Navigation – Plan du site
Lectures

Torre André et Jean-Eudes Beuret, Proximités territoriales, Economica, collection Anthropos, 2012, 105 p.

Philippe Duez

Texte intégral

1Dans leur introduction les auteurs annoncent d’emblée la couleur. L’approche des proximités doit permettre d’améliorer la compréhension des processus de gouvernance et de baliser des pistes d’action pour ceux qui pilotent les territoires. Pour y parvenir, les auteurs renversent la démarche utilisée jusqu’ici par l’école de la proximité. Les proximités sont habituellement prises comme des données préexistantes qui vont façonner les relations entre les acteurs des territoires. Ici, les proximités évoluent en même temps que le territoire. Elles sont donc le fruit de sa défragmentation mais y participent en même temps. Cela permet aux auteurs d’introduire le concept de « proximité territoriale » qui se décline en plusieurs types de proximités. L’ouvrage est composé de trois chapitres théoriques et de trois chapitres plus opérationnels explorant les situations de gouvernance. Les trois premiers chapitres permettent de présenter le concept de proximité territoriale, son lien avec celui de gouvernance ainsi que les dynamiques de proximités qui en découlent. Les trois chapitres suivants explorent une à une les situations de gouvernance en distinguant la voie de la concertation, la voie du conflit et celle de l’action sur les conflits.

2Le premier chapitre permet aux auteurs de préciser ce qu’ils entendent par proximité territoriale. Ils s’inscrivent dans le cadre des approches de l’école de la proximité donc l’acte fondateur est le numéro spécial de la revue d’économie régionale et urbaine publié en 1993 par un collectif d’auteurs. Ils donnent au concept de proximité une dimension très riche en y ajoutant le concept de proximité territoriale. La proximité territoriale résulte de la combinaison entre une proximité géographique et une proximité organisée. La proximité géographique est une notion relative compte tenu des caractéristiques morphologiques des espaces ou des infrastructures qui l’aménagent. Elle peut être temporaire ou définitive, choisie ou subie. La proximité territoriale est socio-économique de par sa dimension organisée. On notera au passage que les auteurs ne reprennent pas la proximité institutionnelle présente dans la plupart des approches de l’école de la proximité.

3La proximité organisée renvoie soit à une logique d’appartenance à des réseaux de relations plus ou moins formelles, soit à une logique de similitude qui correspond à l’adhésion mentale à des catégories communes qui permettent d’avoir la même vision du monde (langage commun ou normes sociales communes, par exemple). Les auteurs insistent sur la plasticité de ces relations de proximité et sur leur caractère dynamique. C’est là que se situe leur principal apport théorique. On conçoit facilement que les proximités organisées ou les proximités géographiques évoluent en fonction des politiques publiques ou des problèmes auxquels le territoire doit faire face. La proximité territoriale participe donc à la construction des territoires mais se trouve aussi modifiée par lui. Les auteurs évoquent deux types de problèmes : d’une part, les conflits d’usage dans les ressources naturelles ou les biens et services publics, d’autre part, les problèmes productifs. Au passage, ils élargissent aussi le champ d’application du concept de proximité puisque celui-ci était jusque-là essentiellement concentré sur les problèmes productifs rencontrés par les territoires.

4Le deuxième chapitre évoque les liens entre gouvernance territoriale et proximités. Les auteurs constatent que les problèmes de gouvernance territoriale existent parce qu’il y a assez souvent une déconnexion entre des politiques territoriales adaptées à des espaces institutionnels donnés et des territoires dont les limites se déplacent sous l’influence du jeu des proximités. Ils insistent sur le caractère exemplaire de la politique de développement rural pour illustrer les problèmes de gouvernance. Ces derniers peuvent provenir de positionnements différents au sein des territoires entre les différents types de proximité. Ces positionnements ont fait l’objet de nombreux débats au sein de l’école de la proximité. Il existe entre les proximités une relation bijective de filiation quand l’une des proximités est à l’origine d’une autre forme de proximité. Elle peut être une relation de complémentarité quand les proximités interagissent en même temps et ne peuvent se concevoir séparément. Enfin, l’une des proximités peut se trouver révélée par une autre, notamment quand on semble l’oublier au profit d’une autre ou lorsqu’on ne perçoit pas les effets de la transformation qu’elle a pu subir. Les proximités, et en particulier les proximités organisées, deviennent alors des leviers d’action importants pour réduire le différentiel entre les proximités existantes et les proximités attendues.

5Les acteurs décentralisés sont incités par les politiques publiques à faire évoluer les proximités existantes vers des proximités organisées plus favorables au développement des externalités positives ou à la réduction des externalités négatives. Ils sont donc incités à mener des actions conjointes favorables à l’ensemble des acteurs du territoire. Dans ce contexte, la gouvernance devient multi-niveaux, multi-acteurs et se nourrit essentiellement du développement de partenariats de type public-privé. Les outils de la gouvernance territoriale sont surtout des outils de médiation institutionnelle. Ces outils relèvent d’une démarche participative qui nécessite la mise en place d’un niveau croissant de participation des groupes dont il s’agit d’obtenir l’adhésion ou d’amener à devenir une force de proposition. Les auteurs évoquent comme outils : la communication, l’information, la consultation, le dialogue et enfin la concertation et la négociation.

6Le troisième chapitre évoque le rôle joué par la dynamique de proximité qui vient d’être décrite dans les mécanismes d’ajustement à l’œuvre au sein de la gouvernance territoriale. La gestion de l’espace rural par les agriculteurs constitue pour les auteurs un bon exemple pour présenter un raisonnement, qui pourra ensuite être généralisé à d’autres problèmes. Ils opposent les mécanismes d’ajustement par le marché à l’ajustement conventionnel. L’ajustement par le marché via les mécanismes de prix semble inefficace en présence d’un bien public comme les aménités liées à l’espace rural. L’attitude des agriculteurs va alors se définir par une convention puisque leur utilité à gérer cet espace est indéterminée en dehors de celle des autres. Ils vont adopter des règles plus ou moins tacites de comportement qui seront des conventions relatives à un groupe d’appartenance. Il existe dans ce domaine trois types de conventions : des conventions professionnelles portant sur le contenu du métier ; des conventions d’effort à faire en cas d’indétermination des droits liés à la terre ; des conventions de qualification qui déterminent les personnes reconnues légitimes et compétentes pour juger de la qualité d’un bien ou d’un comportement..

7On le voit bien, les proximités et les conventions vont se renforcer mutuellement. C’est le cas notamment pour les proximités organisées, si les conventions reposent sur des comportements mimétiques notamment. La lecture d’une presse technique à caractère syndical, qui relève d’une proximité par similitude et par appartenance, va permettre par exemple la diffusion de certains modèles de décisions et renforcer la convention professionnelle ou d’effort. Plus généralement, l’évolution des proximités est déterminée par les insuffisances de conventionnel entre les acteurs. Tout est donc une question de contrôle social des comportements des agriculteurs. Si l’un des agriculteurs se comporte en passager clandestin ou si les effets de son comportement sont inobservables, il va profiter des aménités produites sans être obligé de faire des efforts, ou encore les efforts qu’il fera ne pourront être mis à son crédit. Les agriculteurs qui ne seront pas satisfaits de l’ajustement conventionnel pourront tout de même accepter de continuer à contribuer à la gestion de l’espace rural en jouant le jeu de la loyauté et du silence, comme dans le modèle décrit par Hirschman (Exit, Voice and Loyalty : Responses to Decline in Firms, Organisations, and States, 1970). Ils pourront aussi décider de se délocaliser ou d’abandonner l’activité posant problème (« exit ») ou prendre la parole pour manifester leur désapprobation (« voice »).

8S’il n’est pas possible de contrôler par des sanctions un comportement de passager clandestin, on peut alors utiliser deux modalités pour favoriser l’ajustement conventionnel : le recours aux proximités existantes, le recours à la démocratie participative pour construire de nouvelles proximités organisées. On peut par exemple recourir à la proximité géographique pour améliorer le contrôle social de l’effort, ou à la proximité organisée par l’exigence d’une appartenance syndicale. On peut aussi faire du territoire un espace public de communication où il sera possible de se concerter et de se confronter pour faire naître le consensus nécessaire à la gestion de l’espace rural. Il s’agira d’essayer de rapprocher ceux qui s’opposent ou au contraire ceux dont les points de vue convergent mais qui n’ont pas encore pu s’exprimer en tant que minorité. Concrètement, la mise en œuvre d’un processus de démocratie participative devrait pouvoir déboucher sur de nouvelles proximités organisées. Il existe ainsi dans les territoires une diversité de statuts, de formats d’action et de représentation du réel qui nécessitent d’être recombinés pour pouvoir garantir l’ajustement conventionnel.

9Le chapitre quatre explore la voie coopérative comme moyen de construire des proximités organisées par la concertation. Cette dernière est nécessaire dans un territoire traversé par des oppositions, des conflits. Elle repose sur une construction collective où chaque acteur accepte de partager de l’information, de discuter en vérité des enjeux d’un problème, et envisage la traduction du dialogue par un consensus possible. Toute concertation suit un itinéraire. Elle peut être menée par des développeurs, par des syndicats, des associations, ou encore être le fruit d’un évènement important. Elle débouche toujours sur la recherche de nouvelles proximités organisées. Pour régler un problème de gestion de l’eau, par exemple, une association pourra d’abord être créée qui peut à terme se transformer avec d’autres acteurs en syndicat intercommunal de gestion de l’eau.

10La gouvernance de ce type de voie suppose une bonne connaissance de la dynamique des proximités. Il s’agit de collecter les traces écrites, voire d’exhumer de la mémoire des acteurs principaux les argumentaires utilisés pour justifier la création d’institutions ou la prise de position. Il s’agit aussi d’envisager les différentes modalités de reconfigurations des proximités. A l’origine, on peut trouver une concertation linéaire et centralisée ou au contraire une concertation séquentielle et poly-centrée. Dans ces itinéraires, la proximité géographique joue un rôle particulier. La proximité géographique non temporaire donne à certains acteurs une légitimité dans le cas d’une concertation centralisée autour d’une voie conservatrice. A contrario, la proximité géographique temporaire peut être utile dans le cas de reconfigurations poly-centrées où il s’agit d’innover socialement. Ce fait est particulièrement observé dans l’attitude des néo-ruraux.

11Dans la perspective d’une voie coopérative, les processus de conflit et de concertation se complètent pour faire apparaître de nouvelles formes de proximités organisées. Le conflit permet de révéler les étanchéités entre les différentes positions, mais il permet surtout de clarifier les positions des différents acteurs dans un environnement qui paraît souvent très flou. Le conflit est donc absolument nécessaire à la définition d’un point de passage transactionnel où chaque partie reconnaîtra un minimum sur lequel elle est capable de négocier.

12Dans le chapitre cinq, les auteurs évoquent le rôle des conflits d’usage dans la construction de la gouvernance des territoires. Le conflit se manifeste par une volonté d’engagement des parties qui s’opposent. Il se manifeste par de multiples formes comme l’action en justice ou la production de barrières réelles ou symboliques. Contrairement aux conflits sociaux, les conflits d’usage et de voisinage ont un caractère spatial très marqué. Ils résultent notamment d’effets de débordement de consommation de la terre comme ressource ou des effets négatifs des infrastructures. Le NIMBISME, pour la construction d’une autoroute, la contestation des PLU ou la pollution des entreprises en sont de parfaits exemples. Les auteurs reprendront en fin de chapitre l’exemple des conflits d’usage liés aux infrastructures.

13Les auteurs examinent ensuite les caractéristiques des conflits d’usage. Ils les présentent le plus souvent comme des processus d’anticipation et non comme des processus d’aboutissement liés à un « ras le bol ». Les conflits d’usage sont souvent jalonnés de blocages, de crises, de reprises des concertations. Ils sont donc véritablement source d’innovations sociales grâce aux prises de parole. Il est tout aussi certain que la proximité géographique subie ou recherchée s’impose comme une donnée objective à la source des conflits d’usage. Les acteurs qui subissent la proximité d’une centrale atomique parce qu’ils n’y travaillent pas ou parce qu’ils n’ont pas choisi de bénéficier des avantages tarifaires vont rentrer en conflit avec ERDF pour les risques de pollution et d’explosion. Le conflit sera moins intense si la proximité géographique recherchée n’est que temporaire. Ce type de conflit lié à la proximité géographique renforce l’idée d’inégalité face à l’espace. Les conflits d’usage sont pourtant utiles à la construction des proximités organisées dans la mesure où ils sont de véritables forces de socialisation sur la base d’une logique de similitude ou d’appartenance. La gouvernance des territoires se nourrit donc bien des tendances opposées entre conflit et concertation.

14Le dernier chapitre le l’ouvrage se propose d’activer ou des mobiliser les proximités pour faciliter la gouvernance des territoires. En partant de faits stylisés représentant des cas d’école, les auteurs déduisent les modalités d’expression et de mobilisation des proximités qui permettent à un groupe d’individus d’affirmer leur existence et de faire valoir leurs intérêts dans le cadre d’un processus de concertation ou de conflit. Il s’agira pour les acteurs en présence d’optimiser la productivité des controverses en matière d’innovations sociales. Il s’agira aussi de fonder leur stratégie sur la base du croisement entre les proximités existantes et les proximités requises par le conflit d’usage ou la coopération recherchée. Les auteurs présentent ensuite un certain nombre de cas-types, de scénarii. Dans le cas le plus simple, c’est parfois la proximité géographique qui génère les conflits alors que les acteurs pourraient avoir naturellement la même communauté d’intérêt. C’est alors la proximité organisée qui est en creux et qu’il faudra construire sur la base de logiques d’appartenance et de similitude pour faciliter la gouvernance du territoire. Dans un autre cas, que les auteurs qualifient « d’exit spatial », la proximité géographique est subie ou inexistante. L’absence de proximité organisée fait alors fuir les entreprises qui sont implantées ou qui voudraient s’implanter sur ce territoire. L‘absence de proximité géographique entre différents groupes d’acteurs peut se concevoir avec une certaine loyauté s’ils disposent d’une forte proximité organisée. C’est le cas des diasporas notamment. Par contre, dans le processus de ségrégation spatiale on recherchera la proximité géographique à l’intérieur du groupe et l’on cherchera à écarter la proximité géographique et organisée avec l’extérieur du groupe pour éviter tout conflit et toute coopération.

15Les auteurs font référence à une approche constructiviste de la proximité qui nous permet d’expliquer l’intérêt mais aussi les principales limites de l’ouvrage. La proximité organisée et la proximité géographique deviennent des concepts dynamiques et de véritables variables pour l’action. C’est là le principal apport de l’ouvrage à l’école de la proximité. Il est effectivement possible de rapprocher, grâce des politiques territoriales, la proximité organisée existante de la proximité organisée attendue. De même, la distinction entre une proximité géographique temporaire et une proximité géographique non temporaire contribue largement à comprendre la position des acteurs d’un territoire face à des conflits d’usage. En contrepartie l’approche semble tomber dans le piège de la « poule et de l’œuf ». Tout d’abord, il apparaît difficile de voir sur quelles bases vont s’effectuer les choix. La rationalité des acteurs semble effectivement beaucoup trop procédurale pour pouvoir discerner ce qui oriente les choix. On a d’ailleurs du mal à concevoir le lien qui peut s’établir entre une proximité géographique temporaire et la culture d’un territoire. Ensuite, pour bien connaître la dynamique de proximité on risque de se heurter à un problème de régression à l’infini sachant que les proximités s’autodéterminent entre elles et dans leurs relations au territoire. La référence à une proximité institutionnelle et à ses liens avec la proximité géographique aurait permis aux auteurs de se sortir de ces impasses épistémologiques mais ils ont préféré se centrer sur une proximité organisée et une proximité géographique qui expliquent beaucoup plus les conflits d’usage que les conflits sociaux.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://developpementdurable.revues.org/docannexe/image/9638/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Duez, « Torre André et Jean-Eudes Beuret, Proximités territoriales, Economica, collection Anthropos, 2012, 105 p. », Développement durable et territoires [En ligne], Vol. 4, n° 1 | Avril 2013, mis en ligne le 11 février 2013, consulté le 27 mars 2017. URL : http://developpementdurable.revues.org/9638

Haut de page

Auteur

Philippe Duez

Philippe Duez est Maître de conférences habilité à diriger les recherches en aménagement et urbanisme, Doyen de la faculté d’économie, gestion, administration et sciences sociales de l’Université d’Artois, Chercheur au LEM UMR 8179

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille1
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • Revues.org