Navigation – Plan du site
Publications de 2005

Viveret Patrick, 2005, Pourquoi ça ne va pas plus mal?, Fayard, 264 p.

Fabien Thurette

Texte intégral

1Patrick Viveret est philosophe de formation et Conseiller-maître à la Cour des comptes. Il a, en outre, été chargé d’une mission, confiée par l'éphémère Secrétaire d'État à l'économie solidaire Guy Hascoët, puis prolongée par le Président Chirac sur une « autre approche de la richesse », dont le rapport final a été publié sous le titre Reconsidérer la richesse (2004)1.

2Dans son essai Pourquoi ça ne va pas plus mal ? publié en 2005, Patrick Viveret nous livre une analyse philosophique sur le « malaise » de notre société. L’Homme est au cœur de mutations profondes - défis écologiques, changements de rapports au territoire, transformations sociétales, révolutions scientifiques - nécessitant un accompagnement politique, à la hauteur des questions existentielles suscitées par ces bouleversements. Partant d’un constat d’échec de la société de consommation et des conséquences de « la guerre économique », l’auteur nous conduit vers des questionnements relevant de l’éthique, de la culture, de la psychologie, voire de la spiritualité. Nos sociétés doivent répondre à ces défis, à défaut, elles risquent purement «la sortie de route ».

3« Quand l’humanité risque la sortie de route… »

4L’espèce humaine est au pied du mur. D’une part il y a l'urgence écologique ; au-delà des progrès indéniables qu’elle a pu apporter, la modernité a réduit la nature à l’état de « chose » perçue dans une logique de possession totale. Ainsi, les déséquilibres écologiques se sont aggravés, bien que « de multiples signaux alertent l’humanité sur les dangers qui la menacent, et tout se passe comme si, à l’échelle planétaire, l’espèce humaine ne se sentait pas concernée ». Le dérèglement climatique - terme plus adapté que « réchauffement climatique » selon Viveret - pourrait aboutir à la destruction de « la niche écologique » de l’Homme. D’autre part, la guerre économique fait rage ; le système dans lequel nous évoluons est celui de la concurrence « guerrière » où l’intérêt individuel se retrouve le plus souvent en conflit avec l’intérêt collectif ; d’ailleurs, selon les conventions orthodoxes, l’économie a pour rôle de gérer la rareté et nécessite, en la personne d’homo oeconomicus, un agent individuel et rationnel… CQFD.

5« Il y a suffisamment de ressources pour répondre aux besoins de tous, mais pas assez pour satisfaire le désir de possession de chacun ». Rappelant cette célèbre citation du Ghandi, Viveret pose la question suivante : comment les Hommes peuvent-ils cohabiter avec la misère quand on sait qu’ils produisent suffisamment de richesses pour satisfaire les besoins primaires de l’ensemble de la planète ? En effet, le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) chiffre à 100 milliards de dollars la somme à trouver par an pour faire disparaître la faim, permettre l'accès à l'eau potable pour tous, créer des logements décents et lutter contre les grandes épidémies. Qu’en est-il des 2500 milliards de dollars engendrés par le marché des stupéfiants, des armes, et celui de la publicité ?

6Le pouvoir, l’argent, la consommation, le travail, les drogues etc. sont des échappatoires illusoires face à nos angoisses ; « à travers la subsistance, c’est en fait une tentative de faire reculer l’angoisse de la mort qui s’exprime ; on n’est plus alors face à un simple besoin de nourriture, mais face à un désir de richesse. Et si ce désir est orienté vers l’avoir plutôt que vers l’être, il va être la source d’une passion d’accaparement bien au-delà que nécessaire » explique Viveret. La raison invoquée par l’auteur est donc que les êtres humains ne sont pas uniquement des êtres de raison et de besoins (ni même « des cerveaux disponibles » - p. 32-33- écrit-il en référence à la controverse soulevée par les propos du PDG de TF1 Patrick Lelay) ; ils sont également des êtres d’émotion et de passion.

7L’Homme sait qu’il est condamné à mourir et cette prise de conscience demeure une angoisse existentielle pour lui. Viveret parle alors de « système de lutte contre la mort » dans lequel « construire du sens peut se faire aussi bien par la croyance que par la connaissance ». Mais cette quête du sens, lorsqu’elle n’est pas régulée, devient un terreau fertile pour les intégrismes refusant toute approche divergeant de la leur. Pour Viveret, « seules les approches qui prennent en compte cet enjeu émotionnel chez l’être humain peuvent nous guider efficacement ».

8« Dépression économique ou dépression nerveuse universelle ? »

9Patrick Viveret émet l’hypothèse que les crises dites économiques sont en réalité des crises culturelles. L’économie a failli à sa principale mission : organiser l’abondance. Toutes les conditions matérielles sont réunies pour dépasser la simple satisfaction des besoins primaires. Or, la sphère économique reste figée et devient le champ de bataille des « pestes émotionnelles ». A partir de ce constat, il serait possible d’établir un lien de cause à effets entre « la guerre économique » et les troubles psychiques de notre civilisation moderne ; Viveret parle rigoureusement de « dépression nerveuse collective ». Selon lui, « la crise n’est pas économique, elle est culturelle et mentale (...). Pourquoi ne pourrions-nous pas émettre l’hypothèse que les crises dites économiques que nous vivons sont en fait des crises culturelles liées à la sortie de l’économique ? (...) Il est vrai qu’à travers la culture de crise, nous avons été ramenés un demi-siècle en arrière, mobilisés par la peur du chômage et de la pauvreté ».

10En 1930, dans ses Essais sur la monnaie et l’économie, John Maynard Keynes se livrait déjà à un constat similaire : « Je songe avec terreur au réajustement de ses habitudes que l’homme devra effectuer. Il lui faudra se débarrasser en quelques décennies de ce qui lui a été inculqué au cours des générations multiples. Ne faut-il pas s’attendre à une dépression nerveuse collective? ».

11Consciente de sa vulnérabilité, l’espèce humaine est obsédée par la peur de mourir. Pour alléger son fardeau, et pour mieux survivre, l’Homme constitue des alliances avec ses congénères. Mais ce sentiment d’impuissance pousse également l’être humain soit à fuir… soit à attaquer. Notre société est effrayée par « les perdants », et cette peur se cristallise alors autour de ce que l’on a coutume d’appeler les « classes dangereuses ». Cette peur fertilise le terrain de la guerre sociale. L’exemple le plus parlant est sans doute les mesures adoptées pour amoindrir les allocations de fin de droits de chômeurs… Exit la coopération, en lieu et place sont créées des conditions telles que des individus seront à un moment donné éjectés de la « compétition », avec les conséquences que cela implique comme la misère grandissante. L’humanité est menacée de destruction de sa propre espèce, mais pour l’essentiel elle est menacée par elle-même.

12Si le constat est sans appel, Patrick Viveret ne fait pas pour autant preuve de catastrophisme en affirmant que l'humanité risque de courir prématurément à sa perte si elle demeure incapable de faire face aux grands défis écologiques, sociaux, financiers ou culturels qui la menacent. Alors, comment surmonter ces problèmes ?

13« Un autre monde est possible »

14En réponse au mal-être de notre société, Patrick Viveret fait la promotion de la logique de coopération, de citoyenneté et « d’art de vivre » à l’échelle du globe. Plutôt que d’être obsédés par notre vulnérabilité, nous pouvons concentrer nos efforts sur la réalisation de soi. « L’art de vivre » peut alors être compris comme une question collective. Pour modifier notre vision du monde, il faut évoluer : sortir de la logique de guerre économique, bâtir un autre rapport à la richesse, au pouvoir et à la vie. C’est donc à l’Homme qu’il appartient de construire une société plus humaine, « d’effectuer un saut qualitatif ». De ce point de vue, on peut partager l’optimisme de Patrick Viveret et affirmer que « ça ne va pas plus mal ». La vision de l’auteur est qu’il est possible de faire évoluer la société. Pour ce faire, il suffit de se baser sur les forces déjà en place. « On ne résout pas un problème avec les modes de pensée qui l’ont engendré » disait Albert Einstein. Ainsi, en arrêtant de ne percevoir que les contraintes, nous pouvons focaliser notre esprit sur les opportunités et développer de nouvelles solutions. Il ne s'agit plus uniquement de rêver d'un autre monde possible, mais de reconnaître d'autres manières de vivre déjà présentes mais que nous ne percevons pas forcement. Patrick Viveret invoque une mutation qualitative de la démocratie, alliant la passion et la raison humaine.

15Selon Patrick Viveret, il existe déjà un levier permettant de développer cette nouvelle vision : les « créatifs culturels ». Les « créatifs culturels »2 considèrent qu’il existe un lien entre la transformation personnelle et la transformation sociale. L’illustration la plus surprenante de ces « créatifs culturels » est sans doute celle de la monnaie et du « projet SOL ». La monnaie SOL se réclame solidaire et écologique (SOL pour soleil et solidarité). Ce projet, qui a pour objectif de promouvoir la coopération, est actuellement au stade d’expérimentation à Lille, Rennes et en Ile de France. Son principe est simple : plus l’individu consomme en Euros dans un réseau d'entreprises écologiques, sociales et solidaires, plus il obtiendra des « crédits SOLs » qu’il pourra, par la suite, dépenser dans les réseaux affiliés. La finalité est donc de donner un sens à sa consommation. Ce projet vise par ailleurs à mobiliser davantage le bénévolat dans les associations participant à cette initiative. En contrepartie de leurs actions, les bénévoles SOListes reçoivent eux aussi des « crédits SOLs », qu’ils pourront allouer à leur consommation de biens et services SOLs. Mais le SOL a aussi la particularité d’être une « monnaie fondante », c'est-à-dire que lorsqu'elle n'est pas utilisée, elle peut être affectée collectivement à des projets d'utilité sociale et écologique.

16Faut-il donc voir dans les « créatifs culturels » une alternative crédible ? Si l’on se penche sur l’Histoire, on peut admettre que le mouvement ouvrier a connu des avancés importantes - mutuelles, retraite, syndicats - durant le XIXème siècle car il avait choisi d’expérimenter sur lui-même de nouvelles idées sans les diffuser à l’ensemble de la société. De la même manière, le mouvement des créatifs culturels pourrait expérimenter sur lui-même ses propres idées économiques et coopératives sans attendre leur diffusion immédiate.

17Le message livré par Patrick Viveret est plein d’espoir. Quand l’auteur scande le slogan « que le meilleur gagne », il ne pense pas au plus rationnel, au plus calculateur ou au plus individualiste mais au plus humain. Celui qui laissera transparaître ce qu’il y a de meilleur en lui gagnera. Trois questions se posent alors au lecteur : Quel avenir pour notre planète ? Quel avenir pour notre espèce ? Quel avenir pour nos vies ?

18C’est à l’humanité qu’il incombe « d’inventer une autre vision du politique, pleinement écologique, citoyenne et planétaire, qui placerait le désir de l’humanité au cœur de sa perspective. ». Patrick Viveret conclut : « choisir d’être heureux est un acte politique ». Les idées développées dans cet essai ne sont pas utopistes, mais originales et constructives. A chacun de nous de comprendre les grands défis de l'humanité de ce siècle et de trouver le chemin qui donnera du sens à sa vie.

Haut de page

Notes

1Penseur engagé, il a été rédacteur en chef de la revue transdisciplinaire « Transversales science culture » et membre actif du Groupe de Recherches Inter- et Transdisciplinaires (GRIT) fondé par Jacques Robin. Ce dernier préface d'ailleurs l'ouvrage avec Joël de Rosnay, deux figures de la « pensée complexe ». Intervenant régulier dans les réseaux altermondialistes, il collabore fréquemment avec le Monde Diplomatique sur les questions de richesse. Il est également à l'origine du projet SOL, monnaie complémentaire alternative et co-fondateur des rencontres annuelles « Dialogues en humanité » (http://dialoguesenhumanite.free.fr).
2Selon une étude française, ces créatifs culturels représentent 17% de la population française des plus de 15 ans, soit 8 millions de personnes.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabien Thurette, « Viveret Patrick, 2005, Pourquoi ça ne va pas plus mal?, Fayard, 264 p. », Développement durable et territoires [En ligne], Lectures (2002-2010), Publications de 2005, mis en ligne le 06 mai 2008, consulté le 23 juin 2017. URL : http://developpementdurable.revues.org/5983

Haut de page

Auteur

Fabien Thurette

Fabien Thurette est étudiant en 5ème année de science politique à l’Institut d’Études Politiques de Lille, spécialisé sur les politiques territoriales de développement durable.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille1
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • Revues.org