Navigation – Plan du site
Publications de 2007

Flannery Tim, 2007, Les faiseurs de pluie. Comprendre et préserver l'équilibre climatique, Points, Paris, Le Seuil, (édition originale 2005, traduction en français 2006).

Edwin Zaccai

Texte intégral

1On constate actuellement une tendance à la prééminence des questions climatiques sur toutes les questions environnementales ou de développement durable. Les changements climatiques induits par l'Homme mobilisent le même type de vocabulaire que naguère la protection de la planète: menace globale, urgence, catastrophe, modification profonde des modes de vie à adopter. Une série de problèmes environnementaux concernant le futur, comme la disponibilité en eau, l'érosion de la biodiversité, des risques d'effondrements sociaux locaux, sont eux aussi appréhendés de façon croissante dans le contexte englobant des changements climatiques (voir par exemple l'impressionnant "The Age of Consequences" produit par une série d'experts américains, dont un ex-directeur de la CIA (1)). Le livre de Tim Flannery ne va rien faire pour freiner cette tendance, au contraire: ce livre extraordinaire déploie devant le lecteur l'étendue de cette question, rapidement évolutive, avec laquelle nous vivons désormais.

2A priori le passé de ce professeur australien, spécialiste des mammifères et de paléontologie ne disposait pas Flannery à écrire ce qui pourrait être selon la revue Nature le "Printemps silencieux du changement climatique" (2)1, ni, en conséquence à devenir l'Australien de l'année 2007, suscitant en même temps un éloge de T. Blair sur son quatrième de couverture. Mais ce serait oublier sa capacité pédagogique hors du commun. Il y a dans ce livre des connaissances éblouissantes, qui s'enchaînent en passant de la chimie à l'histoire, de la géologie à l'économie, toujours en racontant des histoires. Au fil des pages on ressent aussi cette entreprise comme portée par une émotion née du souci devant les délicats équilibres de la Terre en train de se transformer avec une rapidité dommageable à ses habitants. L'auteur décrit dans les premières pages comment il avait laissé cette question de côté pour s'occuper d'autres problèmes environnementaux pressants, et comment il a commencé avec scepticisme son enquête qui a duré de 2001 à 2005, le livre étant traduit en français en 2006, et publié en poche fin 2007.

3Cinq parties le composent. Dans la première, "Les outils de Gaïa", l'image d'un système fragile et interdépendant est mobilisée. On le sait, la métaphore de Gaïa est due à James Lovelock, un chimiste de premier plan qui s'est aventuré ensuite sur le terrain un peu mythique d'une autorégulation du système terrien qui, tout en frappant les esprits, pose beaucoup de problèmes de cohérence. Lovelock a influencé une autre chimiste éminente, Mme M. Thatcher, dès la fin des années 80 en plaidant pour la réalité du changement climatique, et il a publié récemment "La revanche de Gaia" (3), avec des prédictions de centaines de millions de victimes avant la fin du siècle, basées sur un emballement de la régulation de la température terrestre. Ces sombres visions de morts massives rappellent celles que faisaient Paul Ehrlich dans "La bombe P" (1968), à l'horizon de la fin du 20ème siècle pour des raisons environnementales néomalthusiennes à ce moment là.

4Flannery a recours à l'image de Gaïa surtout pour décrire un "océan aérien" (l'atmosphère), relativement fin, et dont la sensibilité aux perturbations a été grandement sous-estimée par le passé. A priori il est étrange que le passage de 3 molécules de C02 sur 10 000 molécules de gaz totaux (environ 300 ppm) à 6, soit capable de réchauffer la planète de 3°C, voire de 6°C (p. 49). De très abondants travaux le montrent pourtant aujourd'hui, à commencer par les rapports du GIEC (Groupe Intergouvernemental sur l'Etude du Climat), les plus cités. Flannery n'est pas très tendre avec les compromis à la baisse des prédictions du GIEC, qu'il attribue à la présence dans son sein de représentants de gouvernements. Tout le livre démontre sans cesse la rapidité de la science en train de se faire, et se nourrit de publications récentes de recherche ("chaude" selon la terminologie de Latour, c'est le cas de le dire). Ainsi de la thèse de Bill Ruddiman qui explique le "long été" dans lequel vit l'humanité depuis des dizaines de siècles par le fait que le déboisement pour l'agriculture et les émissions de l'élevage auraient déjà commencé à influer sur l'atmosphère. Flannery n'a sans doute pu éviter dans ce foisonnement de résultats certaines erreurs, relevées par exemple dans les recensions dans Science (2) et Nature (4) mais elles restent minimes de l'avis de ces spécialistes.

5La deuxième partie met en scène les changements déjà enregistrés, ainsi que certaines prévisions pour différents écosystèmes. Son premier chapitre nous amène dans une forêt de Nouvelle-Zélande où, en 1985, l'auteur se trouve face à face avec un opossum gris "inconnu de la science". Revenu en 2001, il constate que les forêts ont dépéri et brûlé, suite à une sécheresse inhabituelle survenue en 1997, et avec elles s'est éteinte une série d'espèces dont fort probablement l'opossum aperçu. D'autres données sont apportées pour les régions polaires, pour le blanchissement des coraux dont les mécanismes biologiques sont clairement exposés, ou pour les changements de pluviosité.

6Comme son nom, "La science de la prédiction", l'indique, la troisième partie s'attaque aux prévisions du futur, et ce n'est pas la moins haletante de ce livre scientifique. Je voudrais pourtant me baser sur un autre livre tout récent, "The Hot Topic", paru début 2008 (5) pour en résumer un résultat central. Ce n'est pas là trahir Flannery que de prendre des données encore plus récentes, au contraire, puisque lui-même estime (sur la couverture) que "The Hot Topic" est "fantastique. C'est juste ce dont le monde a besoin à présent". Du reste ce même livre est recommandé autant par Al Gore ("un phare au milieu de la désinformation") que par Lovelock ("le rapport de référence pour les années à venir").

7Je voudrais ne reprendre que deux chiffres clés ici, car ils font un monde de différence entre les objectifs climatiques d'il y a seulement quelques années et ceux induits par les récents travaux. "550 ppm, qui a été pendant longtemps l'objectif qui devait maintenir le réchauffement sous les 2°C, n'a aucune chance d'y parvenir, et pourrait même nous emmener au-dessus des 5°C" ((5), p. 98). Or ces 550 ppm figurent dans la politique officielle de la Grande-Bretagne en 2003, à laquelle l'un des auteurs, D. King, a lui-même contribué. Quant aux 5°C c'est la limite au-dessus de laquelle le GIEC n'a même pas voulu aller pour prédire les conséquences du réchauffement (id., p. 93). Parmi les raisons d'une réestimation à la hausse, les scientifiques évoquent de plus en plus des phénomènes non linéaires, tels que (entre autres) la fonte de glace dans des proportions non prévues, ou l'amplification des changements par la libération de carbone dans des sols gelés. L'hypothèse prise dans le dernier chapitre de cette partie du livre de Flannery est implicitement de +3°C. Il écrit (p. 278) "une hausse de 0,63°C a suffi à infliger des dommages terribles à des régions étendues comme le Sahel, l'Arctique et les eaux subantarctiques. Un réchauffement de 3°C, cinq fois plus important que celui que nous avons connu pour l'instant aura un impact beaucoup plus vaste, peut-être assez puissant pour déstabiliser des continents entiers". Or, même si on arrêtait toutes les émissions humaines de carbone aujourd'hui (qui en réalité sont en croissance), et sachant que le niveau 2007 de gaz à effet de serre était de 430 ppm, on devrait avoir un réchauffement de 1,4°C au total par rapport à l'ère pré-industrielle2.

8Dans la quatrième partie, "Les gens dans les serres", Flannery passe sur le plan des stratégies et actions face au problème dont il a décrit la réalité. On a beau avoir lu et relu que la lutte contre le "trou dans la couche d'ozone" a été un grand succès de l'action mondiale face à un problème d'environnement, on apprend dans le premier chapitre que ce succès s'est produit "plus par chance que par sagesse", de l'aveu même du Prix Nobel Paul Crutzen à la base de cette action, et célèbre par ailleurs pour son utilisation du terme "Anthropocène", désignant l'ère où l'humanité influe sur la Terre. C'est que l'on avait affaire avec les CFC attaquant l'ozone (un seul atome peut détruire cent mille molécules, p. 287), à des molécules de chlore. Il se fait que le brome, que les fabricants auraient pu utiliser également, était un peu plus cher. Son utilisation aurait provoqué des effets beaucoup plus graves et durables que ceux des CFC.

9Mais c'est évidemment autour de "Kyoto", le maître mot de la conscience climatique contemporaine, que Flannery va davantage déployer ses analyses. Les accords actuellement entérinés ont un effet presque négligeable sur le futur du climat, ce dont se gausse un détracteur bien connu des exagérations environnementales, Bjorn Lomborg, dans son dernier livre (6), pour estimer qu'il vaut mieux investir dans la recherche et attendre avant d'imposer de coûteux objectifs de réduction. Flannery a publié une critique de ce livre assez mesurée (7), où il estime que le problème le plus grave de Cool it (que l'on pourrait traduire entre autres par "on se calme") est de n'avoir considéré que les scénarios de réchauffement les plus rassurants en excluant les autres. A ceux qui critiquent fondamentalement Kyoto, Flannery demande dans "Les faiseurs de pluie", ce qu'ils proposent de réaliste à la place et surtout "comment envisagez-vous de parvenir à un accord international allant dans le sens de votre proposition ?" (p. 306). La désinformation organisée soutenue par l'industrie fait l'objet d'un chapitre où il est rappelé comment le film "The Greening of the Earth", présentait l'atmosphère comme "déficiente en carbone", et se proposait de la "fertiliser" par les émissions de combustibles fossiles, jusque 1000 ppm, afin de bénéficier à la productivité agricole. Ce "documentaire" influença la position de G. Bush père à la conférence de Rio en 1992 (p. 318).

10L'une des bêtes noires de Flannery est une industrie très puissante dans son pays, celle du charbon. On a tendance à l'oublier dans des pays très nucléarisés comme la France ou la Belgique, mais le charbon est le premier combustible utilisé pour la production d'électricité dans le monde, avec l'érection de nouvelles centrales sur base hebdomadaire, lesquelles devraient être actives durant des décennies. Les procédés de capture et stockage du carbone n'en sont encore qu'au niveau des prototypes, alors même qu'ils entrent dans la plupart des scénarios climatiques actuels. Flannery estime que parmi les mesures à prendre par les gouvernements "la plus importante est de proscrire la construction ou l'extension des centrales à charbon traditionnelles" (p. 392).

11La dernière partie du livre est la plus courte, et analyse des "solutions" diverses, techniques, ou politiques. Un ordre de grandeur simple lancé par l'auteur est, pour les individus des pays riches, de réduire leurs émissions privées de 70% en ajoutant (p. 401) "Et n'oubliez pas, si vous pouvez réduire vos émissions de 70% l'entreprise pour qui vous travaillez peut en faire autant" (les académiques comme moi, apprécieront). Pour les solutions techniques, on renverra plutôt à "The Hot Topic", plus concret, complet et réaliste, ou aux politiques préconisées par le GIEC dans son dernier rapport (8). La "dictature du carbone", imaginée par exemple par Flannery comme repoussoir en cas d'échec des politiques actuelles n'est pas faite pour rassurer sur la diminution des libertés en cas d'objectifs écologiques prioritaires. Yves Coppens qui préface l'édition française du livre de Flannery déclare rester "sceptique devant celles de ses déclarations qui me semblent trop alarmistes", mais il fait au même endroit l'éloge de "la densité de sa documentation et l'honnêteté de l'interprétation de cette information" (p. 14).

12Alors, faut-il revoir tous les objectifs environnementaux à l'aune de la menace climatique, plus ample et plus rapide que prévue il y a quelques années ? C'est une question importante pour bien des politiques environnementales, dont on sait la fragilité et la difficulté. Le réchauffement climatique constitue en fait une partie éminente des modifications environnementales. On peut apprendre de ces quarante dernières années (au moins) sur les façons d'y faire face, les succès, les échecs. Nous allons être amenés à mieux cerner encore les changements que ce thème va apporter sur différents plans de la nature, mais aussi de la société et de la politique. "J'ai fait de mon mieux pour concocter un manuel d'utilisation du thermostat de la Terre. Maintenant à vous de jouer", sont les phrases de conclusion de ce très beau livre.

13(1) Centre for Strategic and International Studies (CSIS), "The age of consequences: The foreign policy and national security implications of global climate change", Washington D.C., 5/11/07, http://www.csis.org/​component/​option,com_csis_pubs/​task,view/​id,4154/​type,1/​

14(2) David S. Reay, "A Silent Spring for climate change?", Nature, Vol 440, 2/3/06, p. 27

15(3) James Lovelock, "The Revenge of Gaia", Allen Lane, London, 2006

16(4) Bill Chameides, "Humanity usurps Nature", Science, Vol. 311, 10/3/06, p. 1379

17(5) Gabrielle Walker et Sir David King, "The Hot Topic. How to tackle global warming and still keep the lights on", Bloomsbruy, London, 2008

18(6) B. Lomborg, "Cool It. The Skeptical Environmentalist's Guide to Global Warming", Knopf, (Random House, New-York), 2007

19(7) Tim Flannery, "Is it Hot in Here?", Washington Post, 9/9/07

20(8) IPCC, "The AR4 Synthesis Report", 17/11/07, http://www.ipcc.ch/​

Haut de page

Notes

1 Allusion au livre de Rachel Carson (1962) considéré comme à la base de la prise de conscience environnementale aux Etats-Unis.
2 430 en équivalent C02, la concentration du seul C02 est de 383 ppm en 2007 ((5), p. 22-23 et 90).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Edwin Zaccai, « Flannery Tim, 2007, Les faiseurs de pluie. Comprendre et préserver l'équilibre climatique, Points, Paris, Le Seuil, (édition originale 2005, traduction en français 2006). », Développement durable et territoires [En ligne], Lectures (2002-2010), Publications de 2007, mis en ligne le 01 février 2008, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://developpementdurable.revues.org/4783

Haut de page

Auteur

Edwin Zaccai

Edwin Zaccaï est ingénieur, philosophe, docteur en environnement et chargé de cours à l'Université de Bruxelles, où il dirige le Centre d'Études du développement durable (Institut de Gestion de l'Environnement et d'Aménagement du Territoire). Ses recherches portent sur les aspects sociopolitiques du développement durable.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille1
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • Revues.org