Navigation – Plan du site
Publications de 2006

Reynaud Emmanuelle (dir.), 2006, Le développement durable au cœur de l’entreprise. Pour une approche transverse du développement durable, Dunod, 256 p.

Marlène Gerland

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif dirigé par Emmanuelle Reynaud (Professeure à l’Institut d’administration des entreprises d’Aix-en-Provence) rassemble cinq auteurs : Florence Depoers, Caroline Gauthier, Jean-Pascal Gond et Grégory Schneider-Maunoury. Leurs différentes contributions se rejoignent sur l’objectif commun d’« apporter des solutions pour opérationnaliser les valeurs du développement durable » (p. 33). Cet ouvrage a avant tout été pensé comme un manuel à l’attention des managers et des enseignants, et il est présenté comme tel. Divisé en cinq chapitres sans articulation logique, illustré de nombreux exemples sous forme d’encadrés, généreusement aéré de tableaux et de schémas, cet ouvrage fait a priori office d’un inventaire détaillé des bonnes pratiques et des erreurs à ne pas commettre pour diffuser le « développement durable au cœur de l’entreprise ».

2Partant d’une réflexion sur la responsabilité des entreprises eu égard aux problèmes environnementaux et sociaux, Emmanuelle Reynaud donne d’emblée le ton en distinguant une approche dite risquée et une approche prometteuse. La première consiste à penser l’entreprise au service du développement durable, tandis que la seconde inverse la logique, et met cette nouvelle conception du développement au service de l’entreprise. Elle met ainsi le doigt sur la problématique majeure que soulève ce concept en gestation, celle de la conciliation des logiques économiques, sociales et environnementales. Qu’elle soit perçue comme un effet de réalisme ou comme un habile recyclage du concept de développement durable, la nécessaire rentabilité économique est affichée comme la pierre angulaire de cette conciliation.

3Sans rentabilité économique, point de durabilité. Or le raisonnement ne s’arrête pas là, et les auteurs se donnent à plusieurs reprises la liberté d’explorer ce principe. Dans le chapitre premier intitulé « Marketing et développement durable », Caroline Gauthier mène par exemple une réflexion poussée sur la notion d’offre durable. Partant de l’analyse d’un désir émergent de développement durable, elle développe l’intérêt d’une « analyse étendue du cycle de vie du produit » (p. 49) qui prendrait en compte la dimension environnementale et sociale du produit. In fine, le produit « doit être psychologiquement et physiologiquement sain » et « valorisant pour l’utilisateur » (p. 52). Sur le même registre, elle aborde la question de la durée de vie des produits et s’oppose à leur obsolescence programmée. Elle préconise au contraire une « relation de long terme entre l’utilisateur et le produit qui favorise l’attachement affectif aux produits, à la marque voire aux valeurs de l’entreprise » (p. 54) et contribue à la « création d’un lien social authentique » (p. 71). Elle propose également « d’intégrer la valeur de non-usage dans le prix » (p. 63). Ces suggestions, présentées comme des tâches à accomplir, s’attaquent réellement au cœur de l’entreprise capitaliste. Une réflexion sur le sens donné à la création de valeur dans l’entreprise représente un pas conséquent en direction d’un autre mode de développement.

4A une échelle plus modeste mais non négligeable, cet ouvrage donne les moyens d’une forme d’appropriation du « développement durable au cœur de l’entreprise ». L’univers de l’entreprise est revisité au regard de la conciliation entre l’économique, l’environnement et le social. Le marketing, la gestion des ressources humaines, la comptabilité, la finance et la stratégie sont analysés à travers ce prisme. Ce remembrement du monde de l’entrepreneuriat fait émerger de nouveaux critères d’évaluation structurant l’organisation et les objectifs de l’entreprise, comme la notion de « performance globale » et la « triple bottom line ». Ces outils sont la traduction du développement durable en langage économique. En ce sens ils sont porteurs d’une appropriation du concept.

5Cette appropriation repose principalement sur la valorisation de ce que le développement durable peut apporter à l’entreprise. Il est présenté comme une opportunité, en termes de marché et donc de profit, en termes d’image, de construction de sens interne et externe à l’entreprise, de renforcement de leadership ou encore d’avantage concurrentiel. La conciliation des trois piliers du développement durable n’est pas systématiquement envisagée. Dans le chapitre deux, intitulé « Gestion des ressources et développement durable », Jean-Pascal Gond réussi cependant à faire dialoguer performance sociale, économique et environnementale (p. 113). Cette articulation est également évoquée par Grégory Schneider-Maunoury dans le chapitre quatre sur la « Finance et le développement durable », qui recherche les interactions entre les valeurs extra-financières et les valeurs financières créées par l’entreprise.

6La difficile intégration du financier et de l’extra financier apparaît finalement comme le frein de la diffusion du « développement durable au cœur de l’entreprise ». L’ « approche transverse » prônée par l’ouvrage semble se heurter à un problème d’évaluation. La mesure des progrès réalisés nécessite des indicateurs comptables capables de saisir le qualitatif. Ces croisements de données sociétales et économiques prennent la forme des indicateurs d’efficience ou d’efficacité, mais ils reposent sur des appréciations qui échappent encore aujourd’hui à toute certification unanimement reconnue. Pour être opérationnel, le développement durable se doit d’être chiffré et chiffrable.  

7L’approche adoptée dans cet ouvrage est donc globalement positive. Le développement durable est avant tout présenté comme une opportunité à saisir et non uniquement comme une nouvelle contrainte qui s’impose à l’entreprise. Le lecteur non familiarisé avec le monde de l’entreprise y trouvera un double intérêt : un éclairage pédagogique des différents aspects de l’entreprise revisités au regard du développement durable. Les managers et enseignants espéreront peut être une analyse plus approfondie de ces questions.

8Le mérite de ce manuel demeure tout de même de mettre l’accent sur les blocages et contradictions auxquels se confronte le « développement durable au cœur de l’entreprise ». S’il n’ébauche que quelques maigres pistes de solutions, il invite cependant à poursuivre la réflexion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marlène Gerland, « Reynaud Emmanuelle (dir.), 2006, Le développement durable au cœur de l’entreprise. Pour une approche transverse du développement durable, Dunod, 256 p. », Développement durable et territoires [En ligne], Lectures (2002-2010), Publications de 2006, mis en ligne le 06 mai 2008, consulté le 17 août 2017. URL : http://developpementdurable.revues.org/6053

Haut de page

Auteur

Marlène Gerland

Marlène Gerland est étudiante en 5ème année de science politique à l’Institut d’Études Politiques de Lille, spécialisée sur les politiques territoriales de développement durable.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille1
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • Revues.org