Navigation – Plan du site
Publications de 1998

Jacques Cauvin, 1998, Naissance de l’agriculture, Paris, CNRS éditions, 302 p.

Stéphane Callens

Texte intégral

1Le préhistorien Jacques Cauvin présente une thèse précise argumentée à partir de ses recherches archéologiques sur la " révolution néolithique ", définie comme le " début des premières manipulations par notre espèce de son milieu naturel " (Cauvin, p.11). Auparavant, l’impact anthropique est limité à celui d’un prédateur, c’est-à-dire des extinctions d’espèces chassées. Pas de gros problème de durabilité pour les premiers chasseurs-cueilleurs, en témoignent tout à la fois la très longue durée de cette relation à l’environnement et sa survivance tenace tout aussi bien dans les milieux arctiques, maritimes, que dans des zones désertiques et de grandes forêts primaires.

2La littérature sur la " révolution néolithique " débute avec les travaux de Gordon Childe qui, le premier vers 1930, va introduire la distinction entre les chasseurs-cueilleurs du paléolithique et les premiers agriculteurs du néolithique. Son explication était climatique, la " révolution néolithique " est en effet liée à la fin de la dernière grande période glacière.

3La littérature de la " révolution néolithique " est restée beaucoup dans des approches insistant sur les contraintes environnementales, peaufinant les différents tableaux d’une géographie humaine des débuts de l’humanité. L’exemple du Groenland montre bien la réalité de la contrainte climatique: une petite période de réchauffement climatique a permis l’installation d’agriculteurs au Moyen-Age, qui ont disparu à la fin de cette anomalie climatique. Les chasseurs-cueilleurs sont restés les seuls à survivre au Groenland. Cette succession de tableaux indique l’incidence de grands chocs exogènes, comme le réchauffement d’il y a environ 15000 ans, et la permanence de désavantages absolus, comme ceux des milieux glaciaires, mais peu de détails précis sur l’apparition des agriculteurs.

4Les fouilles archéologiques permettent à Jacques Cauvin d’esquisser un premier scénario endogène. Une date de 9000 av. JC peut être avancée pour la " révolution néolithique ". L’aire des premiers agriculteurs semble se limiter à un noyau Levantin, dans les vallées du Jourdain et du Moyen Euphrate. Puis cette "révolution néolithique" a pu diffuser à partir de cette première localisation restreinte. La " révolution néolithique " se compose d’une grappe d’innovations majeures, mais très peu dans l’outillage: "tous les outils nécessaires à la révolution néolithique proviennent des chasseurs-cueilleurs". Ces innovations ne sont pas causées par des contraintes environnementales exogènes : le contexte n’est pas celui " d’une paupérisation ou d’un épuisement des ressources exploitées jusqu’alors " (Cauvin, p.93). La dynamique endogène passe d’abord par une transformation de la religiosité, à l’époque du khiamien (10000, -9500 av. J.C.): ceci est la thèse centrale défendue par Jacques Cauvin. Les grottes ornées des âges glaciaires indiquent une religiosité "horizontale" où les hommes participent à un spectacle de la reproduction. Le Néolithique est basé sur l’utilisation du sacrifice et l’invention de la prière dans une religiosité "verticale", organisée autour d’un couple de dieux souverains, une Déesse-Mère et un Taureau-Fils. Ce nouveau système de pensée se traduit dans des innovations dans l’habitat, -apparition d’édifices destinés à lutter contre les inondations (les premières murailles de Jéricho seraient en fait des digues), des aires de stockage dans les habitations, une architecture particulière de sanctuaire (présence d’une abside et d’un autel sacrificiel)-, une réduction de la diversité alimentaire, par la consommation privilégiée de gros animaux comme l’auroch, et un "zèle domesticateur", qui se focalise sur les systèmes hydriques, les pois et céréales et les ovicapridés. Ce "zèle domesticateur ne s’explique que par la recherche de la domestication pour elle-même et pour l’image qu’elle renvoie d’un pouvoir sur la vie et les êtres" (Digard, L’Homme et les animaux domestiques, cité par Cauvin, p.175). Le panthéon néolithique s’enrichit rapidement d’une figure virile qui se spécialisera un peu plus tard dans la guerre. L’amour des armes apparaît simultanément que la domestication des animaux d’embouche (chèvre d’abord, puis les autres animaux familiers, sauf le cheval qui ne sera domestiqué que tardivement et ailleurs qu’au Levant).

5Les épisodes ultérieurs sont mieux connus, en particulier les dégradations de l’environnement par le surpâturage des ovicapridés se traduisant dans les gigantesques inondations du Vième millénaire en Mésopotamie. L’intérêt de l’ouvrage de Cauvin est de donner des matériaux sur cet épisode décisif pour les relations de l’homme à son environnement. Le Non-Durable n’a que 11000 ans.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Callens, « Jacques Cauvin, 1998, Naissance de l’agriculture, Paris, CNRS éditions, 302 p. », Développement durable et territoires [En ligne], Lectures (2002-2010), Publications de 1998, mis en ligne le 30 janvier 2003, consulté le 26 mai 2017. URL : http://developpementdurable.revues.org/1322

Haut de page

Auteur

Stéphane Callens

Stéphane Callens est Professeur d'économie, à l' Université de Bretagne. callens@univ-lille1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille1
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • Revues.org