Navigation – Plan du site
Lectures

Martin Jean-Philippe, La confédération paysanne aujourd'hui: Un syndicat face aux défis du XXIe siècle, Paris, L’Harmattan, 2011, 212 p.

Nicolas Deffontaines

Texte intégral

1Quels défis majeurs la Confédération Paysanne affronte t-elle ? Comment tente t-elle d’y répondre ? Ce sont ces deux questions qui sont au cœur de l’ouvrage de Jean-Philippe Martin. Si l’objet du livre n’est pas la naissance et le développement  de ce mouvement syndical, l’auteur adopte néanmoins une méthode résolument historienne et généalogique pour « éclairer les débats, pratiques et expérimentations de ce début du 21ème siècle. » (p. 14)

  • 1  Martin Jean-Philippe, Histoire de la nouvelle gauche paysanne. Des contestations des années 1960 à (...)

2Cet ouvrage prolonge son travail publié en 2005 sur l’Histoire de la nouvelle gauche paysanne1, dans lequel l’approche historique permettait d’identifier les différentes filiations de la Confédération Paysanne. Ici, l’auteur s’attache à déterminer où en est le syndicat, après les intenses « années Bové » d’enthousiasme médiatique. Face au reflux médiatique et au relatif revers électoral lors des élections aux chambres départementales d’agriculture de 2007, comment le syndicat se saisit-il des défis qui se présentent à lui ? Le livre se structure en cinq chapitres, qui sont la traduction directe des cinq défis structurels auxquels la Confédération Paysanne, comme l’ensemble du mouvement syndical, se trouve confrontée. Le premier chapitre s’interroge sur la façon de mener de front défense professionnelle et projet de société. Le deuxième et le troisième chapitre s’interrogent respectivement sur les répertoires d’action et sur le rapport aux médias de la Confédération paysanne. Le quatrième chapitre pose la question des alliances sociales, quand le cinquième chapitre, enfin, soulève l’enjeu du renouvellement des militants.

3Dès le premier chapitre, l’auteur met en lumière la tension, structurant la récente histoire de la Confédération Paysanne, entre les deux axes distincts de son combat, à savoir la défense de la profession d’une part, et la promotion d’un projet sociétal de transition vers une agriculture paysanne d’autre part. Il analyse alors, à travers le prisme de cet équilibre précaire, la lutte menée par le syndicat contre cette « nouvelle question sociétale » qu’est l’introduction des OGM, en soulignant que « la trop grande polarisation du syndicat sur cette question a pu, un temps, en éloigner certains. » (p.35).Si les combats sectoriels et territoriaux visant à défendre la profession ont bel et bien été réellement existants au cours de la dernière décennie, il n’en demeure pas moins qu’ils ont connu une visibilité médiatique bien moindre, menaçant ce difficile équilibre entre les deux faces du projet syndical.

4Cette rapide observation ouvre un ainsi un autre enjeu, non moins fondamental pour ce syndicat minoritaire, qui est celui du rapport aux médias. Si la forte médiatisation du début des années 2000 a été, comme le signale Jean-Philippe Martin, perçue comme incontestablement bénéfique par l’immense majorité des militants, ce phénomène n’en est pas moins exempt de dangers. Là encore, la tension entre les deux axes de son combat se trouve menacée, cette fois par la formation d’une circularité périlleuse : la plus grande réceptivité des médias à l’égard de son projet sociétal, incarné tout particulièrement par la lutte contre les OGM, a conduit la Confédération Paysanne à valoriser et à insister sur ce discours au détriment des questions liées à la défense de la profession.

5Cette problématique du rapport aux médias rejoint une question plus générale, traitée toutefois dans un chapitre distinct, relative au choix des répertoires d’action. Par l’insistance sur l’utilisation de la justice, l’étude montre à quel point l’organisation syndicale est parvenue à s’emparer du droit tant pour porter son combat sociétal que pour défendre les paysans. D’un côté, dans le cadre de la lutte contre les OGM, les tribunaux ont en effet été transformés en « arènes » où il s’agissait in fine d’inverser la nature du procès, en passant d’un jugement des faucheurs à une condamnation morale des firmes transnationales et de la mondialisation néolibérale. De l’autre côté, le droit a été approprié par les paysans pour défendre les paysans, notamment à travers les Comités d’Action Juridique — (trop ?) rapidement présentés — qui entendent « développer [chez les agriculteurs] leur capacité à répondre à des questions juridiques » (p. 82). En insistant sur l’histoire de l’appropriation du droit depuis les années 1970, par la nouvelle gauche paysanne puis par la Confédération Paysanne, l’auteur suggère une autre piste d’observation : les changements passés et en cours au sein de l’organisation syndicale. La lecture transversale des chapitres inspire trois évolutions majeures dans la réponse du mouvement syndical aux défis auxquels il se trouve confronté.

6Le rapport au droit s’est d’abord profondément transformé, induisant une relative rupture y compris parmi les militants issus des divers courants de la nouvelle gauche paysanne. Initialement « vue comme un outil de répression » dans les années 1970, « [la justice] est peu à peu perçue comme un outil de défense des paysans voire comme une tribune grâce aux médias. » (p. 63). C’est ainsi finalement un élément central de la grille de lecture idéologique de ces militants qui s’est transformé au cours de ces quatre dernières décennies, donnant à voir une articulation nouvelle entre référentiel théorique et pratiques syndicales. Davantage qu’une rupture, l’auteur décrit le processus permettant d’aboutir à cet état de fait.

7La question des alliances sociales est par ailleurs passée par une série de mutations tout au long de la récente histoire de la Confédération Paysanne. Alors que les années 1970 se caractérisent par l’alliance privilégiée de la nouvelle gauche paysanne avec le monde ouvrier, cette association se complexifie à partir du début des années 1980. En abandonnant la théorie de la prolétarisation de la paysannerie pour une critique du productivisme, les liens se tissent désormais davantage avec les associations de consommateurs, les mouvements écologistes ou encore les associations de soutien aux luttes dans les pays du Tiers-Monde. En faisant partie des membres fondateurs d’ATTAC, la Confédération Paysanne témoigne de son goût pour l’international. Elle participe ainsi activement à Via Campesina, cette « Internationale Paysanne » créée en 1993. Par son analyse des orientations de cette organisation internationale, Jean-Philippe Martin met en lumière l’idée-force autour de laquelle s’articulent nombre des luttes de la Confédération Paysanne, notamment celle contre les OGM : la « sécurité alimentaire » (p. 134).Ce concept soulève d’ailleurs une autre tension centrale entre la défense de l’agriculture locale et les luttes d’ordre global.

8Le portrait socio-politique des responsables dressé dans le dernier chapitre permet d’identifier un dernier ordre de changement. Dès le début des années 2000, les responsables affichent une moindre appartenance à un parti politique que les fondateurs de l’organisation en 1987. Cette mutation ne doit toutefois pas masquer les permanences, mises à jour par l’auteur à travers deux questionnaires proposés aux responsables en 2000 et en 2009, dont trois méritent d’être évoquées. La grande majorité de ces responsables, d’abord, a reçu son éducation politique durant les années 1968. Nombreux, ensuite, sont marqués par le catholicisme social, renvoyant à l’éducation religieuse reçue par les fondateurs au sein de structures telles que la Jeunesse Agricole Chrétienne ou le Mouvement Rural de Jeunesse Chrétienne. Enfin, sur vingt responsables, dix-huit sont nés entre 1949 et 1960. Ce dernier point rappelle l’enjeu du renouvellement militant pour la Confédération Paysanne.

  • 2  Bruneau, Ivan, « Recomposition syndicale et constructions des collectifs militants : à partir d’un (...)

9On aurait aimé en savoir plus sur les divisions et alliances qui peuvent se faire entre les divers responsables, ainsi que sur les déterminants, dans leurs trajectoires militantes, de leurs choix en termes de ligne « idéologique », de répertoire d’action et d’alliance sociale privilégiée. A ce propos, l’auteur insiste sur deux raisons afin d’expliquer le choix collectif des répertoires d’action : le statut minoritaire d’une part, et les valeurs et croyances des militants de la Confédération Paysanne. Pourtant, cette analyse aurait mérité d’expliquer davantage comment les diverses traditions militantes –entre maoïsme, christianisme social et anarcho-syndicalisme- parviennent aujourd’hui à s’articuler pour répondre aux défis posés. Il s’agirait en somme de mieux cerner les lignes de force qui se créent à partir des multiples trajectoires militantes. La lecture de cet ouvrage gagne ainsi beaucoup à être accompagnée par les travaux d’Ivan Bruneau2, portant précisément sur l’engagement militant au sein de cette organisation syndicale.

10Il n’en demeure pas moins que cet ouvrage apporte une analyse féconde pour la compréhension de ce mouvement encore peu travaillé scientifiquement, et au-delà pour l’identification des enjeux auxquels l’ensemble des organisations syndicales se trouvent aujourd’hui confrontées.

Haut de page

Notes

1  Martin Jean-Philippe, Histoire de la nouvelle gauche paysanne. Des contestations des années 1960 à la Confédération Paysanne, Paris, éditions La Découverte, 2005,  311 p.

2  Bruneau, Ivan, « Recomposition syndicale et constructions des collectifs militants : à partir d’une enquête sur la Confédération Paysanne », in Hervieu, Bertrand, Mayer Nonna, Muller, Pierre, Purseigle François, Rémy Jacques (dir.), Les mondes agricoles en politique, Paris, Presses de Sciences Po, 2010,  p.217-240

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Deffontaines, « Martin Jean-Philippe, La confédération paysanne aujourd'hui: Un syndicat face aux défis du XXIe siècle, Paris, L’Harmattan, 2011, 212 p. », Développement durable et territoires [En ligne], Vol. 3, n° 2 | Juillet 2012, mis en ligne le 06 juillet 2012, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://developpementdurable.revues.org/9342

Haut de page

Auteur

Nicolas Deffontaines

Nicolas Deffontaines est Professeur agrégé de sciences économiques et sociales. Diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Lille.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille1
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • Revues.org