Navigation – Plan du site
Publications de 2002

Jean-Didier Urbain, 2002, Paradis verts désirs de campagne et passions résidentielles, Paris, Payot, 392 p.

Isabelle Roussel

Texte intégral

1

Jean-Didier Urbain, à travers cet ouvrage, applique sa vision d’anthropologue à la campagne. Cet ouvrage, facile à lire grâce à une écriture alerte, se démarque d’une vision bucolique de la verte campagne telle qu’elle a pu être véhiculée par quelques idéologues que l’auteur se plaît à fustiger au passage.

2Constatant les profondes mutations de la campagne française, J.D. Urbain, analyse surtout le phénomène des résidences secondaires puisque ces dernières sont plus nombreuses que les exploitations agricoles. 60% des résidences secondaires se situent en milieu rural, seul espace où leur nombre continue à augmenter (+7,5% entre 1990 et 1999). La campagne, selon l’auteur, n’est plus un espace de conservation prisonnier du passé, mais bien un laboratoire du présent : « espace d’innovation, signe des temps et symptôme d’une société en mutation où s’invente un autre modèle de vie ». Cette projection de la culture urbaine dans les campagnes, cette urbanité rurale a plus aménagé la France que bien des politiques publiques….

3 Les usages résidentiels de la campagne sont plus importants que les usages touristiques qui relèvent de l’acharnement thérapeutique. Même s’ils sont intermittents, contrairement aux vacanciers, ces résidents secondaires repeuplent, aménagent et redonnent à l’espace rural une vie durable. Une troisième campagne se dessine, ni agricole, ni touristique, non pas dans un intervalle qui serait simplement entre les temps sociaux du travail et des vacances, mais à côté, de l’extérieur, avec sa logique propre : sa fonction, ses lieux, ses valeurs, son temps, ses rêves…

4Plus que dans les précisions chiffrées données aux mouvements résidentiels ou touristiques, l’intérêt du livre de J.D. Urbain réside dans la description de ces résidents secondaires que nous livre l’anthropologue qui en donne, tout d’abord une description chronologique :

  • La génération des trente glorieuses a vu le parc des résidences secondaires croître de 50 000 unités par an et contribuer pour 20% à l’augmentation des logements. Quant à l’esprit de cette période, c’est celui d’une colonisation voyante, souvent ostentatoire, voire tapageuse, des campagnes par la civilisation des loisirs et des urbains enrichis souvent perçus par les autochtones comme des envahisseurs troublant la vie locale en introduisant un autre mode de vie. Cet éclatement des villes vers la campagne, cette expansion résidentielle vers le rural scelle le triomphe de la société de consommation sous la forme d’une déferlante citadine dévoreuse d’espace. On ne s’installe pas ici pour disparaître.

  • Les néoruraux post soixanthuitards sont des migrants, pas des secondaires, des citadins en rupture de ville engagés dans une stratégie utopique de retour à la nature. C’est la génération de l’antiville. Anéantie dans les faits, cette contre culture babacool et écolo n’est pas restée sans suite, non seulement dans les esprits mais aussi dans les usages et les relations sentimentales à la campagne. Le regain d’intérêt pour la production artisanale ainsi que une certaine manière d’habiter, de vivre sa résidence dans l’espace rural sur un mode alternatif doivent beaucoup à ce mouvement.

  • La troisième génération résidentielle est qualifiée par J.D. Urbain d’ultraprovinciale. Cette population reflète une psychologie de l’habitat qui ne procède ni de la parade, du luxe ou de l’affectation ; ni de la révolte, de la contestation ou de la fuite. Elle n’est ni une urbanité ostentatoire ni une néoruralité nostalgique et fervente mais compose avec ce qui est, trouvant son espace à l’abri de la vie citadine comme de la vie locale. Casanier et nomade à la fois, entre ville et campagne, l’ultraprovincial réalise donc, à son niveau, ce vieux prodige : associer sédentarité et mobilité selon un mouvement qui organise sa vie et dans lequel il habite. Entre cité et ruralité se tissent ainsi bien plus que des flux, des pratiques sociales dessinant de nouveaux territoires.

5Ces trois moments des résidents secondaires, J.D. Urbain les assimile à trois types de comportements, à trois syndromes :

  • Celui de la Comtesse de Ségur illustre une résidence aristocratique, mythe d’une île résidentielle en relation permanente d’attente et d’échange avec l’extérieur. Ce syndrome caractérise l’ostentation un peu méprisante des résidents urbains de la première « vague ».

  • Celui de Berbardin de St Pierre caractérise un comportement très « isolationniste » ou rousseauiste. Pratiquant une vie en autarcie par rapport à l’environnement rural.

  • Le syndrome de Defoe, celui de Robinson Creusoe, est à l’origine d’un vécu alternatif radicalement autre, détaché du monde, permettant de fonder toutes les utopies qu’elles soient politiques, économiques ou vacancières. Cependant, l’attitude de Robinson Creusoe est revisitée actuellement puisque, à notre époque l’ambivalence est possible. On ne migre plus, on se dédouble. Contrairement à Robinson qui se doit de trancher entre rivage et intérieur puis Angleterre et Ile, le citoyen d’aujourd’hui n’a plus à choisir entre ville et campagne. Le polygame résidentiel est un habitant qui, entre ville et campagne, a choisi de ne pas choisir.

6C’est pourquoi après ceux de la comtesse de Ségur et de Bernardin de St Pierre, considérés comme étapes et formes types d’appropriation résidentielle de la campagne d’agrément, le syndrome de Defoe, clarifié dans sa différence, apparaît comme un symptôme de société.

7L’heure est à la reconquête affichée des campagnes… La résidentialité secondaire génère et restaure le nomadisme qui voit, lors des week-ends de printemps jusqu’à 36% de la population impliquée dans cette mobilité. Ce taux atteint 42% en région lyonnaise et bordelaise et 49% dans l’agglomération parisienne. Ce nomade est un polysédentaire passant de son île urbaine et surpeuplée à son île rurale et déserte. En allant d’un monde à l’autre, il alterne les avantages de la concentration des hommes et de leur dispersion. Cet habitant de l’intervalle entend s’effacer, se soustraire aux rythmes extérieurs, prendre congé des présences et des sollicitations du dehors, s’absenter du rural comme de l’urbain.

8Cette analyse rejoint celle des géographes qui disjoignent le territoire, périmètre géographique enraciné, du territoire vécu qui lui, est complètement éclaté. C’est au moment où l’écart entre ces deux territorialités est la plus forte qu’émerge, comme une quête, la notion de gouvernance bien difficile à saisir puisqu’arc-boutée entre le local et le global.

9Cette nouvelle campagne esquissée, à travers ce livre, est bien loin de la notion de production agricole, de tourisme vert ou de retour à la nature ou aux sources. Elle est le fruit d’une société urbaine dont elle est l’antidote mais non l’antiville puisque la campagne devient la ville éclatée et dispersée. Dans uns société marquée par la transparence et l’agrégat, l’individu revendique son droit au secret et à la solitude …éléments structurants puisés au sein de la France profonde qui retrouve ainsi une nouvelle utilité.

10 [© Roussel - Revue Développement durable et territoire - janvier 2003]

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Roussel, « Jean-Didier Urbain, 2002, Paradis verts désirs de campagne et passions résidentielles, Paris, Payot, 392 p. », Développement durable et territoires [En ligne], Lectures, Publications de 2002, mis en ligne le 12 janvier 2003, consulté le 23 mars 2017. URL : http://developpementdurable.revues.org/1314

Haut de page

Auteur

Isabelle Roussel

Isabelle Roussel est professeur émérite de géographie.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille1
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • Revues.org