Navigation – Plan du site

Éditorial - Recherche : de la formulation à la diffusion effective ?

Au sein du comité de rédaction de Développement Durable et Territoires, nous nous interrogeons très régulièrement sur le rôle du chercheur dans la société. Comment nos différents travaux peuvent-ils être utiles et avoir une influence sur la réalité ? Si le concept de « développement durable » représente, à la fois, une notion théorique et une grille d’étude empirique, il ne faut pas, pour autant, négliger son caractère opératoire.

Récemment, un « incident » de ma vie universitaire rappela la nature cruciale de cette réflexion. À la sortie d’une réunion d’un programme ANR portant sur « le clean et les métiers du nettoyage », j’attendais l’ascenseur en compagnie de deux collègues. Ces derniers discutaient avec feu de l’objet de la réunion à savoir le côté invisible des personnes exerçant les fonctions de nettoyage parce que ces fonctions ne sont pas, socialement, considérées comme nobles, parce qu’elles sont exercées en horaires décalés, parce qu’elles sont, parfois, éloignées du cœur de métier de l’entreprise ou de l’administration, et parce qu’elles sont, de plus en plus souvent externalisées.

Le cœur de cette discussion portait donc sur ces différentes raisons et sur les recommandations à préconiser afin d’améliorer les conditions de travail des personnes dont c’est le métier ; rendre leurs activités davantage visibles devrait contribuer à ce que leur situation professionnelle devienne plus confortable, notamment parce que cela signifierait une reconnaissance sociale accrue. Tel était sensiblement la teneur des propos échangés par mes collègues.

Ironiquement, à quelques mètres à peine de notre petit groupe, une femme de ménage faisait son travail en vidant des corbeilles dans son chariot. À ma plus grande surprise, pris par leurs échanges, mes collègues ne répondirent pas à son salut. Cela signifiait, d’une part, la véracité de l’hypothèse de l’invisibilité de ces travailleurs et, d’autre part, qu’il n’est pas aisé de s’extraire des relations sociales de la société dans laquelle nous vivons.

Si pour une chose aussi simple que rendre le bonjour à une femme de ménage qui fait son travail dans un couloir le poids des habitudes joue à ce point, il est légitime de s’interroger sur la manière dont les chercheurs – notamment dans le champ du développement durable – restituent les résultats de leurs travaux à la société dite «  civile ».

Il s’agit, en effet, d’une « matière » aux enjeux considérables, à la complexité sans pareil traversée d’innombrables interactions ; elle s’adresse, en outre, à tous les citoyens quel que soit leur niveau d’éducation et leur intérêt, plus ou moins lointain, avec l’environnement, pas seulement aux responsables politiques (encore qu’il s’avère, là aussi, nécessaire de défendre une logique différente de la leur).

Certains esprits chagrins pourraient en déduire, un peu hâtivement, l’inutilité de ces travaux de recherche. Il convient, au contraire, d’approfondir ce champ et de le compléter par des travaux qui s’interrogent sur les modes de fonctionnement des chercheurs et des liens qui les unissent à la société.

Dernier numéro en ligne
vol.6, n°1 | mars 2015
Géographie(s) et Droit(s)

  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Réseau Développement durable et territoires fragiles
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • Revues.org