Navigation – Plan du site
Publications de 2006

Jean-Eudes Beuret, Noémie Dufourmantelle, Valérie Beltrando, 2006, L’évaluation des processus de concertation : RELIEF, une démarche, des outils, La Documentation française, Ministère de l’écologie et du développement durable, Paris, 145 p.

Valérie Deldrève

Texte intégral

1L’ouvrage, dont la publication (2006) est consécutive au projet « Concert » de l’ENSAR1 réalisé dans le cadre du programme Concertation Décision Environnement de 1999 du MEDAD, est un guide destiné à l’usage de tous ceux qui s’intéressent à la concertation. Son titre « Relief » emprunte à l’outil qui fait son objet, un outil d’évaluation de la concertation et de médiation territoriale. Il signifie plus précisément «REseau support de la concertation, Liens inter-catégoriels, Espaces d’action collective, Effets sur l’objet de la concertation », en référence explicite aux quatre champs qui, selon les auteurs et concepteurs de l’outil - J-E, Beuret, N. Dufourmentelle, V. Beltrando – « mettent en relief les qualités qu’une démarche doit présenter pour qu’on puisse parler de concertation ». Chacun de ces champs est divisé en rubriques regroupant elles-mêmes des séries d’indicateurs relatifs à une même information. L’ensemble constitue une « grille », élaborée par les auteurs à partir de recherches sur des itinéraires de concertation. Cette grille a été testée dans divers régions et pays, pour être ensuite remaniée puis de nouveau testée.

2La méthode ainsi proposée s’inscrit d’emblée dans un courant de pensée qui préconise « d’accorder plus d’importance au dialogue et à la recherche de l’accord qu’à des objectifs techniques ou environnementaux fixés à l’avance (…) » (p. 9) Elle répond, en outre, à une carence en matière d’évaluation, par trop limitée jusque là à celle des résultats stricto sensu et à des indicateurs exclusivement quantitatifs et visibles, tel le nombre de réunions (« Il n’existe aujourd’hui aucun outil d’évaluation complet, adaptable à l’ensemble des démarches et qui caractérise ce dont le processus est réellement porteur », p. 12) Cette méthode, innovante, propose, quant à elle, « une évaluation plus complexe, intégrant des critères qualitatifs ». Elle est basée notamment sur le ressenti des acteurs et sur l’ensemble du processus, de manière à comprendre ce dont ses différents moments sont effectivement porteurs. Fidèle à la logique de la concertation dont elle devient composante, elle permet d’associer les acteurs à l’évaluation, via un « support de débat et de réflexion collective », soit une image du processus de concertation produite à l’issue de la collecte des données par l’évaluateur et projetée pour discussion à l’ensemble des participants.

3Le guide, qui, en tant que tel, propose des conseils pour la préparation de l’évaluation (le premier contact, le choix des acteurs, l’analyse du contexte indispensable à toute évaluation), une grille de collecte des données et son mode d’emploi, et enfin une aide au traitement des informations, est structuré en trois parties.

4La première est une présentation de Relief, de ses objectifs et de ses bases conceptuelles. La concertation, les notions apparentées (telles la communication, l’information…) et la terminologie utilisée (« catégorie d’acteurs »…) sont clairement définies ; puis la démarche générale et la structuration de l’outil explicitées. Ainsi sont présentées les 3 étapes inhérentes à l’évaluation : sa préparation, la collecte des données par entretiens pour renseigner les différents champs, puis le traitement et la restitution conjointe sous forme d’une représentation du processus à discuter avec les acteurs. Chaque champ est ensuite défini et justifié : 1) L’état du Réseau en construction ou l’étude de la constitution et de la consolidation d’un réseau de participants qui s’engagent de façon effective dans la concertation. 2) La dynamique des Liens Inter-catégoriels, relative à l’évolution des conditions qui permettront un dialogue effectif entre les acteurs, quant à leurs relations, à d’éventuels rapprochements de leurs compétences 3) La formalisation des Espaces d’action collective, champ qui permet de savoir si des espaces de concertation ont été mis en place et ont été optimisés de façon à permettre un dialogue qui soit tant efficace que durable. Enfin, 4) Les Effets relatifs à l’objet qui consiste en l’évaluation des résultats effectifs déjà obtenus en termes d’accords manifestes ou tacites et en l’identification d’éventuels résultats concrets déjà observables au niveau de l’objet de la concertation. Cette première partie, de lecture indispensable à l’appropriation de la méthode, a le grand intérêt d’expliciter de manière synthétique ses bases conceptuelles, qui empruntent à la sociologie de l’innovation (étude des « réseaux d’acteurs ») et de la traduction (formulation des énoncés et travail de reformulation par le « facilitateur » de concertation).

5La deuxième partie « mode d’emploi, outil de collecte et de traitement de l’information » s’emploie à préciser les objectifs des différentes rubriques et indicateurs propres à chaque champ2. Suit l’explicitation pédagogique du mode de remplissage de la grille et du traitement des informations.

6Une troisième partie donne, enfin, des pistes pour adapter Relief à la diversité des situations et des besoins. La référence à des cas d’étude, et plus particulièrement au bilan-diagnostic du processus de concertation sur le foncier rural au Mali (p. 112-120) illustre ainsi la grande adaptabilité aux formats d’action locaux de l’outil Relief, par modifications et ajustements des rubriques et indicateurs ou des énoncés retenus dans la grille. Adaptable ne signifie pas toutefois modulaire. Ainsi chacun des quatre champs, indispensables à l’évaluation, doit-il être renseigné sous peine de la biaiser dangereusement.

7Conclusion : Ce guide donne accès à une méthodologie bien pensée, expérimentée, propre à intéresser tant l’évaluateur attentif (à ce qu’il peut produire et au sens de l’évaluation) que le chercheur confronté à la complexité des processus de concertation et toujours en quête de contributions méthodologiques. On pourrait seulement regretter que le choix des indicateurs et du type de représentation (d’image) utilisé, la formulation des énoncés d’entretiens, le statut parfois ambigu des données recueillies (le « ressenti » des acteurs : traité en informations ou analysé en tant que données ?) ne soient à aucun moment interrogés, pas plus que les limites ou biais potentiels que l’outil Relief, malgré sa grande adaptabilité, ne peut complètement éviter. Mais peut-être est-ce là une lacune nécessaire pour parvenir à valider aux yeux des usagers potentiels un outil innovant, héritier d’une approche qualitativiste étrangère jusque là à la culture de l’évaluation ?

Haut de page

Notes

1 Ecole Nationale Supérieure Agronomique de Rennes.
2 Par exemple la « Grille Relief p.9 porte sur le positionnement de l’acteur par rapport à l’objet et la vision de l’acteur engagée autour de cet objet ». Cette rubrique, servie par plusieurs indicateurs, vise à mettre en évidence les justifications (au sens de L. Boltanski et L. Thévenot, 1991), avancées par chaque acteur. Cf. p. 73.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie Deldrève, « Jean-Eudes Beuret, Noémie Dufourmantelle, Valérie Beltrando, 2006, L’évaluation des processus de concertation : RELIEF, une démarche, des outils, La Documentation française, Ministère de l’écologie et du développement durable, Paris, 145 p. », Développement durable et territoires [En ligne], Lectures (2002-2010), Publications de 2006, mis en ligne le 16 octobre 2008, consulté le 29 juin 2017. URL : http://developpementdurable.revues.org/6652

Haut de page

Auteur

Valérie Deldrève

Valérie Deldrève est chargée de recherche en sociologie au Cemagref, Centre de Bordeaux, Unité Aménités et Dynamiques des Espaces Ruraux.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille1
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • Revues.org