Navigation – Plan du site
Publications de 2008

Gérard Brugnot, 2008, Les Catastrophes Naturelles, Paris, Le Cavalier Bleu, 127 p.

Stéphane Callens

Texte intégral

1La collection « idées reçues » se propose de faire le point sur les savoirs et les croyances à propos d’un thème donné. Le thème des « catastrophes naturelles » est présenté par Gérard Brugnot, qui commente 16 idées reçues sur ces risques majeurs, regroupées dans quatre chapitres : 1/ « il y a toujours eu des catastrophes naturelles, il y en aura toujours », 2/ « Des catastrophes vraiment toutes naturelles ? », 3/ « On peut réduire les effets des catastrophes naturelles », 4/ « Catastrophes naturelles : actualités et perspectives ».

2L’ouvrage est de petit format, agréable à lire. Il discute de façon ouverte les idées reçues et il renseigne sur l’état de la recherche dans le domaine des catastrophes naturelles. Il lui manque sans doute des renvois vers les informations pratiques sur les dispositions à prendre face aux risques naturels. Ce type d’information est disponible via Internet, par exemple, le site « http://www.prim.net/​» sur les risques majeurs.

3Deux graphiques reproduits pages 56 et 57 de l’ouvrage peuvent introduire à l’actualité des catastrophes naturelles (regroupés ici dans une seule figure ci-dessous). Mis sur une seule figure, les deux évolutions constatées sont bien apparentes : d’un côté, la mortalité baisse, de l’autre, le nombre de catastrophes, le nombre de réfugiés et les coûts économiques augmentent considérablement. Un contrôle sur les données indique que ces croissances ne proviennent ni de petites catastrophes mieux enregistrées, ni de très grandes catastrophes. Ces évolutions demandent explication et Gérard Brugnot discute quelques-unes des hypothèses avancées pour interpréter ces tendances. Il cultive un pessimisme de la connaissance : « nous ne maîtrisons pas beaucoup mieux les catastrophes naturelles que les générations précédentes » (p. 120). Ce pessimisme se retrouve dans son usage positif du principe de précaution : nous ne savons pas bien expliquer aujourd’hui les tendances constatées, tout au plus peut on rejeter des hypothèses et modèles trop rapidement mis en avant.

4Source : base de données EM-DAT, CRED, Louvain

5Le graphique indique bien cependant une différence : si les autres paramètres ont un fort taux de croissance, la mortalité, quant à elle, suit une évolution contraire. Nous n’avons en fait qu’une maîtrise biologique des effets des catastrophes naturelles. La notion de « biopouvoir » introduite par Merleau-Ponty1 et développée chez Foucault2 est souvent mal comprise, l’actualité des catastrophes naturelles indique cependant la montée d’une maîtrise du vivant à rebours d’une dégradation générale des autres paramètres socio-économiques.

6A la question « pourquoi cette augmentation récente des catastrophes naturelles ? », Gérard Brugnot indique que les études récentes n’ont pas encore formulé une réponse complète. Les explications par le réchauffement climatique sont infirmées dans les études citées, particulièrement la thèse de Benjamin Renard, Détection et prise en compte d’éventuels impacts du changement climatique sur les extrêmes  hydrologiques en France, soutenue en 2006. Les recherches menées en France sont menées du côté des sciences de la nature et de la modélisation météorologique et ces approches n’ont pas permis d’apporter une réponse à la question de l’augmentation des catastrophes naturelles.

7Gérard Brugnot cite Napoléon III « Tout me fait espérer que la science parviendra à dompter la nature » (discours de février 1857, cité p. 39). Dans les années 1840, la politique suivie était celle du démantèlement des endiguements des grands fleuves pour protéger les grandes aires urbaines en expansion. Les grandes inondations ultérieures voient des déclarations volontaristes d’aménagement, et sans doute la mise en œuvre de cet idéal de maîtrise exprimée au moment du décollage de l’industrie française. L’ouvrage indique une nouvelle zone d’ombre dans la compréhension des catastrophes naturelles : son économie politique, les vicissitudes des politiques structurelles d’aménagement et non-structurelles de secours et d’assurance.

8L’ouvrage de Gérard Brugnot présente à travers des cas concrets la situation des politiques des risques majeurs naturels en France. La non application de la réglementation parasismique est une question soulevée par l’ouvrage. Les édifices ont bien supporté les grandes tempêtes de 1999 et l’auteur estime que l’évolution de la réglementation française ne sera pas favorable à une bonne gestion des risques majeurs. Les grands évènements rares sont un peu comme les maladies atteignant peu de personnes : des orphelins abandonnés par une réglementation par ailleurs surabondante.

9Un handicap de la situation de la France administrative est la petite taille des communes. Cela suggère une organisation des pouvoirs où la grande région et la communauté de communes structurent l’ensemble du dispositif de gestion des risques majeurs naturels.

10L’ouvrage de Gérard Brugnot « les catastrophes naturelles » indique donc pourquoi celles-ci ont un bel avenir en France. Par ce regard lucide et par le relevé des faiblesses dans les orientations de la recherche en matière de gestion des risques majeurs naturels, l’entreprise est intéressante.

Haut de page

Notes

1 Merleau-Ponty M., 1949, La structure du comportement, PUF.
2 Foucault M., 2004, Naissance de la biopolitique : Cours au Collège de France, 1978-1979, Paris, Gallimard-Seuil.
Haut de page

Table des illustrations

URL http://developpementdurable.revues.org/docannexe/image/7943/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Callens, « Gérard Brugnot, 2008, Les Catastrophes Naturelles, Paris, Le Cavalier Bleu, 127 p. », Développement durable et territoires [En ligne], Lectures (2002-2010), Publications de 2008, mis en ligne le 21 janvier 2009, consulté le 23 juin 2017. URL : http://developpementdurable.revues.org/7943

Haut de page

Auteur

Stéphane Callens

Stéphane Callens est Professeur des universités en sciences économiques à l’Université d’Artois, directeur du centre EREIA (Études et Recherches Économiques Interdisciplinaires de l’Artois) et responsable du master « Éco-gestion-Administration ».

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille1
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • Revues.org