Navigation – Plan du site
Point de vue

Impacts psycho-sociaux des espaces verts dans les espaces urbains

Sandrine Manusset

Résumés

L’évolution écologisante de la réglementation en urbanisme depuis le début des années 2000 (SRU, AEU, Grenelle 1 et 2) a permis une (ré)introduction de la Nature dans les Villes et le développement de l’écologie urbaine. Est-ce que cela est suffisant pour construire des Cités Vertes ? À notre sens, la réponse est négative. Pour répondre à l’enjeu d’urbanisme durable, il convient d’intégrer au volet environnemental, un volet sociétal. Cet article propose un premier cadre de définition du volet sociétal de l’urbanisme de demain, vu par les habitants et les usagers des espaces urbains, en s’appuyant sur une première synthèse bibliographique exploratoire sur les « Bienfaits du végétal en ville », réalisée à l’attention de Plante et Cité en 2010. Ces premiers résultats s’appuient sur 30 références sélectionnées parmi un premier fond bibliographique constitué de 104 documents et travaux internationaux, en santé humaine, en écologie, en urbanisme, en sociologie et en psychologie, constitué par Plante et Cité. De cette vision globale des impacts environnementaux, économiques, sociologiques et culturels du végétal dans le tissu urbain, nous souhaitons présenter ici les impacts sociaux et psychologiques des espaces verts qui, à notre sens, sont les ressorts fondamentaux qui peuvent expliquer pourquoi les attentes de nature s’imposent aujourd’hui en partie prenante des attentes d’habitat et de logement, peut-être plus qu’hier avec la réduction continue des espaces naturels au profit de l’extension urbaine. Cette première étude amène deux conclusions. Comment continuer de concevoir des politiques territoriales dites de « développement durable » sans remettre au cœur de celles-ci l’Homme, les habitants et les usagers des territoires ? C’est un enjeu pour le législateur : répondre aux attentes sociétales de Nature des habitants, à l’évolution des modes d’habiter la Ville et la Campagne. La réglementation en urbanisme se doit d’acter la nécessité de construire un maillage d’espaces verts en terme d’usages qui consolide voire élargit l’emprise des trames verts et bleues. C’est un enjeu pour la recherche française qui doit apporter des données quantitatives et qualitative par des recherches interdisciplinaires entre santé publique et urbanisme par exemple : quel ratio espace vert/espace urbain pour quels usages et quels impacts ?

Haut de page

Texte intégral

1Depuis le début des années 1990, Sandrine Manusset poursuit ses recherches sur la compréhension des relations Homme/Nature. À partir de nombreux terrains, rassemblant des contextes naturels, socio-culturels et économiques contrastés (Inde du Sud, Guyane, Tunisie), elle a construit des outils méthodologiques à la croisée des sciences de l’environnement et des sciences de la société, pour répondre aux enjeux de l’aménagement durable des territoires. Depuis 2001, elle applique le résultat de ses travaux de recherche dans l’élaboration des documents d’urbanisme (PLU, Plan de Référencement…) et des stratégies de développement auprès des collectivités locales.

2Les résultats sont extraits d’une étude réalisée à l’attention d’un partenariat entre : 1) Plante et Cité (Angers), plateforme nationale d'expérimentations et de conseils techniques à destination des services espaces verts des collectivités territoriales et des entreprises du paysage sous statut d’association loi 2001 ; 2) Val’hor (Paris), syndicat interprofessionnel national représentant les différentes professions de l'horticulture ornementale ; 3) UNEP (Paris), Union Nationale des Entreprises du Paysages ; 4) IDDR (Lilles), L'Institut du Développement Durable et Responsable est un institut de recherche et de formation pluridisciplinaire (éthiciens, économistes, juristes, sociologues, environnementalistes, écologues, géographes et ingénieurs) au sein de l'Université Catholique de Lille, favorisant les échanges et le développement de partenariats avec les entreprises, collectivités, universités et institutions ; 5) AgroCampus (Angers), centre de recherche spécialisé en horticulture et le paysage, intégré à l’Institut supérieur des sciences agronomiques, agroalimentaires, horticoles et du paysage.

3Depuis le début des années 2000, l’évolution de la réglementation en urbanisme est marquée par une forte empreinte écologique (SRU, AEU, Grenelle 1 et 2). Cette évolution de l’urbanisme permet une (ré)introduction de la Nature et le développement de l’écologie urbaine. Oui mais ! Est-ce que cela est suffisant pour construire des Cités Vertes ? À notre sens, non. Si l’objectif final est de viser le développement durable de nos villes (et de nos campagnes), il convient de passer du stade de l’écodéveloppement auquel nous sommes aujourd’hui à celui du développement durable. Ce qui intègre au volet environnemental de l’aménagement des territoires, un volet social, sociétal de l’urbanisme.

4Pour répondre à cet enjeu, nous souhaitons apporter des éléments extraits d’une étude conduite en 2010 à l’attention de Plante et Cité, qui a mis en évidence les impacts sociaux et psychologiques des espaces verts. Après un bref rappel du contexte réglementaire, nous présenterons la méthodologie de l’étude en question, puis les principaux impacts sociaux et psychologiques des espaces verts identifiés au cours de cette étude exploratoire. En conclusion, cette approche en écologie humaine des plans de gestion des villes durables permet de faire le lien entre urbanisme et santé.

5Cette réflexion s’alimente également de nos différentes activités professionnelles qui font le lien entre théorie et pratique, à différentes échelles d’espaces et de temps : la recherche engagée depuis le début des années 1990 sur la mise en œuvre du développement durable à travers le rapprochement entre écologie et anthropologie ; la pratique de terrain en tant que cabinet d’études lors de l’élaboration des Plans Locaux d’Urbanisme et qui met à l’œuvre les attentes sociétales de Nature ; la co-organisation d’un colloque sur « Les Jardins », (Brest, juin 2010) pour les Journée de la Société d’Écologie Humaine en collaboration avec l’Université de Bretagne Occidentale.

6Notre propos est d’apporter le nouveau regard de l’écologie humaine qui établit des liens entre des pratiques et usages des espaces et des représentations de l’environnement. L’objectif est d’identifier les ressorts fondamentaux qui peuvent expliquer pourquoi les attentes de nature s’imposent aujourd’hui peut-être plus qu’hier avec la réduction continue des espaces naturels au profit de l’extension urbaine, en partie prenante des attentes d’habitat. Il s’agit bien d’une réflexion qui va de l’écologie vers l’urbanisme sachant qu’aujourd’hui l’environnement est (encore) souvent considérés comme une contrainte à traiter (ex : les zones humides) par les acteurs de terrain. Il s’agit donc de dépasser l’usage historique des espaces vert, établi depuis la fin du 19e siècle par les urbanistes Forestier, Haussmann, voire le Corbusier, comme outil de planification, d’embellissement, d’assainissement, etc., des espaces urbains, pour construire la réflexion inverse, à partir des habitants et des usagers des espaces urbains.

1. Contexte

7Le contexte de l’urbanisme d’aujourd’hui s’appuie sur trois dispositifs dont nous proposons de rappeler à grands traits les principales orientations et spécificités. D’abord, la loi SRU (2001) qui pose la toile de fond, s’articule autour de trois thèmes majeurs : la (re)densification des espaces bâtis pour arrêter l’étalement et le grignotage des espaces naturels et agricoles par la Ville, la conservation de la biodiversité, et enfin la mixité sociale souvent réduite dans les esprits au ratio de « 20% de logements sociaux ». La loi SRU met également l’accent sur la concertation que nous laissons ici de côté. Ce point intervient davantage sur la façon de concevoir les plans d’aménagement des territoires. Nous préférons centrer notre propos sur le fond.

8Cette évolution écologisante de l’urbanisme est aujourd’hui renforcée par l’Approche Environnementale de l’Urbanisme (AEU). Cette méthodologie qui est développée par les agences régionales de l’Ademe, tout particulièrement en Bretagne, aborde de façon plus ou moins exhaustive 7 thèmes lors d’opération d’aménagement ou de planification urbaine : choix énergétiques, gestion des déplacements, gestion de l’eau, gestion des déchets, environnement sonore, sites et sols pollués, diversité biologique et mixité sociale.

9Les lois Grenelle 1 et 2 dont les décrets d’application sont encore attendus au moment de la rédaction de cet article, devraient appuyer davantage les orientations environnementales de l’aménagement des territoires. En particulier, sont réactivés le traitement des « trames vertes et bleues » et la mise en place des couloirs écologiques. C’est un enjeu écologique et politique pour répondre aux attentes sociétales de Nature des habitants, à l’évolution des modes d’habiter la Ville et la Campagne. La réglementation en urbanisme se devrait d’acter la nécessité de construire un maillage d’espaces verts en terme d’usages qui accentue voire élargi l’emprise des trames verts et bleues.

2. Méthodologie

10Les résultats présentés dans cet article sont extraits d’une étude exploratoire, réalisée en 2010 à la demande de Plante et Cité en partenariat avec Val’hor, l’UNEP, l’IDDR et l’AgroCampus1. Il s’agit d’une synthèse bibliographique réalisée à l’échelle internationale tendant à faire un état des lieux des connaissances scientifiques acquises sur les impacts positifs du Végétal en Ville. Quatre objectifs de mission étaient posés : apporter des arguments scientifiques à « plus de nature en ville » ; appréhender la globalité des bienfaits du végétal sur l’homme, à la fois dans son individualité et dans son espace social ; proposer des méthodes d’enquête aux acteurs de l’aménagement sur le thème santé/urbanisme et identifier des personnes-ressources. Dans ce cadre, cette étude a permis de rassembler 21 résultats scientifiques en faveur de « plus d'espaces verts, pour plus d'activités physiques, de bien-être et de vie sociale » (Figure 1). Il s’agit d'une première présentation globale des impacts des espaces verts dans l'espace urbain.

Figure 1 : Une vision globale des « Bienfaits du végétal en Ville »

Figure 1 : Une vision globale des « Bienfaits du végétal en Ville »

11Ces résultats renvoient à un corpus de 30 publications extraites d’un premier fond bibliographique de 104 références (Tableau 1), rassemblant des travaux en santé publique, en écologie, en urbanisme, en sociologie et en psychologie. Le corpus bibliographique est constitué essentiellement d’articles scientifiques complétés par quelques ouvrages et des communications écrites et orales non encore publiées.

12La collecte des 104 références a été réalisée par Plante et Cité, notre mission d’étude étant principalement impartie à l’analyse de cette base de données au cours d’une durée de 6 mois. La collecte des sources a été menée sur internet, par une recherche par mots-clés par le service « communication scientifique » de Plante et Cité, en français et en anglais. La plateforme Sciences Direct a été un outil de recherche privilégié. Des discussions téléphoniques ont complété le dispositif de recherche d’informations. La sélection des 30 références s’est faite en concertation avec le comité de pilotage de l’étude, constitué des partenaires de cette recherche, sur des critères de fiabilité et de reproductibilité du protocole d’enquête d’après la description qui en est faite dans la publication. Le biais majeur de cet état de l’art est la surreprésentation des travaux américains.

Tableau 1 : Répartition géographique des sources bibliographiques

Pays

N Publi.

Pays

N Publi.

Allemagne

3

Canada

5

Angleterre

9

États-Unis

45

Suisse

2

Chine

2

France

20

Australie

1

Hollande

4

Non renseigné

9

Suède

4

TOTAL

104

13Nos différentes restitutions d’étude - Workshop ELCA (Manusset, 2011), Assises Européenne du Paysage (octobre 2011) - nous ont amené à mettre l’accent et à prolonger notre réflexion davantage sur les impacts psycho-sociaux des espaces verts dans l’espace urbain. Ce qui est relatif aux pétales « Santé Mentale » et « Social » de notre Figure 1 et sujet de cet article.

3. Résultats

14Les impacts psycho-sociaux des espaces verts dans les espaces urbains que nous retenons de notre étude sont au nombre de trois. Ils répondent à la très forte attente de Nature des habitants. Les espaces verts se révèlent porteurs de dynamiques sociales qui permettent de soutenir la cohésion sociale d’un quartier. Ce qui renvoie finalement à la relation cognitive que chacun de nous entretient avec le végétal et qui est une source fondamentale de santé mentale et donc de bien-être.

3.1. Une réponse aux attentes de loisir, de détente et de nature des habitants

15Les espaces verts bénéficient d'une très forte connotation positive auprès des citadins. La perception du taux d'accessibilité des espaces verts dans les espaces urbains et ruraux est supérieure à la perception du taux d'urbanisation (Maas, 2008 et Ståhle, 2009). Autrement dit, le nombre d’espaces verts dans un territoire est un critère d’appréciation davantage discriminant et perçu que la densité urbaine de ce même espace. La présence d’espaces verts est un critère majeur définissant la qualité du cadre de vie d’un territoire.

16« Un espace végétalisé n'est pas tant esthétique qu'un lieu sûr, agréable, social et riche » (Sheets et Manzer, 1991). Cette phrase synthétise les principaux impacts psycho-sociaux du Végétal en Ville (arbres isolés, alignement d’arbres, pieds des arbres, jardinières, espaces verts…) mis en évidence aujourd’hui dans la bibliographie (Tableau 2). Les usages des espaces verts reflètent la confluence de dynamiques individuelles (psychologiques) et collectives (sociales) dont la compréhension permet de saisir ou de réactualiser la place des espaces verts comme des espaces de vie et d’humanité majeurs dans l’espace urbain répondant, en même temps, aux attentes de Nature et du « vivre ensemble » des habitants.

Tableau 2 : Les principaux impacts psycho-sociaux du végétal en ville, relevés dans la bibliographie depuis le début des années 2000.

Tableau 2 : Les principaux impacts psycho-sociaux du végétal en ville, relevés dans la bibliographie depuis le début des années 2000.

17Les espaces verts sont des lieux propices et recherchés pour la « pratique » des relations sociales. Ils sont des espaces deux fois plus fréquentés où s’observent deux fois plus d'activités sociales (Sullivan et al., 1998). Au Danemark, Schipperijn et al. (2010) a identifié six raisons de fréquenter les parcs verts dans l'ordre décroissant d'importance et en tenant compte de leur distance par rapport aux habitations. Cette classification des activités pratiquées dans un espace vert rejoint celle établie par Graham (2004) dans une ville anglaise en des termes quelque peu différents, mais exprimant les mêmes attentes pour les usagers.

18La lecture croisée de ces résultats permet d’identifier trois logiques d’usages des espaces verts qui répondent à la question « Pourquoi fréquente-t-on les parcs verts ? » : une logique psychologique de « recherche de Soi », une logique sociale de « Recherche de l’Autre et des Autres » et une logique écologique de « Recherche de la Nature » (Tableau 3).

Tableau 3 : Les 3 logiques d’usages des espaces verts

« je vais dans un espace vert pour … »

Usages identifiés par Schipperijn et al. (2010), Danemark

« un espace vert, c’est … »

Usages identifiés par Graham (2004), Angleterre

Logique psychologique

« Recherche de Soi »

Prendre l’air et profiter du soleil

Se détendre

Faire une activité physique Avoir de la tranquillité

Jardin agréable

Espace

Sérénité

Logique sociale

« Recherche de l’Autre et des Autres »

Faire quelque chose en famille ou avec des amis

Lieu collectif

Lieu festif

Lieu culturel

Logique écologique

« Recherche de la Nature »

Observer la Nature

au fil des saisons

Sauvage

Biodiversité

19Les trois logiques d’usages des espaces verts présentées dans le tableau ont été identifiées d’après une lecture croisée des deux auteurs. Les critères sont donnés par ordre décroissant d’importance exprimés par les habitants qui ont été interrogés pour réaliser ces études.

3.2. Un élément d’appartenance et de cohésion sociale

20Par une série d’observations sur site et de l’interview direct d’une centaine d’habitants, une équipe de psychologues américains a mis en évidence à l’échelle d’un grand ensemble de Chicago aux États-Unis, le processus qui permettait de comprendre comment la présence des arbres est le support des dynamiques sociales, jusqu’à devenir des facteurs forts de cohésion sociale, de sécurité et de sentiments d'appartenance socio-culturelle des habitants (Kuo et al., 1998). Ces « bienfaits» des espaces verts  sont confirmés par les travaux de Seeland et al. (2009) à Zurich en Suisse qui se sont plus précisément intéressés à démontrer le rôle des espaces verts comme intégrateur social des enfants issus de l’immigration. La méthodologie repose sur des observations menées in situ dans les parcs publics et sur la conduite d’entretiens semi-dirigés sur le thème des activités de loisir extra-scolaires, auprès d’un échantillon de 437 enfants âgés de 10 à 17 ans, dans les établissements scolaires et en présence des professeurs.

21Autour des arbres, la vie se développe, les discussions entre les habitants du quartier prennent naissance. La présence des adultes induit celle des enfants qui dès lors continuent leurs jeux sous la surveillance des adultes. La poursuite des discussions entretient un mouvement de régulation spontanée des va-et-vient des personnes extérieures au quartier qui sont souvent à l’origine de trafics illégaux. Donc instinctivement, ils « font la police » renforçant le sentiment de cohésion sociale et de sécurité des habitants. La troisième étape de ce mouvement est l’accession de l’arbre au statut de marqueur identitaire du quartier. On vient discuter à l’ombre de cet arbre, parce qu’un habite le quartier. Et parce qu’on habite le quartier, on peut venir discuter sous l’arbre.

22Venant conforter ces premier résultats, cette même équipe de chercheurs a montré dans le même quartier que les personnes du rez-de-chaussée, des 1e et 2e étages ayant une vue sur les arbres avoisinant et donc en lien quotidien avec des arbres, sont des personnes plus ouvertes sur les autres et plus impliquées dans les relations sociales. Ces personnes sont beaucoup plus volontaires à tisser des liens avec les autres habitants que ceux des étages supérieurs (Kuo et al., 1998).

23Les travaux de Maas (2008) confirment également que l'environnement naturel proche, c’est-à-dire situé à moins d’un kilomètre des habitations, a un effet positif sur les relations sociales. D’après cette auteure, les espaces verts augmentent le sentiment de sécurité physique et sociale, quels que soient le groupe social et le taux d'urbanisation. La réflexion peut être poursuivie avec les travaux de Barbosa et al.(2007) dans la ville de Shieffield (512500 habitants) en Angleterre. Cette équipe de chercheurs du département de biodiversité et de macroécologie de l’université de Shieffield, propose une cartographie de l’accessibilité des 87 parcs publics de la ville en fonction de 10 groupes socio-culturels, identifiés à partir de 430 critères sociaux, économiques et démographiques pour rendre compte de la mosaïque sociale qui compose la population locale. L’objectif est d’évaluer la pertinence des « 300 mètres », comme étant la distance à préserver entre les espaces verts et les habitations, comme cela est recommandé par l’Europe et l’agence gouvernementale English Nature en termes de santé publique. Dès lors, il apparaît clairement comment l’approche sociologique de la question des espaces verts dans les villes débouche sur une question de santé, physique et psychologique.

3.3. Un élément majeur de la santé mentale

24Un environnement urbain avec des espaces verts augmente le sentiment d'appropriation de l'espace des habitants. C’est cette même idée d’apaisement social que l’on retrouve dans l’impact positif des espaces verts en termes de santé mentale, mais cette fois-ci au niveau des individus mettant en évidence une relation positive entre la présence d’espaces végétalisés et la santé mentale des habitants. C’est le rapport cognitif que l’homme entretient avec le végétal. La présence de végétal induit une baisse du niveau d'angoisse et une augmentation du niveau de bien-être par la régulation de la fatigue mentale et l’augmentation de la capacité de récupération au stress (Sterp de Vries et al., 2003 ; Sheet et Manzer, 1991).

25S’appuyant sur l’exploitation de bases de données de santé publique, Maas (2008) a démontré que les taux de dépression sont 1,33 fois supérieurs dans les zones avec peu d'espaces naturels. Selon la même étude, les habitants en présence d'espaces naturels dans un rayon d’un kilomètre autour de leur habitation se sentent plus en forme et ont moins d'épisodes morbides. En Suède, l’étude de l’équipe de Sterp de Vries (2003) montre des résultats similaires. Est avérée une corrélation positive entre le degré d’espaces verts et le niveau de santé globale, la présence d’espaces verts induisant une modification des activités et des comportements, bénéfiques pour la santé : davantage d’activités physiques extérieures telles que le vélo et la marche et une moindre exposition aux pollutions de l’air. Ces effets positifs sont également obtenus par une simple exposition visuelle par la présentation d’un paysage naturel en photographie, par exemple.

26A l’origine de ces résultats de santé publique, est en jeu la régulation d’un processus psychologique bien connu, la « fatigue mentale » qui se traduit par un état d'irritabilité, de comportements violents et agressifs et qui a été identifiée chez plusieurs populations (femmes seules défavorisées, malades du Sida, du cancer, étudiants...) par Sullivan et Kuo (1996 ; 2001). Les travaux de ces deux chercheurs américains, dans la continuité des travaux cités précédemment, montrent par des observations in situ que la présence d’arbres induit une baisse des violences domestiques et des actes d'incivilité.

27C’est le même processus psychologique qui a été mis en évidence dans le syndrome de l’hyperactivité et de déficience d’attention chez les enfants amenant à prescrire le rapprochement de la table de travail d’un enfant hyperactif près d’une fenêtre donnant sur un jardin comme moyen pour canaliser l’hyperactivité de cet enfant (Kuo et Taylor, 2004). Jutras (2003) appuie ce résultat en préconisant une heure d’activité « au grand air » par jour pour assurer le bon développement physique, mental et social des enfants. Cet impact anxiolytique du végétal chez l’homme est très fort dans la mesure où le même effet tranquillisant a été obtenu lors d’examens bronchoscopiques où la présence de tableaux représentant des paysages naturels a permis de diminuer l’état d’anxiété des patients et l'usage de tranquillisants médicamenteux (Rubin et al., 2003).

28Depuis les années 80, des praticiens reconnaissent et utilisent cet effet des plantes sur l'homme, à titre thérapeutique. Aux États-Unis, les travaux de Roger Ulrich (1983, 2002) sont une référence notoire sur l'effet thérapeutique des jardins dans les hôpitaux et les prisons par l’effet relaxant du végétal sur les patients qui à la fois supportent mieux les traitements et présentent un état mental plus favorable conduisant à une accélération de la convalescence.

29Nous avons pu avoir connaissance que de quelques travaux en France qui traitent de ce sujet. L'ethnologue Anne Monjaret (2010) a étudié le rôle des végétaux dans les hôpitaux parisiens sous un aspect thérapeutique et de moyen d’accompagner la convalescence des malades, qu’au maintien de la cohésion des équipes médicales. Il convient également de citer l'exemple du jardin thérapeutique mise en place à l'initiative du chef de service de neurologie du CHU de Nancy, Thérèse Jouveaux. Tout l'agencement du jardin a été pensé pour accompagner des malades d’Alzheimer pour lesquels il n’existe pas de traitements médicamenteux (communication présentée aux Assises du Paysages, oct. 2011).

30L'impact psychologique fondamental du Végétal sur la santé humaine, par un contact tant tactile que visuel, relèverait d'un processus psychologique primaire de "récupération au stress", hérité de notre histoire d'Homo sapiens sapiens (Orians, 1986 ; Kaplan et Kaplan, 1989 ; Ulrich, 1983). Cette théorie évolutionniste soutient que près de 2 millions d'années de développement dans des milieux naturels, ont laissé des empreintes biologiques et génétiques dans l'espèce humaine pour répondre positivement à certains éléments naturels (par exemple, la végétation, l'eau..). Ainsi, le contact visuel de plantes serait synonyme de sécurité alimentaire. Cette valeur attribuée au monde végétal aurait joué un rôle récurrent dans la motivation à créer des jardins dans les institutions de soins, mais aussi la création de parcs, de jardins, de paysages et autres formes de nature dans les villes, depuis au moins le 12e siècle en Europe (Parsons, 1991 ; Ulrich, 1993). Le débat reste ouvert.

31Cependant, venant appuyer cette relation fondamentale que l’Homme entretiendrait avec le Végétale, l’étude de Fuller et al. (2007) montre, à partir d’une lecture croisée entre une analyse environnementale de type inventaire floristique et faunistique d’une parcelle de 13km2 présentant un panel de 15 espaces verts dans un gradient croissant d’urbanisation, et des entretiens semi-dirigés réalisés auprès de 312 usagers, une corrélation positive entre la biodiversité du milieu et le sentiment de bien-être des individus. Ce qui est encore plus explicite dans le cas de la biodiversité végétale.

Conclusion

32Fort de la présentation des impacts psycho-sociaux des espaces verts, en terme de dynamiques sociales, de cohésion sociale et de santé humaine, comment continuer de concevoir des politiques territoriales dites de « développement durable » sans remettre au cœur de celles-ci l’Homme, les habitants et les usagers des territoires ?

33C’est un enjeu politique pour le législateur, pour répondre aux attentes sociétales de Nature des habitants, à l’évolution des modes d’habiter la Ville et la Campagne. La réglementation en urbanisme se doit d’acter la nécessité de construire un maillage d’espaces verts en terme d’usages qui accentue voire élargi l’emprise des trames verts et bleues. Ainsi, cette construction écologique des territoires s’enrichirait d’une lecture sociétale du territoire. Ce qui permettrait de passer de l’écodéveloppement (Manusset, 1992) au développement durable (Manusset, 2004).

34Ce rapprochement semble souhaitable autour du thème de la santé humaine. Il s'agit de se demander quels sont les impacts du végétal tant sur le plan physiologique et du traitement des nuisances – auxquels répond en partie l’Approche Environnementale de l’Urbanisme - , que sur le plan psychologique somatique (dépression, hyperactivité) et non somatique (notion de bien-être, stress). Plusieurs villes (Zurich, Jinan en Chine, Shieffield au Royaume-Uni, Copenhague…) ont fait de la densité en espaces naturels dans l’espace urbain, un enjeu majeur de leur politique de santé publique. Par exemple, Copenhague a adopté comme objectif d'ici 2015 que 90% de la population soit à moins de 400 m d'un espace naturel (Public Health Office Copenhagen, 2006 in Schipperijn et al., 2010). Ce besoin de poursuite de travaux de recherche pluridisciplinaire est un réel défi en France. La constitution du fond bibliographique a montré un manque de travaux croisant les regards des urbanistes et des médecins, par exemple, en France, contrairement à ce qui se passe dans les autres pays européens (Angleterre, Norvège, Allemagne…).

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Barbosa O., Tratalos J. A., Armsworth P. R., Davies R. G., Richard A. Fuller, Pat Johnson, Kevin J. Gaston, 2007, “Who benefits from access to green space ? A case study from Shieffield”, Landscape and Urban Planning, Vol. 83, Issues 2-3, pp. 187-195
DOI : 10.1016/j.landurbplan.2007.04.004

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Fuller R. A., Irvine K. N., Devine-Wrigh P., Warren P. H. and Gaston K. J., 2007, “Psychological benefits of greenspace increase with biodiversity”, Biology Letters 5, 5 p
DOI : 10.1098/rsbl.2007.0149

Grahm P., Stigsdotter U. A., Berggren-Bärring A.-M., 2004, A planning model for designing sustainable and healthy cities. The importance of people’s need of recreational environments in an urban context, 8 p, Swedish University of Agricultural Sciences

Jouveaux T., 2011, « Le jardin thérapeutique des sens du CHU de Nancy », 5emes Assises Européennes du Paysage, communication, 10-11-12 octobre 2001, Strasbourg

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Jutras S., 2003, Allez jouer dehors ! Contributions de l'environnement urbain au développement et au bien-être des enfants, 11 p, Canada, Société canadienne de Psychologie, Québec
DOI : 10.1037/h0086948

Kaplan R. et Kaplan S., 1989, The experience of nature: a psychological perspective. Cambridge: Cambridge University Press

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Kuo F. E., Sullivan W.C. et Bacaicoa M., 1998, “Transforming inner-city landscapes tree, sense of safety and preference”, Environment and Behaviour, January 1998 vol. 30 no. 1 28-59
DOI : 10.1177/0013916598301002

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Kuo F. E., Faber Taylor A., 2004, “A Potential Natural Treatment for Attention-Deficit/Hyperactivity Disorder : Evidence From a National Study”, American Journal of Public Health, 7 p, USA
DOI : 10.2105/AJPH.94.9.1580

Maas, J., 2008, Vitamin G : Geen environments – Healthy environments, Netherlands Institut for Health Services Research ( NIVEL), Hollande, 254 p

Manusset, S., 2010, Les Bienfaits du Végétal en ville, Plante et Cité, rapport d’étude

Manusset, S., 2011a, “Plants, health, well-being and urban planning”, ELCA Research Workshop Green City Europe – for a better life in European cities, pp 15-17, www.green-city.eu

Manusset, S., 2011b, « Les bienfaits du végétal en ville », 5emes Assises Européennes du Paysage, communication, 10-11-12 octobre 2001, Strasbourg

Monjaret, A., 2010, « Les espaces verts à l’hôpital ou les vertus sociales des jardiniers, colloque Les Jardins », XXIIes Journées de la Société d’Ecologie Humaine, en collaboration avec l’Université de Bretagne occidentale, 2,3 et 4 juin 2010 à Brest

Orians GH, 1986, “An ecological and evolutionary approach to landscape aesthetics”, In:Penning-Rowsell EC, Lowenthal D (eds.). Landscape meanings and values. London: Allen and Unwin, 3-22

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Parsons R., 1991, “The potential influences of environmental perception on human health”. J.Environ Psychol, Vol.11, pp 1-23
DOI : 10.1016/S0272-4944(05)80002-7

Rubin Haya R., Diette G. B., Lechtzin N., Haponik E. et Devrotes A., 2003, “Distraction therapy with nature sights and sounds reduces pain during flexible bronchoscopy”, CHEST Journal : 123(3) : 941-948, Baltimore USA

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Schipperijn J., Ekholm O., Stigsdotter U. K., Toftager M., Bentsen P., Kamper-Jørgensen F., Randrup T. B., 2010, “Factors influencing the use of green space: Results from a Danish national representative survey”, Landscape and urban planning,  (31 December 2009)
DOI : 10.1016/j.landurbplan.2009.12.010

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Seeland K., Dübendorfer S., Hansmann R., 2009, “Making friends in Zurich's urban forests and parks: The role of public green space for social inclusion of youths from different cultures”, Forest Policy and Economics Swiss, Vol.11 (January) : 10-17
DOI : 10.1016/j.forpol.2008.07.005

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Sheets V. L., Manzer C. D., 1991, “Affect, cognition and urban vegetation Some effects of adding trees along city streets”, 20 p, Environment and Behaviour, May 1991 23: 285-304, Université de Illinois
DOI : 10.1177/0013916591233002

Ståhle A., 2009, Réussir la ville dense en l'ouvrant sur la nature, Pour une approche sociale de la trame verte et bleue, 124 p, Suède, thèse/Actes de conférence, Com. perso

Vries (de) S.; Verheij R.A., Groenewegen P.P., Spreeuwenberg P., 2003. “Natural environments - healthy environments? : an exploratory analysis of the relationship between green space and health”. Environment and Planning A. Vol. 35, 2003, nr. 10, p. 1717-1731.

Sullivan W. C., Kuo F. E., 1996, Do Trees Strengthen Urban Communities, Reduce Domestic Violence?, 4 p, USA, Forestry Report

Sullivan W. C., Kuo F. E., 2001, “Agression and violence in the inner city. Effects of environment via mental fatigue », Environment and Behaviour, July 2001 33:543-571, USA,Université de Illinois

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Ulrich R. S., 1983, “View through a window may influence recovery from surgery”, Science, Vol. 224 (?), pp 420-421
DOI : 10.1126/science.6143402

Ulrich R. S. 1993, “Biophilia, biophobia and natural landscapes”. In: Kellert SR, Wilson EO (eds.). The Biophilia hypothesis. Washington DC: Island Press, 85-137

Ulrich R. S., 2002, “Health Benefits of Gardens in Hospitals”, 10 p, USA, Communication pour conférence, Plants for People, USA Floride

Haut de page

Notes

1 L’étude complète est disponible auprès de Plante et Cité, Camille Jouglet : camille.jouglet@plante-et-cite.fr Tél 02.41.72.11.47 ; www.plante-et-cite.fr

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Une vision globale des « Bienfaits du végétal en Ville »
URL http://developpementdurable.revues.org/docannexe/image/9389/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Tableau 2 : Les principaux impacts psycho-sociaux du végétal en ville, relevés dans la bibliographie depuis le début des années 2000.
URL http://developpementdurable.revues.org/docannexe/image/9389/img-2.png
Fichier image/png, 104k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandrine Manusset, « Impacts psycho-sociaux des espaces verts dans les espaces urbains », Développement durable et territoires [En ligne], Vol. 3, n° 3 | Décembre 2012, mis en ligne le 25 octobre 2012, consulté le 21 août 2014. URL : http://developpementdurable.revues.org/9389 ; DOI : 10.4000/developpementdurable.9389

Haut de page

Auteur

Sandrine Manusset

Sandrine Manusset est éthnoécologue, Diplômée de l’Institut d’Aménagement régional d’Aix-en-Provence, Environnement et Société, Cabinet d’Écologie Humaine, ÉTUDES – EXPERTISE – RECHERCHE, smanusset@environnement-societe.fr, www.environnement-societe.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Développement durable et territoires

Haut de page
  • Logo Réseau Développement durable et territoires fragiles
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • Revues.org