Navigation – Plan du site
Publications de 2005

Ferreira Nathalie, 2005, Économie sociale et autogestion. Entre utopie et réalité, Paris, L’Harmattan, Coll. L’esprit économique, 235 p.

Audrey Le Coutour

Texte intégral

1L’ouvrage de Nathalie Ferreira débute par un avertissement signalant au lecteur qu’elle n’a pas pour ambition de répondre à toutes les questions concernant l’autogestion et l’économie sociale, champ récent et peu exploré dans les recherches en économie. Son but est d’apporter des éléments de compréhension à la question du développement actuel de l’économie sociale et pour cela d’amorcer une analyse nouvelle. La réflexion menée par l’auteure ne se fonde pas exclusivement sur des théories économiques ; l’auteure nourrit également sa réflexion des sciences humaines et sociales – sociologie, histoire… – et du droit.

2Nathalie Ferreira est docteur en économie et chercheure à l’université Jules Verne d’Amiens. Ses recherches concernant l’économie sociale et l’autogestion la conduisent à publier cet ouvrage riche et précis. Elle prend soin de situer son analyse et d’en expliquer les fondements en présentant l’histoire des concepts abordés et des théories dont ils ont fait l’objet. Le livre en est d’autant plus intéressant puisqu’il devient alors accessible à un lecteur novice sur le thème de l’économie sociale. De plus, la construction de l’ouvrage laisse apparaître clairement la progression de l’analyse. La première partie concerne l’approche macroéconomique. L’auteure utilise de nombreux exemples et montre tout d’abord en quoi l’autogestion, ou la coopération, peuvent être analysées comme systèmes alternatifs. Elle démontre ensuite en quoi les coopératives de travailleurs, entreprises autogérées, constituent un secteur de l’économie sociale. La seconde partie est une approche microéconomique. L’auteure revient ici plus en détails sur les différentes théories économiques : néoclassique et socio-économie puis des théories plus contemporaines.

3Les concepts d’économie sociale et d’autogestion sont étudiés de manière imbriquée. En croisant l’approche historico-institutionnelle qui s’intéresse principalement aux associations de travailleurs du milieu du XIXème siècle comme précurseurs de l’économie sociale, et l’approche éthique ou idéologique qui centre l’analyse sur la comparaison des différentes organisations de l’économie sociale, l’auteure tente d’expliquer en quoi l’autogestion peut être une composante de l’économie sociale. Cette question est le fil conducteur perceptible tout au long de l’ouvrage. Nathalie Ferreira démontre théoriquement et historiquement cette imbrication pour expliquer que « l’autogestion peut aujourd’hui être considérée comme la pointe avancée du secteur de l’économie sociale » et plus particulièrement concernant les coopératives de travailleurs.

4L’autogestion et l’économie sociale naissent, l’une comme l’autre, dans des situations de trouble (social, économique, politique). La première lors des mouvements sociaux liés à la révolution industrielle et la seconde dans les années 1970 alors que l’emploi et l’Etat social sont en crise. Elles se sont construites de la même façon, comme des alternatives au capitalisme et au libéralisme et comme l’outil du changement social. De façon singulière, leurs parcours évoluent différemment.

5L’autogestion a été expérimentée par de nombreux pays en voie de développement au cours du XXème siècle et particulièrement en Yougoslavie. Cependant, ces expériences ont généralement été des échecs et l’autogestion sera appréhendée différemment à partir des années 1970. En effet, avant cette date, elle était considérée comme un projet global constituant une alternative à l’essor du capitalisme (idée notamment portée par Charles Gide) ou comme une troisième voie se différenciant également du socialisme. Après les années 1970 et grâce notamment aux travaux de Georges Fauquet, l’autogestion va être davantage perçue comme un secteur particulier de l’économie. On passe donc d’une conception systémique à une conception sectorielle. Cependant, ce modèle considéré comme trop utopique va disparaître des discours politiques à partir des années 1980 et n’intéressera plus les économistes. Comme le dit Alain Lipietz dans la préface, Nathalie Ferreira ressuscite ce débat.

6L’économie sociale est plus récente. Elle voit le jour dans les années 1970 et se construit comme le tiers secteur qui se différencie à la fois de la sphère privée et de la sphère publique. Ce nouveau secteur de l’économie, encore peu structuré et aux frontières relativement floues, se compose des coopératives, des mutuelles telles qu’on les connaît aujourd’hui et des associations. De nombreuses recherches sont faites sur l’économie sociale, domaine qui connaît un essor important : plus d’un français sur deux fait aujourd’hui partie de l’une de ces structures. Ces travaux concernent notamment les caractères communs aux trois types d’organisation.

7L’ouvrage de Nathalie Ferreira explore ces analyses. Selon elle, il est nécessaire de rompre avec les théories néoclassiques qui se contentent de l’aspect économique. L’auteure plaide pour une analyse moins normative et plus empirique qui rendrait compte des interactions entres les dimensions sociale et économique de l’autogestion et préfère donc raisonner selon le triptyque acteur – activité – règles, proposé puis complété par Claude Vienney et Jean-Yves Manoa, selon un point de vue économique, sociologique ou juridique. Nathalie Ferreira tente de compléter l’analyse socioéconomique grâce au courant institutionnaliste. Contrairement aux néoclassiques qui analysent les institutions comme des données exogènes (approche externaliste selon Claude Ménard), l’auteure intègre les institutions dans l’analyse, les considérant comme inhérentes aux relations de production et d’échange (approche internaliste). Nathalie Ferreira puise dans différentes théories et explique comment économie sociale et autogestion se rencontrent. Cette dernière peut être considérée comme une convention au sein des coopératives de travailleurs, leur permettant de s’appuyer sur des règles et d’assurer une certaine cohésion. En poussant plus loin cette réflexion, l’auteure montre que l’autogestion peut également être définie comme une transaction au sens que lui donne John R. Commons : une relation sociale, un système qui permet de réguler les conflits et de coordonner des actions par le compromis, la loi et le système de valeur. En cela, l’autogestion structure et délimite le champ de la coopération de travailleurs, organisation de l’économie sociale. C’est ainsi que l’auteure la qualifie de pointe avancée de ce tiers secteur.

8Le travail restitué dans cet ouvrage par Nathalie Ferreira apparaît donc comme très complet et permet au lecteur de comprendre de façon globale ce qu’est l’économie sociale et en quoi les réflexions et débats sur l’autogestion doivent être intégrés à l’analyse de ce « tiers secteur ». S’il est vrai que l’auteure synthétise et confronte de nombreuses théories économiques, on peut cependant regretter qu’elle ne s’en détache pas davantage pour proposer et approfondir sa propre analyse. Le défi de réhabiliter le concept d’autogestion, et de l’utiliser dans l’analyse du secteur de l’économie sociale, est gagné et c’est ce qui donne à ce travail son caractère novateur. Cependant on peut regretter que l’auteure ne termine pas cet ouvrage en se détachant de ces bases théoriques pour aller plus loin et amorcer une nouvelle réflexion sur ce secteur en essor et encore peu connu. On comprend la fin de l’ouvrage comme un point final, les réponses au questionnement initial ayant été données. Pourtant, chaque analyse en appelle une autre et d’autres interrogations pourraient être soulevées par l’auteur suite à cette étude.

9Enfin, on peut regretter que, malgré une présentation très méthodique de la réflexion et de la progression de l’analyse, des points annoncés de nombreuses fois ne soient que partiellement abordés. Les principaux éléments sont là et les outils utilisés sont nombreux, mais l’appel aux sciences sociales est notamment assez succinct alors qu’il semble être un atout incontestable de cette réflexion. L’auteure s’intéresse aux individus, leurs rôles et comportements et leurs conséquences, aux interactions ou encore aux relations sociales. Cependant, ces éléments semblent parfois trop peu approfondis et abordés de manière très technique sans se détacher réellement des théories purement économiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Audrey Le Coutour, « Ferreira Nathalie, 2005, Économie sociale et autogestion. Entre utopie et réalité, Paris, L’Harmattan, Coll. L’esprit économique, 235 p. », Développement durable et territoires [En ligne], Lectures (2002-2010), Publications de 2005, mis en ligne le 30 septembre 2010, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://developpementdurable.revues.org/5973

Haut de page

Auteur

Audrey Le Coutour

Audrey Le Coutour est étudiante en 5e année de science politique à l’Institut d’Études Politiques de Lille, spécialisée sur les politiques territoriales de développement durable.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille1
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • Revues.org