Navigation – Plan du site
Publications de 2004

Beat Bürgenmeier, 2004, Economie du développement durable, Bruxelles, de Boeck, Collection Questions d’économie et de gestion.

Bruno Boidin

Texte intégral

1

Economie du développement durableencore trop

2Mais le titre de l’ouvrage ne tient pas seulement à la volonté de l’auteur de dépasser la seule dimension environnementale. Il s’explique également par le caractère connoté du terme « économie de l’environnement », qui se rattache à l’un des deux grands courants du développement durable. L’auteur présente d’emblée ces deux approches, très différentes (page 5) :

3« l’économie de l’environnement analyse la protection de l’environnement dans l’optique exclusivement économique »

4« l’économie écologique aborde le développement durable dans une optique plus large en prônant l’étude des interactions entre les dimensions économique, sociale et écologique ».

5L’objectif central de l’ouvrage est de montrer que, malgré leurs divergences importantes, les deux courants ainsi distingués sont en réalité complémentaires en tant qu’outils de l’action publique. L’auteur ne rejette donc aucune des deux approches de l’environnement, même s’il donne une place importante à l’économie écologique, notamment lorsque l’économie de l’environnement est trop réductrice pour aborder des questions qui impliquent les trois dimensions du développement durable. A cet égard la démarche de l’auteur s’éloigne du courant néoclassique (dont fait partie l’économie de l’environnement) en ce qu’elle propose une approche interdisciplinaire, faisant largement appel à l’étude d’un même phénomène à partir de plusieurs disciplines.

6Une grande partie de l’ouvrage (chapitres 3 à 5) est consacrée à préciser les grands clivages théoriques sur le développement durable, à présenter au regard de ces clivages les différentes méthodes d’évaluation de l’environnement, ainsi que les instruments économiques de protection de l’environnement. L’auteur aborde également les effets du commerce international sur l’environnement, et la prise en compte des ressources naturelles en économie. Sur chacun de ces thèmes, les différences d’approche entre le courant de l’économie de l’environnement et celui de l’économie écologique sont présentées et discutées. Si l’économie de l’environnement continue de croire au marché comme mécanisme de décision adéquat, l’économie écologique repose sur une conception en termes de coopération sociale. L’une des raisons de cette divergence tient au fait que la première approche continue de se référer implicitement à la notion de croissance, tandis que la seconde cherche à entrer véritablement dans les trois dimensions du développement durable, au sein desquelles la sphère économique n’est pas prépondérante par rapport aux autres. Si le format et l’ambition d’abord  pédagogique de l’ouvrage ne permettent pas de donner une tonalité plus personnelle aux propos de l’auteur, on perçoit bien que, nonobstant les difficultés rencontrées par cette approche, c’est bien l’économie écologique qui recueille sa préférence.

7Mais ce qui constitue selon nous l’originalité et l’intérêt les plus notoires de l’ouvrage est réuni dans les deux derniers chapitres. En effet l’auteur y aborde deux aspects qui manquent souvent cruellement dans les autres publications sur le développement durable : l’étude de la dimension sociale du développement durable et celle des politiques de développement durable. La dimension sociale du développement durable (chapitre 8) est abordée en complémentarité des dimensions environnementale et économique. L’auteur englobe dans cette dimension quatre catégories : les institutions sociales, l’analyse des styles de vie, la cohésion sociale et l’éthique. Il souligne, comme dans les chapitres précédents, les limites des approches monodisciplinaires telles que, par exemple, la théorie économique du bien-être, qui réduit ces différentes catégories à un problème d’optimisation sous contrainte.

8Les développements sur la dimension sociale du développement durable constituent une entrée en matière importante et utile, et qu’il convient de saluer tant les écrits sur ce sujet restent rares. Cependant deux remarques critiques peuvent être avancées. La première tient au fait que l’auteur propose, certes, une approche de la dimension sociale, mais semble considérer que cette dernière résulte le plus souvent des questions environnementales. Ainsi « La politique environnementale vise une amélioration du milieu vital pour tous, mais désigne des gagnants et des perdants sur le plan du bien-être économique. Elle interfère donc avec des questions de justice sociale » (page 184). Le social n’est-il alors qu’une question satellite de celle de l’environnement ? Si l’on comprend bien que la dimension sociale ne peut être étudiée pour elle-même, mais doit l’être en interaction avec les autres dimensions du développement durable, en quoi les questions sociales devraient-elles forcément résulter de questions environnementales ? Si tel était le cas, on reviendrait alors à une tendance lourde de l’économie du développement durable, à savoir partir des préoccupations environnementales et introduire ex post la dimension sociale. En réalité, notre remarque est probablement sévère. On ne peut en effet prêter à l’auteur un point de vue écocentré, bien au contraire : ses travaux antérieurs insistent sur l’importance des considérations sociales et l’intérêt d’une approche socioéconomique des problèmes. Peut-être faut-il alors tout simplement attribuer l’accent mis sur l’environnement à l’ambition didactique de l’ouvrage, qui cherche à rendre accessible au lecteur les avancées les plus « partagées » par les spécialistes du développement durable, tout en ouvrant une porte sur d’autres dimensions moins étudiées mais essentielles pour l’auteur.

9Une deuxième remarque découle de la première. L’auteur propose une approche de la dimension sociale qui recourrait à l’interdisciplinarité. Cette interdisciplinarité nécessiterait selon nous d’adopter un minimum conceptuel commun entre les trois dimensions du développement durable. Cependant les principes inséparables de la notion de développement durable, tels que l’irréversibilité ou la précaution, sont encore très souvent appliqués dans la seule sphère environnementale. L’auteur n’introduit pas leur rôle comme outils de compréhension des questions humaines et sociales. Or la dégradation de certains actifs sociaux ou même économiques n’est-elle pas irréversible ? L’existence de seuils d’irréversibilité nous semble aussi pertinente dans le domaine du développement humain et social que dans celui de l’environnement. Ainsi les évolutions négatives de certains indicateurs de développement humain (santé, pauvreté) pour les populations marginalisées, dans les pays pauvres tout comme dans les économies à revenu élevé, mériteraient une analyse plus approfondie des seuils d’irréversibilité qui rendent impossible la récupération des dotations de départ.

10Cette analyse des seuils d’irréversibilité, tant dans la sphère sociale que dans la sphère environnementale, servirait certainement à articuler les options de politiques de développement durable présentées par l’auteur dans le dernier chapitre de l’ouvrage. En effet, l’articulation des différentes dimensions du développement durable reste un problème crucial, car les liens entre l’évolution du bien-être social, du respect de l’environnement et du développement économique demeurent méconnus et complexes. En utilisant des concepts et des mécanismes transversaux et reconnus aujourd’hui dans la littérature sur le développement durable, on pourrait proposer des pistes de décloisonnement des politiques de développement durable, toujours largement sectorielles. Le recours à l’idée d’irréversibilité dans le domaine social et humain constitue un exemple de ces concepts transversaux et communs aux trois dimensions de la durabilité. Si cette approche n’est pas présente dans l’ouvrage de Beat Bürgenmeier, cela ne remet pas en cause les apports essentiels de son travail, en particulier à travers les bases qu’il pose pour sortir la dimension sociale de son ornière, et orienter l’économie du développement durable comme une science de l’action sociale, capable de proposer des options pour l’action publique. Ces qualités en font un ouvrage que l’on ne peut que recommander à ceux qui cherchent un cadre de référence non économiciste aux actions de développement durable.

11Voir la page de Beat Bürgenmeier http://www.unige.ch/​ses/​ecopo/​staff/​buergenmeier/​buergenmeier.html

12Voir la fiche aux éditions de Boeck : http://universite.deboeck.com/​livre/​?GCOI=28011100327630

Haut de page

Table des illustrations

URL http://developpementdurable.revues.org/docannexe/image/970/img-1.png
Fichier image/png, 6,2k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Boidin, « Beat Bürgenmeier, 2004, Economie du développement durable, Bruxelles, de Boeck, Collection Questions d’économie et de gestion. », Développement durable et territoires [En ligne], Lectures, Publications de 2004, mis en ligne le 23 mars 2005, consulté le 23 avril 2017. URL : http://developpementdurable.revues.org/970

Haut de page

Auteur

Bruno Boidin

Bruno Boidin est Maître de conférences en économie, CLERSE-IFRESI, Lille1, bruno.boidin@univ-lille1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille1
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • Revues.org