène Melin est Maître de conférences en sociologie et anthropologie à l’USTL et mène ses recherches au sein du laboratoire CLERSE (helene.melin@univ-lille1.fr).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille1
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • Revues.org