Navigation – Plan du site
Publication de 2009

Hervé Kempf, 2007, Comment les riches détruisent la planète, Ed. Seuil, 147 p. ; Hervé Kempf, 2009, Pour sauver la planète, sortez du capitalisme, Ed. Seuil, 168 p.

Matthieu Grandclaude
Référence(s) :

Hervé Kempf, 2007, Comment les riches détruisent la planète, Ed. Seuil, 147 p.

Hervé Kempf, 2009, Pour sauver la planète, sortez du capitalisme, Ed. Seuil, 168 p.

Texte intégral

1Hervé Kempf est journaliste au Monde et essayiste, proche des idées des écologistes. Dans ces deux ouvrages sortis à deux ans d’intervalle, en 2007 et en 2009, il détaille les causes de la catastrophe écologique. L’esprit journalistique d’Hervé Kempf lui permet de mener une œuvre didactique. En conséquence, il a une écriture très claire, l’usage d’exemples en introduction de ses chapitres et la limpidité de son argumentation font de sa démonstration, non pas seulement une thèse convaincante, mais aussi séduisante.

2Les deux livres sont courts, et n’ont donc pas la prétention de démontrer d’une manière scientifique la thèse de l’auteur. Ces deux ouvrages sont en effet des essais. En tant que tels, ils cherchent donc à susciter un débat politique. Les éléments qu’ils contiennent offrent ainsi des pistes pertinentes de réflexion pour des travaux scientifiques plus solides comme nous le verrons par la suite. Ainsi, si nous mentionnons dans notre commentaire les évidentes limites théoriques dues au choix de ce mode d’argumentation par l’auteur, nous ne les retiendrons donc pas comme des motifs de réfutation de la démonstration d’Hervé Kempf mais plus comme des invitations à des travaux d’approfondissement de cette dernière.

3Venons-en justement à la thèse défendue. Elle est radicale : la crise écologique prend place dans une crise de civilisation plus vaste encore. Il avance que cette crise de civilisation est la conséquence directe du mode de production capitaliste et de l’appropriation du pouvoir économique et politique par une élite (qu’il appelle « oligarchie »), érigée en modèle par les moyens du marketing et de la publicité. Selon l’auteur, le mouvement écologiste a pour l’instant perdu politiquement du fait qu’il n’a pas révélé ce lien entre la crise écologique et la crise sociale. Enfin, il en tire les conséquences en considérant que c’est par la remise en cause du modèle économique, politique et social entretenu par l’oligarchie que la crise écologique pourra être résolue. L’analyse d’Hervé Kempf se double donc d’un projet politique : donner  un nouveau paradigme de pensée à une gauche en perte de repères suite à l’effondrement et/ou à la récupération par les conservateurs du modèle social-démocrate. Ce paradigme doit alors reposer sur l’idée que la crise écologique est la conséquence d’une crise sociale et politique (qu’il s’agirait de traiter ensemble). Cela nécessite, semble dire l’auteur, l’abandon des références productivistes du précédent projet social-démocrate. La force de ces ouvrages réside donc dans l’ambition de leur auteur : participer à la refondation de la gauche sur des bases écologistes, qui ne remettent pas en cause les préoccupations de justice sociale, mais plutôt les éclairent sous un jour nouveau et plus pertinent.

4Dans le premier ouvrage, Comment les riches détruisent la planète, H. Kempf explique la première étape de sa thèse, à savoir le lien entre crise écologique, crise sociale et crise politique. Il commence par réussir à présenter la crise écologique de manière relativement concise mais aussi exhaustive, puis la relie à la crise sociale due à la montée des inégalités inter- et intra-étatiques. Ce premier lien est un point fort de la démonstration de l’auteur, du fait que l’extrême vulnérabilité aux dévastations climatiques présentes et à venir des classes les plus pauvres des pays développés (voir par exemple les victimes de l’ouragan Katrina à la Nouvelle-Orléans en 2005) et de la majorité des habitants des pays en développement n’est que peu abordée par les écologistes. Néanmoins cette thèse aurait nécessité des développements plus longs comme l’atteste l’absence d’arguments concernant la dégradation écologique comme facteur de pauvreté.

  • 1  Veblen Thorstein, Théorie de la classe de loisir (1899), coll. « Tel », Gallimard, Paris, 2001. Ce (...)

5L’auteur s’appuie ensuite intelligemment sur la thèse de Veblen sur la classe de loisir1 pour fonder celle de l’existence d’une classe oligarchique qui favorise la crise écologique par sa consommation ostentatoire des ressources économiques et naturelles. Enfin, il cherche à inscrire la crise écologique dans une crise politique, qui se manifeste selon lui dans une confiscation du débat démocratique par l’oligarchie - comme par exemple le Patriot Act voté à la suite des attentats du 11 septembre. Ainsi, bien qu’il ne réussisse pas toujours à relier parfaitement les trois crises de notre civilisation (crise écologique, crise sociale et crise politique), les nombreux exemples convoqués par l’auteur lui permettent de poser les bases d’une thèse ambitieuse et intellectuellement stimulante dans son premier livre.

  • 2  Latouche Serge, Le Pari de la décroissance, Fayard, Paris, 2006. On y trouve de nombreuses proposi (...)

6Le propos du deuxième ouvrage, Pour sauver la planète, sortez du capitalisme, est de démontrer l’impossibilité de concilier le mode de production et de consommation capitalistes et le développement durable, et donc de proposer des pistes de dépassement de ce modèle économique. L’argumentation de l’auteur est alors très proche de celle de Serge Latouche2 et du courant de la décroissance bien qu’il ne l’affiche pas lui-même de manière explicite.

  • 3  Illich Ivan, Œuvres complètes, Fayard, 2004 (pour le tome 1), 2005 (pour le tome 2).

7Ce deuxième pilier de l’argumentaire de H. Kempf nous semble le plus fragile, en particulier du fait de propos très convenus dans les deux premiers chapitres sur la critique essentiellement factuelle du capitalisme financier. L’auteur profite de ces deux chapitres pour laisser place à des digressions, faiblement liées à la démonstration principale, comme le rôle du sexe et du sport dans l’aliénation des masses ! Ces passages illustrent cependant l’inscription intellectuelle de l’auteur dans le courant de l’écologie radicale et de la critique de la société industrielle et technicienne issus d’auteurs comme Ivan Illich3 sans qu’il arrive à en intégrer les apports théoriques de manière pertinente à sa thèse.

8Enfin, après avoir démontré les limites des arguments de la croissance verte - qui penserait pouvoir concilier la poursuite de la croissance économique et le respect de la biosphère et du maintien des stocks de ressources naturelles – et donc d’une conception faible du développement durable, l’auteur pose les bases sur lesquelles il faudrait fonder la société de demain. Il en vient alors au cœur de son sujet, malheureusement trop vite approché : la crise écologique ne peut se résoudre que par un nouveau contrat social, favorisant une plus grande justice sociale et une nouvelle démocratie que l’on devine plus participative. Cette dernière idée est alors la conséquence logique de la démonstration de son premier ouvrage : puisque la crise écologique est due à une crise sociale et politique (accroissement des inégalités et déficit démocratique), sa résolution doit passer par un changement social profond. Si le contenu de cette société de l’après-crise n’est ébauché qu’à l’aide d’exemples de mesures (revenu maximal acceptable, nouveaux indicateurs de la richesse et du bien-être, développement du tiers secteur…), leur actualité récente en démontre toute la force. Ainsi la crise financière a remis au goût du jour la critique des rémunérations vertigineuses des classes les plus riches et donc la possible pertinence de la fixation d’un plafond des revenus (comme l’illustre la décision de Barack Obama de limiter les rémunérations des dirigeants des entreprises aidées par l’Etat américain). De plus, le rapport rendu par la Commission Stiglitz au président Nicolas Sarkozy sur les nouveaux indicateurs de richesse et de bien-être, s’il n’arrive pas à déterminer une solution unique, rend légitime la revendication d’outils alternatifs au PIB et à l’IDH pour évaluer les effets de la croissance économique sur le développement durable.

9En conséquence, si l’auteur ne peut approfondir assez son argumentation du fait du choix formel d’un essai, la thèse défendue est au final convaincante, en particulier dans le premier ouvrage. Il s’appuie ainsi essentiellement sur des faits, ce qui donne à sa thèse une force descriptive très intéressante. De plus l’absence de portée démonstrative, en particulier le manque de références à des théories économiques (par exemple sur le niveau des inégalités mondiales ou le fonctionnement du capitalisme financier) ou sociologiques (par exemple sur la reproduction des élites et le lien entre élites politiques et économiques) ne l’empêche pas d’établir ce qui fait l’intérêt de sa thèse : le lien fort entre la problématique écologique, la problématique sociale et l’existence d’une caste oligarchique qui domine le système économique et politique et l’oriente à son profit. Il a aussi le mérite d’éclairer le débat sur les mesures à prendre dans le cadre du développement durable à la lumière d’un impératif de justice sociale : comment répartir d’une manière juste les efforts en termes de protection de l’environnement et de rationnement de l’exploitation des ressources naturelles comme l’ont illustré à la rentrée 2009 les débats sur l’équité d’une contribution climat-énergie (aussi appelée taxe carbone).

10Enfin, le mérite de ces livres est de défendre une thèse qui peut être poursuivie dans une perspective scientifique pluridisciplinaire : une approche sociologique de la structure sociale et de la culture marchande ; une approche économique du mode de production capitaliste, une autre politiste de l’oligarchie et de la démocratie écologique encore à construire… Cette approche combinant les apports des différentes sciences sociales est nécessaire pour analyser dans son ensemble le vaste changement social qui se déroule sous nos yeux, qu’il soit subi ou construit.

Haut de page

Notes

1  Veblen Thorstein, Théorie de la classe de loisir (1899), coll. « Tel », Gallimard, Paris, 2001. Ce livre est considéré comme l’ouvrage fondateur du courant institutionnaliste américain dans les sciences sociales et plus particulièrement dans la science économique.

2  Latouche Serge, Le Pari de la décroissance, Fayard, Paris, 2006. On y trouve de nombreuses propositions sur les modalités d’un passage à une société de décroissance.

3  Illich Ivan, Œuvres complètes, Fayard, 2004 (pour le tome 1), 2005 (pour le tome 2).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthieu Grandclaude, « Hervé Kempf, 2007, Comment les riches détruisent la planète, Ed. Seuil, 147 p. ; Hervé Kempf, 2009, Pour sauver la planète, sortez du capitalisme, Ed. Seuil, 168 p. », Développement durable et territoires [En ligne], Lectures, Publication de 2009, mis en ligne le 24 janvier 2010, consulté le 29 septembre 2016. URL : http://developpementdurable.revues.org/8263

Haut de page

Auteur

Matthieu Grandclaude

Matthieu Grandclaude est Professeur agrégé de sciences économiques et sociales et enseignant au lycée Vauban (Aire-sur-la Lys, Nord) et à l'IEP de Lille. mattgrand@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Réseau Développement durable et territoires fragiles
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • Revues.org