Navigation – Plan du site
Publications de 2008

Ann Crabbé and Pieter Leroy, 2008, The Handbook of Environmental Policy Evaluation, Earthscan, London, 202 p.

Marion Laurenceau et François Destandau

Texte intégral

1Ann Crabbé de l’Université d’Anvers (Belgique) et Pieter Leroy de l’Université de Nijmegen (Pays-Bas) proposent ici un ouvrage pionnier sur l’évaluation appliquée aux politiques environnementales. Ce manuel s’inspire des enseignements théoriques et méthodologiques des sciences politiques et sociales. Les auteurs y présentent un panel de méthodes adaptées aux politiques environnementales, de façon pratique et accessible. « Peut-on identifier une relation de causalité entre l’intervention politique et les effets atteints ? » ou « Pourquoi la politique atteint ou non ses objectifs ? » sont des exemples dequestions d’évaluation concrètes qui introduisent et justifient chaque méthode présentée.

2L’ouvrage apparaît comme un guide méthodologique en consacrant  la très grande majorité de son volume aux méthodes (chapitres 3 et 4). Il peut être assimilé à une boîte à outils avec des méthodes présentées selon la même structure pour en faciliter la compréhension et la comparaison. Pour chaque méthode, les auteurs citent préalablement des questions auxquelles la méthode permet de répondre, puis un paragraphe « contexte et explication » donne une définition et renseigne sur l’étape ou les étapes du cycle politique où elle intervient. La « méthodologie » est ensuite expliquée dans un second paragraphe, sans pour autant entrer réellement dans les détails techniques. En effet, comme le spécifient les auteurs, l’ouvrage s’intéresse moins à la technicité des méthodes d’évaluation qu’à la définition même de l’évaluation, son utilité, la manière dont elle doit être conduite. Enfin, une « bibliographie » propre à chaque méthode est présentée dans un troisième paragraphe.

3Plus précisément, l’ouvrage se compose de 4 chapitres. Le Chapitre 1 expose les concepts généraux de l’évaluation. Ann Crabbé et Pieter Leroy se démarquent de certains auteurs en plaçant l’évaluation au centre du cycle politique et non comme étape du cycle. Les méthodes sont directement liées au paradigme qui sous-tend la définition de la politique : processus rationnel de résolution de problème, processus d’interaction politique ou phénomène institutionnel. D’un point de vue historique, trois périodes sont identifiées par les auteurs, chacune d’elles correspondant à l’apparition de critères d’évaluation. Tout d’abord, à compter du XIXe siècle, l’évaluation consistait essentiellement à vérifier la validité juridique des décisions. Ce n’est qu’après la seconde guerre mondiale que la question de l’atteinte des objectifs est devenue centrale, faisant apparaître des critères d’efficacité, de performance ou de faisabilité. Enfin, depuis les années 1980, la légitimité même de l’action publique est remise en cause, générant des questionnements centrés sur des critères de participation, de transparence, de légitimité, d’acceptabilité…

4Le Chapitre 2 recentre l’analyse sur les politiques environnementales. Les auteurs y dressent succinctement une liste des principaux problèmes rencontrés par l’évaluation des politiques environnementales : complexité du champ de la politique, disponibilité des données, problèmes temporels, spatiaux, d’échelle et de niveau d’analyse, question de la causalité, et partialité/subjectivité de l’évaluateur.

5Le Chapitre 3 décline une première catégorie de méthodes (11 méthodes) qui répondent à des questions d’évaluation au sens strict. Nous pouvons distinguer les méthodes intervenant plutôt de façon ex ante : « étude d’impact », « analyse des besoins » (need analysis), « analyse multi-critères » (multi-criteria analysis) ; celles intervenant plutôt de façon ex post : « analyse sans objectif » (goal-free evaluation), « évaluation basée sur la logique d’intervention » (program theory evalaution), « évaluation réaliste » (realistic evaluation) ; et les méthodes pouvant s’appliquer à diverses étapes du cycle : « étude de cas », « expérimentation » (experiment), « évaluation formatrice/de développement » (formative/developmental evaluation), « analyse coûts-bénéfices et coût-efficacité », « méthode du cadre logique» (logframe method).

6Le Chapitre 4 présente une seconde catégorie de méthodes (11 méthodes), illustrant les développements récents de la discipline par de nouvelles méthodes basées : sur des paradigmes philosophiques (évaluation constructiviste), sur les résultats d’études antérieures (méta-analyse), sur une combinaison de méthodes (mélange de méthodes) ou bien par des approches ciblant des critères d’évaluation particuliers : le problème de controverse des résultats ou de subjectivité de l’évaluateur (adocate-adversary evaluation), le problème des évaluations plus globales (context, input, process and product evaluation model), la question de l’avis d’experts (connoisseurship and criticism), les principes démocratiques (delibative democratic evaluation), et la question de l’évaluation émancipatrice (empowerment evaluation).

7Ce « Handbook » est un guide pour la réalisation d’évaluations adaptées aux politiques environnementales dans le souci d’optimiser leur mise en œuvre et leurs impacts. Il offre une vue d’ensemble d’outils et méthodes, en fonction de :

8- leurs finalités et objectifs,

9- leurs contexte et modalités d’application,

10- leurs effets potentiels sur les acteurs et le déroulement de la politique,

11mais également en fonction des questions d’évaluation à résoudre, du rôle de l’évaluateur et de l’implication des décideurs publics.

12Volontairement restreint à un débat sur les méthodes, cet ouvrage n’exclut pas les difficultés à définir le rôle et la place de l’évaluation des politiques environnementales. Il ne comporte pas de conclusion générale, ce qui laisse la porte ouverte à de nouvelles initiatives et expériences dans l’application des méthodes d’évaluation à des politiques sectorielles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Laurenceau et François Destandau, « Ann Crabbé and Pieter Leroy, 2008, The Handbook of Environmental Policy Evaluation, Earthscan, London, 202 p. », Développement durable et territoires [En ligne], Lectures (2002-2010), Publications de 2008, mis en ligne le 30 septembre 2010, consulté le 26 avril 2017. URL : http://developpementdurable.revues.org/8018

Haut de page

Auteurs

Marion Laurenceau

Marion Laurenceau est doctorante en sciences économiques au laboratoire GSP (Gestion des Services Publics), UMR Cemagref-Engees de Strasbourg. Son travail porte sur une évaluation économique de la mise en œuvre de la Directive Cadre sur l’Eau. marion.laurenceau@engees.u-strasbg.fr

François Destandau

François Destandau est Ingénieur de Recherche en sciences économiques au laboratoire GSP (Gestion des Services Publics), UMR Cemagref-Engees de Strasbourg. Ses travaux de recherche portent principalement sur les instruments de régulation de la pollution. francois.destandau@engees.u-strasbg.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille1
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • Revues.org