Navigation – Plan du site
Publication de 2009

Boutaud Aurélien, Gondran Natacha, 2009, L’empreinte écologique, La Découverte, collection Repères, Paris, 122 p.

Bertrand Zuindeau

Texte intégral

1Comment évaluer à l’aune du développement durable ? La question est, à la fois, de première importance et très complexe. Importante, parce que, au-delà de l’argument des ressources rares à utiliser au mieux, il convient d’apprécier les résultats de politiques publiques et de pratiques privées qui tentent, de façon plus ou moins novatrice, de concrétiser l’approche multidimensionnelle qu’est le développement durable. Et du fait même de cette multidimensionalité, toute procédure d’évaluation est confrontée, a priori, à la complexité de la conception et de la mise en œuvre. Quand il s’agit de mesurer le rendement d’un actif ou le retour financier d’un investissement, l’approche n’est sans doute pas exempte de problèmes, mais se trouve incontestablement facilitée par la considération d’un critère exclusif, la monnaie. Tel n’est pas le cas du développement durable qui vise plusieurs objectifs harmonisés (environnementaux, sociaux, économiques, institutionnels…) et est censé répondre à divers principes d’action (prévention, précaution, intégration, responsabilité, etc.). Il en résulte alors des tentatives nombreuses et plus ou moins satisfaisantes d’élaboration de systèmes – parfois simplement de « listes » – d’indicateurs de développement durable, indicateurs cherchant à rendre compte, avec des unités de mesure diverses, des différentes composantes supposées relever du développement durable. De telles productions sont des outils utiles pour évaluer l’action publique, qu’elle se revendique ou non du développement durable, et même en amont pour apprécier la situation d’un territoire ou d’un secteur en termes de développement durable.

2Pourtant, le souci qui prévaut dans d’autres domaines d’obtenir une mesure unifiée est aussi présent s’agissant du développement durable. Certes, comme le rapportait Paul Valéry « Ce qui est simple est toujours faux » ; mais l’auteur d’ajouter dans la même formule : « Ce qui ne l’est pas est inutilisable ». La problématique du développement durable a ainsi suscité un certain nombre d’essais d’élaboration d’indicateurs synthétiques (ou composites), visant à rassembler dans une grandeur unique la situation (d’un territoire, d’un secteur…) ou les impacts (d’une action, d’une politique…) en termes de développement durable. Le plus souvent, il ne s’agit pas d’offrir une appréciation définitive et exclusive d’autres modes de mesure, mais plutôt d’apporter un premier regard général que complèteront des analyses plus fines.

3Vis-à-vis d’une telle entreprise, le PIB (produit intérieur brut) fait fréquemment figure de référence ou plus souvent encore de repoussoir. Si à l’évidence cet indicateur de la comptabilité nationale ne saurait s’appliquer au champ du développement durable, il n’en reste pas moins qu’il a permis d’inspirer un certain nombre de démarches, certaines allant jusqu’à reprendre les valeurs fournies par cette statistique et les modifiant (par correction, ajout et soustraction) pour constituer un indicateur supposé plus fidèle à la logique du développement durable. Ce retour inopiné du monétaire, alors qu’on le croyait inapte à rendre compte de la complexité du « durable », a conduit à des réactions critiques, donnant lieu parfois à des approches alternatives privilégiant d’autres mesures, mais tout en gardant la contrainte d’une approche synthétique.

4Ces démarches sont nombreuses, s’inspirant pour certaines des méthodes multicritères. Il est clair, cependant, que l’empreinte écologique (ecological footprint en anglais) constitue l’un des indicateurs synthétiques non monétaires les plus dignes d’intérêt et ayant de fait généré un engouement tout à fait considérable. Cet indicateur que l’on doit à William Rees et Mathis Wackernagel est apparu au début des années 1990 et n’a pas cessé depuis, de provoquer des contributions extrêmement nombreuses (présentations pédagogiques, applications empiriques, lectures critiques, etc.). Plus de 15 ans après cette apparition, il manquait en français un livre synthétique sur cet indicateur synthétique. La publication de L’empreinte écologique, par Aurélien Boutaud et Natacha Gondran, dans la collection « Repères » aux éditions La Découverte comble très opportunément cette lacune.

5En 122 pages, les auteurs nous offrent une présentation tout à fait remarquable de cet indicateur, insistant sur ses fondements théoriques, ses caractéristiques techniques et les principaux résultats. Le style est alerte et l’effort de pédagogie est permanent : ainsi si, en plusieurs pages, l’exposé se montre très pointu, pour autant, l’intelligibilité du propos n’est jamais en cause.

6Le livre comporte six chapitres s’enchaînant très bien. Certes, les premières pages pourraient surprendre. Les auteurs nous invitent à un voyage préalable sur l’île de Pâques ; qui plus est, en 1838. Et de nous narrer l’effondrement – pour reprendre le terme de Jared Diamond – de cette société insulaire, principalement du fait d’un choix d’activités humaines trop prédatrices vis-à-vis de l’environnement. En réalité, nous sommes déjà bien au centre de la problématique. Il est des pratiques de consommation dont l’empreinte écologique – le mot est lâché – dépasse la capacité biologique disponible. Bien sûr, l’île de Pâques est un cas limite. En premier lieu, le caractère insulaire de cette économie très particulière fait que les apports extérieurs sont, sinon impossibles, en tout cas extrêmement limités. D’autre part, le déficit écologique, en quelque sorte réalisé au préjudice des générations futures, a eu des conséquences déstructurantes et destructrices relativement rapides à l’échelle de la société concernée. Sans doute, cet exemple extrême est-il porteur d’un effet hyperbolique : toujours est-il qu’il illustre bien les répercussions possibles d’un divorce prolongé entre ce qui est prélevé à la nature et la capacité qu’a cette nature de se renouveler.

7Après l’épisode pascuan qui introduit l’ouvrage, les deux chapitres suivants vont proposer, d’abord « une brève histoire de la soutenabilité », puis un aperçu des « conditions de la soutenabilité écologique ». Les auteurs en sont encore à planter le décor, mais à nouveau, le lecteur réalise vite – ou il en prendra conscience au moment de la présentation effective de l’indicateur – que les précisions données ne sont nullement inutiles et aident, tout au contraire, à bien comprendre les fondements de l’empreinte écologique.

8La partie proprement méthodologique suit ; elle fait l’objet de trois chapitres : l’un sur les principes généraux (chapitre 3), un autre détaillant la notion de biocapacité (chapitre 4), le dernier explicitant plus précisément la notion d’empreinte écologique (chapitre 5). Le lecteur pressé sera peut-être surpris qu’il faille attendre ce cinquième chapitre pour un développement spécifique sur l’empreinte écologique – le thème général de l’ouvrage –, mais encore une fois assurons que les développements qui précèdent, loin de retarder la véritable entrée en matière, préparent très adroitement et de manière didactique l’exposé tant attendu. C’est en quelque sorte par anticipation que certaines questions suscitées par la lecture de ce chapitre 5 ont déjà trouvé réponse dans les pages antérieures.

9Bref, les notions-clés vont trouver dans le cœur de l’ouvrage des définitions précises. La biocapacité se définit comme « la quantité totale de capacité régénérative de la biosphère qui peut être potentiellement mobilisée afin de répondre aux besoins humains » (p. 55). L’empreinte écologique, quant à elle, « mesure la surface de sols et d’espaces aquatiques bioproductifs nécessaires à une société pour permettre un certain niveau de consommation durant une année donnée, et ce sans entamer le capital naturel » (p. 65). Chaque mot compte évidemment. Il ne s’agit pas de voir l’empreinte écologique simplement comme la surface correspondant à la consommation moyenne d’un pays, ainsi qu’on l’entend parfois… En particulier, la référence à la condition de soutenabilité sous-jacente est essentielle. À défaut, il deviendrait absolument inexplicable que l’empreinte écologique puisse être supérieure à la biocapacité disponible. Si une surface utilisée peut dépasser une surface disponible, c’est notamment parce que « l’empreinte carbone », autrement dit l’empreinte écologique liée aux consommations d’énergies fossiles, atteint un niveau élevé. L’empreinte carbone est égale à « la surface bioproductive nécessaire pour séquestrer le CO2 atmosphérique effectivement dégagé lors de combustion des énergies fossiles » (p. 76). C’est en quelque sorte une surface hypothétique – « fictive » (p. 77) disent les auteurs –, cette caractéristique n’étant évidemment pas à interpréter comme une limite de l’indicateur, mais au contraire comme le moyen utile permettant de mettre en lumière le caractère non soutenable du système économique.

10Le chapitre 6 présente un certain nombre de résultats et l’on vérifie alors que le dépassement de la biocapacité disponible par l’empreinte écologique n’est pas une hypothèse d’école qu’il fallait bien prévoir, mais – hélas ! – une réalité inquiétante. Rapporté à la population mondiale, un tel déficit écologique atteint en moyenne 0,46 hag (valeur de 2003 citée p. 85). Ce dépassement représente 25% de la biocapacité mondiale, ce qui signifie que pour satisfaire, de manière soutenable, les consommations actuelles, il serait nécessaire de bénéficier d’un quart de planète en plus ! En l’occurrence, la situation s’est dégradée au fil du temps : l’empreinte s’évalue à 1,7 hag par habitant en 1961 pour 2,3 hag/hab en 2003, étant entendu que la population mondiale a doublé entre-temps… Le chapitre sur les résultats considère également la composition de l’empreinte écologique (en l’occurrence 48% est formée par l’empreinte carbone) et l’hétérogénéité des résultats selon les pays. À cet égard, de fortes inégalités sont relevées entre l’Amérique du Nord (États-Unis et Canada), qui détient le record mondial d’empreinte (9,4 hag/hab), l’Union européenne (4,8 hag/hab) et, à l’opposé, la région Asie-Pacifique (1,3 hag/hab) et l’Afrique (1 hag/hab)… On notera aussi un graphique édifiant mettant en présence l’indice de développement humain (IDH) et l’empreinte écologique. Sachant que généralement on estime qu’un pays est développé si son IDH est supérieur à 0,8 et que la soutenabilité écologique est garantie pour une empreinte inférieure à 1,8 hag/hab, le constat est sans appel. Un seul pays parvient à satisfaire les deux critères : il s’agit de… Cuba, dont le moins que l’on puisse dire est qu’il ne constitue pas un modèle de démocratie et de liberté d’opinion, aspects absents du calcul de l’IDH, et pourtant jugés souhaitables dans une optique de développement durable.

11L’ouvrage s’achève sur quelques considérations relatives au « Que faire ? ». Les auteurs s’inscrivent dans le programme trilogique assez classique – par exemple très bien porté par l’association Négawatt – : sobriété énergétique + efficacité énergétique + substitution renouvelable. Le lecteur regrettera peut-être la faible place réservée à ces préconisations, mais n’oublions pas que l’intention des auteurs est principalement ailleurs. Il s’agit pour eux de présenter un indicateur, décortiquer ses éléments constitutifs, interroger ses fondements théoriques et mettre en lumière les résultats obtenus. Libre ensuite à chacun de voir quel usage et quelles implications pratiques il pourra tirer d’un tel indicateur.

12Peut-être pensera-t-on aussi que les critiques et débats ayant entouré l’élaboration et l’utilisation de l’empreinte écologique sont trop peu présents dans l’ouvrage, les auteurs y faisant simplement allusion dans les toutes dernières pages. L’empreinte écologique a déjà une histoire et cette histoire, loin d’être un long fleuve tranquille, est marquée d’affinements méthodologiques, d’objections, de réponses à ces objections, l’ensemble permettant d’améliorer la construction de l’outil. Encore récemment un article de Nathan Fiala paru dans Ecological Economics titrait méchamment : « Measuring sustainability: Why the ecological footprint is bad economics and bad environmental science » et recevait une réponse tonique de plusieurs contributeurs, dont Mathis Wackernagel.

13Mais en un peu plus de 100 pages, il était difficile de s’attarder sur cette dialectique, aussi intéressante soit-elle. Aurélien Boutaud et Natacha Gondran ont fait le choix de privilégier l’analyse détaillée de l’indicateur et de sa portée vis-à-vis des politiques de développement soutenable. Un choix auquel on peut aisément souscrire. D’ailleurs, force est de constater que, jusqu’à présent, aucune critique ne s’est avérée déterminante, au point de gêner la diffusion de cet indicateur qu’est l’empreinte écologique. Celui-ci est désormais en bonne place dans les arènes de débats et de propositions sur le développement soutenable et devrait l’être encore pour longtemps…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bertrand Zuindeau, « Boutaud Aurélien, Gondran Natacha, 2009, L’empreinte écologique, La Découverte, collection Repères, Paris, 122 p. », Développement durable et territoires [En ligne], Lectures (2002-2010), Publication de 2009, mis en ligne le 11 mai 2009, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://developpementdurable.revues.org/8152

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille1
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • Revues.org