Navigation – Plan du site
Géohistoire des risques et des patrimoines naturels fluviaux

Cartographie interactive historique pour informer sur les risques : application avec le DICRIM de la Ville de Saint-Étienne

Historical interactive mapping to inform about risks: Application with the DICRIM of Saint-Étienne
Élisabeth Chesneau, Adeline Clément et Éric Lieghio

Résumés

Une commune soumise à des risques majeurs comme des inondations a pour obligation de réaliser un Document d'Information Communal sur les Risques Majeurs. Une partie des informations à communiquer concerne les événements historiques ayant eu lieu sur le territoire. La carte constitue un vecteur essentiel pour spatialiser ces données. En 2011, la Ville de Saint-Étienne, l'Institut des Risques Majeurs de Grenoble et l’UMR EVS ont développé une application cartographique interactive sur l'histoire des risques à Saint-Étienne. Dans le cadre d’un projet de recherche, deux enquêtes ont été réalisées qui évaluent comment la carte est perçue et comprise. Sur la base des résultats obtenus, une nouvelle carte a été élaborée qui présente l'originalité d'être enrichie d'une frise chronologique.

Haut de page

Texte intégral

1. Apports de la cartographie interactive pour informer sur l'histoire des risques

1Selon le Ministère chargé de l'écologie, 21 252 communes sont soumises à des risques majeurs en France. Un risque majeur se définit comme un phénomène ayant une faible probabilité de se produire mais dont les dommages matériels, humains et environnementaux sont élevés. Afin d’informer la population des risques qu’elle encourt sur son lieu de vie, l'État français a développé l’information préventive dans sa politique de prévention des risques (article L135-2 du Code de l'Environnement CE). L’information préventive décrit « les risques, leurs conséquences prévisibles pour les personnes, les biens et l’environnement, ainsi que l’exposé des mesures de prévention et de sauvegarde prévues pour limiter leurs effets » (article R125-11 du CE). Pour satisfaire cette obligation réglementaire, l'État et les communes se partagent les compétences et responsabilités : à l’échelle du département, un Dossier Départemental sur les Risques Majeurs (DDRM) est élaboré, listant les communes concernées par les risques. À l’échelle communale, le maire doit mettre en place un Document d’Information Communal sur les Risques Majeurs (DICRIM), accompagné d'une campagne de communication et d'un affichage dans certains lieux et bâtiments communaux.

2Un DICRIM se compose de différentes parties (article R125-11 du CE) : les caractéristiques des risques dans la commune, les principaux événements et accidents qui ont eu lieu, les mesures de prévention, de protection et de sauvegarde face aux risques majeurs, les consignes de sécurité, les arrêtés de catastrophe naturelle, les repères de crues si la commune est soumise au risque d'inondation, la carte délimitant les cavités souterraines. Parmi ces éléments, une présentation de l'histoire des risques apparaît essentielle pour développer et entretenir une mémoire des événements auprès des populations vivant ou fréquentant des territoires exposés aux risques, et par là même pour les aider à adopter des comportements adaptés lors d'une crise. « La mémoire est un élément de la culture du risque, qui, se référant à ce qui s'est passé, doit favoriser l'acceptation, l'adhésion, l'appropriation des politiques de prévention par les populations » (Ledoux, 2006, p. 538-39). Ces informations sur l'histoire des risques peuvent être présentées sous forme de textes, d'iconographies ou de cartes. Ces dernières apparaissent particulièrement adaptées pour représenter des données géohistoriques et créer ainsi une « mise en récit de l’espace » qui vise à « montrer les permanences, l’inertie ou les trajectoires imposées par des configurations spatiales, en faire un récit et en montrer le sens dont le temps actuel est le terme » (Jacob-Rousseau, 2009). Selon Cœur (2012), « les données géohistoriques peuvent replacer le territoire et son exposition aux risques majeurs dans une histoire plus large, à la fois locale, régionale voire nationale. Elles peuvent fournir des éléments d'explication aux processus qui ont conduit aux situations actuelles en termes de danger, d'exposition et de nécessaire dispositif collectif ou individuel de protection. Elles peuvent également mettre en lumière l'évolution de la vulnérabilité du territoire face à tel ou tel phénomène, la réalité et les conséquences d'un événement particulier. »

3L'analyse des cartes présentes dans une trentaine de DICRIM (Chesneau et Ultsch, 2010) issus de la base de données nationale BD DICRIM1, permet de constater que la carte est peu mobilisée pour présenter des données historiques. Si elle existe, elle montre le plus souvent des inondations comme l’enveloppe de crue de référence dans le DICRIM d'Olivet ou repères des plus hautes eaux connues dans celui de Metz. Ces cartes sont en format statique même si le développement des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) les fait évoluer vers plus d’interactivité, d’animation et de dynamisme. Des applications cartographiques interactives sur le web de type Géoportail ou Google Maps2voient le jour mais elles concernent encore peu le domaine de l'information sur les risques majeurs. Ainsi, à l’échelle régionale, la Direction Régionale de l'Environnement d'Île-de-France a mis en place un portail cartographique interactif relatif aux repères de crues qui permet à l’utilisateur de naviguer dans la carte, de changer de fond de plan et d’afficher des informations textuelles ou photographiques associées à un repère de crue3. À l'échelle départementale, le Conseil Général des Hautes-Pyrénées a développé une interface cartographique pour montrer la répartition des risques présents dans les communes du département. En sélectionnant une commune, des informations détaillées sur les risques sont affichées4.

4Au-delà de l’interactivité, la carte peut prendre une dimension collaborative. C’est le cas du site Internet de l'Institut pour l’Histoire et la Mémoire des Catastrophes qui permet à un internaute non seulement de s'informer sur des événements à partir d'une carte interactive et de fiches mais aussi d'ajouter ses propres données5. Comme le souligne le Ministère chargé de l'écologie, ce site « unique en son genre en Europe, participe au développement des connaissances en lien avec les catastrophes survenues sur le territoire français. Son objectif est de contribuer à une mémoire et à une culture du risque à travers la constitution d’une banque de témoignages, afin de favoriser la résilience des générations actuelles et futures » (MEDDE-1, 2013).

  • 6 Ce projet a été financé par la Ville de Saint-Étienne, la Région Rhône-Alpes et la Direction Région (...)
  • 7 Implication du laboratoire ISTHME (UMR CNRS 5600 Environnement Ville Société) dans le projet de rec (...)

5Ce contexte et les recommandations de la Directive Inondations de recourir aux TIC pour mieux communiquer sur les risques (Directive Inondations, 2007, p. 18) nous ont amenés à développer des travaux sur l'élaboration et l'évaluation de cartes interactives dans les DICRIM ainsi que sur la dimension historique, objet de cet article. Une expérience originale menée à partir de 2011 par la Ville de Saint-Étienne, l'Institut des Risques Majeurs (IRMa) de Grenoble et le laboratoire ISTHME (UMR EVS) de l'université Jean Monnet de Saint-Étienne a porté sur le développement d'un DICRIM en ligne composé de deux cartographies interactives : l'une sur le risque d'inondation potentiel actuel, l'autre sur les événements passés réels (Ville de Saint-Étienne, 2012)6. Ce travail a conduit à la rédaction d'un guide de recommandations à destination des communes afin de reproduire la démarche (Clément et al., 2012). En complément, dans le cadre d’un projet de recherche7, de nouvelles cartes interactives, dont une portant sur le volet historique, ont été réalisées (Lieghio et al., 2012) ainsi que des enquêtes auprès d’acteurs pour évaluer la pertinence des propositions. Cet article expose une partie des résultats obtenus. Après une description de la démarche menant à la réalisation de la base de données géohistoriques, nous présenterons la première carte historique interactive produite et les résultats de son évaluation par enquête. Puis, nous énoncerons les modifications apportées dans la seconde version de la carte et les résultats de l’enquête associée. Pour conclure, nous proposerons des pistes pour poursuivre ces études.

2. Constitution d'une base de données géohistoriques : une démarche complexe

  • 8 Des conventions sont signées avec les propriétaires des données en vue de leur utilisation dans le (...)

6La constitution de la base de données géohistoriques débute par la recherche, le recensement et la collecte de documents archivistiques relatant des événements majeurs ou marquants pour la mémoire collective qui se sont déroulés dans la Ville de Saint-Étienne. Ces documents (textes, iconographies, cartes, vidéos, bandes sonores) proviennent de différents organismes comme les Archives Municipales, les Archives Départementales, les bibliothèques, les services de la Ville, la presse locale ou encore des particuliers8. Au total, ce sont 141 événements, se déroulant entre 1587 et 2011, qui ont été recensés, dont plus de la moitié sont des inondations. Seuls 115 de ces événements sont illustrés (244 documents), principalement par des photographies et des articles de journaux.

7Chaque document est numérisé et enregistré dans un fichier (texte, image, vidéo ou son) puis classé dans un répertoire regroupant les documents concernant le même événement et accompagné par une fiche descriptive de l'événement (réalisée par les services de la Ville de Saint-Étienne). Un tableau numérique, qui intègre les métadonnées propres à chaque document et à chaque événement qu'il illustre permet de synthétiser l'ensemble des informations nécessaires à l'exploitation des données. Le Tableau 1 en montre un extrait avec l'identification d'un document officiel émanant du Directeur Général des Ponts et Chaussées et des Mines qui décrit un événement de type inondation datant du 14 août 1837.

Tableau 1. Extrait de la base de données géohistoriques ©

Tableau 1. Extrait de la base de données géohistoriques ©

Clément et al., 2012.

8Chaque document est localisé sur la carte avec un point dont la position est définie en fonction du lieu mentionné ou visualisé dans le document (par exemple, on localise une photographie à l'endroit d'où elle a été prise). Avec cette méthodologie, un même événement peut être représenté plusieurs fois sur la carte si plusieurs documents localisés en des lieux différents le concernent. En outre, on peut avoir deux documents associés chacun à un événement spécifique mais qui peuvent avoir la même localisation. Deux points apparaissent alors sur la carte.

3. Première carte interactive historique et enquête de satisfaction : une étude exploratoire

9La base de données géohistoriques que nous venons de présenter sert de point de départ pour créer une première carte interactive sur l'histoire des risques destinée au DICRIM de la Ville de Saint-Étienne. La carte proposée émane de choix relatifs aux données à afficher, à leur représentation cartographique, aux documents multimédia associés, aux possibilités interactives dans la carte et à l'intégration de la carte au sein du DICRIM.

10Nous choisissons de représenter chaque document en fonction du type d'événement qu'il relate. Pour ce faire, nous utilisons des signes ponctuels évocateurs qui se réfèrent aux pictogrammes définis par le Ministère chargé de l'écologie (MEDDE-2, 2013). Leur couleur violette rappelle celle de l'information préventive (Figure 1).

Figure 1. Signes ponctuels selon le type d'événement

Figure 1. Signes ponctuels selon le type d'événement

© Chesneau 2013.

11Comme vu précédemment, ce sont 244 documents relatifs à 115 événements qui doivent être affichés. À grande échelle, chaque document est positionné selon ses coordonnées géographiques mais à une échelle plus petite, cette solution rendrait la carte illisible du fait de la superposition de plusieurs points. Nous effectuons alors une généralisation de l'information en regroupant les points proches spatialement qui se réfèrent au même type d'événement. La Figure 2 montre un exemple de résultat obtenu : alors qu'à grande échelle (gauche), on a 14 signes relatifs à l'inondation, ils sont au nombre de 5 à petite échelle (droite).

Figure 2. Exhaustivité (gauche) et généralisation (droite) des signes

Figure 2. Exhaustivité (gauche) et généralisation (droite) des signes

© Ville de Saint-Étienne, 2013.

12Il est possible de consulter les documents d'archives directement depuis la carte ou en effectuant une requête selon le type ou l'année des événements (Figure 3). Un hyperlien (cf. textes soulignés) lié à chaque document permet d'ouvrir son contenu.

Figure 3. Consultation des documents d'archives

Figure 3. Consultation des documents d'archives

© Ville de Saint-Étienne, 2013.

13Dans le cas où plusieurs documents sont associés à un même signe ponctuel, un diaporama s'affiche pour les faire défiler selon leur ordre chronologique (Figure 4).

Figure 4. Diaporama des documents associés à un même signe

Figure 4. Diaporama des documents associés à un même signe

© Ville de Saint-Étienne, 2013.

14Les autres possibilités interactives offertes à l'utilisateur concernent la navigation (zoom, déplacement) dans la carte, le choix des types d'événements à afficher, la localisation par adresse ainsi que la sélection d'un fond de plan (fond topographique, photographie aérienne, plan cadastral).

15La Figure 5 montre comment ces éléments s'agencent les uns par rapport aux autres dans l'application cartographique à laquelle nous ajoutons un titre et un descriptif (en haut de page).

Figure 5. Environnement interactif de la carte

Figure 5. Environnement interactif de la carte

© Ville de Saint-Étienne, 2013.

16Cette proposition cartographique est implémentée au sein d'une architecture comprenant un serveur cartographique Géoserver, un serveur de base de données Oracle et un serveur web Apache TomCat. Deux librairies JavaScript sont ajoutées : OpenLayers pour l'affichage cartographique et JQuery pour l'ajout de possibilités du langage JavaScript.

17Un avantage de cette cartographie interactive, au regard d'une carte statique, réside dans le fait qu'il est possible de consulter un grand nombre de documents d'archives sans pour autant surcharger visuellement la carte, l'affichage étant personnalisé en fonction des requêtes de l'utilisateur. En outre, la consultation des informations se fait à l'échelle des lieux de vie et au plus près des sources de risques. De plus, des ressources multimédia variées (photographies, vidéos, texte) sont rendues accessibles directement depuis la carte. Un autre point positif est que l'utilisateur peut visualiser rapidement et à n'importe quel moment cette cartographie à condition d'avoir accès à Internet. De manière plus globale, ce travail offre l'opportunité de mener une réflexion co-constructive entre chercheurs et acteurs locaux. Ceci constitue une démarche qui nous semble essentielle en vue de répondre au plus près aux besoins des opérationnels et de leur transférer au mieux les résultats de la recherche.

18Afin d'évaluer l'intérêt de notre travail, qui constitue une expérimentation originale, et de l'améliorer si besoin, une enquête est effectuée. Pour ce faire, nous adoptons une approche qualitative de terrain (Paillé et al., 2012) qui se veut exploratoire (Alami et al., 2009). Notre objectif est de relever des tendances sur la façon dont les utilisateurs manipulent les cartes et sur leur niveau de compréhension et de mémorisation des informations représentées. Nous cherchons également à obtenir des avis et des conseils afin d’apporter des améliorations.

19L'enquête a été réalisée auprès de 18 participants qui possèdent des niveaux d'expertise différents en cartographie et sur la thématique des risques, ont des liens avec les contributeurs du projet (Ville de Saint-Étienne, laboratoire ISTHME de l'Université Jean Monnet de Saint-Étienne) et des connaissances sur le site (emploi ou résidence à Saint-Étienne).

  • 9 Cet article étant centré sur les résultats obtenus pour la carte interactive historique, le protoco (...)

20Plusieurs étapes structurent le test9. Tout d'abord, nous invitons le participant à naviguer librement dans le DICRIM interactif et les cartes. Toutes ses actions sont enregistrées sous formats audio et vidéo. Ensuite, le participant complète un questionnaire dont l'objectif est d'évaluer le niveau de mémorisation des informations qu'il vient de visionner. Un entretien semi-directif s'ensuit entre l'animateur et le participant à travers lequel ce dernier exprime ses avis et ses ressentis sur les cartes. À la fin du test, il remplit une fiche d'identité.

21Les résultats décrits ici concernent des aspects pour lesquels une majorité d'observations et d'opinions provenant des enquêtés convergent. Ils sont de ce fait importants à prendre en compte dans la mise au point de cartes interactives pour l'information sur les risques majeurs.

22Concernant le sujet traité, cette carte est jugée intéressante par les enquêtés puisqu’elle met en évidence les événements qui se sont passés sur le territoire, en particulier à l’échelle des quartiers. Elle permet d'aider à prendre conscience que le lieu où nous vivons peut être soumis à un risque et que celui-ci peut devenir réalité à tout moment. Toutefois, les participants éprouvent des difficultés dans la compréhension des données affichées, en particulier quand un événement est matérialisé par la localisation d'un ou de plusieurs documents. Des événements majeurs ne sont pas suffisamment représentés tandis que des événements mineurs sont très documentés et semblent donc plus considérables. Les sujets interrogés aimeraient plutôt visualiser les événements selon leur importance en termes d'impacts et de dommages sur le territoire. En outre, certains participants ne voient pas l'intérêt de localiser à un endroit précis des événements qui ont touché toute la ville comme des phénomènes neigeux ou des tempêtes. Pour ces événements, il conviendrait de représenter leur emprise spatiale au lieu de les matérialiser par quelques points qui ne traduisent pas la réalité de l'extension du phénomène.

23Une autre critique porte sur le manque de lisibilité de la carte au moment de son affichage au démarrage de l'application puisque tous les événements, quels que soient leur date ou leur type, sont visibles. Par ailleurs, les signes ponctuels utilisés pour représenter les événements ne sont pas suffisamment explicites (par exemple, le manche à air pour la tempête) et se différencient difficilement car leurs figurés sont de la même couleur.

24Concernant la recherche de documents, les participants émettent le souhait d'avoir une approche chronologique plus développée, l'outil de requête selon le type ou la date des événements ne suffisant pas. Ils suggèrent de mettre en valeur des dates ou des périodes (intervalles de temps) avec des codes couleurs ou avec une frise chronologique interactive. Ils aimeraient aussi avoir d'autres outils de requête pour sélectionner des documents selon un périmètre dessiné sur la carte ou selon leur support (photographie, texte, carte).

25Les participants éprouvent des difficultés pour localiser les documents sélectionnés sur la carte lorsqu'une liste de résultats s'affiche (Figure 3 droite), la carte ne s'actualisant pas automatiquement. Il conviendrait de ne montrer sur la carte que les signes effectivement sélectionnés ou de les afficher avec une autre couleur.

26Le contenu des documents d'archives est également à améliorer. Malgré leur support multimédia (coupure de presse, photographie, vidéo, bande sonore) et leur navigation au sein d'un diaporama qui sont jugés plaisants, il y a trop de documents et on peut s'interroger sur l'intérêt de certains. Il faudrait limiter leur nombre en supprimant ceux qui sont trop techniques, ambigus et difficiles à comprendre pour le grand public. En outre, les descriptifs associés aux documents doivent être améliorés afin d’avoir des résumés courts et plus appropriés pour des utilisateurs réticents à trop de texte.

27Au cours de l'enquête, nous avions demandé aux participants s'ils souhaitaient visualiser les événements sur des fonds de plan de la même époque. Les avis sont partagés. Les points positifs, uniquement mentionnés par des experts en risques, sont que les anachronismes pourraient être évités et que cela permettrait d'éviter les confusions ou les problèmes de compréhension d'événements qui ont eu lieu par le passé mais qui ne peuvent plus se produire aujourd'hui du fait d'aménagements. D'autres participants, provenant de l'ensemble des profils interrogés (novice, expert en cartographie ou en risques, gestionnaire du risque), trouvent notre proposition non pertinente et ceci pour plusieurs raisons. Tout d'abord, les fonds de plans anciens ne sont pas utiles, mis à part pour des spécialistes ou des personnes curieuses qui prennent plaisir à voir des cartes anciennes. Ils ne servent pas le but d'information de la population sur les risques. Ensuite, ils alourdiraient la carte à cause d'une densité graphique trop élevée.

Tableau 2. Éléments positifs et négatifs de la cartographie, améliorations possibles

Tableau 2. Éléments positifs et négatifs de la cartographie, améliorations possibles

© Chesneau 2013.

28Cette première expérience semble prometteuse comme le montre la synthèse des résultats de l'enquête (Tableau 2). En effet, le sujet sur l'histoire des risques est jugé intéressant et l'interactivité permet une recherche personnalisée, les documents multimédia apportant un côté attrayant à l'ensemble. Toutefois, il convient d'améliorer certains aspects. Tout d'abord, la matérialisation d'un événement par la localisation de documents semble difficile à comprendre. Ensuite, le choix de signes ponctuels violets accentue l'impression d'avoir une carte dense et peu différenciée. Enfin, les documents d'archives sont en surnombre et mal présentés.

4. Deuxième carte interactive historique et enquête de satisfaction : une étude d'optimisation

29La synthèse de l'évaluation (Tableau 2) permet de choisir les différents aspects de la cartographie à améliorer. Il s’agit de la représentation cartographique, des outils de recherche, de la liste de résultats et du contenu des documents.

30Concernant la représentation cartographique des documents, nous optons pour des cercles de teintes différentes en fonction du type d'événement qu'ils décrivent (Figure 6). En effet, la teinte de la couleur constitue une variable visuelle très efficace pour différencier (teintes éloignées) ou associer (teintes proches) des informations (Dent, 1999). Les teintes choisies sont évocatrices du type d'événement qu'elles représentent dans la mesure du possible. Par exemple, nous avons le bleu, le violet et le cyan pour représenter des événements associés à l'eau, l'orange pour ce qui concerne le feu et le vert pour ce qui est relatif à la terre (Poidevin, 1999 ; Pastoureau et al., 2008).

Figure 6. Teinte de la couleur pour différencier les documents selon le type d'événement

Figure 6. Teinte de la couleur pour différencier les documents selon le type d'événement

© Chesneau 2013.

31Afin d'améliorer la recherche d'informations archivistiques, une frise chronologique interactive est ajoutée (Figure 7) pour faire apparaître les documents sur la carte en fonction de la date de l'événement qu'ils relatent. En plus d'une navigation dans la carte, l'utilisateur a donc la possibilité de se déplacer dans la frise afin d'afficher sur la carte les données qui correspondent à la période souhaitée.

Figure 7. Frise chronologique associée à la carte

Figure 7. Frise chronologique associée à la carte

© Lieghio 2012.

32La frise se compose de deux échelles de temps, l'une allant de siècle en siècle (chiffres sur le fond gris foncé) et l'autre allant d'année en année (chiffres sur le fond gris clair), ce qui permet de se déplacer plus ou moins rapidement dans le temps. Les lignes verticales en couleur font référence aux documents, la couleur permettant de différencier le type d'événement qu'ils illustrent. Le texte au-dessus de la frise commente la signification de ces lignes verticales (Figure 8).

33Lors de l'enquête effectuée sur la première cartographie (partie 3), la liste des résultats à droite de la carte ayant posé des problèmes, nous décidons de la supprimer. Seule l'info-bulle est désormais disponible pour consulter les documents sélectionnés. La présentation des informations en info-bulle est modifiée avec l'ajout d'un logo pour rappeler le type d'événement traité, la mise en valeur du nom de l'événement et de sa date, la description de l'événement, la liste des références des documents, ainsi que deux hyperliens pour consulter les documents et la fiche détaillée de l'événement. La Figure 8 illustre ces améliorations au sein de l'environnement interactif global de la carte.

Figure 8. Amélioration du descriptif de l'événement et de l'accès aux documents

Figure 8. Amélioration du descriptif de l'événement et de l'accès aux documents

© Lieghio 2012.

34Pour réaliser ce travail, la bibliothèque open-source JavaScript Timemap, qui permet de coupler une frise chronologique (bibliothèque open-source JavaScript Timeline) avec une carte interactive de type OpenStreetMap a été utilisée.

35Par rapport à la première cartographie, celle proposée ici présente l'intérêt d'alléger la carte visuellement en permettant de n'afficher que des événements appartenant à la même période. En outre, le choix de teintes devrait améliorer la différenciation et l'association des événements les uns par rapport aux autres. Enfin, un accès plus direct et une présentation plus soignée des documents sont censés faciliter la navigation.

36Afin d'évaluer la pertinence des nouvelles propositions, nous réalisons une seconde enquête, complémentaire de la précédente. Six participants sont interrogés parmi un public pour qui le DICRIM est destiné en priorité, à savoir des habitants de Saint-Étienne, novices en cartographie et dans le domaine des risques et n’ayant pas connaissance du DICRIM interactif de Saint-Étienne. À la fin du test, afin de comparer les deux propositions cartographiques, la première carte est montrée ce qui permet d’obtenir des avis sur les éléments positifs et négatifs de chaque carte.

37Même si les résultats présentés ici émanent de la majorité des participants, ils ne sont pas pour autant généralisables, l’échantillon étant restreint. Ils sont intéressants à prendre en compte dans un objectif d'améliorations de la cartographie.

38Si la représentation cartographique des documents avec des signes ponctuels colorés est préférée aux pictogrammes, le fort pouvoir symbolique des couleurs peut augmenter les erreurs d'interprétation, comme c'est le cas avec le bleu-vert compris comme une inondation alors qu'il représente une rupture de barrage. Afin d'y remédier, certains enquêtés proposent de créer des figurés associant couleur et forme.

39La frise chronologique permet de visualiser les événements qui surviennent au fur et à mesure des époques. Cela améliore la lisibilité, moins de signes étant affichés. Toutefois, la frise telle que proposée pose des difficultés de manipulation et de compréhension et elle est jugée trop complexe pour une utilisation par le grand public. Par exemple, pour certains sondés, les deux échelles de temps sont ardues à repérer et à comprendre. En outre, le lien avec la carte est jugé peu intuitif. Un autre aspect négatif porte sur l'impossibilité de sélectionner une période puisqu'on est obligé de naviguer année après année. Le fait de ne pas pouvoir visualiser tous les événements en même temps est également perçu comme frustrant. Enfin l'emplacement de la frise est à revoir : située à côté de la carte (Figure 8), elle manque de largeur et est peu lisible. Située au-dessus (selon le même modèle que la frise en Figure 7), elle apparaît grande par rapport à la carte et on doit sans cesse faire des va-et-vient entre la carte et la frise.

40La consultation des documents depuis l'info-bulle satisfait les participants : cela permet une plus grande clarté et intuitivité.

41Cette seconde expérience souligne bien l'intérêt d'enrichir la carte interactive d'une frise chronologique. Celle-ci doit cependant être facile d'utilisation, intuitive et permettre à l'utilisateur de choisir lui-même l'intervalle de temps qu'il veut visualiser sur la carte. Concernant la représentation cartographique des événements, il est recommandé d'associer teinte et forme en vue d'une meilleure différenciation. Enfin, une consultation des documents d'archives directement depuis la carte est efficace. Toutes ces conclusions doivent permettre d'aboutir à une carte interactive historique pour le DICRIM mieux adaptée aux connaissances et aux besoins des utilisateurs.

5. Pistes de travail

42À travers ce projet, notre objectif est de proposer une cartographie interactive historique optimisée en tenant compte des observations et des avis de leurs utilisateurs. Notre démarche est itérative et cyclique, chaque cycle se composant d'une proposition cartographique puis d'une évaluation auprès de différents sujets.

43Dans le contexte opérationnel du DICRIM interactif de la Ville de Saint-Étienne, certains éléments présentés dans cet article ont été repris : intégration d'une frise chronologique, affichage des résultats d'une requête directement depuis l'info-bulle, plus grande clarté des descriptifs des événements en info-bulle. Dans le cadre du projet de recherche, nous poursuivons ce travail d'améliorations des cartographies interactives et proposons une maquette finalisée (Chesneau et al., 2013b). Celle-ci est implémentée au sein de technologies open-source pour faciliter sa reproductibilité dans d'autres communes.

44Outre ce travail de recherche sur la cartographie interactive, un deuxième axe concerne l'approche géohistorique, très mobilisée aujourd'hui dans les études sur les risques. Selon Martin (2010), la capitalisation d’informations géohistoriques dans une base de données permet d’avoir un diaporama de l’évolution des événements au cours du temps et d’étudier les lacunes et surabondances de données dans le temps et dans l’espace. Elle sert également à réaliser des analyses plus complexes en cherchant par exemple à déterminer les facteurs impliqués dans leur occurrence ou leur évolution. En outre, la mise à disposition d’une base de connaissances commune aux différents acteurs locaux constitue un moyen d’information aux aléas et aux risques et elle facilite le dialogue grâce à la valorisation des mémoires locales. Avec ce projet, nous affirmons l’intérêt de l’approche géohistorique pour sensibiliser la population aux risques majeurs grâce à la consultation de nombreux documents d’archives, de photographies, ou de coupures de presse servant de preuve de l’existence passée des phénomènes. Toutefois, il est nécessaire de réfléchir à leur organisation et à leur présentation afin d'aider le lecteur à bien hiérarchiser les événements les uns par rapport aux autres et à comprendre ce qu'ils représentent, ceci dans l’objectif d'améliorer la prise de conscience et la mémoire des risques auprès de la population.

45Une perspective de recherche serait d'appliquer cette démarche à d'autres sites du bassin de la Loire pour étudier quels éléments sont également observés et donc généralisables, ce qui permettrait également d'enrichir nos propositions en les adaptant au contexte local en fonction des caractéristiques géographiques, historiques, politiques ou organisationnelles de la commune. Par exemple d'un point de vue cartographique, pour le cas de la Ville d'Orléans, les périmètres des crues historiques étant connus, ceci conduirait à les représenter autrement qu'avec des signes ponctuels. Nous pourrions également réfléchir à étendre le DICRIM interactif à l'échelle intercommunale pour raisonner en bassin de risque. Nantes Métropole ayant déjà un DICRIM intercommunal statique pourrait être un bon cas d'application.

46Une piste de recherche plus générale concerne l'étude de la cartographie interactive dans d'autres thématiques que celle des risques en vue d'alimenter un recueil de recommandations applicables pour tout projet de création cartographique interactive à destination du grand public. Ce premier travail constituerait alors un point de départ et rejoindrait des études portant sur l'élaboration de consignes en vue de produire des interfaces graphiques utilisateurs optimisées, comme c'est le cas avec les recherches de Sieber et al. 2009 et de Cron et al. 2007 sur l'élaboration d'atlas touristiques interactifs.

Haut de page

Bibliographie

Alami S., Desjeux D., Garabuau-Moussaoui I., 2009, Les méthodes qualitatives, Paris, PUF, Que sais-je ?

Bertin J., 1967, Sémiologie graphique, Paris, Ed. Gauthier-Villars Mouton.

BD DICRIM, http://www.bd-dicrim.fr/, consulté le 18/09/2013.

Cauvin C., Escobar F., Seradj A., 2007, Cartographie thématique (5 vol), Paris, Édition Hermès Lavoisier, Traité IGAT.

Chesneau E., Clément A., Lieghio E., Ayel G., 2013a, Retour d'expérience et études complémentaires pour la réalisation de cartes interactives dans un DICRIM : exemple pour la Ville de Saint-Étienne, In : Projet CEMORAL, rapport final sur l'appel à projets de recherche Plan Loire 2010, Prise en compte des risques d'inondation dans le cadre du développement de la compétitivité et de l'attractivité du bassin de la Loire et de ses affluents, p. 164-188.

Chesneau E., Ayel G., 2013b, Quelles cartes interactives pour informer sur les risques majeurs d'une commune ? Exemple avec le DICRIM de la Ville de Saint-Etienne. Assises Nationales des Risques Naturels, Ministère de l'Écologie, du Développement Durable et de l'Énergie, IRSTEA, 2 et 3 décembre 2013, Bordeaux. Communication sous forme de poster.

Chesneau E., Ultsch J., 2010, "Cartographie et dimension historique dans le cadre de l'information préventive du risque majeur d'inondation : des outils et des réflexions au service de la résilience ?", 23èmes Entretiens du Centre J. Cartier : Vulnérabilité et résilience des écosystèmes : l'utopie d'une gestion durable ?, Lyon, 22-23 novembre 2010, http://www.resilienceejc2010.uottawa.ca/, consulté le 07/09/2013.

Clément A., Celle G., Chesneau E., Giannoccaro F., Fournel M., Paduano L., 2012, Élaboration d'un Document d'Information Communal sur les Risques Majeurs (DICRIM) interactif : Guide de recommandations, Les dossiers de l'Institut des Risques Majeurs, en partenariat avec la Ville de Saint-Étienne, avec le concours de l'unité de recherche ISTHME – CNRS UMR 5600 EVS et les soutiens du Conseil Régional Rhône-Alpes et du Ministère chargé du développement durable, http://www.irma-grenoble.com/05documentation/01publications_index.php, consulté le 07/09/2013.

Cœur D., 2012, « Connaissances géohistoriques : quels équilibres entre la forme et le fond ? », Séminaire de recherche organisé dans le cadre du programme CEMORAL : Information préventive et DICRIM : Quel état des lieux et quelles difficultés ? Quels apports de la cartographie et des données géohistoriques ?, 16 mars 2012, Université Jean Monnet de Saint-Étienne.

Conseil Général des Hautes-Pyrénées, http://www.risquesmajeurs-hautes-pyrenees.pref.gouv.fr/, consulté le 23/01/2014.

Cron J., Sieber R., Hurni L., Guidelines to Optimized Graphical User Interfaces of Interactive Atlases. 23Th ICC, Russia, 12 p.

Dent B., 1999 (5ème édition), Cartography: Thematic Map Design, WCB McGraw-Hill.

Directive inondations, 2007, Directive 2007/60/CE du Parlement Européen et du Conseil du 23 octobre 2007 relative à l'évaluation et à la gestion des risques d'inondation. Journal Officiel de l'Union européenne.

DREAL Île-de-France, http://www.reperesdecrues-seine.fr/carte.php, consulté le 18/09/2013.

Géoportail, http://www.geoportail.gouv.fr/accueil, consulté le 23/01/2014.

Jacob-Rousseau N., 2009, « Géohistoire/géo-histoire : quelles méthodes pour quel récit ? », Géocarrefour, vol. 84, n° 4, p. 211-216.

Google Maps, https://maps.google.com/, consulté le 23/01/2014.

Institut pour l'Histoire et la mémoire des catastrophes, http://memoiredescatastrophes.org/, consulté le 18/09/2013.

Ledoux B., 2006, La gestion du risque inondation. Paris, Lavoisier.

Lieghio E., 2012, Développement d'une plateforme expérimentale de cartographie interactive pour le DICRIM, Mémoire de Master 2 Société, Territoire, Environnement, Patrimoine, spécialité SIG, Université Jean Monnet de Saint- Étienne, 186 p.

Lieghio, E., Chesneau, E., 2012, « Cartographie interactive pour informer la population sur le risque majeur d’inondation à Saint-Étienne ». 23ème Festival International de Géographie, Concours de géovisualisation, Saint-Dié, 11-14 octobre 2012, http://www.afigeo.asso.fr/manifestations.html, consulté le 10/06/2013.

Martin B., 2010, Une base de données géohistorique pour gérer les risques de demain, l’exemple de Vars (Hautes-Alpes, France), http://hal.archives-ouvertes.fr/docs/00/52/00/29/PDF/base_de_donnA_es_gA_ohistoire_risques_de_demain.pdf, 14 p., consulté le 17/02/2014.

MEDDE-1, 2013, Ministère de l'Écologie, du Développement Durable et de l'Énergie, http://www.risquesmajeurs.fr/memoiredescatastrophesorg-la-m%C3%A9moire-de-chacun-au-service-de-la-r%C3%A9silience-de-tous, consulté le 07/09/2013.

MEDDE-2, 2013, http://www.risquesmajeurs.fr/mise-%C3%A0-jour-la-police-aleagram-un-outil-de-pr%C3%A9vention-des-risques, consulté le 07/09/2013.

Paillé P., Mucchielli A., 2012 (3ème édition), L'analyse qualitative en sciences humaines et sociales, Collection U sciences humaines et sociales, Édition Armand Colin.

Pastoureau M., Simonnet D., 2008, Couleurs, le grand livre, Paris, Éditions du Panama, 129 p.

Poidevin D., 1999, La carte, moyen d'action, Paris, Éditions Ellipse, 200 p.

Robinson A., Morrison J., Muehrcke P., Kimerling A., Guptill S., 1995 (6ème Edition), Elements of Cartography, Editions John Wiley & Sons Ltd.

Sieber R., Geisthövel R., Hurni L., 2009, Atlas of Switzerland 3 – A Decade of Exploring Interactive Atlas Cartography. 24Th ICC, Santiago de Chile, 12 p.

Ville Saint-Étienne, 2012, DICRIM interactif de la Ville de Saint-Étienne, http://www.saint-etienne.fr/cadre-vie/dicrim-multimedia/risques-majeurs-a-st-etienne, consulté le 07/09/2013.

Haut de page

Notes

1 http://www.bd-dicrim.fr.

2 http://www.geoportail.gouv.fr/accueil ; https://maps.google.com/.

3 http://www.reperesdecrues-seine.fr/carte.php.

4 http://www.risquesmajeurs-hautes-pyrenees.pref.gouv.fr/.

5 http://memoiredescatastrophes.org .

6 Ce projet a été financé par la Ville de Saint-Étienne, la Région Rhône-Alpes et la Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement Rhône-Alpes.

7 Implication du laboratoire ISTHME (UMR CNRS 5600 Environnement Ville Société) dans le projet de recherche CEMORAL (Conscience, Évaluation et Mise en œuvre des Outils de prévention du Risque d’inondation-Application au bassin de la Loire) financé par l'Établissement Public Loire et le fonds européen FEDER au titre du programme pluriannuel Plan Loire Grandeur Nature (2011-2013) et soutenu par la Zone Atelier Loire.

8 Des conventions sont signées avec les propriétaires des données en vue de leur utilisation dans le projet.

9 Cet article étant centré sur les résultats obtenus pour la carte interactive historique, le protocole d'enquête mis en place n’est pas détaillé. Pour avoir de plus amples informations sur le protocole, consulter (Chesneau et al., 2013a).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Extrait de la base de données géohistoriques ©
Crédits Clément et al., 2012.
URL http://developpementdurable.revues.org/docannexe/image/10597/img-1.png
Fichier image/png, 230k
Titre Figure 1. Signes ponctuels selon le type d'événement
Crédits © Chesneau 2013.
URL http://developpementdurable.revues.org/docannexe/image/10597/img-2.png
Fichier image/png, 479k
Titre Figure 2. Exhaustivité (gauche) et généralisation (droite) des signes
Crédits © Ville de Saint-Étienne, 2013.
URL http://developpementdurable.revues.org/docannexe/image/10597/img-3.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Figure 3. Consultation des documents d'archives
Crédits © Ville de Saint-Étienne, 2013.
URL http://developpementdurable.revues.org/docannexe/image/10597/img-4.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Figure 4. Diaporama des documents associés à un même signe
Crédits © Ville de Saint-Étienne, 2013.
URL http://developpementdurable.revues.org/docannexe/image/10597/img-5.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Figure 5. Environnement interactif de la carte
Crédits © Ville de Saint-Étienne, 2013.
URL http://developpementdurable.revues.org/docannexe/image/10597/img-6.png
Fichier image/png, 909k
Titre Tableau 2. Éléments positifs et négatifs de la cartographie, améliorations possibles
Crédits © Chesneau 2013.
URL http://developpementdurable.revues.org/docannexe/image/10597/img-7.png
Fichier image/png, 437k
Titre Figure 6. Teinte de la couleur pour différencier les documents selon le type d'événement
Crédits © Chesneau 2013.
URL http://developpementdurable.revues.org/docannexe/image/10597/img-8.png
Fichier image/png, 235k
Titre Figure 7. Frise chronologique associée à la carte
Crédits © Lieghio 2012.
URL http://developpementdurable.revues.org/docannexe/image/10597/img-9.png
Fichier image/png, 78k
Titre Figure 8. Amélioration du descriptif de l'événement et de l'accès aux documents
Crédits © Lieghio 2012.
URL http://developpementdurable.revues.org/docannexe/image/10597/img-10.png
Fichier image/png, 1006k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élisabeth Chesneau, Adeline Clément et Éric Lieghio, « Cartographie interactive historique pour informer sur les risques : application avec le DICRIM de la Ville de Saint-Étienne », Développement durable et territoires [En ligne], Vol. 5, n°3 | Décembre 2014, mis en ligne le 05 décembre 2014, consulté le 30 avril 2017. URL : http://developpementdurable.revues.org/10597 ; DOI : 10.4000/developpementdurable.10597

Haut de page

Auteurs

Élisabeth Chesneau

Élisabeth Chesneau, Maître de Conférences en cartographie à ISTHME - UJM Saint-Étienne, est spécialisée dans la conception et l'évaluation de nouvelles formes cartographiques (cartes interactives - projet CEMORAL, cartes animées - projet PERCURISK) en vue d'une meilleure communication d'informations spatio-temporelles. Elisabeth.chesneau@univ-st-etienne.fr

Adeline Clément

Adeline Clément est diplômée ingénieure Sécurité Prévention des Risques et Environnement-groupe ESAIP Angers, elle a travaillé à la Ville de Saint-Étienne sur le DICRIM interactif avant de contribuer au projet CEMORAL. ISTHME-UMR CNRS 5600 EVS, Université Jean Monnet de Saint-Étienne, Université de Lyon, adelineclement86@gmail.com

Éric Lieghio

Éric Lieghio est étudiant Master 2 SIG et gestion de l’espace à l'UJM Saint-Étienne en 2011-2012, a effectué son stage de fin d'études sur le projet CEMORAL. Il travaille actuellement à la Direction des Systèmes Informatiques de la Compagnie Nationale du Rhône. ISTHME-UMR CNRS 5600 EVS, Université de Lyon, E.Lieghio@cnr.tm.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille1
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • Revues.org