Navigation – Plan du site
Lectures

Chantal Aspe, Marie Jacqué, 2012, Environnement et société. Une analyse sociologique de la question environnementale, Éd. MSH, Éd. Quæ, France, 279 p.

Antonio Dos Santos

Texte intégral

1Chantal Aspe et Marie Jacqué sont toutes deux maîtres de conférence en sociologie à l'université d'Aix-Marseille. Le travail dont il est ici question reflète leurs thématiques principales, et probablement une forme d'aboutissement de leurs recherches respectives. Cet ouvrage à visée presque exhaustive, bien que les auteures s'en défendent, est constamment nourri par leurs propres travaux empiriques, alimentant ainsi d'une façon toujours pertinente les théories soutenues.

2« Une analyse sociologique de la question environnementale », voilà qui est ambitieux. Bien qu'un ouvrage à caractère exhaustif implique nécessairement de passer sous silence certains éléments secondaires, les auteures réussissent le tour de force de nous offrir un panorama extrêmement détaillé de la problématique.

  • 1 Pour plus de détails, se référer à l'un des ouvrages fondateurs du courant constructiviste : Berger (...)

3L'ouvrage est organisé en sept chapitres, dont la lecture peut-être indépendante. Il est tour à tour question des mouvements sociaux, du militantisme, de l'appropriation institutionnelle, juridique et scientifique de la question environnementale. Ces thèmes sont tous traités à travers une approche historique dynamique. Pour autant, les différentes dimensions de la problématique sont toujours liées par des positionnements épistémologiques transversaux. Il est donc bien question du lien entre environnement et société, et plus précisément de la construction sociale et politique de l'environnement. Le constructivisme1 représente le paradigme sous-jacent de l'ensemble des analyses. Cet ouvrage, aux références bibliographiques et théoriques prolifiques ne gagnerait pas à être présenté chapitre par chapitre. Un tel procédé obligerait à mettre en lumière des éléments intéressants et à en omettre certains autres qui le sont tout autant. Le choix a donc été fait d'insister sur les lignes de forces théoriques traversant l'ouvrage. Cette position, qui implique de passer outre certains détails, offrira tout de même au lecteur une idée relativement précise de la façon dont les différentes thématiques sont abordées dans l'ouvrage en lien avec les paradigmes mobilisés.

4Pour les auteures, l'apparition de la problématique environnementale doit être lue comme le signe d'une remise en cause du mode de développement industriel et capitaliste. C'est cette question qui se jouerait, d'abord dans l'ensemble des luttes et mobilisations environnementales des décennies 1970 et 80, mais également dans l'acceptation quasi-unanime du principe de crise écologique par les populations peu ou pas investies dans des mouvements contestataires. L’idée-force traversant tout l'ouvrage à la façon d'un fil rouge réside dans la théorie suivante : la définition progressive de la question environnementale s'est construite sur la base d'une remise en cause du mode de développement industriel productiviste. Pour autant, les contestations n'aboutissent pas au résultat escompté. Au contraire, l'émergence de cette problématique aurait servi de socle à la recomposition du système capitaliste et libéral, ce dernier l'intégrant pleinement dans son fonctionnement :

5« La question environnementale pose le problème du mode de développement des sociétés industrialisées comme question centrale. Mais au lieu de reconsidérer cette forme de développement, […], elle a servi de support à la réorganisation à la fois du système économique, des institutions politiques et de formes de pouvoir » (p. 10).

6Les signes de l'assimilation de la thématique environnementale par le système productiviste deviennent particulièrement visibles lorsqu'il s'agit d'étudier l'évolution du traitement institutionnel du champ de l'environnement, en retraçant le passage de notion de « protection de la nature » dans la décennie 1970, à celui de patrimoine dans les années 1980-90 pour enfin aboutir aux notions de bien environnemental et de développement durable de nos jours. Or l'utilisation du terme de développement à lui seul, en plus du contenu de la notion, démontre pour les auteures que l'approche dominante au niveau national à l'heure actuelle tend plus vers une approche d'exploitation économique, que de conservation ou de protection écologique. Le traitement politique de l'environnement est désormais fondé sur le recours aux marchés. Par ce processus, le champ institutionnel délègue progressivement la gestion de la crise environnementale aux acteurs économiques.

7L'attribution des prérogatives environnementales à la sphère économique contribue à adopter une posture de gestion technique et libérale de l'environnement. Désormais, il ne s'agit plus de dépasser le système productif, mais de repenser ce dernier afin qu'il devienne la solution au problème qu'il pose. L'apparition et la diffusion d'une gestion technique et technologique de l'environnement sont entendues ici comme la norme dominante. Plutôt que de repenser les modes de consommation et de production, ainsi que leurs finalités, les solutions et innovations techniques permettent de perpétuer ces systèmes de production. L'innovation technique se trouve ainsi déconnectée de l'innovation sociale qui en est à l'origine (p. 124). La prégnance d'une relation avec l'environnement basée sur des dispositifs gestionnaires peut-être expliquée par différents éléments.

8D'après les auteures, la définition de l'environnement a été construite principalement dans le champ politique. Le recours à un appui scientifique par les institutions, notamment de la part d'économistes néo-libéraux, expliquerait l'évolution des modes d'administration de l'environnement, lesquels se transforment progressivement en une approche utilitariste légitimant une gestion technique encadrant l'exploitation des ressources naturelles, y compris celles faisant l'objet d'une protection (p. 123).

  • 2 Voir Habermas J., La technique et la science comme « idéologie », 1973, Paris, Gallimard.

9Ensuite, la diffusion dans les consciences de l'existence d'une crise écologique s'est produite corrélativement à l'apparition et la construction de la notion de risque. La prise en compte des vulnérabilités environnementales a donné naissance à une intervention institutionnelle privilégiant l'anticipation de ces dangers par la normalisation et la législation. Comme dans l'ensemble des domaines de l'action publique, c'est désormais l'expertise qui prédomine, la légitimation politique transitant principalement par le crédit scientifique. Le fort développement de l'expertise qui s'ensuivit est à la fois cause et conséquence de ce rapport gestionnaire. Selon les auteures, l'omniprésence du groupe des experts dans la légitimation des décisions politiques aboutit à une forme de technocratie, remettant en cause la réalité d'une démocratie technique. En se basant sur les travaux de Jürgen Habermas, les auteures estiment que l'expertise « scientifise » le politique et décrédibilise le profane2, le dépossédant ainsi de son influence dans des processus a priori démocratiques. Dans ce cadre, l'expertise semble se transformer en une nouvelle forme de contrôle social (p. 204). Ainsi, risques et environnement sont désormais liés.

10La troisième ligne de force traversant l'ouvrage argumente que l'acceptation grandissante de l'idée de crise écologique a contribué à transformer les représentations de l'environnement et plus largement de la réalité. La diffusion du concept d'environnement s'est d'abord réalisée sous le joug de l'écologie scientifique caractérisée en partie par la mobilisation des chercheurs la produisant. L'écologie, se définit notamment par une approche systémique, qui insiste essentiellement sur les interdépendances et connexions entre les différentes parties de ce tout que représente la planète. Ainsi, cette première acception scientifique du terme environnement a obligé les autres sphères sociales à adopter une approche systémique de celui-ci, tenant compte des interdépendances et des indéfectibles liens entre les différents groupes humains et non-humains (p. 148).

11Bien que les auteures ne lient pas explicitement ces différents processus, il semble que l'adoption d'une approche systémique ait contribué à une mutation des modes de mobilisations habituels et des valeurs qui sont affectées à ceux-ci. À la différence des mobilisations syndicales traditionnelles, le mouvement écologiste a muté vers un fonctionnement interactionniste. Dans ce dernier, le mode d'action repose sur le paradigme de « l'action locale à portée globale ». C'est l'acte individuel qui prédomine, celui-ci étant au service du collectif. L'émergence du mouvement écologiste a aussi permis aux classes moyennes de se positionner dans le champ social, en faisant reconnaître et valoriser leurs compétences. Car il semble bien s'agir de cela : « progressivement l'objet des revendications se transforme et ne consiste plus réellement en la remise en cause du projet contesté mais en la reconnaissance experte des contestataires » (p. 64). Dans ce cadre, « la recherche de valorisation individuelle [de certains des membres de mouvements contestataires environnementaux] s'inscrit au contraire dans la construction identitaire de nouvelles couches sociales [notamment les classes moyennes] qui se caractérisent plus par leur idéologie que par leur place dans l'organisation de production » (p. 59).

12Finalement, il semble que naissent de nouveaux modes de mobilisation, reposant sur le militantisme associatif pour les plus engagés et sur l'acte quotidien pour ceux se situant plus à la marge voire à l'extérieur du mouvement environnementaliste. Il s'agit là d'un paradigme alimentant l'ensemble du mouvement pour l'environnement : la portée globale des actions locales, une représentation de l'engagement qui dénote bien l'appropriation d'une approche systémique de la réalité.

13La quatrième et dernière idée maîtresse que nous avons choisi de mettre en lumière constitue la conséquence des précédentes mutations. L'émergence d'une approche systémique, en forçant la recomposition des mouvements sociaux vers un individualisme prononcé, ainsi que la normalisation et l'institutionnalisation des mobilisations environnementalistes aboutit à un paradoxe dans l'engagement qui se qualifie désormais d'éco-citoyen. L'éco-citoyenneté devient aliénante à compter de l'instant où l'individu qui s'y mobilise se voit dépossédé des objectifs de son engagement. Les auteures emploient l'exemple du recyclage des déchets pour démontrer que cette filière, et plus largement l'ensemble des éco-activités participent désormais grandement à l'économie nationale : « En proposant de nouveaux marchés, basés sur l'innovation environnementale, la réponse apportée aux problèmes environnementaux renouvelle et relance en réalité la production et la consommation des produits industriels » (p. 247). Dans ce contexte, l'objectif n'est plus la remise en cause du mode de développement industriel, mais la refonte de ce dernier, qui doit désormais intégrer les enjeux écologiques. L'éco-citoyenneté tend ainsi à dépolitiser la question environnementale, déléguant celle-ci à l'innovation technologique. Dans ce cadre, les individus sont dessaisis des finalités de leur mobilisation. « L'enjeu politique que représente la reconnaissance sociale du projet écologique se heurte non pas nécessairement à une dévalorisation de ce projet mais, par un détournement de ses principes, à des actes gestionnaires, dont les finalités globales échappent en grande partie aux individus qui les portent » (p. 252).

14La dépolitisation de la question environnementale par l'avènement d'une approche gestionnaire et technique représente bien l'argument central de l'ouvrage. Nous ne contesterons pas cette analyse, par ailleurs fort bien appuyée tout au long de la lecture. En revanche il apparaît souhaitable de nuancer un élément.

  • 3 La notion de capitalisme vert fait référence à l'émergence de nouvelles technologies, dont la mise (...)

15En particulier, la démonstration des auteures suggère une forme d'amalgame des différents types de mobilisations, par une confusion des valeurs et finalités qui y sont afférentes. Si les auteures démontrent fort bien que la genèse de la contestation environnementaliste, à travers la naissance de l'écologie politique, est basée sur une remise en cause du système industriel productiviste dans son ensemble, on estime que la généralisation des « bonnes pratiques » en faveur de l'environnement et la diffusion très étendue du concept de développement durable ne signifie pas que les valeurs et finalités du mouvement écologiste ont été intégrées par tous (cf. chap. 1 et 7). En conséquence, il apparaît discutable de considérer, en faisant preuve de pragmatisme, que le tri des déchets représente pour les individus peu engagés une étape de la remise en cause du capitalisme, et par extension du productivisme. Nous pensons que la diffusion du développement durable et le succès de la notion démontrent bien l'acceptation progressive d'un « Capitalisme vert »3, promu à grands coups de green washing, et recomposé en un système présenté comme plus cohérent avec la crise écologique. Nous ne nous engageons pas ici sur la viabilité, la finalité ou la souhaitabilité d'un tel système, mais sur la réalité de l'adhésion à des valeurs de type alter-mondialiste par l'ensemble de la population.

16En dépit de cette réserve qui n'est le fruit que de l'interprétation de l'auteur de ce compte-rendu, l'ouvrage présente de grandes qualités, aussi bien pour l'engagement dont font preuve ses auteures que pour la profusion d'éléments théoriques et bibliographiques qui intéresseront tous ceux qui portent intérêt au traitement de la notion d'environnement par les sciences sociales.

Haut de page

Notes

1 Pour plus de détails, se référer à l'un des ouvrages fondateurs du courant constructiviste : Berger T., Luckman T., La construction sociale de la réalité, trad. 2006 [1ère éd. 1966], Paris, Armand Colin.

2 Voir Habermas J., La technique et la science comme « idéologie », 1973, Paris, Gallimard.

3 La notion de capitalisme vert fait référence à l'émergence de nouvelles technologies, dont la mise en place permettrait de perpétuer productivisme et qualité de l'environnement. La notion fait l'objet de nombreuses critiques quand à sa viabilité et son caractère intrinsèquement contradictoire. Voir par exemple Corcuff P., Anticapitalisme et antiproductivisme à l'aube du XXème siècle – Autour des analyses d'Hervé Kempf, 2009, Article en ligne consultable à l'adresse : http://www.reporterre.net/spip.php?article339

Haut de page

Table des illustrations

URL http://developpementdurable.revues.org/docannexe/image/9999/img-1.png
Fichier image/png, 173k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antonio Dos Santos, « Chantal Aspe, Marie Jacqué, 2012, Environnement et société. Une analyse sociologique de la question environnementale, Éd. MSH, Éd. Quæ, France, 279 p. », Développement durable et territoires [En ligne], Vol. 4, n°3 | Octobre 2013, mis en ligne le 30 octobre 2013, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://developpementdurable.revues.org/9999

Haut de page

Auteur

Antonio Dos Santos

Antonio Dos Santos est doctorant en sociologie à l'Université Lille 1, rattaché au laboratoire Clersé et financé par l'ADEME dans le cadre de sa thèse. Ses recherches ciblent principalement la question des rapports Homme/Nature en milieu urbain.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille1
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • Revues.org