Navigation – Plan du site
Lectures

Devillé Hervé, Economie et politiques de l’environnement : Principe de précaution, Critères de soutenabilité, Politiques environnementales, L’Harmattan, 2010, 297 p.

Christophe Beaurain

Texte intégral

1A la lecture de son titre, on pourrait légitimement penser que cet ouvrage vient s’ajouter à la liste déjà longue des manuels consacrés à l’économie de l’environnement. L’objectif général de l’ouvrage, exposé en introduction par l’auteur, invite toutefois à nuancer cette première impression. Il s’agit en effet tout autant de dépasser l’approche économique traditionnelle, qui met l’accent sur les pollutions et les défaillances de marché, que d’inscrire la réflexion dans le cadre général élargi des dimensions sociale et environnementale que constitue depuis quelques années la problématique du développement durable. De ce point de vue, le sous-titre donne quelques clés de lecture de cette volonté de l’auteur de se démarquer quelque peu des manuels traditionnels.

2Les deux premiers chapitres traduisent précisément cette orientation, avec dans un premier temps une approche de l’économie et des politiques de l’environnement tournée vers la durabilité puis, dans un deuxième temps, une présentation à la fois du cadre néoclassique de l’économie de l’environnement et des principes essentiels de l’économie écologique. Le chapitre 3, probablement le plus intéressant, s’attache à cette question de nature sociétale que constitue « l’approche de précaution », en prenant soin d’exposer en détail ses caractéristiques et ses fondements méthodologiques. Dans ce chapitre, l’auteur souligne l’importance prise par la notion de risque dans la mise en œuvre de la durabilité. Le chapitre 4 introduit la réflexion sur les notions d’irréversibilité et d’équité intergénérationnelle, à travers l’opposition bien connue, désormais, entre la durabilité faible et la durabilité forte. Le chapitre 5 reprend les thèmes principaux de l’économie de l’environnement, tandis que le chapitre 6, très classique également, traite des politiques environnementales, en insistant notamment sur les effets redistributifs des instruments économiques sur les groupes sociaux. Les deux derniers chapitres abordent des questions plus rarement évoquées dans les manuels d’économie de l’environnement, mais pourtant fort intéressantes, à savoir la gestion environnementale des entreprises (avec une référence à la désormais célèbre « responsabilité sociétale des entreprises »), et la croissance économique dans une configuration de soutenabilité.

3Sous de multiples aspects, on le voit, l’ouvrage offre une clé de lecture originale des thématiques traditionnelles de l’économie de l’environnement, qui peut s’avérer très utile pour ceux, étudiants notamment, qui souhaitent ouvrir leur réflexion à de nouvelles approches des liens entre l’économie et l’environnement. On regrettera toutefois que, malgré une volonté affichée de placer l’argumentaire sous la bannière du développement durable, et en dépit des annonces formulées en début d’ouvrage, la dimension sociale reste finalement peu abordée, car cantonnée à une présentation dans le dernier chapitre des implications sociales des choix en matière de politique économique. Dans la mesure où il place délibérément sa réflexion sous les auspices de la durabilité, on attendait de l’auteur qu’il engage une discussion sur les conditions d’une articulation de la croissance qualifiée de « soutenable » avec les grands enjeux de la durabilité sociale. L’auteur ne dit rien par exemple des inégalités sociales face aux impacts environnementaux de l’activité économique et aux risques industriels.

4Au-delà, il paraît difficile de concevoir une « économie de l’environnement » inscrite dans le cadre de la durabilité sans évoquer les objectifs spécifiques à la durabilité sociale, que beaucoup d’auteurs identifient désormais à travers le concept de « capacités ».  On sait pourtant que ces dimensions sont aujourd’hui incontournables lorsque l’on évoque la question de l’équité intra et intergénérationnelle. On touche ici, bien évidemment, à la difficulté de définir le contenu de l’intégration entre les trois dimensions de la durabilité et, sur ce point, ce livre nous rappelle en définitive les avantages et les limites d’une entrée par l’économie de l’environnement.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://developpementdurable.revues.org/docannexe/image/9027/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Beaurain, « Devillé Hervé, Economie et politiques de l’environnement : Principe de précaution, Critères de soutenabilité, Politiques environnementales, L’Harmattan, 2010, 297 p. », Développement durable et territoires [En ligne], Vol. 2, n° 2 | Mai 2011, mis en ligne le 25 mai 2011, consulté le 30 avril 2017. URL : http://developpementdurable.revues.org/9027

Haut de page

Auteur

Christophe Beaurain

Christophe Beaurain est Professeur des universités, géographie aménagement, (Géolab UMR 6042 – CNRS) 
FLSH : département de géographie et IUP
39E, rue Camille Guérin
87036 Limoges Cedex
christophe.beaurain[at]unilim.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille1
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • Revues.org