Navigation – Plan du site
Publications de 2004

Demaria C., 2004, Développement durable et finance, Paris : Maxima Laurent du Mesnil Editeur, 255 p.

Marianne Rubinstein

Texte intégral

1Dans la première partie, Cyril Demaria nous rappelle qu’au cœur du développement durable, se trouve la notion d’équité intergénérationnelle. Ainsi, le rapport Brundtland (1987) définit le développement durable comme « un développement qui satisfait les besoins actuels sans compromettre la capacité des générations futures à satisfaire leurs propres besoins ». Se conformer à l’équité intergénérationnelle signifie tenir compte des besoins des générations futures dans les décisions d’aujourd’hui. Il en résulte une certaine relativité inhérente au concept puisque ce sont les générations d’aujourd’hui qui jugent de l’équité du partage entre ce qu’elles prélèvent — notamment en termes de ressources non renouvelables — et ce qu’elles laissent aux générations futures.

2Comment ce choix va-t-il s’opérer ? C’est là qu’intervient l’éthique dont l’économie fut longtemps considérée comme une des branches, nous rappelle Cyril Demaria en citant Adam Smith, Amartya Sen et Max Weber. De même, dans notre capitalisme moderne, « sécularisé », Cyril Demaria s’interroge sur l’existence d’un « ethos pratique » susceptible de générer un nouvel équilibre mixant capitalisme et développement durable et dont la double revendication serait l’engagement de proximité et l’aspiration au loisir comme activité en soi (p. 73). Cet « ethos pratique » est véhiculé notamment par les « baby boomers », dont le pouvoir financier et les aspirations sont compatibles avec le développement des fonds éthiques.

3L’objectif de la première partie était de montrer qu’il existe, dans nos sociétés occidentales, une aspiration à l’équité intergénérationnelle à laquelle peuvent répondre les fonds éthiques. Dès lors, la deuxième partie s’interroge sur les conditions de développement de ces fonds. En préambule, Cyril Demaria rappelle que les qualités requises pour faire un investissement judicieux et compatible avec le développement durable — collecte et interprétation des informations, connaissance des techniques d’investissement — ne sont pas accessibles à l’individu moyen et nécessitent donc qu’il passe par un intermédiaire financier : le fond éthique. Selon Cyril Demaria, celui-ci doit respecter neuf critères.

  • Avoir une politique d’investissement clairement définie, accessible pour les souscripteurs, les entreprises et les parties prenantes  ;

  • Se conformer aux règles du gouvernement d’entreprise ;

  • Ses équipes doivent être formées de manière compatible avec l’orientation éthique du fond ;

  • Exercer les droits de vote qu’il détient en cohérence avec le développement durable (activisme actionnarial) ;

  • Etre autonome, c’est-à-dire ne pas faire partie d’une gamme de produits financiers traditionnels ;

  • Respecter les règles de l’investissement en termes d’arbitrage rendement/risque ;

  • Etablir pour chaque valeur sélectionnée un bilan coût/avantage qui soit clair et uniforme ;

  • Ne pas se limiter à la détention d’actions des seules sociétés cotées ;

  •  Etre orienté vers le long terme.

4En pratique, aucun fond éthique ne respecte ces critères. Pour faire évoluer la gestion des fonds éthiques, Cyril Demaria propose alors plusieurs pistes, au premier rang desquelles la reconnaissance du droit à l’erreur du gestionnaire du fond qui doit élaborer son choix de portefeuille sur la base de critères nouveaux et dont la définition dépend des attentes des souscripteurs qui doivent elles-mêmes être mieux définies. Autre piste prioritaire, l’activisme actionnarial doit être promu : le gérant de fond doit pratiquer l’engagement actif et non simplement l’arbitrage, afin de faire entendre dans les entreprises la voix des souscripteurs et défendre la politique d’investissement choisie par le fond.

5La troisième partie s’attache davantage aux grands principes qui doivent sous-tendre les stratégies des fonds éthiques. L’auteur défend tout d’abord l’idée selon laquelle la quête de la « transparence absolue » de l’information en provenance de l’entreprise est en partie vaine, voire contreproductive. La surabondance d’informations quantitatives, coûteuses à produire de surcroît, se fait au détriment d’informations plus qualitatives et a pour conséquence d’uniformiser le comportement des entreprises. Par ailleurs, les fonds éthiques doivent s’affranchir d’une référence trop exclusive aux modèles de gestion de portefeuille traditionnels (arbitrage risque/rentabilité et modèle du MEDAF, gestion indicielle, etc.) pour opérer un choix d’entreprise sur la base d’autres critères d’évaluation, moins prioritairement quantitatifs.

6Au total, Cyril Demaria développe avec beaucoup de clarté la thèse selon laquelle les fonds éthiques vont devenir des acteurs majeurs du développement durable, qu’il convient alors de s’interroger sur leur gestion et les difficultés qu’elle pose avant de proposer quelques pistes de réflexion. L’auteur connaît bien ces questions puisqu’il est actuellement portfolio manager chez Maaf Gestion et qu’il a travaillé dans un fond de capital-risque comme chargé d’investissement sur les jeunes pousses orientées vers les NTIC. A ce double titre au moins, il a une expérience de praticien de la gestion de portefeuille et de l’évaluation des entreprises dont le capital est largement immatériel. Et c’est sur ce point que réside ma principale critique. J’aurais souhaité qu’il donne des pistes plus précises, éclairées par son expérience, sur la manière dont un fond éthique devrait gérer son portefeuille. Certes, les fonds éthiques sélectionnent des entreprises sur la base d’une information imparfaite, largement quantitative et qui laisse peu de place au développement durable. Mais comment procéder, au-delà de la position de principe, pour s’affranchir de cette position de repli sur la dimension quantitative ? On retrouve d’ailleurs ce même problème dans l’énonciation des neuf critères que doit respecter un fond éthique selon l’auteur : pourquoi ces neuf critères et pas d’autres ? Par exemple, pourquoi un fond éthique ne doit-il pas faire partie d’une gamme de produits financiers traditionnels (critère 5) ? Ces neuf critères sont-ils compatibles entre eux, etc. ?

7Mais cette critique est aussi, au moins en partie, la conséquence d’un positionnement honnête et stimulant intellectuellement dans lequel les principales questions posées par le développement des fonds éthiques ne sont pas occultées, même si les réponses existantes ne sont pas encore satisfaisantes.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://developpementdurable.revues.org/docannexe/image/955/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,8k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marianne Rubinstein, « Demaria C., 2004, Développement durable et finance, Paris : Maxima Laurent du Mesnil Editeur, 255 p. », Développement durable et territoires [En ligne], Lectures (2002-2010), Publications de 2004, mis en ligne le 20 mai 2005, consulté le 27 avril 2017. URL : http://developpementdurable.revues.org/955

Haut de page

Auteur

Marianne Rubinstein

Maître de conférences en économie, Université Paris 7, Germe-CEPN

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille1
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • Revues.org