Navigation – Plan du site
Publications de 2002

Gelinier O., Simon F.-X., Billard J.-P. et Muller J.-L. 2002, Développement Durable. Pour une entreprise compétitive et responsable, Paris, ESF Editeur, Cegos, 157 p.

Romain Huët

Texte intégral

Voici un ouvrage supplémentaire qui vise à sensibiliser les managers pour la promotion du développement durable (désormais DD), au sein de l’entreprise. « DD » semble être devenu le nouveau mot d’ordre des sociétés occidentales. Cette notion, ondoyante et polysémique, a envahi le monde de l’entreprise, passionne beaucoup de chercheurs et fait l’objet d’un grand nombre de publications. Par ailleurs, on constate que beaucoup d’ouvrages de professionnels semblent céder à une sorte de « fascination de la mode ». Il est régulièrement présenté une vision déterminée et enchantée du DD, sans vraiment mettre à l’épreuve cette notion et sans chercher à clarifier ses présupposés idéologiques. De ce fait, bien des lectures ne permettent pas de se forger un regard plus aiguisé à son égard.

1L’ouvrage présenté ici est une publication de la CEGOS (entreprise de formation de dimension internationale, www.cegos.com). Il réunit la contribution engagée de quatre auteurs qui « partagent une même doctrine du DD » (p. 11) :

  • Octave Gelinier , présenté comme un consultant « très sensible aux aspects management, économie et société » (p. 11)

  • François-Xavier Simon, à qui est attribué le titre de « grand expert des facteurs concourrant à la création de valeur durable » (p. 11)

  • Jean-Pierre Billard, « un spécialiste des systèmes de management intégrant les nouvelles dimensions liées au DD » (p. 11)

  • Enfin, Jean-Louis Muller, présenté peu modestement comme « le champion de la promotion des ressources humaines et de la conduite du changement » (p. 12).

2L’ouvrage est découpé en quatre parties. La première vise à expliquer l’émergence du DD en analysant le concept et ses perspectives, grâce notamment à une présentation des démarches de quatre entreprises du CAC40 et du SBF120 (Monoprix, Lafarge, Suez et ST Microelectronics). Une seconde partie s’intéresse à la dimension économique du DD et cherche à montrer en quoi l’implication des entreprises dans le DD est et doit être source de rentabilité. Une troisième partie vise à montrer au lecteur comment piloter le DD par le management, quelle que soit l’entreprise dans laquelle il se trouve (démarche analogue au consulting). Enfin, la quatrième partie, intitulée « la mise en œuvre participative », entend donner des clés pour engager de premières démarches dans le DD. Elle revient aussi sur l’émergence de cette notion qui est présentée comme une opportunité de « réconciliation sociétale » (p. 143).

3Il s’agit de contributions engagées dans une conception précise du DD. Ici, le DD est un nouveau credo, un nouveau « contrat social » et un nouveau lieu commun dont aucune entreprise ne pourrait prendre le risque de s’abstraire. Il ne s’agit pas pour autant de s’engager dans n’importe quelles conditions. D’une part, l’implication des entreprises doit être basée sur le volontariat (la loi NRE y est d’ailleurs dénoncée comme un cadre réglementaire trop contraignant !) et d’autre part, l’engagement doit nécessairement générer un bénéfice économique. L’entreprise ne doit s’engager que dans des actions qui s’autofinancent (p. 119)1 ou du moins dans des actions potentiellement rentables. Dans cet ouvrage, il n’est pas question de susciter ou d’inviter à une réflexion collective sur le rôle joué par l’entreprise dans la détérioration du milieu naturel, ou dans les différents maux sociaux qui traversent nos sociétés, mais seulement de présenter comment engager l’entreprise dans les opportunités ouvertes par l’émergence du DD.

4Les auteurs se présentent comme des « militants du DD ». Ce concept ambigu, est présenté comme une « révolution philosophique et managériale ». Une première critique que l’on pourrait formuler, réside dans cette absence de distance par rapport à la thématique. D’une part les auteurs développent une conception relativement déterminée du DD (le DD comme source de « réconciliation sociétale » et comme « révolution philosophique et managériale ») et d’autre part, l’argumentation des auteurs se fonde exclusivement sur des discours de professionnels d’entreprises, de communicants et de responsables d’entreprises. Le lecteur s’étonnera d’ailleurs de ne trouver aucune bibliographie. Ces discours sont à maintes reprises cités et semblent reçus comme des témoignages fiables et des matériaux utilisables sans distance critique, ni mise en relation minimale avec les pratiques effectivement à l’œuvre dans les entreprises. L’ouvrage comporte de nombreux exemples relatifs aux démarches de quelques grandes entreprises. Ces dernières sont présentées comme étant « exemplaires ». Sans faire le procès des entreprises figurant dans l’ouvrage, il est regrettable que la présentation de leurs actions ne soit pas confrontée avec les problématiques centrales auxquelles elles doivent faire face. Cela aurait permis d’éviter une compilation de discours enchantés et jamais nuancés. Une telle posture engagée est gênante car elle n’est pas sans conséquences ; elle laisse à penser que la thématique du DD est lisse et transparente.

Un travail de conceptualisation décevant

5La lecture de cet ouvrage ne fournit pas de clés conceptuelles pour aborder la question du DD. Le concept et ses perspectives sont le résultat d’une succession de simplifications qui rendent l’explication de l’émergence du DD assez déroutante. Celle-ci est résumée de la manière suivante : « Dans les pays développés, les leaders d’opinion sont issus de classes sociales aisées, qui accédant au sommet de la pyramide de Maslow, ont des besoins d’accomplissement animés par des sentiments de solidarité humaine (…) les individus manifestent une forte motivation émotionnelle au travers du DD » (p. 23). L’argumentation procède à une individualisation de l’appropriation de cette thématique. Les auteurs sacralisent le règne des individus, ce qui signifie aussi que toute domination s’évanouit : « Dans nos démocraties de communication, les individus possèdent un réel pouvoir souverain, qui peut conditionner tous les autres sur les thèmes où ils se rassemblent, comme celui du DD aujourd’hui » (p. 24). L’ampleur de ce mouvement s’explique selon les auteurs, par le fait que les individus sont libres et moins conditionnés qu’on ne le dit dans les propagandes. Chacun peut ainsi exercer son influence : en tant que consommateur par ses achats, qu’investisseur par le placement de son épargne, que citoyen par ses votes politiques à divers niveaux. Sur chaque terrain, l’homme milite pour le progrès et apporte ses compétences pour rassembler, innover et entreprendre (ce qui multiplie son influence sur le thème concerné). Ainsi, les auteurs nient les dimensions socio-politiques de l’émergence de cette notion en présentant ce mouvement comme l’œuvre d’individus dispersés et occasionnellement organisés en groupes de pressions. Cette conception de la demande sociale repose sur une vision relativement réduite des interdépendances sociales.

6Si nous comprenons bien l’objectif pédagogique des auteurs, la simplification des fondements de l’émergence du DD et l’omission de nombreuses causalités donnent une vision tronquée de la réalité et interdisent toute réflexion collective sur la contribution des entreprises au DD. Le lecteur pourra également noter qu’il n’est jamais fait référence aux récents scandales sociaux, financiers et comptables qui ont secoué le monde économique ces dernières années. Pourtant, nombres d’auteurs2 s’accordent sur l’impact de l’ensemble de ces affaires. Elles ont notamment contribué à remettre en question les modèles de gouvernance des entreprises ainsi que les dispositifs de contrôle et de régulation du capitalisme contemporain.

7Dans cet ouvrage, il est question de défendre et de réhabiliter la respectabilité de l’entreprise. La démarche s’apparente -dans une certaine mesure- à une sorte de « militantisme entrepreunarial », pour une implication relativement minimale et strictement volontaire des entreprises dans le DD. Une posture préjudiciable pour un travail qui prétend en partie analyser un concept et ses perspectives (elle aurait pu avoir sa place dans une autre partie du plan). Par ailleurs, quelques exemples sont censés venir illustrer ce que recouvre cette notion de DD. Cette approche par des études de cas pourrait être très éclairante et dispose d’un statut pragmatique assez évident. Néanmoins, les exemples tirés de quatre entreprises (Monoprix, Lafarge, Suez, et ST Microelectronics) ne comportent que des déclarations d’intentions et quelques objectifs généraux, sans qu’il ne soit fait état de la complexité de l’engagement des entreprises sur cette thématique. Le lecteur dispose d’une idée approximative des groupes (valeurs, chartes, quelques données chiffrées en matière environnementale) mais d’aucune précision sur l’articulation entre le logos (discours) et la praxis (pratique).

Une forte insistance sur la dimension économique du DD

8Une grande partie de l’ouvrage insiste sur cette dimension économique, en tentant notamment de démontrer qu’il existe ou doit exister un réel retour sur investissement (« le DD ouvre des opportunités rentables » p. 51). L’essentiel de la justification de l’implication des entreprises sur cette thématique repose sur une logique « industrielle » (au sens de Boltanski et Thevenot). Ceci revient à dire que l’implication dans le DD ne s’appuie que sur une nécessaire efficacité économique. Le DD est instrumentalisé et devient une composante essentielle du « mix marketing » des entreprises, en leur permettant de construire un positionnement fondé sur des principes tels que le DD, la citoyenneté, la loyauté, le tout dans la perspective d’augmenter les volumes des ventes (« tout produit ou tout service incorporant une dimension du DD trouve un bénéfice en termes de consommation auprès d’une clientèle éduquée et sensibilisée (p. 66) »). Il est ainsi développé toute une rhétorique de la légitimité de l’implication des entreprises dans le DD et de sa nécessaire efficacité économique, ce qui illustre bien la difficulté à remettre en question le paradigme de l’entreprise, à savoir recourir aux valeurs morales sans jamais remettre en question ou nuire à l’efficacité économique. Par ailleurs, les auteurs donnent une vision minimale de l’implication des entreprises dans les démarches du DD qu’ils définissent comme des « actions de communication pour réhabiliter l’image de l’entreprise, actions opérationnelles qui se limiteraient à réduire les charges de consommation de matières premières ou d’énergies, (p. 69) ». En revanche, sont présentés quelques outils que les lecteurs pourraient mettre en place au sein de leur entreprise. L’un d’entre eux est un outil développé par la CEGOS (le « Substainable Scorecard »). Il s’agit d’un « tableau de bord durable » qui comporte une série d’indicateurs sociaux, économiques et environnementaux pour mesurer et évaluer les progrès de l’entreprise.

9Enfin, lors du dernier chapitre de cette partie, les auteurs entrouvrent la question abyssale de l’articulation entre l’éthique et l’économie. Cette question est résumée en un seul et unique paragraphe, ce qui témoigne clairement de la vision réductrice des problématiques dérivées du DD qui est proposée. D’après l’auteur, « Aux yeux de certains, une telle démarche procède d’un utilitarisme mercantile qui trahit l’éthique, laquelle n’est présente que si l’on sacrifie ses intérêts (…) il est vrai que la réalisation d’une politique de DD total ne peut se faire uniquement par de l’autofinancement. Le rôle du sacrifice de son intérêt, du développement, du bénévolat… est indispensable à certaines actions, et toutes les actions peuvent être valorisées par une certaine dimension de la gratuité. Mais l’entreprise n’est pas positionnée dans la société pour y développer le bénévolat (…) qu’on ne dise pas que c’est de l’hypocrisie. La vraie hypocrisie s’observe chez ceux qui jurent qu’ils vont se rallier au DD pour le bien commun sans penser un seul instant aux intérêts propres à leur entreprise. Hors Mère Teresa et ses émules, peut-on croire qu’ils disent vrai ? C’est par une démarche entrepreunariale que nous contribuerons le mieux au DD » (p .77). De telles remarques laissent le lecteur sans commentaires.

Une visée pédagogique

10La troisième et la quatrième partie de l’ouvrage mettent en exergue différentes façons de piloter le DD par le management. Le lecteur, homme d’entreprise, y trouvera un intérêt. Il lui est proposé un guide qui reprend les étapes habituelles de la mise en place d’un système de management dédié à la gestion du DD. L’intérêt de cette partie réside essentiellement dans la présentation des différents référentiels disponibles sur le marché et de leurs critères d’exigences (présentation succincte de quelques normes sociales et environnementales : ISO 14001, OHSAS 18001, SA8000). Néanmoins, les auteurs ne présentent pas les limites de ces outils. Comme le notent Bernard Saincy et Michèle Descolonges, l’utilisation de ces normes par les entreprises peut se traduire par une substitution au domaine réglementaire et au dialogue social. En tout état de cause, l’ouvrage ne fait jamais référence à cette question du dialogue social. Pas même à la fin, où il est indiqué, dans une rhétorique de type consulting, comment entreprendre les premières démarches (comment faire le premier pas) pour les nouveaux convertis au DD. Ces démarches, qui relèvent du management, permettent de justifier les engagements de l’entreprise. Par ailleurs, lorsque l’on observe les conseils des auteurs, il n’est jamais question de faire appel aux divers acteurs sociaux (aucune précision sur la nature du dialogue entre l’entreprise et ses parties prenantes). Or, cette question des parties prenantes est un des piliers du DD.

11On aura bien compris que cet ouvrage s’adresse prioritairement aux hommes d’entreprises. Néanmoins, le discours ne dispose d’aucune originalité de fonds par rapport aux différentes démarches de consulting qui peuvent exister dans le milieu économique. L’ouvrage aurait pu se distinguer en fournissant une approche conceptuelle sérieuse et rigoureuse qui aurait donné de la force à cette vision engagée. Or, les multiples simplifications et raccourcis nuisent au développement d’un questionnement qui aurait pu inviter au débat, à savoir comment envisager l’implication des entreprises dans le DD et quels en sont les outils, et pour quelle finalité ? Par ailleurs, on notera qu’il n’est jamais question de « Responsabilité Sociale des Entreprises » (RSE) alors que cette notion aurait été probablement plus pertinente pour appréhender le rôle que joue ou prétend jouer l’entreprise dans la société. Enfin, le développement durable (tout comme la RSE) n’est pas un objet en soi. Si effectivement, comme le soulignent bien les auteurs, il est en partie le résultat de la manifestation d’une prise de conscience partagée par les cadres, il induit aussi des interdépendances et des recompositions sociales majeures et parfois inédites. Cette dernière perspective n’apparaît à aucun moment dans cet ouvrage.

Haut de page

Notes

1 Néanmoins, les auteurs précisent qu’il ne s’agit pas d’évaluer les actions de DD prises séparément, mais d’évaluer la rentabilité escomptée pour les actions de DD prises dans leur ensemble (pp. 119-120)
2 Pastré 1994, Charreaux 1996, Gomez 1996, Pesqueux 2000, etc
Haut de page

Table des illustrations

URL http://developpementdurable.revues.org/docannexe/image/1353/img-1.png
Fichier image/png, 3,5k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romain Huët, « Gelinier O., Simon F.-X., Billard J.-P. et Muller J.-L. 2002, Développement Durable. Pour une entreprise compétitive et responsable, Paris, ESF Editeur, Cegos, 157 p. », Développement durable et territoires [En ligne], Lectures (2002-2010), Publications de 2002, mis en ligne le 21 juin 2005, consulté le 23 juin 2017. URL : http://developpementdurable.revues.org/1353

Haut de page

Auteur

Romain Huët

Université Lille 3, Chargé de Recherche Département d’Ethique Economique de Lille

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille1
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • Revues.org