Navigation – Plan du site
Publications de 2008

Bruno Sportisse, 2008, Pollution atmosphérique. Des processus à la modélisation, collection « Ingénierie et développement durable », Springer, 345 p.

Caroline Norrant

Texte intégral

1Dans son ouvrage « Pollution atmosphérique : des processus à la modélisation », Bruno Sportisse, directeur depuis 2002 du Centre d’enseignement et de recherche sur l’environnement atmosphérique, tente de faire le point sur ce qu’est la pollution atmosphérique, sans pour autant s’adresser à un public « multi spécialiste », étant donné le très grand nombre de spécialités auxquelles cette discipline fait appel. Il s’agirait plutôt d’établir une prise de conscience de la pollution atmosphérique, au travers notamment d’épisodes qui ont émaillé la vie quotidienne de plusieurs époques, comme les pluies acides, les problèmes du trou d’ozone stratosphérique ou encore des gaz à effet de serre, et de leurs impacts sur le climat.

2Les objectifs de ce livre sont donc de donner les principaux éléments de compréhension des pollutions atmosphériques, sans pour autant présenter un panorama complet de questions trop avancées dans leur discipline, mais plutôt en présentant quelques « règles du jeu » et les grandes thématiques scientifiques qui permettront de mieux comprendre le thème envisagé.

3Dans le premier chapitre sont donnés les principaux éléments de compréhension, en essayant notamment de classifier les grands types de pollution atmosphérique. Cette classification est établie en fonction des échelles d’impact, mettant ainsi en évidence les ordres de grandeur à connaître. La composition chimique de l’atmosphère est précisée, de même que les grands cycles biogéochimiques.

4Le deuxième chapitre dresse le contexte atmosphérique en termes de bilans d’énergie et d’interaction entre la matière et le rayonnement. Ainsi, la problématique de l’effet de serre est posée. Ce chapitre se base essentiellement sur la théorie du transfert radiatif, en répondant à des questions telles que celle de l’incidence de la composition chimique sur les bilans d’énergie, ou encore de la relation entre pollution atmosphérique et visibilité.

5Le chapitre trois résume brièvement la description des écoulements atmosphériques, en particulier dans la « couche limite atmosphérique » (c’est-à-dire environ le premier kilomètre de l’atmosphère). Il y est donc fait appel à la mécanique des fluides et sa déclinaison atmosphérique, la météorologie. Ce chapitre permet de répondre à la question de l’impact des conditions météorologiques sur la pollution. L’accent est mis sur la stabilité verticale et le rôle joué par les conditions météorologiques dans le développement d’un épisode de pollution photochimique, avec la mise en avant des spécificités urbaines.

6Le quatrième chapitre présente une synthèse sur la chimie atmosphérique en phase gazeuse, avec des applications à l’ozone stratosphérique, à la pollution photochimique (les « pics d’ozone ») et à la capacité oxydante de l’atmosphère. Ce sont donc les grands cycles de la chimie atmosphérique qui y sont traités, avec le détail de la formation d’un épisode de pollution atmosphérique. Enfin, une dernière question peut également sous-tendre ce chapitre, à savoir l’interrogation sur l’efficacité des mesures de réduction des émissions.

7Le chapitre cinq traite des phénomènes multiphasiques avec la description des aérosols (particules en suspension dans l’atmosphère), des processus pilotant leur évolution et de leurs interactions avec la phase gazeuse et les nuages, précisant ainsi le rôle de ces aérosols. Les applications concernent les pluies acides (description, formation) et la pollution particulaire.

8Enfin, le sixième et dernier chapitre présente brièvement les outils modernes de simulation numérique, avec notamment les « modèles de chimie-transport », qui reprennent les processus décrits dans les chapitres antérieurs, c’est-à-dire des modèles qui allient modifications des polluants dans l’atmosphère dues au bilan radiatif et autres interactions atmosphériques d’une part et phénomènes climatiques d’autre part. Ce chapitre traite également de leurs utilisations et de leurs limites.

9Au-delà d’une connaissance « grand public », c’est donc à un public maîtrisant les sciences de l’ingénieur que cet ouvrage s’adresse. Il est à remarquer que chaque chapitre contient de nombreux exercices d’application et des problèmes plus consistants qui permettent d’illustrer une problématique spécifique. Enfin, les principales constantes et un index sont présentés en annexe.

10Au travers de cet ouvrage, c’est donc une question clé pour les pouvoirs publics qui est abordée, celle du choix des réductions d’émission, ainsi que la question de la surveillance. Il apparaît ainsi que le rôle de l’expertise scientifique est fondamental, d’autant plus que lui est associé un outil central : la modélisation numérique. Ainsi sont envisagées la compréhension des processus, la prévision environnementale, les études d’impact, les études climatiques et la modélisation inverse des flux d’émission. Cependant, il ne faut pas sous-estimer l’importance du choix. En effet, il faut éviter que l’amélioration d’un critère induise la détérioration d’un autre ; c’est l’un des objectifs des différents outils présentés dans cet ouvrage, richement illustré de nombreux graphes et figures en couleur et comportant de nombreux exemples d’application.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Norrant, « Bruno Sportisse, 2008, Pollution atmosphérique. Des processus à la modélisation, collection « Ingénierie et développement durable », Springer, 345 p. », Développement durable et territoires [En ligne], Lectures (2002-2010), Publications de 2008, mis en ligne le 05 mars 2008, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://developpementdurable.revues.org/5103

Haut de page

Auteur

Caroline Norrant

Caroline Norrant est Maître de conférences à l’UFR de Géographie et Aménagement de l’Université des Sciences et Technologies de Lille et membre du laboratoire Territoires, Villes, Environnement et Société (TVES).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille1
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • Revues.org