Navigation – Plan du site
Publications de 2007

Alain Gras, 2007, Le Choix du feu. Aux origines de la crise climatique, Fayard, 281 p.

Luc Semal

Texte intégral

1Alain Gras est professeur de socio-anthropologie des techniques à Paris-I et membre du comité de rédaction de la revue Entropia. Dans Le Choix du feu, il analyse les choix techniques qui ont fait de notre société une société thermo-industrielle (c’est-à-dire fondée sur la puissance du feu) et qui sont à l’origine de la crise climatique actuelle. Car selon lui, il s’agissait bien d’un choix, qui n’avait rien d’inéluctable : Alain Gras s’oppose fermement à l’idée d’un déterminisme technique (ou d’une fatalité technique) qui imposerait l’utilisation des énergies fossiles à l’humanité.

2La première partie du livre est un constat de l’omniprésence du feu dans notre société. Le feu, c’est l’énergie que nous tirons de la combustion des ressources fossiles : pétrole, gaz naturel, charbon, uranium, etc. Et ce feu est partout : dans nos communications (prétendument dématérialisées mais dont les infrastructures sont très polluantes), dans notre agriculture (machines, engrais et pesticides), dans notre alimentation (carnée et industrialisée), dans nos transports… Cette omniprésence du feu est une première dans l’Histoire de l’humanité : en effet, les sociétés pré-industrielles utilisaient la puissance des quatre éléments, qui leur fournissaient des énergies renouvelables (moulins à eau, à vent, chauffage au bois, etc.) Si le feu était utilisé, il était surtout alimenté par des combustibles renouvelables et ne prenait jamais le pas sur les trois autres éléments. Généralement, il avait même un statut culturel particulier, qui en faisait un élément réputé dangereux, à manier avec précaution. En faisant du feu notre principale source d’énergie, nous avons renoncé à cette sorte de principe de précaution avant l’heure, et nous avons fait de notre société la première société thermo-industrielle, c’est-à-dire entièrement fondée sur la puissance du feu et dépendante de lui. L’évincement des énergies renouvelables par la puissance du feu fut une véritable rupture dans l’Histoire des techniques et dans l’Histoire de l’humanité.

3La deuxième partie du livre expose comment la Révolution industrielle a constitué ce moment de rupture, ce moment décisif où nous pouvions choisir entre différentes trajectoires techniques possibles, dont celle des énergies renouvelables, et où nous avons finalement choisi le feu. En insistant ainsi sur la notion de choix, Alain Gras s’oppose à l’idée (souvent tacitement admise) d’une évolution autonome des techniques qui s’imposerait à l’humanité : non, la tronçonneuse n’est pas le prolongement « naturel » de la hache de pierre, et la société thermo-industrielle n’est pas le prolongement « naturel » de la société pré-industrielle. Pour passer de l’une à l’autre, il a fallu la Révolution industrielle, qui ne fut pas une évolution naturelle, mais une rupture. Or cette rupture n’était pas inéluctable : à un moment donné, une conjonction de facteurs a rendu possible (mais pas nécessaire) le choix du feu, et c’est ce choix qui a été fait : celui de la puissance facile et dangereuse du feu. À cette époque, l’humanité aurait encore pu choisir de persister dans la précaution et de continuer à n’utiliser que la puissance limitée des énergies renouvelables… En revanche, une fois le choix du feu effectué, l’humanité s’est engagée dans une trajectoire technique qui s’apparente à une fatalité : une fois le feu choisi, les machines thermiques offraient une telle puissance qu’elles étaient vouées à s’imposer, à se multiplier, à devenir omniprésentes… et finalement à provoquer la crise climatique.

4Enfin, la troisième partie du livre analyse comment, dès qu’il fut choisi, le feu a modelé la réalité et l’imaginaire de notre société, en lui offrant puissance et vitesse. Le dernier chapitre, consacré à l’aviation, montre combien notre mobilité est fondée sur le feu, et donc entièrement dépendante des énergies fossiles… ce qui posera nécessairement problème à moyen terme, face à la crise climatique et au pic de Hubbert.

5En résumé, selon Alain Gras, nous nous situons actuellement dans une trajectoire technique qui a débuté avec la Révolution industrielle et qui aboutit maintenant à la crise climatique. La trajectoire technique n’est qu’un segment de l’Histoire, qui peut obéir à un déterminisme interne, mais qui a nécessairement un début et une fin : elle succède à une autre trajectoire et cède la place à une troisième (la tendance technique, en revanche, défendue par les tenants de l’évolutionnisme technique, s’impose à l’humanité et se confond avec son Histoire : elle n’a ni début, ni fin, et obéit à une totale fatalité).

6Comment sortir de la trajectoire technique actuelle, fondée sur le feu et qui aboutit aujourd’hui à la crise climatique ? D’abord en acceptant l’idée qu’il n’y a pas que des fatalités dans l’Histoire des techniques, mais aussi des moments de choix. Alain Gras propose avec ce livre une forme d’anamnèse, « c’est-à-dire l’obligation de revenir sur les origines pour se libérer des chaînes du présent et de la prison d’un avenir déjà là » (p. 242.) La crise climatique est la fin logique de la société thermo-industrielle. Pour sortir de cette impasse, Alain Gras avance l’idée de « catastrophe éclairante » (p. 246) : si une catastrophe (par exemple, une crise pétrolière) bouleverse la situation, peut-être parviendrons-nous à remettre en cause notre croyance en la fatalité technique et à reprendre notre liberté face à elle. Peut-être pourrons-nous alors achever la trajectoire technique fondée sur la puissance du feu et en débuter une nouvelle, fondée sur l’utilisation d’énergies renouvelables alimentées par les quatre éléments, et de manière adaptée à chaque territoire. Cette nouvelle rupture, celle de la décroissance, paraît aujourd’hui aussi impossible que l’aurait semblé la Révolution industrielle avant qu’elle ait lieu ; mais face à la crise climatique et à l’épuisement des ressources pétrolières, ce qui nous semble aujourd’hui impossible pourrait devenir, demain, une solution envisageable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Semal, « Alain Gras, 2007, Le Choix du feu. Aux origines de la crise climatique, Fayard, 281 p. », Développement durable et territoires [En ligne], Lectures, Publications de 2007, mis en ligne le 05 février 2008, consulté le 26 septembre 2016. URL : http://developpementdurable.revues.org/4803

Haut de page

Auteur

Luc Semal

Luc Semal est diplômé de la section « Politiques territoriales du développement durable » à l’IEP de Lille. Il est actuellement doctorant au Cetcopra (Paris-1). Sa thèse porte sur les pratiques post-carbone et sur les mouvements sociaux structurés par ces pratiques.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Réseau Développement durable et territoires fragiles
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • Revues.org