Navigation – Plan du site
Publications de 2008

Bernadette Bensaude-Vincent et Jonathan Simon, 2008, Chemistry, The Impure Science, London, Imperial College Press, 268 p. + index.

Martino Nieddu

Texte intégral

par excellenceune industrie génératrice des substances toxiques qui ont à jamais marqué la planèteson incapacité à entrer dans le moule du système axiomatique des sciences traditionnelles
  • 1  Bensaude-Vincent, B. (1994) "La chimie, un statut toujours problématique dans la classification du (...)
  • 2  La tyrannie des petites doses ayant des effets considérables (perturbateurs hormonaux) ou s’accumu (...)

1A la suite de l’ouvrage de Bensaude-Vincent dont une partie du livre s’inspire (Faut-il avoir peur de la chimie ?, Seuil, Paris, 2005), les auteurs revisitent le rôle central du laboratoire dans l’histoire de la chimie avec l’ambition de fonder une nouvelle philosophie de cette discipline. Plus particulièrement, ils opposent la reconnaissance et la maitrise de ce qu’ils appellent le « réalisme opérationnel » de cette discipline au « statut toujours problématique dans la classification du savoir »1 à des visions qui feraient de la chimie un simple satellite de cette « vraie science » que serait la physique. Ils voient cette maitrise du « réalisme opérationnel » comme l’antidote à deux péchés d’orgueil récurrents de l’histoire de la chimie : le réductionnisme qui amène à nier le caractère complexe du vivant et les effets systémiques2 des substances « chimiquement pures » produites par ses laboratoires. L’ambition faustienne continue, depuis les alchimistes, de concurrencer la nature et de donner elle-même la vie, longtemps portée par la capacité des chimistes à répondre à des attentes sociétales en matière de vie meilleure.

2On ne rendra pas compte ici de la totalité de l’ouvrage. Celui-ci rappelle les moments phares de ce que furent l’ascension et la chute du mythe faustien de la chimie. Il consacre plusieurs pages (17-21) au livre de Rachel Carson « Silent Spring » (1962) qui fut – alors que le nucléaire était encore sur une voie triomphante -, la première remise en cause de la capacité de la technoscience à détruire la planète. Il met ensuite en perspective cette histoire récente des révolutions de la chimie dans notre vie quotidienne et de sa contestation, avec l’histoire longue de cette discipline : la crise de confiance actuelle disent les auteurs (p. 33 et suiv.) résonne avec de « plus anciennes traditions et perceptions [polémiques] de la chimie ». La frontière et l’opposition permanente en chimie entre l’artificiel et le naturel, renvoient ici à une autre frontière, tout aussi discutable, mais cruciale dans la vie des idées : celle entre nature et société.

3Cette opposition est explorée à partir de cet espace si spécifique à la chimie qu’est, depuis les alchimistes, « l’espace du laboratoire » : Pour reprendre l’expression de Primo Levi que B. Bensaude-Vincent aime à rappeler, les chimistes jouent dans cet espace« les éléphants aveugles opérant dans un atelier d’orfèvrerie ». Or - disent les auteurs - la réalité de la chimie serait plutôt celle qui « réunit et fait discuter ensemble une troupe d’éléphants qui s’agitent et s’activent pour coordonner leurs efforts pratiques afin de porter un projet cognitif ou technique » (p. 211, trad. par nous)dans ce pauvre atelier d’orfèvrerie qu’est le monde vivant. Et pour réussir à plaider en défense d’une discipline aussi décriée, les auteurs avancent que son « réalisme opérationnel » l’amène à reconnaitre la multiplicité des points de vue et des effets à différentes échelles. Elle serait donc la seule discipline portant une conception philosophique des sciences qui permette de s’opposer à un mythe scientifique tout aussi dangereux, porté, lui, par la physique : l’idée que « l’ultime réalité pourra être capturée par une (la) grande théorie unifiée de la nature » (p. 212).

4Les pages nouvelles de l’ouvrage par rapport à « Faut-il avoir peur de la chimie ? » pointent l’émergence de la reconnaissance de la multiplicité des ayants-droits sur la conduite des stratégies scientifiques (les principes de la chimie verte adoptés dans le code de conduite de l’American Chemical Society en 1994, et la directive Reach, l’adoption du principe de précaution). Néanmoins, le cas des nanotechnologies montre comment la vitalité de la recherche pourrait prendre de vitesse cet édifice. Selon les auteurs, les nanotechnologies relèvent d’un nouveau fonctionnement de la science. Et celui-ci appelle à la vigilance parce qu’il défie les partages habituels qui servent de guides au gouvernement et au contrôle de la science.

5Les nanotechnologies présentent le rêve radieux « d’une chimie qui s’affranchirait de la chimie » et qui renverrait Frankenstein au rang d’amateur dans le champ des mythologies scientifiques. Les adeptes des nanotechnologies se proposent de construire des machines auto-reproductibles à partir des atomes, et de construire des démarches entièrement bottom-up : il suffirait d’exprimer un besoin pour qu’il puisse être réalisé à partir de l’échelle atomique. Les restes des frontières entre chimie organique et inorganique voleraient définitivement en éclat ; les molécules et macromolécules pourraient être vues comme des machines aux performances spécifiques plutôt que comme des « building blocks » de matières interagissant de façon complexe.

6Cette conception repose sur trois mélanges des genres. D’une part, les nanotechnologies mêlent science et fiction dans des récits promotionnels discutables mais performants dans leur capacité à attirer l’attention des investisseurs publics ou privés ou à réorienter les agendas de recherche. D’autre part, elles effacent les frontières entre disciplines (physique, chimie, biologie, science des matériaux, électronique, biologie, informatique) au risque de voir des objets performants élaborés sans réelle maitrise de leurs effets potentiels. Enfin elles introduisent un nouveau style de recherche, en associant si étroitement science et technologie, science fondamentale et applications, que la frontière entre le monde académique et celui des affaires peut dangereusement s’effacer.

  • 3  Depuis 2000, les nanotechnologies font l’objet d’une mobilisation nationale et internationale qui (...)

7Même si la communauté scientifique s’est accordée à marginaliser les prophètes les plus radicaux des nanotechnologies comme Drexler, une partie de celle-ci s’accroche au « mythe rationnel » et aux « espérances technologiques » qu’elles suscitent3.

  • 4  Les NBIC seraient « alors à même de résoudre les problèmes d’eau potable, rendre la vue aux aveugl (...)

8Ces espérances reposent sur le fait qu’à l’échelle nanométrique, il est possible de faire émerger des propriétés nouvelles. En travaillant sur des molécules uniques, isolées, on explorerait un monde nouveau. Cette émergence est la raison d’être du programme NBIC (pour « nanotechnologies, biotechnologies, informatique, sciences cognitives »). Ce qui n’est pas surprenant car ces quatre secteurs cherchent à construire quelque chose à partir d’unités élémentaires : des atomes, des gènes, des bits d’information ou des neurones. Ils sont portés par la même conception de la nature qui suppose que l’on peut réunifier les sciences à partir d’une technologie fondée sur des outils transformateurs (mathématiques des systèmes complexes), et sur une analyse causale du monde physique unifiée depuis l’échelle nano jusqu’à l’échelle planétaire4. Ce projet d’unification qui préside à la convergence des disciplines citées autour de la transgenèse et des nanomatériaux est en réalité une réduction du comportement de la matière, de la vie, ou de l’esprit à de l’information (génétique ou autre).

  • 5  Livage J., Coradin T. « Le verre biologique inspire les chimistes » in Pour la science,  n° 371, s (...)

9On peut s’interroger sur un tel programme qui « efface le rôle du chimiste au profit de l’ingénierie génétique » (p. 223) et vise à produire des formes de vie artificielle prenant le relais de l’évolution biologique. Sans revenir sur les résistances sociales possibles, auxquelles sont très attentifs des décideurs échaudés par les réactions anti-OGM et préoccupés d’éviter le fiasco d’une interdiction ou d’un refus au moment de la mise sur le marché, on notera que les auteurs insistent sur le fait qu’il existe une stratégie scientifique et un « mythe rationnel » significativement alternatifs : « la chimie bio-inspirée », dont le concept de chimie douce de Jacques Livage (Livage et Corandin, 2008)5 est une bonne illustration. Il s’agit d’étudier la capacité de la nature à produire, à des températures courantes et selon un principe d’économie en dépenses d’énergies, des réactions chimiques que l’industrie chimique ne sait faire qu’à des coûts élevés lorsqu’elle en est capable.

10Cet autre type de chimie suppose d’autres types de collaboration entre les chimistes et les biologistes en particulier, mais aussi entre les différentes sous-disciplines chimiques et physico-chimiques durant les synthèses chimiques. Le lecteur intéressé trouvera dans une publication récente de Livage et Corandin (2008), une présentation très claire du concept de « chimie douce » à partir de l’exemple du verre, à laquelle on se permet de renvoyer : le procédé de fabrication du verre n’a pas changé depuis sa découverte. Sa composition est presque toujours la même (silice, sodium, calcium), il est encore fabriqué à haute température, par fusion-coulée – le métal fondu, versé dans un moule ou sur un bain d’étain, se figeant en refroidissant -. Le procédé d’élaboration à haute température rend évidemment ce matériau incompatible avec toute molécule organique ou biologique contenant des atomes de carbone.Or, regardons un peu, disent Livage et Coradin (2008, p. 30), ce qui se passe pour nous dans la nature : « Depuis plusieurs centaines de millions d’années, des algues microscopiques présentes en abondance dans le plancton marin fabriquent du verre dans des conditions très douces. Ces diatomées –formées d’une seule cellule s’entourent d’un exosquelette de silice amorphe nommé frustule, semblable à du verre ». Et « il existe des dizaines de diatomées chacune possédant des structures de silice originale ». C’est ce défi auquel s’attaque la chimie douce : s’intégrer de façon harmonieuse dans les processus naturels. « Aujourd’hui, disent-ils (p. 31) nous y sommes parvenus – ce sont les procédés dits sol-gels- et les applications médicales abondent ».

11Ce type de chimie devrait permettre de faire « des nouveaux matériaux, en particulier les matériaux hybrides biomatériaux constitués d’un polymère naturel et d’une composante minérale, formant une famille de composés inspirés par la biologie » (idem, p. 36).

12Les auteurs ne vont pas jusqu’à prétendre que dans la concurrence entre les voies scientifiques, cette chimie douce représenterait le seul « one best way » — le projet de l’ouvrage ne portant que sur les représentations philosophiques sous-tendant les programmes scientifiques. Néanmoins, on peut se demander si l’un des enjeux des débats sociétaux n’est pas de peser directement sur la concurrence entre les différentes voies scientifiques, pour allouer des ressources à celles qui nous sembleraient les plus pertinentes du point de vue du développement durable. Les résultats encourageants obtenus en chimie douce montrent qu’il est possible, avec les techniques bio-inspirées, d’éviter d’utiliser des réactifs ou des solvants organiques. Ils dessinent la possibilité d’une « chimie doublement verte » : une utilisation de ressources renouvelables pour produire des polymères naturels, mais sans les perversions auxquelles pourrait aboutir l’utilisation de ces ressources, que le scandale des biocarburants première génération a mis en évidence ; et ce à partir de procédés acceptables du point de environnemental.

Haut de page

Notes

1  Bensaude-Vincent, B. (1994) "La chimie, un statut toujours problématique dans la classification du savoir", Revue de Synthèse, "La classification des sciences", CXV, 1994, p. 135-148.

2  La tyrannie des petites doses ayant des effets considérables (perturbateurs hormonaux) ou s’accumulant le long de la chaine alimentaire au lieu de se diluer contredisent le principe de dilution des effets, pourtant de bon sens scientifique. La polémique sur la toxicité des OGM montre si besoin était comment la méthode réductionniste peut être instrumentée pour minimiser les risques en décrivant les effets supposés de chaque molécule prise séparément et dont l’effet est volontairement étudié hors de situations réelles. Il aura fallu pour démonter cette façon de faire, un travail serré et tenace (Gilles-Eric Séralini, Dominique Cellier, Joël Spiroux de Vendomois, « New Analysis of a Rat Feeding Study with a Genetically Modified Maize Reveals Signs of Hepatorenal Toxicity », Arcbives of Environmental Contamination and Toxicology, vol. 52, n° 4, p. 596-602). L’éditeur est le Dr. Doerge de la Food and Drug Administration (FDA).

3  Depuis 2000, les nanotechnologies font l’objet d’une mobilisation nationale et internationale qui engage des fonds publics et privés, militaires et civils, avec une croissance du soutien public de 40 % par an. Cette vague d’initiatives s’accompagne d’une vague de rapports de prospectives publiés par les organismes nationaux et internationaux, « comme pour encadrer la force de la vague déchaînée par les ressources investies » (Bensaude-Vincent Bernadette (2006) Faut-il avoir peur des nanotechnologies ?, Conférence prononcée à Montréal, Coeur des sciences de l’UQÀM, Novembre 2006).

4  Les NBIC seraient « alors à même de résoudre les problèmes d’eau potable, rendre la vue aux aveugles, l’ouïe aux sourds, la mémoire à ceux qui souffrent de la maladie d’Alzheimer, permettre la surveillance de tous les lieux publics (Bensaude-Vincent, 2006, op.cit.)

5  Livage J., Coradin T. « Le verre biologique inspire les chimistes » in Pour la science,  n° 371, sept. 2008, p. 30-34.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://developpementdurable.revues.org/docannexe/image/8216/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martino Nieddu, « Bernadette Bensaude-Vincent et Jonathan Simon, 2008, Chemistry, The Impure Science, London, Imperial College Press, 268 p. + index.  », Développement durable et territoires [En ligne], Lectures (2002-2010), Publications de 2008, mis en ligne le 17 septembre 2009, consulté le 18 août 2017. URL : http://developpementdurable.revues.org/8216

Haut de page

Auteur

Martino Nieddu

Martino Nieddu est Maître de conférences en sciences économiques à l’Université de Reims. Il est coordinateur du projet « Une Approche Economique de l’intégration des dimensions socio-économiques et techniques dans les Programmes de Recherche en Chimie Doublement Verte » dans le programme ANR  « Chimie et procédés pour le développement durable ».

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille1
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • Revues.org